Mon AlloCiné
11 minutes
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,6
41 notes dont 7 critiques
29% (2 critiques)
14% (1 critique)
29% (2 critiques)
29% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)

7 critiques spectateurs

Loïck G.

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 724 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/04/2017

Jerzy Skolimowski persiste et signe pour un cinéma qui porte vraiment bien son nom, celui du pouvoir des images contestées dans tout ce qu’elles ont de plus véridiques et charnelles. Loin de la complaisance et des effets linéaires des scénarios faciles, le réalisateur imagine cette fois la manière dont le monde se comporte en tournant réellement sur lui-même. Et donc en n’apportant rien de consistant à son existence. Il le fait à travers un film à tiroirs dans lequel 11 personnages vont participer à la même journée sans le savoir mais tout en provoquant les ressorts nécessaires à sa plus ou moins bonne exécution. C’est tellement maîtrisé et joyeux, dramatique et irrévérencieux que le puzzle devient parodique et acerbe. A sa façon très personnelle et intelligente Jerzy Skolimowski saute dans le vide et se rattrape de manière sidérale. C’est un film mal identifié, un FMI du septième art… Pour en savoir plus

http://www.lheuredelasortie.com/11-minutes-de-jerzy-skolimowski-critique-cinema/

traversay1

Suivre son activité 299 abonnés Lire ses 2 463 critiques

2,5Moyen
Publiée le 17/04/2017

Jerzy Skolimowski n'est pas n'importe qui. Moins connu que Wajda et Polanski, ses aînés, il est l'un des grands cinéastes polonais depuis les années 60, avec une période féconde outre-Manche. Haut les mains, Deep End ou Travail au noir, entre autres titres, lui donnent une place bien particulière pour les cinéphiles. Il faut bien reconnaître que 11 minutes, après le surprenant Essential Killing en 2010, n'est pas le genre de films que l'on attend à voir tourner un réalisateur qui frise les 80 ans. Sur le plan formel, c'est du travail de virtuose avec un sens du cadre et de la mise en scène assez remarquable. On sera moins enthousiaste sur le fond de l'affaire : 11 minutes, ce sont celles vécues par une multitude de personnages, concomitamment à Varsovie. Une foule de petites histoires, donc, qui s'enchevêtrent pour certaines, qui sont vues sous plusieurs angles avec des protagonistes qui se croisent, ou pas. On appelle cela un exercice de style, dont le temps est dilaté par le montage, pour un résultat final de 80 minutes de film. On croise des bonnes soeurs, un vendeur de hot dog, un peintre amateur, une femme enceinte, un metteur en scène américain et beaucoup d'autres individus dont on suit la trajectoire par intermittence. Les seuls personnages dotés d'un nom sont au nombre de 3, deux parlent anglais et le troisième est un chien. Le problème de ce dispositif choral est qu'évidemment il n'y a aucune profondeur psychologique et une dispersion totale de l'attention vers les menues bribes d'information qu'il est possible de glaner. De toute manière, cela ne sert pas vraiment à quelque chose puisqu'il semble bien que Skolimowski s'intéresse avant tout à son climax final. Lequel, soit dit en passant, fait pschitt. En définitive, la construction sophistiquée et trop chargée de 11 minutes aboutit ni plus ni moins qu'à une sorte d'impasse. Bien léchée, certes, mais une impasse quand même.

CineSeriesMag

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 518 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 19/04/2017

Présenté à la sélection officielle du Mostra de Venise en 2015, 11 Minutes s’annonçait comme un drame d’un genre nouveau. Pourtant, nous nous retrouvons plongés pendant 1h20, au centre d’un scénario complètement éclaté. En jouant à déconstruire et reconstruire les classiques de la réalisation, Jerzy Skolimowski immerge son œuvre cinématographique dans un amas de confusions. À l’honneur, pas moins d’une dizaine de personnages se succédant, s’entremêlant et se déchainant dans un thriller quelque peu soporifique. Nous attendons impatiemment le dénouement, annoncé comme un twist final efficace, profond et surprenant. Pourtant, à l’arrivée de cette dernière séquence, le jugement reste le même : 11 Minutes est un puzzle qui s’emboite difficilement. Critique complète sur CinéSéries-Mag

https://www.cineseries-mag.fr/11-minutes-un-film-de-jerzy-skolimowski-critique-96701/

Christoblog

Suivre son activité 286 abonnés Lire ses 947 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 23/04/2017

A la fois brillant et vain, le dernier film de Jerzy Skolimowski ne laissera pas indifférent. L'idée est intellectuellement plaisante, mais comprend en elle-même ses propres limites : il s'agit de suivre les trajectoires de plusieurs personnages pendant 11 minutes de leur vie, 11 minutes qui conduisent on s'en doutera vite à un drame, dont la plupart ne sortiront pas indemnes. Le principal intérêt du film - et à la réflexion, le seul - réside dans l'incroyable virtuosité dont fait preuve Skolimowski. Les mouvements de caméra sont amples et souples, la lumière magnifiquement travaillée, la bande-son profondément originale et le film regorge d'idées brillantes, bien que tout à fait inutiles au regard de la narration (comme par exemple une caméra subjective qui reflète le point de vue d'un chien). Le film est parsemé d'éléments plus ou moins fantastiques qui nous embrouillent complètement (des oiseaux traversent les vitres, certains voient une tâche dans le ciel, un homme parle bizarrement dans une télévision qui s'allume toute seule) et qui n'apportent pas grand-chose au film, ce dernier baignant déjà sans ces éléments dans une atmosphère bien étrange. En effet, les personnages ne sont pas des quidams, ils font tous plus ou moins des trucs border line : traffic de drogue, porno, vol, prison, pédérastie, etc. J'ai finalement plutôt aimé me laisser prendre par la main dans ce monde bizarre et envoutant, me demandant où le cinéaste allait m'emmener, et constatant finalement qu'il ne le savait pas probablement lui-même. Curieusement, le fait de couper en tranches les existences de ses personnages fait apparaître ce film très court (1h21) beaucoup plus long qu'il n'est. A conseiller aux aventuriers de l'écran ou/et à ceux qui suivent le réalisateur polonais depuis le début de sa carrière.

http://www.christoblog.net/2017/04/11-minutes.html

Anna R.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 19/04/2017

Je ne m'attendais pas à ça. En même temps, à chaque Skolimowski c'est le choc, la surprise. Et ce film prouve que l'on ne s'assagit pas toujours avec l'âge. Pour moi c'est un OVNI, un film choc qui marque longtemps (et qui décoiffe)

Alice D.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 19/04/2017

Impressionnant comme le réalisateur arrive à faire monter la tension tout le film, avec 11 personnages différents qui ne se croisent presque pas. On est dans la vie de chaque personnage, c'est à la fois un film à grand spectacle, avec des effets fous, et un film cousu finement, délicat.

velocio

Suivre son activité 220 abonnés Lire ses 1 707 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 19/04/2017

Agé de 78 ans, le réalisateur, acteur et peintre polonais Jerzy Skolimowski a réalisé son premier long métrage il y a 53 ans et il obtint ses plus grands succès internationaux en 1970 avec Deep End et en 1982 avec Travail au noir. En 1991, très déçu par son adaptation du roman Ferdydurke qu’il considère comme son plus mauvais film, il décide de faire une pause de quelques années avant de se lancer dans une nouvelle réalisation. En fait, cette pause va durer 17 ans et il va l’occuper en se consacrant à la peinture et en « faisant » l’acteur dans un certain nombre de films. En 2008, il se lance de nouveau dans la réalisation avec Quatre nuits avec Anna, suivi de Essential Killing en 2010. 11 minutes, présenté à la Mostra de Venise 2015, est donc le 3ème film de cette nouvelle vie de réalisateur. C’est sans doute aussi le plus ambitieux. Puzzle : c’est le premier mot qui vient à l’esprit lorsqu’on souhaite parler de 11 minutes. En effet, après un prologue particulièrement abscons tourné avec un téléphone portable, une caméra d’ordinateur et une caméra de surveillance et dans lequel les images partent dans tous les sens, Jerzy Skolimowski va entremêler 11 histoires différentes se déroulant à Varsovie sur une période de 11 minutes, de 17 heures à 17 heures et 11 minutes. Essayer de donner ne serait-ce qu’un vague aperçu de ce qui se déroule durant ces 11 minutes apparait totalement vain. Tout au long du film le réalisateur se plait à générer une ambiance de plus en plus anxiogène annonçant l’imminence d’une catastrophe et à parsemer son film d’allégories et de symboles dont il n’est pas toujours évident de faire une interprétation pertinente. Une certitude : 11 minutes est un film qui vous en met plein les mirettes. Cela en fait-il pour autant un film incontournable ? important ? Ou bien prétentieux ? Cela en fait-il un film qui vieillira bien ou, au contraire, un film dont les laudateurs du jour se transformeront en contempteurs avec le temps ? En fait, il est fort probable qu’une seule et même personne peut se retrouver à donner un avis différent selon son humeur du moment, selon son état de forme physique. A vous de voir si vous êtes prêt à vous confronter à cet objet filmé pas très bien identifié !

http://www.critique-film.fr/critique-11-minutes/

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top