Mon Allociné
No Home Movie
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 4,0 11 titres de presse
  • Critikat.com
  • Les Inrockuptibles
  • Télérama
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Journal du Dimanche
  • Studio Ciné Live
  • Positif
  • La Septième Obsession
  • Première
  • Les Fiches du Cinéma
  • Le Monde

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

11 critiques presse

Critikat.com

par Adrien Dénouette

"No Home Movie" boucle ainsi (...) l’œuvre immense d’une petite fille qui avait commencé par saccager la cuisine de maman.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Les Inrockuptibles

par Serge Kaganski

Découvrir ce film aujourd’hui, c’est évidemment ressentir l’émotion d’un double deuil face à un lien mère-fille qui était si puissant dans la vie qu’il s’est prolongé au cinéma et jusque dans la mort. C’est constater aussi que sous ses dehors superficiels de petit film de famille, "No Home Movie" est une puissante oeuvre récapitulative (comme l’on comprend ce titre!), l’épilogue d’une immense cinéaste en lequel résonnent les échos de "Saute ma ville", "News from Home", "Jeanne Dielman…", "Demain on déménage"…

Télérama

par Jacques Morice

Il y a quelque chose de troublant à savoir que Chantal Akerman a disparu peu de temps après sa mère.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

par Jean-Sébastien Chauvin

Les derniers instants du film, qui sont aussi les ultimes vibrations d’une œuvre immense, forment alors comme un projet de cinéma : contre la mort qui s’avance inexorablement, chercher par l’image à garder vivants ceux qu’on aime.

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

"No Home Movie" est un film infiniment touchant où l’intime et l’universel ne font qu’un, de même la vie et la création. L’art documentaire de Chantal Akerman y déploie toute sa force, intuitive, souterraine, quasi primitive.

Studio Ciné Live

par Thomas Baurez

Chantal Akerman, décédée cette année, aura inventé le cinéma de l'intime. Cet ultime regard filme sa mère qui s'en va peu à peu, et transfigure le réel en morceaux de poésie bruts.

Positif

par Éric Derobert

"No Home Movie", avouons-le, relève d'un art brut essentiellement habité par et pour ses protagonistes. Il nous émeut cependant, parce qu'il renvoie aux débuts de Chantal Akerman comme cinéaste expérimentale des années 1970.

La Septième Obsession

par Arnaud Hallet

"No Home Movie" est ainsi un cinéma de résilience et de résistance. Son pouvoir d’action ? Raviver les mémoires. Il porte en lui une mémoire double : intime et collective.

Première

par Isabelle Danel

Exigeant et minimaliste, tourné avec une petite caméra à l’image approximative et au son idoine, ce documentaire centré sur sa mère est un pêlemêle. (...) Paroles et silences, non-dits et résurgences… On pense à Jeanne Dielman... Une vie de rien, si grande pourtant.

La critique complète est disponible sur le site Première

Les Fiches du Cinéma

par Nathalie Zimra

Constitué de bouts épars, issus d'archives personnelles, ce travail radical pourra en décourager plus d'un.

Le Monde

par Isabelle Regnier

L'honnêteté absolue de ce dispositif rappelle la frontalité nue avec laquelle elle (Chantal Akerman) approchait ses sujets dans les années 1970 (...).

Les meilleurs films de tous les temps