Mon AlloCiné
Keeper
note moyenne
3,5
227 notes dont 33 critiques
9% (3 critiques)
39% (13 critiques)
45% (15 critiques)
6% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Keeper ?

33 critiques spectateurs

traversay1

Suivre son activité 351 abonnés Lire ses 2 640 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/03/2016

Le premier plan de Keeper montre deux adolescents s'embrassant avec fougue. Ils sont jeunes, insouciants, libres. Mais elle tombe enceinte et là commencent les questionnements. Dans une veine naturaliste, le premier film de Guillaume Senez séduit par sa vérité, sa sincérité, sa qualité d'interprétation mais aussi son découpage narratif, qui pallie une mise en scène un peu sage. Keeper s'attache principalement à celui qui va, peut-être, devenir père. C'est un parti pris. Un autre film aurait pu être tourné avec la vision de la future maman. C'est sans lourdeur mélodramatique et sans angélisme non plus que Senez trace le chemin, avec une maîtrise plutôt remarquable pour un tout premier long-métrage. L'influence des frères Dardenne est lointaine, on pourrait tout aussi bien citer Pialat mais le réalisateur franco-belge possède déjà un style qui lui est propre. Prometteur, le garçon !

Fontaine Eric

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 90 critiques

4,0Très bien
Publiée le 29/03/2016

Une jeunesse insouciante ? Un couple d'adolescents en manque de repères ? Non, Guillaume Senez casse les clichés et les préjugés avec un film qui va proposer d'autres pistes, d'autres solutions ou pas...C'est culotté de raconter une histoire qui aurait pu devenir un cauchemar à filmer, ici le réalisateur accomplit un vrai sacerdoce sur le questionnement de la vie, il puise son scénario dans une logique de l'espoir même quand les choses paraissent débridées. Ce petit couple au fond représente la jeunesse mais aussi le regard trouble du mystère de la vie, c'est beau et talentueux !

Christophe G.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,5Excellent
Publiée le 30/03/2016

Un trés beau film, sensible, touchant, sur un sujet pourtant difficile à traiter (la grossesse d'un couple d'adolescents Maxime et Mélanie). Filmant au plus près les doutes, les déchirements, la souffrance d'une telle décision (le garder ou pas), le film révèle surtout 2 acteurs (adolescents) absolument étonnants par leur sincérité et le réalisme des situations. Les autres acteurs (les parents notamment) sont également trés convaincants. La force du film et sa grandeur c'est qu'il ne pose pas de jugement sur un sujet aussi tabou. Qu'il n'impose pas aux spectateurs une vision, un point de vue sur un thème aussi délicat et intime. Bref.. Un film délicat, difficile à oublier tant par sa justesse que la qualité de l'interprétation. Et lorsque l'on se dit que c'est un premier film... on a hâte de voir le second !!!

Laurent Cambon

Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 846 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/04/2016

Ils ont 15 ans. Lui, Max, il rêve d'accéder à une carrière de foot avec les encouragements de son père. Elle, Mèl, elle l'aime éperdument son Max. Et le drame arrive : Mélanie est enceinte. Le drame ? Parce qu'attendre un bébé à 15 ans, c'est loin d'être une évidence quand on a encore un avenir à construire, des fêtes et des sorties à partager, et des amours peut-être à commencer. Guillaume Sénez a réalisé une œuvre honnête, simple et délicate. Il regarde l'adolescence avec tendresse et acuité. Il a créé un film belge, qui ne soit pas glauque, ou social. Au contraire, le film se passe dans un quartier pavillonnaire réservé aux classes moyennes, avec des personnages de la vraie vie, pour les uns divorcés, pour l'autre mère célibataire. Ce qui intéresse le réalisateur, c'est la grandissement à la vie de ces deux jeunes-gens. On apprend ô combien l'adolescence est la continuation de l'enfance, et qu'à ce titre, elle mérite des mots pensés, une retenue, là où les jeunes brillent parfois dans les excès et la tentation d'indépendance. Pendant tout le film, le spectateur a envie de serrer le jeune couple dans les bras, et de les accompagner dans leur choix de vie si difficile. L'interprétation de Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi est subtile et remarquable. Ils retrouvent les regards, la gestualité, les voix propres à ce passage si particulier de la vie. On pourra peut-être regretter que le regard de la caméra se fixe surtout l'adolescent, Maxime, mettant un peu de côté Mélanie, voire faisant craindre pour la jeune-fille, une stéréotypie dans le comportement. Mais la douceur du récit l'emporte allègrement. "Keeper" (dont le titre mystérieux devient une évidence pendant le déroulement de l'histoire) est un film réjouissant, beau, souvent douloureux, mais qui donne envie de faire confiance à une jeunesse qui détient les clés de sa propre vie, bien plus que la société des adultes ne le croit.

Cine vu

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 546 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/03/2016

Et si on jouait au « Papa et à la Maman » ? Ici on pense aux Frères Dardenne, pour la douceur et la finesse des personnages mais aussi pour cette authenticité chez les vrais gens. Mélanie et Maxime sont des enfants avec des rêves d’avenir bordés d’illusion, Mélanie est si aimante, si craintive et tout même si têtue comme on peut l’être à 15 ans. Ce petit bonhomme, Maxime, ne fait que vouloir être un homme mais il vacille, se cherche pour mieux se perdre. La mère du fils est volontaire pour les soutenir mais ce ne sera pas suffisant, les bases son trop fragiles. Un film tendre sur l’adolescence, ses questionnements, ses incertitudes et ses rêves américains. Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi sont incroyables de justesse et d’émotions. Guillaume Senez présente son premier long métrage chargé d’amour, de tristesse et de lucidité. On aimerait que le film ne passe pas inaperçu.

Yves G.

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 1 080 critiques

4,5Excellent
Publiée le 24/03/2016

Maxime et Mélanie ont quinze ans. Ils s'aiment. Mélanie tombe enceinte. Gardera ? Gardera pas ? Le titre, pas très heureux, nous met sur la piste. Et on se doute que si Mélanie avortait, il n'y aurait pas beaucoup de film. Donc, même si la décision n'intervient qu'au mitan du film, elle le garde. Vous pensez que je viens de vous spoiler le suspense ? Vous vous trompez. Car la fin du film, étonnante et inéluctable, vous scotchera. Mais n'allons pas si vite en besogne. Ou plutôt ne passons pas à côté de ce qui fait l'intérêt de ce premier film si juste qui soutient la comparaison avec les chefs d’œuvre des Dardenne et de Kechiche, excusez du peu. De quoi s'agit-il ? Pas seulement de dénouer le dilemme gardera/gardera pas. Mais surtout de décrire les paradoxes de l'adolescence. Guillaume Senez est sans cesse sur la corde raide. Et on tremble tout le long du film qu'il n'en tombe, en versant dans le moralisme et/ou dans le sentimentalisme. Il parvient étonnamment à éviter ces deux périls. Son ton est toujours juste. Il réussit miraculeusement à décrire un âge contradictoire. Maxime et Mélanie sont deux gamins amoureux, qui se roulent des pelles et s'écrivent des textos (admirablement bien orthographiés, seule entorse au réalisme du film) et qui s'enflamment à l'idée d'avoir un enfant. Ils n'ont évidemment pas la moindre conscience des conséquences de leur choix. Et on frémit pour eux des périls qui les guettent : la fatigue de la petite enfance, la lassitude dans le couple, le décalage avec les amis du même âge... Cette conscience-là, ce sont leurs parents qui tentent de la leur faire acquérir. Du côté de Mélanie, une mère dont on comprend qu'elle a eu, elle aussi, un enfant très jeune. Et qui refuse à sa fille la liberté de faire, comme elle, le mauvais choix. Du côté de Maxime, deux parents, plus âgés, plus aisés, mais divorcés : un père, entraîneur de foot, qui rêve pour son fils la carrière de joueur qu'il n'a pas eue, et une mère qui porte seule l'éducation de son fils. Vous me direz que le sujet a déjà été traité dans Juno. Et vous aurez raison. J'ai un excellent souvenir de Juno... le problème est que je n'en ai aucun souvenir ! Du coup, sauvé par mon Alzheimer, j'ai savouré Keeper comme l'un des tout meilleurs films de ce début d'année 2016.

mem94mem

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 438 critiques

3,5Bien
Publiée le 24/03/2016

Le film (love story adolescente) est épatant. Il bénéficie d'une écriture scénaristique soignée, d'un duo de jeunes acteurs percutant dans la justesse des situations, des dialogues et des émotions. On croit complètement à cet amour, alors qu'il n'y a aucune scène filmé au lit. Guillaume Senez a du talent à revendre. Il est définitivement à suivre. Les seconds rôles sont formidables aussi.

sysou

Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 216 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/03/2016

Kacey Mottet Klein poursuit son petit bonhomme de chemin avec des films exigeants et remarquables et son indéniable talent. Le thème de Keeper est difficile : un jeune couple d'ado de 15 ans décide de garder un bébé suite à une grossesse non désirée, contre l'avis de tous les adultes les entourant. Les adultes ont bien évidemment raison, mais le regard de ce père raté en devenir est porté avec grâce et intelligence. Il ne s'agit d'un plaidoyer anti-avortement, mais d'un parcours humain émouvant et sensible qui retourne le spectateur.

Cinéphile49.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 17 critiques

3,5Bien
Publiée le 24/03/2016

Le film traite de l'adolescence, époque où on se cherche. Cependant, les deux protagonistes - très bien interprétés - doivent passer d'une façon brutale à l'âge adulte. Si au début, ils prennent la nouvelle avec difficultés, par la suite ils acceptent avec enthousiasme. Mais, de la naïveté de la jeunesse, progressivement la réalité se rappel à eux. Un petit point d'originalité, on suit surtout le garçon qui accepte progressivement le rôle de père (sans vraiment savoir les tenants et les aboutissants). Niveau des parents ont à les deux visions: les parents qui vont appuyer leur fils et la mère qui refuse la situation de sa fille. Cette dernière ayant vécu cela avec la naissance de Mélanie. C'est juste un peu dommage que cette mère passe tout le temps pour celle qui monte le volume. Une colère qui cache une peur pour sa fille. Après tout, à 15 ans, tout est à faire. Pour nous montrer cela, une réalisation assez classique, voir scolaire. Mais à y réfléchir le film ne se prêter pas à autres choses. On trouve les sms et écris sur les réseaux sociaux à l'écran. Ceci est maintenant fait régulièrement. Quelques plans sont un peu long surtout sur des blancs. On est vraiment en empathie pour le personnage de Maxime qui souhaite être père et doit faire des choix: foot ou pas foot. Il y a une évolution passant de l'inconscience de leurs décisions jusqu'à la prise en compte de l'obstacle. Etant donné qu'on ne suit que Maxime, à un certain moment on s’inquiète pour Mélanie dont on a plus de nouvelle depuis un moment (j'en dis pas plus pour éviter le spoil). Le scénario et les dialogues sont vrais, semble authentique sans jugement ou une volonté partisane. Par cela, le film est intelligent, bien dosé. Good job monsieur pour votre premier long métrage.

Pauline_R

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 398 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/03/2016

Une très jolie surprise pour un premier film attachant et intimiste, portrait réussi de deux adolescents confrontés à une première grossesse. Finement écrit, Keeper m'a fait passer par toutes les émotions : tendresse, énervement, frustration, empathie et tristesse...au regard du comportement et des choix de ces gamins "attachiants" qui oscillent entre rêves et réalité, entre espoir et peur. Le choix des acteurs est pour beaucoup dans la qualité et la justesse du film, Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi incarnant à merveille ce couple d'adolescents à la fois immatures et sensibles.

poet75

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 485 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/03/2016

Mélanie (Galatéa Bellugi) et Maxime (Kacey Mottet Klein) sont deux adolescents de 15 ans qui s'aiment d'amour tendre ou, plus exactement, qui apprennent à s'aimer : une des premières scènes du film l'indique habilement, aimer c'est aussi respecter l'autre, ne pas l'obliger à faire ce pour quoi il (ou elle en l'occurrence) n'éprouve que dégoût. A 15 ans, on a tout le temps qu'il faut pour découvrir ce que c'est que de s'aimer vraiment. En tout cas, on devrait avoir tout le temps nécessaire, mais pour les deux tourtereaux de ce film, les choses se compliquent de façon inattendue le jour où Mélanie découvre qu'elle est enceinte ! Deux adolescents de 15 ans confrontés à la naissance d'un enfant : on imagine aisément que cela ne va pas de soi. Ce n'est pas un âge pour être parents et pourtant il faut bien se prononcer et prendre des décisions. Les discussions sont d'autant plus vives que, on s'en doute, à cet âge-là, on est bien obligé un jour ou l'autre de tout révéler aux parents et d'entendre leur avis. Ceux de Maxime (bien que séparés) se rejoignent dans une position d'ouverture et d'accueil. C'est surtout le cas de la mère du garçon, le père étant habité aussi par d'autres préoccupations. Quant à la mère de Mélanie, elle se souvient trop d'avoir elle-même souffert d'avoir eu sa fille alors qu'elle était très jeune pour accepter que cette dernière subisse le même sort. Discussions, petits arrangements, peurs, hésitations, décisions : le film avance en prenant en compte tous les enjeux, toutes les difficultés, faisant naître et grandir chez le spectateur une empathie pour les deux personnages d'adolescents, joués par deux acteurs qui, en dépit de leur âge, font preuve d'un grand talent. Quand Mélanie, soutenue par Maxime, décide de tenir tête à sa mère qui voudrait la faire avorter et lui affirme qu'elle veut garder l'enfant, on en reste pantois d'admiration tant le jeu de l'actrice est fort et convaincant. Pour Maxime, les décisions à prendre s'avèrent d'autant plus complexes que le cœur du garçon est divisé : s'il est habité d'un côté par son amour pour Mélanie, il l'est aussi d'un autre côté par sa passion pour le football. Belle idée que d'en avoir fait un gardien de but qui, guidé par son père, rêve de grimper les échelons de l'excellence. Le « keeper », le gardien, se trouve empêtré dans ses dilemmes. Que lui faut-il garder ? Garder un but, garder Mélanie, garder l'enfant... Peut-on tout garder sans rien perdre ? Ou faut-il faire des choix et, de ce fait, accepter des renoncements ? Et quels choix opérer quand on a affaire à une fille imprévisible comme Mélanie ? En optant pour un sujet aussi délicat, aussi périlleux pour son premier film, le belge Guillaume Senez a pris tous les risques. Mais il a su parfaitement maîtriser sa mise en scène, choisir ses acteurs et les diriger et réussir un film qui échappe totalement à tous les écueils, et en particulier à celui du moralisme. Ce n'est certes pas de leçons de morale dont ont besoin les deux adolescents qui sont au cœur de ce long-métrage, mais d'écoute, d'accompagnement, de soutien et, peut-être, de miséricorde. Jamais le réalisateur n'invite à juger ses personnages, il veut simplement nous les faire aimer tels qu'ils sont, forts et fragiles en même temps. 8/10

Fidelou

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 315 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/03/2016

A quinze ans, on est fou et on s’en fout. Maxime et Mélanie ont juste l’âge de leurs envies. Envie de s’aimer, c’est bien naturel. De faire un enfant par mégarde, c’est plus problématique. De vouloir le garder, c’est à perdre la raison. Age tendre et tête de bois, Max et Mel n’ont pas beaucoup d’atouts pour endosser si tôt des responsabilités d’adultes. Max est apprenti gardien de but dans club de foot et se voit déjà shootant dans les étoiles. Et Mel est bien placée pour savoir ce que sa mère a enduré en ayant vécu la même situation qu’elle quinze ans plus tôt… Les deux ados restent sourds aux mises en garde parentales. C’est donc à marche forcée que Max et Mel feront l’apprentissage de la maturité. Et c’est ce passage à l’âge adulte que suit la caméra. Sans jugement, ni morale, juste par la grâce du numérique qui permet de lire le trouble au plus près des visages. Cela donne de l’émotion et quelques traits d’humour. Comme lorsque Max tente de parler à son fils qu’il tient gauchement dans ses bras : « Ca va aller ? », lui demande-t-il. On sourit en pensant que c’est plutôt le bébé qui devrait s’inquiéter ainsi de son papa… A l’image de ses héros, le premier film de Guillaume Senez, jeune cinéaste franco-belge, est bien de son époque : fier et fragile. Ce n’est évidemment pas l’épaisseur du scénario qui impressionne ici, mais la sincérité du propos autant que le naturel des dialogues. Malgré une mise en place un peu lente, le film est parfaitement servi par ses jeunes interprètes, plus vrais que nature. Prisonnier de ses espérances autant que de ses doutes, ce Keeper est le gardien de ses rêves envolés.

WutheringHeights

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 868 critiques

4,5Excellent
Publiée le 22/03/2016

Keeper est la belle surprise de ce printemps et laisse présager un avenir prometteur pour son réalisateur. Retenez son nom : Guillaume Senez. LA SUITE :

Quentin E. V.

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 855 critiques

2,5Moyen
Publiée le 03/08/2016

Récemment j'ai vu Tête Haute qui était mieux interprété et mieux cerné au niveau du sujet. Si je fais la comparaison c'est que dans la réalisation, je suis obligé de faire le même constat : je déteste cet aspect documentaire à la "tellement vrai" ou "confession intime" où l'on expose des cas socio comme étant la normalité de la France et de la Belgique. Comme le dit la mère de la fille dans Keeper "Je l'ai vécu avant toi", cela confirme mon idée que les cas socio perpétuent des cas socio, y'a toute une éducation et toute une société à revoir, depuis quand des parents laissent des enfants de 15 ans sortir en boîte ? C'est même boîtes qui ont l'interdiction de faire entrer des mineurs ? (quid dans le film ?)... Mais au delà de ça, on préfère montrer les décisions immatures tout au long du film plutôt que d'affronter les vrais problèmes : Décider de choisir de l'avenir du gamin à la foire avec un attrape-peluche, rêvasser de concilier enfant et centre de formation de football, Spoiler: Ne pas assumer d'avoir fait face à sa mère à 3 mois et demi et choisir à la dernière seconde de le faire naître sous X et j'en passe... Au final, qu'elle décide de garder ou d'avorter ne dépend que d'elle et son choix sera forcément le bon. Spoiler: Mais non, à la fin elle n'assume plus et empêche donc au père de vivre son rôle pleinement pour lequel il a sacrifié sa passion. Je n'aime pas les revirements de décisions dans Keeper et je n'ai pas aimé comment on a traité le sujet, mais il faut relativiser ce n'est que le premier long métrage de Guillaume Senez, il a l'avenir devant lui. A suivre.

BeatJunky

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 857 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/05/2016

Un film extrêmement réaliste sur ces jeunes filles insouciantes (ça n'engage que moi) qui succombent au désir de devenir Maman sans penser sur tout ce que cela implique... Le film met parfaitement bien en évidence les réactions de ces jeunes parents qui ont la fâcheuse tendance d'agir par esprit de contradiction, comme pour se rebeller contre l'autorité parentale... ou d'agir sur un coup de tête sur l'envie du moment sans savoir où ils vont et s'ils pourront assumer... A cette âge on idéalise beaucoup (trop... ?) et Guillaume Senez, le jeune metteur en scène qui signe ici son premier long, nous le fait observer en toute objectivité sans jamais chercher à juger. Les acteurs sont vraiment excellents et contribuent évidemment à rendre ce film aussi réaliste et convaincant . Un très bon film qu'il faudrait montrer aux collégiens/nes pour les amener à réfléchir sur les conséquences/diificultés d'avoir un enfant avant d'avoir une vie posée....

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top