Mon Allociné
Keeper
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,9 106 notes dont 22 critiques
0% 0 critique 45% 10 critiques 50% 11 critiques 5% 1 critique 0% 0 critique 0% 0 critique

22 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
traversay1

Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 1 831 critiques

4,0Très bien • Publiée le 30/03/2016

Le premier plan de Keeper montre deux adolescents s'embrassant avec fougue. Ils sont jeunes, insouciants, libres. Mais elle tombe enceinte et là commencent les questionnements. Dans une veine naturaliste, le premier film de Guillaume Senez séduit par sa vérité, sa sincérité, sa qualité d'interprétation mais aussi son découpage narratif, qui pallie une mise en scène un peu sage. Keeper s'attache principalement à celui qui va, peut-être, devenir père. C'est un parti pris. Un autre film aurait pu être tourné avec la vision de la future maman. C'est sans lourdeur mélodramatique et sans angélisme non plus que Senez trace le chemin, avec une maîtrise plutôt remarquable pour un tout premier long-métrage. L'influence des frères Dardenne est lointaine, on pourrait tout aussi bien citer Pialat mais le réalisateur franco-belge possède déjà un style qui lui est propre. Prometteur, le garçon !

Fontaine Eric

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 85 critiques

4,0Très bien • Publiée le 29/03/2016

Une jeunesse insouciante ? Un couple d'adolescents en manque de repères ? Non, Guillaume Senez casse les clichés et les préjugés avec un film qui va proposer d'autres pistes, d'autres solutions ou pas...C'est culotté de raconter une histoire qui aurait pu devenir un cauchemar à filmer, ici le réalisateur accomplit un vrai sacerdoce sur le questionnement de la vie, il puise son scénario dans une logique de l'espoir même quand les choses paraissent débridées. Ce petit couple au fond représente la jeunesse mais aussi le regard trouble du mystère de la vie, c'est beau et talentueux ! http://www.cinephiletv.com

Christophe G.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,5Excellent • Publiée le 30/03/2016

Un trés beau film, sensible, touchant, sur un sujet pourtant difficile à traiter (la grossesse d'un couple d'adolescents Maxime et Mélanie). Filmant au plus près les doutes, les déchirements, la souffrance d'une telle décision (le garder ou pas), le film révèle surtout 2 acteurs (adolescents) absolument étonnants par leur sincérité et le réalisme des situations. Les autres acteurs (les parents notamment) sont également trés convaincants. La force du film et sa grandeur c'est qu'il ne pose pas de jugement sur un sujet aussi tabou. Qu'il n'impose pas aux spectateurs une vision, un point de vue sur un thème aussi délicat et intime. Bref.. Un film délicat, difficile à oublier tant par sa justesse que la qualité de l'interprétation. Et lorsque l'on se dit que c'est un premier film... on a hâte de voir le second !!!

Cine vu

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 404 critiques

4,0Très bien • Publiée le 24/03/2016

Et si on jouait au « Papa et à la Maman » ? Ici on pense aux Frères Dardenne, pour la douceur et la finesse des personnages mais aussi pour cette authenticité chez les vrais gens. Mélanie et Maxime sont des enfants avec des rêves d’avenir bordés d’illusion, Mélanie est si aimante, si craintive et tout même si têtue comme on peut l’être à 15 ans. Ce petit bonhomme, Maxime, ne fait que vouloir être un homme mais il vacille, se cherche pour mieux se perdre. La mère du fils est volontaire pour les soutenir mais ce ne sera pas suffisant, les bases son trop fragiles. Un film tendre sur l’adolescence, ses questionnements, ses incertitudes et ses rêves américains. Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi sont incroyables de justesse et d’émotions. Guillaume Senez présente son premier long métrage chargé d’amour, de tristesse et de lucidité. On aimerait que le film ne passe pas inaperçu. http://cinevu.me/keeper/

Yves G.

Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 642 critiques

4,5Excellent • Publiée le 24/03/2016

Maxime et Mélanie ont quinze ans. Ils s'aiment. Mélanie tombe enceinte. Gardera ? Gardera pas ? Le titre, pas très heureux, nous met sur la piste. Et on se doute que si Mélanie avortait, il n'y aurait pas beaucoup de film. Donc, même si la décision n'intervient qu'au mitan du film, elle le garde. Vous pensez que je viens de vous spoiler le suspense ? Vous vous trompez. Car la fin du film, étonnante et inéluctable, vous scotchera. Mais n'allons pas si vite en besogne. Ou plutôt ne passons pas à côté de ce qui fait l'intérêt de ce premier film si juste qui soutient la comparaison avec les chefs d’œuvre des Dardenne et de Kechiche, excusez du peu. De quoi s'agit-il ? Pas seulement de dénouer le dilemme gardera/gardera pas. Mais surtout de décrire les paradoxes de l'adolescence. Guillaume Senez est sans cesse sur la corde raide. Et on tremble tout le long du film qu'il n'en tombe, en versant dans le moralisme et/ou dans le sentimentalisme. Il parvient étonnamment à éviter ces deux périls. Son ton est toujours juste. Il réussit miraculeusement à décrire un âge contradictoire. Maxime et Mélanie sont deux gamins amoureux, qui se roulent des pelles et s'écrivent des textos (admirablement bien orthographiés, seule entorse au réalisme du film) et qui s'enflamment à l'idée d'avoir un enfant. Ils n'ont évidemment pas la moindre conscience des conséquences de leur choix. Et on frémit pour eux des périls qui les guettent : la fatigue de la petite enfance, la lassitude dans le couple, le décalage avec les amis du même âge... Cette conscience-là, ce sont leurs parents qui tentent de la leur faire acquérir. Du côté de Mélanie, une mère dont on comprend qu'elle a eu, elle aussi, un enfant très jeune. Et qui refuse à sa fille la liberté de faire, comme elle, le mauvais choix. Du côté de Maxime, deux parents, plus âgés, plus aisés, mais divorcés : un père, entraîneur de foot, qui rêve pour son fils la carrière de joueur qu'il n'a pas eue, et une mère qui porte seule l'éducation de son fils. Vous me direz que le sujet a déjà été traité dans Juno. Et vous aurez raison. J'ai un excellent souvenir de Juno... le problème est que je n'en ai aucun souvenir ! Du coup, sauvé par mon Alzheimer, j'ai savouré Keeper comme l'un des tout meilleurs films de ce début d'année 2016.

sysou

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 119 critiques

4,0Très bien • Publiée le 24/03/2016

Kacey Mottet Klein poursuit son petit bonhomme de chemin avec des films exigeants et remarquables et son indéniable talent. Le thème de Keeper est difficile : un jeune couple d'ado de 15 ans décide de garder un bébé suite à une grossesse non désirée, contre l'avis de tous les adultes les entourant. Les adultes ont bien évidemment raison, mais le regard de ce père raté en devenir est porté avec grâce et intelligence. Il ne s'agit d'un plaidoyer anti-avortement, mais d'un parcours humain émouvant et sensible qui retourne le spectateur.

Pauline_R

Suivre son activité 127 abonnés Lire ses 291 critiques

4,0Très bien • Publiée le 24/03/2016

Une très jolie surprise pour un premier film attachant et intimiste, portrait réussi de deux adolescents confrontés à une première grossesse. Finement écrit, Keeper m'a fait passer par toutes les émotions : tendresse, énervement, frustration, empathie et tristesse...au regard du comportement et des choix de ces gamins "attachiants" qui oscillent entre rêves et réalité, entre espoir et peur. Le choix des acteurs est pour beaucoup dans la qualité et la justesse du film, Kacey Mottet Klein et Galatéa Bellugi incarnant à merveille ce couple d'adolescents à la fois immatures et sensibles.

poet75

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 309 critiques

4,0Très bien • Publiée le 23/03/2016

Mélanie (Galatéa Bellugi) et Maxime (Kacey Mottet Klein) sont deux adolescents de 15 ans qui s'aiment d'amour tendre ou, plus exactement, qui apprennent à s'aimer : une des premières scènes du film l'indique habilement, aimer c'est aussi respecter l'autre, ne pas l'obliger à faire ce pour quoi il (ou elle en l'occurrence) n'éprouve que dégoût. A 15 ans, on a tout le temps qu'il faut pour découvrir ce que c'est que de s'aimer vraiment. En tout cas, on devrait avoir tout le temps nécessaire, mais pour les deux tourtereaux de ce film, les choses se compliquent de façon inattendue le jour où Mélanie découvre qu'elle est enceinte ! Deux adolescents de 15 ans confrontés à la naissance d'un enfant : on imagine aisément que cela ne va pas de soi. Ce n'est pas un âge pour être parents et pourtant il faut bien se prononcer et prendre des décisions. Les discussions sont d'autant plus vives que, on s'en doute, à cet âge-là, on est bien obligé un jour ou l'autre de tout révéler aux parents et d'entendre leur avis. Ceux de Maxime (bien que séparés) se rejoignent dans une position d'ouverture et d'accueil. C'est surtout le cas de la mère du garçon, le père étant habité aussi par d'autres préoccupations. Quant à la mère de Mélanie, elle se souvient trop d'avoir elle-même souffert d'avoir eu sa fille alors qu'elle était très jeune pour accepter que cette dernière subisse le même sort. Discussions, petits arrangements, peurs, hésitations, décisions : le film avance en prenant en compte tous les enjeux, toutes les difficultés, faisant naître et grandir chez le spectateur une empathie pour les deux personnages d'adolescents, joués par deux acteurs qui, en dépit de leur âge, font preuve d'un grand talent. Quand Mélanie, soutenue par Maxime, décide de tenir tête à sa mère qui voudrait la faire avorter et lui affirme qu'elle veut garder l'enfant, on en reste pantois d'admiration tant le jeu de l'actrice est fort et convaincant. Pour Maxime, les décisions à prendre s'avèrent d'autant plus complexes que le cœur du garçon est divisé : s'il est habité d'un côté par son amour pour Mélanie, il l'est aussi d'un autre côté par sa passion pour le football. Belle idée que d'en avoir fait un gardien de but qui, guidé par son père, rêve de grimper les échelons de l'excellence. Le « keeper », le gardien, se trouve empêtré dans ses dilemmes. Que lui faut-il garder ? Garder un but, garder Mélanie, garder l'enfant... Peut-on tout garder sans rien perdre ? Ou faut-il faire des choix et, de ce fait, accepter des renoncements ? Et quels choix opérer quand on a affaire à une fille imprévisible comme Mélanie ? En optant pour un sujet aussi délicat, aussi périlleux pour son premier film, le belge Guillaume Senez a pris tous les risques. Mais il a su parfaitement maîtriser sa mise en scène, choisir ses acteurs et les diriger et réussir un film qui échappe totalement à tous les écueils, et en particulier à celui du moralisme. Ce n'est certes pas de leçons de morale dont ont besoin les deux adolescents qui sont au cœur de ce long-métrage, mais d'écoute, d'accompagnement, de soutien et, peut-être, de miséricorde. Jamais le réalisateur n'invite à juger ses personnages, il veut simplement nous les faire aimer tels qu'ils sont, forts et fragiles en même temps. 8/10

Fidelou

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 241 critiques

3,5Bien • Publiée le 23/03/2016

A quinze ans, on est fou et on s’en fout. Maxime et Mélanie ont juste l’âge de leurs envies. Envie de s’aimer, c’est bien naturel. De faire un enfant par mégarde, c’est plus problématique. De vouloir le garder, c’est à perdre la raison. Age tendre et tête de bois, Max et Mel n’ont pas beaucoup d’atouts pour endosser si tôt des responsabilités d’adultes. Max est apprenti gardien de but dans club de foot et se voit déjà shootant dans les étoiles. Et Mel est bien placée pour savoir ce que sa mère a enduré en ayant vécu la même situation qu’elle quinze ans plus tôt… Les deux ados restent sourds aux mises en garde parentales. C’est donc à marche forcée que Max et Mel feront l’apprentissage de la maturité. Et c’est ce passage à l’âge adulte que suit la caméra. Sans jugement, ni morale, juste par la grâce du numérique qui permet de lire le trouble au plus près des visages. Cela donne de l’émotion et quelques traits d’humour. Comme lorsque Max tente de parler à son fils qu’il tient gauchement dans ses bras : « Ca va aller ? », lui demande-t-il. On sourit en pensant que c’est plutôt le bébé qui devrait s’inquiéter ainsi de son papa… A l’image de ses héros, le premier film de Guillaume Senez, jeune cinéaste franco-belge, est bien de son époque : fier et fragile. Ce n’est évidemment pas l’épaisseur du scénario qui impressionne ici, mais la sincérité du propos autant que le naturel des dialogues. Malgré une mise en place un peu lente, le film est parfaitement servi par ses jeunes interprètes, plus vrais que nature. Prisonnier de ses espérances autant que de ses doutes, ce Keeper est le gardien de ses rêves envolés. http://fidelou.over-blog.com

WutheringHeights

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 575 critiques

4,5Excellent • Publiée le 22/03/2016

Keeper est la belle surprise de ce printemps et laisse présager un avenir prometteur pour son réalisateur. Retenez son nom : Guillaume Senez. LA SUITE : http://www.hugobrown.net/2016/03/keeper-un-film-de-guillaume-senez.html

Les meilleurs films de tous les temps