Mon AlloCiné
L'Ami, François d'Assise et ses frères
note moyenne
3,3
133 notes dont 21 critiques
5% (1 critique)
10% (2 critiques)
33% (7 critiques)
29% (6 critiques)
19% (4 critiques)
5% (1 critique)
Votre avis sur L'Ami, François d'Assise et ses frères ?

21 critiques spectateurs

Eleonore J.

Suivre son activité Lire sa critique

4,5
Publiée le 29/12/2016
Un film surprenant et passionnant, aux thèmes très contemporains, qui dépasse donc à mon avis très largement le cadre strictement religieux. L'Ami nous parle de François d'Assise, un homme qui a refusé la richesse pour défendre les plus pauvres, et de son opposition aux autorités religieuses de l'époque. Mais le personnage principal, c'est Elie de Cortone, le bras droit de François, magnifiquement interprété par un Jérémie Rénier sobre et profondement humain. Pour faire accepter les étonnantes idées de François, Elie cherche à les rendre applicables, à composer avec l'Eglise, à adoucir les angles. L'Ami nous pose donc ces questions profondes : à quel point doit-on rester fidèle à un idéal ? Faut-il composer pour le rendre possible ? Et à quel moment la compromission devient-elle une trahison ? Un anti-film hollywoodien, sans suspens forcé, qui invite le spectateur à réfléchir sans jamais lui dicter quoi penser. Et tout cela sans être prétentieux ni ennuyeux !
Anne M.

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 536 critiques

3,5
Publiée le 29/12/2016
Début du XIIIème siècle. François et sa fraternité veulent fonder un ordre, mais la règle qu’ils proposent ne convient pas au Pape. Leur fraternité, tolérée, n’est pas officialisée. Les projecteurs sont alors essentiellement dirigés vers Elie de Cortone (Jérémy Rénier). Celui-ci est prêt à modifier les règles de François pour qu’un ordre soit créé, mais surtout il est prêt à faire de leur foi une lutte, contre la pauvreté en l’occurence. Peu de frères approuvent cette idée de lutte. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance médiévale suggérée par le film : austère, les hommes disposant de peu de moyens médicaux et techniques, une nature omniprésente, une réalisation naturaliste. La fraternité vit dans la forêt. J’ai regretté la superficialité du débat, théologico-philosophico-politique. Il est central, mais juste suggéré. Le film reste davantage un film d’atmosphère qu’un film à thèse.
cine-koi-none

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 197 critiques

2,0
Publiée le 12/01/2017
Je suis partagé pour ce film à l'esthétique irréprochable, avec ses décors dépouillés et ses images de toute beauté. La distribution est hétérogène, du fait sans doute de la co-production franco-italienne : par exemple, le décalage entre la prestation d'Elio Germano (erreur de casting ou déficit de direction d'acteur ?) et Jérémie Renner, sobre et habité, est frappante. Mais ce qui gène le plus, c'est le manque de consistance, malgré la matière, s'agissant de la controverse entre les deux amis-frères, sur la règle fondatrice de l'ordre naissant des franciscains . Les dialogues sont de ce point de vue symptomatiques, d'un champ lexical limité et de fait sans profondeur ni portée. Dommage au final pour une œuvre alternative, naturaliste voire poétique mais au propos limité et peu universel.
Olivier N.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

0,5
Publiée le 31/12/2016
Quel dommage de rater à ce point un sujet aussi beau et riche ! juste quelques beau paysages, une vague controverse entre les "purs" (hallucinés) et les partisants du compromis (raisonnables), le tout dans un moyen âge cliché à souhait. Quel ratage, quelle déception !
Spe64

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 188 critiques

2,5
Publiée le 20/11/2016
"L'ami François d'Assise et ses frères" débute au XIIIè siècle, lorsque François d'assise essaye de faire reconnaître par l'église, sa vision de la vie par écrit avec l'Ordre des frères mineurs mais dont certains aspect déplaisent à l’Église. Un passage entre un mysticisme ambiant et un mode de vie réel vers quelque chose de plus politique, dont François ne voudra aucun compromis. Une mise en scène minime et sobre qui colle bien à l'époque et au sujet, nous assistons à la différence de point de vue entre François et un autre membre et ami de François d'Assise, Elie de Cortone. Intéressant mais l'ensemble manque d'émotions, ce qui crée des longueurs pour un film pourtant plutôt court.
velocio

Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 2 052 critiques

2,0
Publiée le 28/12/2016
Il n'est pas indispensable d'être croyant pour s'intéresser à l'histoire de Saint François d'Assise : un fils d'une riche famille marchande qui abandonne la richesse pour vivre dans le dénuement, pour aider les plus pauvres, les malades, les lépreux, cela ne peut que nous interpeler dans le monde où nous vivons avec ses inégalités scandaleuses, avec ses exclus qui doivent migrer pour fuir la guerre ou, tout simplement, trouver du travail. Un sujet d'autant plus intéressant lorsqu'on s'aperçoit des problèmes rencontrés auprès des autorités religieuses de l'époque lorsqu'il s'est agi de faire accepter les règles de l'ordre que François avait fondé, des règles particulièrement strictes, considérées dans un premier temps comme bonnes à jeter aux chiens par le Pape de l'époque. Parmi ces nombreuses règles rejetées : prôner la désobéissance des frères à qui seraient donnés des ordres contraires à la règle ou à la conscience ! Un sujet encore plus intéressant si on ajoute le conflit qui a opposé François à son ami Elie de Cortone, un homme plus pragmatique que lui, prêt à faire des concessions pour faire accepter l'ordre, prêt à tailler dans le vif afin d'éliminer les règles considérées comme inacceptables par la hiérarchie religieuse : l'éternel conflit entre la fidélité intangible à un idéal, souvent accusée d'inefficacité, et le fait de transiger dans le but de pouvoir agir, souvent accusé de compromission. En résumé : tous les éléments étaient présents pour la réalisation d'un film qui, se déroulant au début du 13ème siècle, aurait su parler avec finesse de notre monde contemporain, qu'il soit laïc ou spirituel. Vains espoirs : Dans la promenade bucolique qu'est le plus souvent le film, les sujets les plus intéressants ne sont qu'effleurés, ils ne sont jamais approfondis. En plus, la béatitude permanente qui illumine les visages de François, d'Elie et des autres frères arrive à rendre très moyen le jeu des excellents comédiens que sont d'habitude les frères Renier, Elio Germano et Eric Caravaca.
schemaman

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 252 critiques

3,0
Publiée le 30/12/2016
Plutôt déçu par ce film poussif (dialogue, rythme, scènes outrancières) et caricatural par certains côtés (les pauvres et gueux couverts de crasse et les visages de cour des miracles). Les dialogues ne transpirent pas l'esprit du moyen-âge mais semblent être de la même veine que dans les séries actuelles : sans réelle profondeur ni recherche littéraire. Les textes sont plaqués sur les images qu'ils redondent. Je me suis ennuyé ferme bien que le sujet "Saint-François" et sa relation à Dieu par delà l’Église soit et reste intéressant. J'ai failli plusieurs fois quitter la salle mais me suis réfugié dans le sommeil...A recommander uniquement aux croyants convaincus et férus de spiritualité, en particulier ceux de la branche des chrétiens illuminés.
hephep

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 103 critiques

1,0
Publiée le 13/12/2016
Ami du goupillon, ce film est pour toi Ami de la laïcité, reste chez toi Ami de la messe du dimanche Tu trouveras ton bonheur Mais c'est par malheur Que je suis resté râleur Un film sans aucun intérêt à tout point de vue, même en avant première avec toute l'équipe du film. Seule la sympathique petite musique m'a permis de tenir jusqu'à la fin. Le dialogue, les images, le décor, le scénario sont SANS AUCUN INTERÊT.
tuco-ramirez

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 085 critiques

1,5
Publiée le 15/05/2017
Le film s’intéresse à celui qui créa l’ordre des franciscains. On est loin de l’image d’Epinal de celui qui parlait aux oiseaux ; les convictions de François au centre du sujet étaient fortes et radicales. François veut créer son ordre mais se trouve confronter au refus de l’Eglise qui le trouve trop intransigeant ; lui vivant dans la pauvreté la plus totale répondra à ce refus par cette magnifique phrase : « Nous n’étions pas là pour être servi mais pour servir. ». Il renvoie l’Eglise à son opulence et son éloignement des valeurs prônées par Jésus en son temps, et çà dérange. François s’oppose alors très vite à Elie qui se rapproche plus des instances papales et d’une certaine realpolitik : « L’idéal de François n’est pas de ce monde. ». Les utopistes, refusant une société basée sur les échanges, l’offre et la demande, hier comme aujourd’hui sont toujours sacrifiés sur l’autel du pragmatisme. Rêver une nouvelle donne économique et sociale n’est pas de ce monde, le Cardinal aurait encore raison aujourd’hui. La vérité est donc rétablie sur François d’Assise et ce à faible frais, le film est si peu romancé qu’il en est didactique et lassant malgré sa courte durée. Il passionnera les lecteurs de la Croix, mais pour les autres cette parabole du renoncement autour de l’opposition puriste et réformiste atteint trop vite ses limites. Et la fin du film, on la connaît… l’Eglise choisit de vivre dans des palais dispendieux plutôt que de renoncer à toutes richesses pour se donner à son prochain comme le prônait le Christ. Un film pour spécialiste de la question… Mon blog: tout-un-cinema.blogspot.fr
brunocinoche

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 815 critiques

3,0
Publiée le 03/05/2017
Un film austère, ce qui peut se comprendre, vu le sujet évoqué, celui de Saint François d'Assise et la création douloureuse de son ordre. Filmé par petites touches, faits de chroniques épurées, le film, pourtant court (moins d'une heure trente), peut paraître pesant à la longue. La faute à une mise en scène trop sage, peu inspirée et un sujet traité avec trop de distance et difficile à suivre pour un non initié. Bine qu'athée, Pasolini était un cinéaste inspiré lorsqu'il filmait l'histoire du Christ. Rien de cela ici. Dommage pour les acteurs, connus ou non, tous convaincants.
Camilledelyon

Suivre son activité Lire ses 12 critiques

1,5
Publiée le 10/01/2017
J'avais fait un bon somme à "Le Grand Silence", j'ai bien dormi à "L'Ami...". Au moins autant de citations bibliques que dans "Le Disciple", mais sans inspiration ni ressort. Des acteurs béats de bout en bout, comme une inlassable répétition de l'affiche du film. A éviter.
vouss

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

2,5
Publiée le 03/01/2017
C'est long ! Malgré quelques belles scènes et une philosophie vertueuse, c'est long ! Il ne se passe rien dans cette histoire. D'ailleurs il n'y a pas d'histoire.
poet75

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 606 critiques

3,5
Publiée le 01/01/2017
Qu'on ne s'attende pas, si l'on a la curiosité d'aller voir ce film, à un biopic sur saint François comme ont osé les faire un Michael Curtiz en 1961 ou un Franco Zeffirelli (cinéaste toujours calamiteux) en 1972. Qu'on ne s'attende pas non plus à un florilège de fioretti, comme le fit, avec génie, Roberto Rossellini en 1950. Renaud Fély et Arnaud Louvet se sont contentés de mettre en scène une période bien précise de l'histoire du saint d'Assise, celle où, le groupe des frères ayant tout quitté pour suivre François s'étant considérablement étoffé, il devient nécessaire de faire approuver l'Ordre par le pape Innocent III, ce qui suppose, au préalable, de lui soumettre une règle. C'est là que le bât blesse car, de la première règle, écrite par François, qui lui est proposée, le pape non seulement ne veut pas mais il la rejette avec des mots très durs. Ni la pauvreté radicale prônée par le Poverello, ni l'acceptation d'une éventuelle désobéissance (François soutenant, dans sa règle, la primauté de la conscience, plus forte, selon lui, que la voix d'un supérieur, quel qu'il soit), ni même les nombreuses citations des évangiles ne sont tolérées par le successeur de Pierre. François est renvoyé avec l'injonction de revoir sa copie, sans quoi lui et ses frères pourraient être considérés comme hérétiques ! C'est alors qu'intervient Elie de Cortone, frère Elie (Jérémie Rénier), venu rejoindre le groupe des compagnons de François. C'est un personnage qui demeure mystérieux, énigmatique, que ce frère Elie, si j'en crois les pages que Julien Green lui consacre dans sa superbe biographie du saint d'Assise (« Frère François », éditions du Seuil, 1983) : l'homme est animé, à la fois, par un amour sincère et profond de celui qu'il a rejoint, François, et par des désirs de gloire qui sont en totale contradiction avec l'esprit voulu par le saint pour ceux qu'on appellera les franciscains. Le film se base sur l'opposition entre les deux hommes : l'un (François) voulant à tout prix que l'on reste fidèle à son intuition première, l'autre (Elie) prêt à recourir aux compromis, aux arrangements et aux adoucissements pour que l'Ordre des frères mineurs soit enfin reconnu par l'autorité de l'Eglise. D'un côté l'idéal, de l'autre le pragmatisme. Tout l'intérêt du film repose sur ce heurt. La règle de François ne sera approuvée par le pape que si elle est amendée par Elie. Pour François, cela reste inacceptable. « Elie, tu te damnes », aurait même dit François, si l'on en croit l'ouvrage de Julien Green (p. 288). Dans le film, les paroles de François sont différentes tout en ayant à peu près la même signification : « Ton cœur est devenu froid. Tu n'es plus avec Dieu. » Quant aux autres frères, le film laisse bien percevoir que se diffusent en eux des germes de division. Elie en séduit certains tandis que d'autres ne jurent que par l'idéal prôné par François. Même sur la question de la pauvreté, l'on n'est pas d'accord : faut-il aimer la pauvreté pour elle-même ou faut-il aimer les pauvres tout en les aidant à sortir de leur pauvreté ? On peut regretter que le film n'approfondisse pas davantage les questions qu'il aborde, mais il a le mérite de les poser d'une façon judicieuse. Il invite à la réflexion, et c'est déjà beaucoup. Son plus gros défaut, à mon avis, il le doit au jeu assez peu convaincant de l'acteur qui interprète le rôle de François (Elio Germano), un acteur qui a une fâcheuse propension à surjouer son personnage. Par contre, Jérémie Rénier, dans le rôle de frère Elie, m'a semblé parfait. 7,5/10
Margaux S.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 29/12/2016
J'ai passé un très beau moment de poésie devant ce film qui porte un nouveau regard sur François d'Assise à travers des décors magnifique. Je vous le recommande vivement.
tomPSGcinema

Suivre son activité 112 abonnés Lire ses 2 989 critiques

2,5
Publiée le 31/08/2018
Pas trop aimer le déroulement de l'intrigue de ce film sur Saint François d'assise et c'est bien dommage car l'ensemble possède une interprétation de qualité, une mise en scène agréable et une très belle photographie .
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top