Notez des films
Mon AlloCiné
    Kingsman : Le Cercle d'or
    note moyenne
    3,9
    8860 notes dont 614 critiques
    répartition des 614 critiques par note
    66 critiques
    244 critiques
    166 critiques
    76 critiques
    36 critiques
    26 critiques
    Votre avis sur Kingsman : Le Cercle d'or ?

    614 critiques spectateurs

    pfloyd1
    pfloyd1

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 807 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2017
    La suite des aventures de nos agents secrets britanniques est tout simplement magnifique. Rien a changé, on retrouve l'univers, le flegme et l'humour anglais de cette firme secrète exceptionnelle. C'est un vrai coup de cœur, tous les acteurs sont fantastiques, hauts en couleur et charismatiques, c'est un régal, l'action est omniprésente, pas le temps de s'ennuyer, les événements s'enchainent à la perfection dans une spirale de cascades et de situations rocambolesques des plus impressionnantes. Visuellement superbe, les combats et autres actions de ce genre sont parfaitement chorégraphiés. La bande son participe à l'effort, elle est soutenue et nous entraine dans ces 2h20 de bonheur. Seul regret: la vision terrible pour tout fan de voir Sir Elton John à l’écran dans un rôle d'idiot pataud à plumes, qu'elle décadence, son image en prend vraiment un coup. Pourquoi a t il voulus jouer dans ce genre de film ? Et je ne parle pas de son piètre jeu d'acteur....Un must. Vivement un troisième opus !!
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 309 critiques

    3,5
    Publiée le 14 octobre 2017
    Au bord de la rupture, l’agence Kingsman s’associe à un puissant homologue américain pour contrer les plans démoniaques d’un cartel. Action et humour sont au rendez-vous de ce « Cercle d’Or » globalement en-dessous par rapport à son précécesseur. Ceci étant principalement du à l’absence d’effet de surprise mais aussi à un scénario moins bien dosé/rythmé, présentant quelques similitudes manifestes et un retour de l’agent Galahal (Colin Firth) vraiment tiré par les cheveux. Malgré ces ressentis, le film de Matthew Vaughn demeure un fun divertissement, plaisant à voir, à l’instar de son casting, parmi lequel le méchant de service est tenu par une Julianne Moore aussi perchée que ne l’était Samuel L. Jackson, un tantinet moins drôle toutefois mais tout aussi fan de burger…
    blacktide
    blacktide

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 714 critiques

    4,0
    Publiée le 2 novembre 2017
    MaTrique Reloaded J’ai longtemps assimilé une grande partie des divertissements contemporains à un arrêt dans une chaîne de fast-food. Certes, chaque chaîne a sa spécialité et chaque personne sa préférence, mais face à cette popularité de la restauration rapide, tous se rejoignent sur une structure similaire pour garantir le maximum d’efficacité : des produits identiques, calibrés pour être consommés en un temps record. Mais vient le moment où l’accumulation de ces venues dans ces lieux grand et gros public en devient presque mécanique, transformant chaque burger avalé en une prévisible et insipide dégustation de clous rouillés. Y venir au final avec le seul objectif de se sustenter sans y prendre un plaisir de fin gourmet. C’est alors que le messie Kingsman est arrivé, comme si Alain Ducasse avait culbuté Ronald Macdonald après une soirée cordon bleu bien arrosée: une sorte de menu triple Maxi Best Of avec « tranche de bœuf en étages » et double portion de frites. Pourtant, fondamentalement, la recette n’a pas changé, mais la revisite formelle en est d’une jouissance quasi absolue. Kingsman avait ainsi l’ambition de renouveler un genre par sa maîtrise de la démesure. Et pour finir dans les annales, une seule devise était de mise : déchaîner la violence quand se consomme la passion du divertissement. Sa suite n’en a certes pas la fraîcheur mais ne perd aucunement de sa saveur, loin de là, s’apparentant davantage à un Happy Meal sans son jouet surprise (d’autant plus dommage lorsqu’était prévu, cette semaine là, deux places pour le concert de Lynyrd Skynyrd dans une église du Midwest). Aucun problème, Matthew a pensé à tout en remplaçant la pincée de sel par une bonne dose de cocaïne. Car Kingsman 2 : The Golden Circle s’inscrit avant tout dans un chaos jouissif de déséquilibre rythmique (sûrement à cause de ses 1h20 amputées au montage). Là où le premier opus bénéficiait d’un parfait accord entre classe british et action survoltée, ce second volet n’existe qu’à travers son excès. Un excès qui se révèle parfois contre-productif, dans la mesure où il est difficile de mettre en avant une scène en particulier ; ce qui pose également la problématique de la durée de vie d’une œuvre dans notre (in)conscience cinéphile. Toute réminiscence serait alors liée à cette gestion du rythme. Et sans cette harmonie nécessaire, Kingsman 2 en est réduit à un enchaînement désordonné de séquences orgastiques mais non homériques. Et pourtant, rares sont les films qui nous font ressortir avec une telle énergie. Spy Spy Land diront certains. D’une telle inventivité et ambition que chaque plan porte en lui le sceau d’une gaieté à outrance. Toujours à la recherche de la singularité, Matthew Vaughn concentre l’ensemble de ses artifices de réalisation sur un too much poussant la coolitude à la frontière de la cohérence. Mais au diable la crédibilité lorsque chaque minute porte l’enthousiasme à un niveau rarement atteint. De cette fluidité visuelle et de ces plans prodigieusement mobiles, tout converge vers des séquences habilement chorégraphiées pour le plus grand plaisir de notre rétine : la violence s’en trouve même désamorcée par l’élégance stylistique de l’œuvre au point de transformer une boucherie humaine en un cynique ingrédient d’insolence. Car la générosité de Vaughn n’a d’égale que la démesure de l’œuvre. Et dans cet amas d’opulence, chaque scène en serait sublimée d’allusions barbares presque angéliques. Un paradoxe faisant finalement la réussite même de l’œuvre, dans la mesure où la légèreté s’équilibre avec la bestialité. Ainsi, au détour de burgers pas très vegan, le seul sourire de Julianne Moore suffira à égayer votre journée et à vous donner l’envie de chantonner le générique d’Happy Days dans un diner des années 50. L’occasion également de voir s’y glisser une critique de l’impérialisme américain ne serait-ce qu’à travers l’introduction de l’agence Statesman au récit, s’imposant comme le supérieur des Kingsmans, image à peine cachée des relations internationales contemporaines. Et puis, impossible de ne pas remarquer l’halo autour de ce président américain, tout en mimiques, disproportion et exubérance, dont les mesures extrêmes et l’idiotie du raisonnement ne sont pas si éloignés d’une certaine réalité. Kingsman deuxième du nom s’impose ainsi comme l’homologue hollywoodien d’ OSS 117 : Rio ne répond plus, là où la comédie d’espionnage grossit les traits sur un ton parodique pour mieux détourner les codes d’un genre en un rire subtil. Même s’il est difficile de parler de subtilité dans ce second opus, l’humour y est intensifié par le rythme effréné que prend l’intrigue. Et même si celle-ci est calquée sur la structure du premier et que l’ensemble s’accompagne d’une légère « américanisation » du récit, ses personnages (parfois sous-exploités) n’en demeurent pas moins attachants et bougrement endiablés. Ne serait-ce que pour cet Elton John, hilarant au possible ou cette Julianne Moore en psychopathe nostalgique, même s’il est difficile d’oublier la personnalité si singulière du Valentine transcendé par Samuel L. Jackson. Des regrets, j'en ai eu quelques uns. Mais une fois encore, trop peu pour en faire état. Regret de ne pas retrouver ce style crooner qui aurait pu donner un véritable cachet à l’œuvre sur des hits de Sinatra et consorts. L’ambiance musicale apparaît en effet bien terne vis-à-vis de l’opus précédent, mais restent des séquences où la musique permet de décupler les sensations et les émotions : de la délectation d’une mêlée explosive rythmée sur le Saturday Night’s Alright For Fighting de Elton John, au serrement de cœur d’un au revoir sur du John Denver, la bande son participe elle aussi à cette « classe nostalgique » flottant sur l’œuvre. D’autant plus que le fan-service conséquent contribue, dans la même continuité, à faire de Kingsman 2 un spectacle référencé où s’affrontent gigantisme et désinvolture. Sans pour autant être mémorable, Kingsman : The Golden Circle est un costume taillé sur (dé)mesure pour le plaisir d’un sourire. Comme pour s’inscrire dans la continuité d’un Baby Driver, tout est mis au service d’une utopique fabrique à divertissement : des chiens mignons, des blagues salaces, des lassos électriques, des papillons imaginaires, que demander de plus ? Préférant les intrigues improbables doublées de maîtrise esthétique à la soupe contemporaine dénuée d’audace, Matthew Vaughn supprime la satire pondérée pour n’en délivrer qu’une farce de dérision ubuesque. Et au milieu de toute cette fantasmagorie, le spectateur exulte des rayons d’euphorie. Comme un feu d’artifice de démesure qui ne cesserait jamais de nous éblouir. I’m Still Standing… and I’m Lovin It
    Stefan R
    Stefan R

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 16 critiques

    4,0
    Publiée le 1 novembre 2017
    KINGSMAN : LE CERCLE D'OR, une suite en OR !!!! J'ai bien aimé l'histoire et les musiques !! J'ai également retrouvé l'univers complètement décalé et de nombreux clins d’œils au 1er film !! Seul bémol : plus d'effet de surprise car l'histoire ressemble un peu au précédent film mais toujours un plaisir de voir Kingsman ou plutôt Statesman !
    HamsterPsycho
    HamsterPsycho

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 74 critiques

    3,5
    Publiée le 23 octobre 2017
    Avec encore plus de vrais morceaux de délire dedans. Oui, le 2ème opus est encore plus délirant et tout aussi outrancier que le premier. On retrouve avec plaisir tous les personnages issus du comics trash de chez Icon (subdivision pour public averti de Marvel). Aucun temps mort, une intrigue somme toute classique mais bien menée, et des effets spéciaux digitalisés parfois trop présents quand même. Une suite réussie.
    Romain B.
    Romain B.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 14 octobre 2017
    Si vous avez aimé le premier, allez voir le deuxième. La recette est la même et ça marche toujours autant! J'ajoute que si j'avais très peur du retour du personnage de Colin Firth, la chose est très bien amenée, et à une vraie place dans l'intrigue. Bref, si vous avez peur que le 2 gâche le 1, n'ayez crainte!
    Christopher G.
    Christopher G.

    Suivre son activité 21 abonnés

    3,0
    Publiée le 26 octobre 2017
    Étant un grand fan du 1er volet je suis terriblement deçut du 2nd. Pour moi c'est une palle copie du premier en moins bien. Pas assez d'humour, trop de décalage, une mechante qui colle pas, trop gros, des personnages mal travaillés. Par contre la bande son reste très bien et la manière de filmer est toujours aussi bonne. A voir une fois mais c'est tout contrairement au premier opus qui est a voir et à revoir!
    Vinz1
    Vinz1

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 114 critiques

    3,5
    Publiée le 12 décembre 2017
    Le défi de faire une suite au premier opus devenu culte était ardu mais Vaughn l'a relevé sans problème. C'est bien rythmé, drôle et efficacement interprété et ça passe super vite pour un film de 2h20 environ, ce qui est bon signe ! Bon, c'est vrai que l'effet de surprise est amoindri et que certains acteurs sont sous-exploités (Halle Berry et Channing Tatum), mais c'est hyper divertissant et cela parodie les films de James Bond à merveille, alors ne boudons pas notre plaisir !
    Florent B.
    Florent B.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 21 novembre 2019
    Une suite aux scènes d'actions démentielles, au charme british irrésistible, au scénario loufoque et rythmé, au style décalé et jouissif, et avec une Julianne Moore tout en élégance. Bref un régal visuel mais qui, pour moi, reste inférieur au premier volet. À voir.
    tristan stelitano
    tristan stelitano

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 366 critiques

    4,0
    Publiée le 14 octobre 2017
    Les double-tailleurs du service des renseignements secrets britanniques sont de retour pour une nouvelle aventure explosive. Mais quelle réussite ! Le décor , les personnages et l'univers sont déjà connu du spectateur, juste ce qu'il faut pour s'assoir confortablement sur son fauteuil. Et pour ne pas nous décevoir, Matthew Vaughn reprend les mêmes ingrédients et reste dans le même esprit que l'original. Mais, cette fois-ci a un rythme encore plus fou et hallucinant. On retrouve une fois de plus, la vulgarisation des dialogues toujours si décalée, des scènes d'actions sublimées par la mise en scène avec des plans séquences maîtriser à la perfection, accompagnés d'un cadrage et de mouvements de caméra toujours aussi renversant et à s'y perdre. Bref, la réalisation est toujours un jolie petit bijou entre les mains talentueuse de Matthew Vaughn. La distribution est encore convaincante. Ce trio de choc que forme Taron Egerton( Eggsy / Galahad), Mark Strong(Merlin) et Colin Firth(Harry Harth / l'ancien agent Galahad) est impeccable. La grande qualité du film est bien sur de faire vivre à l'écran un nombre important de personnages. Matthew Vaughn nous présente l'alter-ego de Kingsman, Statesman ! , dirigé par un Jeff Bridges(Champagne) qui prend son pied , épaulé par un Channing Tatum(Tequila) musclé et surprenant, d'un Pedro Pascal(Whisky) charismatique et efficace et d'une Halle Berry talentueuse. Avec les Statesman , les survivants de Kingsman affrontent la cruelle organisation du Cercle D'Or , commandée par Julian Moore(Poppy), grande méchante du film, brillante dans le rôle d'une mégalomane, fan des 50s version US. Cette suite va encore plus loin dans la parodie sur James Bond et de son univers. " Le Cercle D'Or " , par exemple, est la version décalée de l’infâme organisation criminel : " Le Spectre " , un redoutable groupe pour lequel est confronté James Bond dans ses nombreuses aventures. Autre référence notamment, et je termine là-dessus sur les exemple : spoiler: Eggsy est au commande d'un taxi qui est capable de voyager sous l'eau, tel un mini sous-marin. Pour terminer sur cette critique, cette suite monte d'un cran par rapport au film précédent malgré que l'intrigue soit assez légère et simple. Rien ne manque. Sauf , une chose. Ce second volet se délaisse de l'effet de surprise. Peut-être parce que les sponsors, ont beaucoup abusés des Bandes-Annonces, dévoilant ainsi de grosse scènes importantes avant la sortie du film, se qui rend le spectacle moins immersif. Cependant, la seul surprise du film est le jeu inespéré d'Elton Jones. Alors qu'ont s'attendaient tous à un simple caméo, le cinéaste lui offre un second rôle en or et qui à toute son importance à l'histoire. Un très bon divertissement visuellement époustouflant, accompagné de scènes d'actions assourdissantes et avec une troupe d'acteurs qui sans donne à cœur joie. Si vous avez aimés le premier film, alors vous aimerez autant ce second volet jouissif.
    Sylvain V.
    Sylvain V.

    Suivre son activité 19 abonnés

    5,0
    Publiée le 1 novembre 2017
    Une suite explosif… Spectaculaire… Sensationnelle… Du grand spectacle. Plus explosive que le premier, tout aussi créative, mais moins surprenante. Mais ce second volet est si divertissant que ce détail na pas une très grande importance. Julianne Moore est méchante sans l’être vraiment… Elle l’est par ses actes, mais sur un face à face, c’est juste une femme. Ce qui en fait un personnage très intéressant. Les nouveaux venus, les Statesman, sont similaires aux Kingsman, tout en étant plus relâchés. On retrouve dans ces nouveaux venus Halle Berry, Channing Tatum, Pedro Pascal et Jeff Bridges, des stars montantes d’Hollywood. Les séquences d’actions sont époustouflantes, très rythmés, et parfois filmer très originalement. Trois personnages qu’on pensait pas revoir sont de retour… Le délire est toujours présent… L’histoire est tout de même original, avec une bande sonore qui déchire. 5/5 *****
    Fanadri123
    Fanadri123

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 41 critiques

    3,5
    Publiée le 12 octobre 2017
    Kingsman : Le Cercle d’Or est savoureux, jubilatoire à souhait, la définition même du film popcorn ! Epoustouflant visuellement, un casting en or, cette suite est complètement détonante même si le Kingsman premier du nom reste bien meilleur.
    Samuel B.
    Samuel B.

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 73 critiques

    3,5
    Publiée le 12 octobre 2017
    Après un premier film complétement fou, il était évident que le 2ème le soit encore plus ! Chose promise, chose due. Cette suite démarre sur le startin bloc ! Et même si TOUT est gros dans ce film, le rendez-vous est gagnant avec ses espions gentleman anglais, rencontrant pour la première fois leur correspondant américains, tout aussi impressionnants mais un poil plus brut ! Le scénario ? Baaaa ! On s'en fiche ! Il ne vole pas bien haut et ce n'est pas là où le film tire sa force. Non ! Le film s'en tire grace à son action, ses effets spéciaux, son humour et son casting ! Toutefois, côté casting, je suis déçu par le personnage de Julianne Moore. Une "bad guy" en chef peu convaincante (et moins efficace que celui que jouait Sam L Jackson). Par contre, y voir Elton John était sympa ! Alors ok, tout est gros (une balle dans la tête ? pas grave !) mais c'est fun et, donc, divertissant. N'est-ce pas là le principal but pour un film ?... si ! ;)
    RayManzarek
    RayManzarek

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 22 critiques

    3,5
    Publiée le 12 octobre 2017
    Le premier "Kingsman" avait, il y a deux ans, apportait une bouffée d'air frais et une générosité sans borne à un cinéma d'action assez plat qui faisait plutôt la part belle, ces derniers temps, aux tragédies bondiennes et à la géopolitique la plus sérieuse. Délirant, outrancier et privilégiant un fun décomplexé à une quelconque volonté de réalisme, le film de Matthew Vaughn avait ramené le cinéma bourrin a ses amours des années 80-90 en y ajoutant un visuel hors-norme et des effets spéciaux aussi savoureux qu'inventifs. Il était donc normal et légitime que le film ait droit à sa suite, début possible d'une franchise offrant une alternative décomplexée à celle de l'agent 007. "Kingsman : Le Cercle d'or" est naît et ce n'est pas pour nous déplaire. Soyons clair cependant sur un point, le film est une suite et rien de plus, Vaughn ayant fait preuve d'une pointe de fainéantise en reprenant une recette qui fonctionne et en y ajoutant quelques éléments scénaristiques en plus. Rien d'original donc à cette mission où le monde doit à nouveau être sauvé à travers des prouesses physiques et technologiques hors du commun. Mais que le casting est savoureux! Entre Julianne Moore qui donne l'impression d'être sous Valium constamment tout en entretenant un délire fou furieux, un Mark Strong fan de John Denver qui nous offre une scène d'anthologie ou encore Elton John déchaîné qui abuse de toutes les fantaisies, les acteurs ont bien retenu la leçon du premier : no limit dans la loufoquerie. Côté scènes de baston, la caméra virevolte dans tout les sens et offre un cocktail dosé d'action et d'intrigue démente et transgressive où même le président des Etats-Unis se fait éborgner à travers un positionnement anti-drogue extrême qui nous rappelle l'homme qui occupe la Maison-Blanche depuis presque un an. Jouissif, c'est le mot pour caractériser cet épisode qui peut être la continuité de quelque chose si Vaughn insuffle plus d'enjeux dramatiques et peut-être justement, moins de fun. Mais pour ce qui est du divertissement, l'agent Eggsy fout au placard les super-héros cosmiques et richissimes.
    magic.ben
    magic.ben

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 2 critiques

    4,5
    Publiée le 13 octobre 2017
    Tous les ingrédients du 1er sont reunis ! Un James Bond tres 2nd degré !!! Beaucoup d action, beaucoup d humour, bref on passe un tres bon moment !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top