Mon AlloCiné
    Split
    note moyenne
    4,1
    14507 notes dont 968 critiques
    14% (139 critiques)
    43% (412 critiques)
    23% (226 critiques)
    13% (125 critiques)
    4% (42 critiques)
    2% (24 critiques)
    Votre avis sur Split ?

    968 critiques spectateurs

    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 706 critiques

    3,5
    Publiée le 25 février 2017
    Le nouveau film de Syamalan sonde les profondeurs de l'esprit humain et met en avant la théorie du dédoublement de personnalité associé à la destruction des barrières cérébrales humaines. Ainsi on y découvre un personnage complexe et passionnant, surprenant et surpuissant, jusqu'à cette conclusion excitante qui connecte le film a Incassable. https://m.facebook.com/la7emecritique/
    Baptistos
    Baptistos

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 372 critiques

    3,5
    Publiée le 4 mars 2017
    Par son synopsis plutôt séduisant, nous ne pouvons que nous empresser d'aller voir cette œuvre signée M.Night Shyamalan. Après quelques déceptions de sa part, avec notamment le moyen After Earth ou encore Le Dernier Maître de l'air, malgré un palmarès qui reste tout de même prodigieux, se caractérisant par des films tels que Sixième Sens, Signes ou encore Incassable, M. Night Shyamalan retrouve un second souffle. Si ce mélange de sciences, de psychologie et de fantastique est un genre qui lui va à merveille, ce dernier parvient à livrer avec une classe monumentale un film angoissant porté par une réalisation oppressante menée en main de maître. Split s'octroie un suspens phénoménal qui emmène le spectateur pendant près de deux heures dans un labyrinthe de réflexion, de peur mais aussi de plaisir. Effectivement, le spectateur prend un immense plaisir à découvrir ce film. Plutôt original, disposant d'une ambiance particulièrement prenante et paralysante grâce à des musiques stressantes s'intégrant parfaitement au thème, nos sensations devant un tel effroi se dynamisent et s'amplifient toujours plus au fur et à mesure de l'avancée du film. Ainsi, le spectateur ne parvient pas à une seule seconde à s'ennuyer, il n'y a pas véritablement de longueurs, de baisses de rythmes, au contraire...la pression monte et atteint même son seuil de paroxysme. Le rythme s'intensifie et nous découvrons peu à peu le visage ou plutôt les visages de notre charismatique personnage principal. Charismatique, oui, même si il est très difficile de définir ce personnage campé à la perfection par un James McAvoy méconnaissable. Énigmatique comme l'intégrale du film, ce personnage joue un rôle multiple. Avec ses 23 personnalités bien distinctes et la venue d'une 24ème frissonnante et effrayante, il y a de quoi faire...Et James McAvoy parvient grâce à son personnage, à nous faire peur, mais aussi à nous faire rire et à nous amuser et c'est là que l'intelligence émane car ce personnage arrive à nous faire ressentir une certaine sympathie. Ainsi, l'humour noir d'une justesse impressionnante fait des ravages et dégage une certaine originalité car de nombreux rebondissements interfèrent avec cet humour. Certaines scènes forcent le respect et instaurent une énergie propre et une atmosphère étouffante. Les détails des plans, des lieux, des musiques renforcent cette idée et donne à ce film un aspect horrifique. Cependant, si M.Night Shyamalan maîtrise son sujet, on aurait aimé quelque chose de plus fluide et de plus profond. Si la réalisation prouve une certaine forme de génie, quelques aspects narratifs et informatifs manquent à l'appel et le final semble être dans la capacité de s'améliorer, elle pourrait être plus approfondi. M.Night Shyamalan dévoile ainsi un film de bonne qualité, reflétant d'une réalisation particulièrement convaincante. Toutefois nous ne sortons pas bluffé à 100%, s'expliquant par un manque d'ambition et de rigueur. Si Split se révèle être le film qui renoue à merveille le lien entre spectateur, le réalisateur et le fantastique ( mélangé à ce qui s'apparente à de l'épouvante ), il manque cette petite flamme qui pourrait rendre ce film plus grandiose.
    Nicolas V
    Nicolas V

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 548 critiques

    3,5
    Publiée le 26 avril 2017
    Après l’intéressant The visit, M. Night Shyamalan confirme son retour avec Split. Le réalisateur a bien choisi son acteur principal pour camper plusieurs personnalités. L'acteur ne décoit pas et étonne même par moments. Par contre, il n'y a pas à l'écran 24 personnalités mais seulement 3 voir 4 ( si l'on compte barry ). L’intérêt du film réside dans la contemplation du jeu d'acteur de James McAvoy et dans la curiosité ( assouvie ou non ) de voir la fameuse bête citée dans le film. Split n'est pas dans le registre du pure suspense tel sixième sens, the visit ou phénomènes . Les "jump scare" ou sursautements sont presque absent. Il s'agit plus d'un thriller psychologique ou fantastique. La mise en scène , convenue la plupart du temps, est inventive vers la fin et joue avec les angles de vue et la lumière avec brio. De plus, le scénario nous étonne jusqu'à la dernière minute. Garantie. Le réalisateur à arrêter de faire compliqué ( village ) ou de s'attaquer à trop gros ( le sujet de phénomènes par exemple ) mais renoue avec une histoire plus simple sur le fond pour gagner en intensité.
    ptitmayo
    ptitmayo

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 515 critiques

    4,5
    Publiée le 9 juillet 2017
    Sans être parfait, "Split" vient relancer la carrière d'un cinéaste brillant à ses débuts ("Sixième sens", "Incassable") et en pleine errance depuis des années ("Phénomènes", "After Earth" pour ne citer qu'eux parmi tant d'autres ratés). Ici, la mise en scène est assez éblouissante, dans ce qui constitue un quasi huit-clos à l'ambiance oscillant entre le comique spoiler: (quand Kevin demande de nettoyer la salle de bain, ses apparitions en femme et en garçon) et le flippant spoiler: (l'enlèvement, la balade sur les murs, etc..) , M Night Shyamalan jouant à merveille la carte du claustrophobique spoiler: (le jeu avec les lumières est omniprésent, la métaphore de la fenêtre en dessin va aussi dans ce sens) dans un mélange entre thriller spoiler: (l'enlèvement, la psy qui enquête sur les différentes personnalités de Kevin) et film d'horreur spoiler: (les longs couloirs lugubres, la fille qui se fait tirer les pieds, la mythologie de la bête) , le tout saupoudré de références spoiler: (quand Kevin parle devant 2 miroirs révélant chacun une personnalité différente, ça fait très Gollum du "Seigneur des Anneaux") . Néanmoins, l'atout principal du film, c'est bien sûr James McAvoy, ahurissant dans son jeu des multiples personnages qui l'habitent spoiler: (la femme, le garçon qui zozote, le passionné d'Histoire, etc...) et cohabitent de manière compliquée spoiler: (les rendez-vous chez la psy permettent d'y voir plus clair dans la hiérarchie trouble des personnalités) . Allures spéciales, jeux de regards, mimiques faciales, intonations vocales, visage alternant entre douceur et hystérie spoiler: (avec les veines du front qui ressortent) , la panoplie est complète et m'a bluffé, surtout dans certaines scènes hallucinantes spoiler: (quand Kevin change de protagoniste toutes les 5 secondes sans coupure de montage) et quand ce dernier mixe les traits de caractères spoiler: (le kidnappeur qui évoque le chandail, ou bien Dennis qui joue un autre personnage) . Autre très bon point, James McAvoy trouve du répondant face à lui, en la personne de la surprenante Anya Taylor-Joy, parfaite dans le rôle de Casey, femme à l'esprit torturé trouvant sa place sans souci spoiler: (les flashbacks la concernant sont pertinents) . Au final, la seule chose que je pourrais reprocher au film est son dénouement relativement attendu spoiler: (à l'exception de la surprise finale liant "Incassable" et "Split") , petite ombre d'une oeuvre majeure, titillant sans arrêt notre paranoïa. Époustouflant!!!
    Ragnar38
    Ragnar38

    Suivre son activité 35 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 4 août 2017
    Un Tour de Force. Après quelques films en demi-teinte, M Night Shyamalan fait un retour fracassant avec ce Thriller D’Épouvante Éprouvant et Brillant qui renouent avec panache avec les débuts du cinéaste. Pour Commencer la Mise en Scène est maitriser avec maestria en regorgeant de plans séquences audacieux et qui est servi par une BO anxiogène de West Dylan Thordson qui apporte toute la tension oppressante du long métrage. Ensuite le Scénario est quand a lui Brillamment écrit en parvenant a brouiller les cartes du début jusqu’à son dénouement finale surprenant spoiler: en parvenant a avoir une connexion avec le mythique Incassable dont l'apparition de Bruce Willis reprenant le rôle de David Dunn s'annonce grandiose dont on en ressort totalement surpris avec un rythme soutenue pendant 1h57, Ajouter a cela une Tension permanente qui monte rapidement crescendo tout en parvenant a mettre nos nerfs a rude épreuve dont notamment en réussissant a nous effrayer et sursauter lors des moments riche en adrénaline mais qui n'oublie pas pour autant d'y inclure une touche Dramatique particulièrement intense lors des rares moments intimistes. Enfin le Casting est quand a lui en or dont la palme revient au talentueux James Mcavoy qui éblouit l'écran en nous livrant l'une des de ces meilleures performances d'acteurs dans la peau de l'inquiétant et énigmatique Kevin et ses 23 personnalités hautes en couleurs, autour de cet étrange personnage la ravissante Anya Taylor-Joyn nous bluffe avec son interprétation de la jolie et courageuse Casey qui est rejointe par Betty Buckley,Jessica Sula et Haley Lu Richardson qui livrent une interprétation trés convaincante en y apportant leurs édifice au film. En Conclusion, Split est assurément l'un des meilleurs films de Shyamalan depuis longtemps mais également l'un des meilleurs Thrillers Horrifiques digne de Psychose qui s’avère a la fois Terrifiant,Glauque,Brillant et Saisissant qui fait dorénavant partie des futurs classiques du Cinéma a découvrir impérativement dont la fin laisse augurer une suite particulièrement réjouissant.
    Emmanuel D.
    Emmanuel D.

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 174 critiques

    4,0
    Publiée le 2 février 2019
    Thriller intrigant réalisé par l’illustre M. Night Shyamalan (Sixième Sens, Incassable), Split nous place dans la peau de Kevin Wendell Crumb, un homme atteint d’un trouble dissociatif de l’identité interprété par James McAvoy (Le monde de Narnia, la deuxième trilogie X-Men, Docteur Frankenstein), avec pas moins de vingt-trois personnalités enfouies en lui. Bien que suivi de près par une psychiatre dévouée sous les traits de Betty Buckley (Carrie au bal du diable, Wyatt Earp, Phénomènes), cette dernière ne se doute pas qu'il est responsable de l'enlèvement de trois adolescentes de dix-sept ans, dont la jeune Casey bien plus taciturne mais surtout bien plus maligne et perspicace que les autres, remarquablement bien jouée par la jeune Anya Taylor-Joy. Le film se passe essentiellement en huis clos dans un effroyable sous-sol où les trois filles sont retenues prisonnières et tentent de s'évader tout en essayant de comprendre ce qui se passe. McAvoy fait preuve d'un jeu d'acteur bluffant en changeant régulièrement de personnalité, entre Dennis le dangereux psychopathe rigide et maniaque, Hedwig le gamin de neuf ans dans un corps d’adulte qui parle de manière innocente en zozotant avec une VF très crédible, et Patricia qui le fait s’habiller comme une femme. L'ambiance est très pesante et le mystère du personnage subsiste alors qu'il parle de la bête, une dangereuse personnalité qui serait sur le point d'émerger. Son âme et sa chair sont le théâtre d'une guerre entre ses divisions spoiler: qui vont le faire devenir incontrôlable et lui octroyer des capacités hors du commun, comme se déplacer sur les murs et faire subir de violentes morsures. Son rapport avec Casey se révèle assez émouvant, cette dernière semblant s’être attachée à lui spoiler: comme dans un syndrome de Stockholm (et ayant également un passé douloureux) , tout en essayant de l’amadouer pour mieux s’enfuir. Mais aussi exceptionnel que soit son jeu d'acteur, le personnage aurait mérité d'avoir un background plus fouillé afin de renforcer le scénario, qui se veut finalement très simple. C’est du moins ce qu’on pense si on s’arrête avant la toute dernière séquence, qui crée fortement la surprise alors qu’une fille mentionne un cinglé en chaise roulante qui fut interné quinze ans auparavant, suite au flash info donnant « la horde » comme surnom au personnage joué par McAvoy. Le lien avec spoiler: Incassable se confirme alors que Bruce Willis apparaît en caméo , son personnage de spoiler: David Dunn rappelant le surnom du « bonhomme qui casse » pour annoncer le dernier volet d’une trilogie mettant en scène les trois personnages principaux. Les indices étaient assez minces, mais on peut relever les patients persuadés d’avoir des capacités hors du commun à la psy, le côté surnaturel de la bête et le rapport que Kevin entretient avec le train, les fleurs qu’il pose sur le quai offrant un indice sur son passé. spoiler: Il était même déjà présent dans Incassable, quand David touche un enfant qui se fait traîner par sa mère dans le stade, il entend les hurlements de la souffrance qu’il a pu subir. Un très bon film qui marque d’autant plus par son cliffhanger final !
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 338 abonnés Lire ses 2 112 critiques

    3,5
    Publiée le 3 mars 2017
    M.Night Shyamalan avait commencer à remonter dans mon estime avec son dernier film The visit. Il continue son retour en grâce avec ce Split de bonne facture. Même si ça commence un peu mou, j’avais de gros doutes dans un premier temps. Mais une mise en scène solide, un scénario plutôt bien ficelé (même si pas renversant) avec une bonne idée de départ (trouble de l’identité multiple) et une interprétation impressionnante de James McAvoy, finissent par progressivement nous...
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 26 septembre 2017
    L'intrigue du film est prenante est même si les premières minutes du film peuvent sembler banale sur quelques points, la narration du film est exemplaire. Bien qu'il présente quelques défauts, le dernier long-métrage du célèbre M. Night Shyamalan demeure un thriller redoutable, parsemé de suspens et saupoudré d’une ambiance vraiment malsaine et angoissante. Un thriller réalisé de main de maître et interprété avec brio par des acteurs excellents dans leur rôles avec une photographie magnifique et une bande son vraiment très bonne.
    Romain C.
    Romain C.

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2017
    Une idée originale , un scénario extraordinaire , une prestation exceptionnel , James mcavoy , une histoire qui pourrait arriver , apparition de Bruce willis . Une histoire qui se tient et qui a une logique .
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mai 2017
    Après avoir été porté (un peu vite) aux nues par des critiques croyant avoir découvert le nouveau Hitchcock, M. Night Shyamalan a connu, après trois films très réussis ("Le Sixième Sens", "Incassable" et "Signes") un douloureux retour à la réalité à compter du très imparfait "Village", qui a amorcé une dégringolade artistique l’ayant fait passer de génie à paria has been. Le réalisateur a, cependant, eu l’intelligence de se remettre en question et de revenir aux fondamentaux de son cinéma, via Blumhouse Productions (et son prolifique boss Jason Blum). Ainsi, après avoir fait reparler de lui en bien avec "The Visit", il s’offre un come-back retentissant avec ce "Split"… et c’est amplement mérité. On retrouve dans ce film le goût du réalisateur pour les ambiances stylisées, les rythmes posés, les personnages à tiroirs, le suspense subtil entrecoupé de séquences terriblement évocatrices ou encore les twists scénaristiques… Bref, Shyamalan en revient à ce qu’il sait faire de mieux, sans fioritures, sans effets tapageurs et, surtout, en ayant peaufiné son style. A titre d’exemple, je n’ai jamais été gêné par le manque de rythme ou par la lourdeur des silences, ce qui pouvait être le cas, dans "Incassable" par exemple. Et puis, Shyamalan s’est souvenu d’un truc essentiel : un bon film part souvent d’un pitch intriguant. Là encore, c’était le cas de ses trois hits (et, dans une moindre mesure, du moyen "Phénomènes"). Ici, c’est peu dire que l’histoire donne envie (un schizophrène, affublé de 23 personnalités différentes, séquestre 3 jeunes filles) puisqu’il laisse entrevoir une ambiance oppressante, des rebondissements et une prestation condamnée à être époustouflante… sous risque de flinguer le film. Niveau ambiance, Shyamalan réussit à faire ressentir la détresse des jeunes captives en adoptant un ton assez réaliste sans pour autant être austère (coup de chapeau au chef opérateur et aux décorateurs !) et s’offre le luxe d’aérer son récit par l’intermédiaire des visites de Kevin chez sa psy (Betty Buckley). Ces séquences font, non seulement, prendre l’air au spectateur mais permettent, également, d’en savoir plus sur le personnage. Niveau rebondissement, Shyamalan a l’intelligence de ne pas tout miser (comme à son habitude) sur un twist final qui change tout… mais nous en réserve, quand même un qui, pour les fans du réalisateur, change quand même beaucoup de chose. En effet, alors que j’étais persuadé que spoiler: la jeune Casey, captive de Kevin, s’avérerait être, en fait, une de ses personnalités , Shyamalan a préféré opter pour une vision plus métaphorique en faisant spoiler: de son héroïne une victime perpétuelle qui, même libéré du monstre, retournera dans les griffes d’un autre, à savoir son tuteur . spoiler: Les flash-backs auxquels ont a eu droit avant (et dont la portée m’échappait un peu) prennent, alors, tout leur sens. Son dernier plan où on lui annonce, après avoir été miraculeusement épargnée, qu’elle va retourner vers celui qui a abusé d’elle depuis sa plus tendre enfance est saisissant et s’impose comme un modèle de fin tragique . Quant à la surprise finale du chef, elle ne parlera pas forcément au grand public, mais elle enthousiasmera forcément spoiler: ceux qui ont vu (et aimé) "Incassable" . Car, spoiler: outre le caméo de Bruce Willis en David Dunn (sur une BO bien connue des fans) , cette séquence spoiler: justifie les dérives un peu trop fantastiques du récit (à commencer par les transformations physiques de Kevin) et nous promet une suite commune qui nous fait forcément saliver (et qui a été confirmé depuis sous le nom de "Glass") . Enfin, l’interprétation est, comme prévue, phénoménale. Dieu sait si je suis fan de James McAvoy, qui est, tout simplement, un interprète de génie qui fait vivre les rôles les moins écrits par un jeu tout en densité et une nervosité. Mais là, il nous livre une prestation extraordinaire où il rend crédible chacune de ses personnalités, spoiler: du gamin attardé à l’artiste, en passant par le psychopathe maniaque et, bien évidemment, la Bête, qu’il incarne de façon terrifiante (voire le plan avec son visage coincé entre les barreaux) . Il trouve, face à lui, une partenaire, également épatante de maturité en la personne de l’atypique Anya Taylor-Joy. Ses regards et son attitude déconcertante face à l’horreur font de son personnage une victime ni soumise, ni rebelle… soit une héroïne qu’on a pas l’habitude de voir sur grand écran. "Split" est, donc, un film très réussi, tant par son écriture étonnement dense que par son interprétation et sa mise en scène. Seul petit bémol : j’attendais un peu plus de rebondissements mais, une fois encore, le dénouement de l’histoire densifie, d’un seul coup, tout ce qu’on a vu avant, de sorte que ce défaut apparaîtra sans doute plus au second visionnage. En fait, Shyamalan nous a refait le coup du twist final, en moins ébouriffant. Ou en plus subtil, c’est selon. Au point qu’on se reprend à attendre son prochain film !
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 288 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2017
    Une excellente surprise au scénario bien construit et imprévisible avec un twist final super audacieux. Je regrette vraiment de ne pas avoir vu "Incassable" avant pour comprendre ce dernier directement. Le suspense est sinon bien présent et le côté fantastique du dernier tiers du film, qui parait assez superflus au premier abord, s'inscrit en fait dans la parfaite lignée de la filmographie de Shyamalan et est donc une démarche tout à fait cohérente. J'émet par contre une réserve sur la surenchère marketing du fameux "23 personnalités différentes" qui ne nous permet pas de bien illustrer les multiples facettes du personnage. Même s'il est plus pertinent de se concentrer sur certaines. McAvoy est sinon épatant dedans, de même que l'actrice principale que j'ai beaucoup aimé. Un thriller psychologique tout à fait recommandable donc!
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,5
    Publiée le 25 février 2017
    Après ma dernière expérience M. Night Shyamalan catastrophique avec "The Visit", j'ose tout de même retenter ma chance avec ce petit dernier annoncé comme un énorme thriller fantastique. Un homme possédant un trouble de la personnalité multiple (23 personnes en une !) et se faisant suivre régulièrement par un médecin, va tout à coup enlever et séquestrer 3 jeunes filles sans réelle raison apparente. L'histoire ne s'arrête pas là : la 24ème facette de ce drôle de type est toute proche d'éclore... Comme souvent avec Shyamalan, le rythme est lent et soupesé, aucun plan n'est tourné par hasard... Mais du coup, je me suis un peu ennuyé dans la première partie censée nous prendre aux tripes avec cet enlèvement odieux (beaucoup de longueurs). Et c'est finalement dans la deuxième moitié que l'adrénaline monte véritablement pour nous emporter dans un final aux portes du surnaturel (type X-Files) plutôt bien ficelé. Dommage, ma note globale reste, de ce fait, un peu tiède... Dernier point : ne partez pas au début du générique de fin, un clin d'oeil bien sympa vous attend juste après !
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 469 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2017
    Après l'excellent the visite, Shyamalan était attendu au tournant. Si l'idée de base de son film est intéressante, le cinéaste peine à trouver le bon équilibre. Après une première partie maîtrisée en forme de huis clos particulièrement anxiogène, le film perd peu à peu de sa substance pout se métamorphoser en mauvais thriller à la psychologie de comptoir. On essaierait d'ailleurs d'oublier les dix dernières minutes et ce final pseudo horrifique auquel il est difficile d'adhérer tant il est ridicule. Bref l'ensemble est plutôt efficace mais aurait mérité un scénario plus maîtrisé et moins psychologisant.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 108 critiques

    3,5
    Publiée le 13 janvier 2019
    Universal Pictures presents… "Split", un film qui vient nous parler d’une affection mentale controversée appelée TDI. Non, ce n’est pas un métrage construit sur une technologie de moteurs diesels, mais bien sur le Trouble Dissociatif d’Identité. Assurément, ce n’est pas un film qui plaira à tout le monde, ce qui est confirmé par les statistiques qui démontrent qu’à peine 56% des internautes ont donné une note minimale de 4 sur 5. Reconnaissons plusieurs choses, à commencer par l’idée originale sans être originale du scénario. En effet, le 7ème art s’est déjà consacré aux troubles mentaux divers et variés, comme par exemple le dédoublement de la personnalité ("Peur primale") ou l’autisme ("Rain man"). La liste est bien évidemment très loin d’être exhaustive. Mais le TDI, ça a été beaucoup plus rare ! Quand on y réfléchit, c’est un peu normal dans le sens que c’est assez compliqué à traiter, d’autant que ce n’est pas facile d’interpréter plusieurs personnalités très différentes les unes de autres sur un condensé de presque deux heures. Mais c’était sans compter sur James McAvoy, que je n’attendais certainement pas dans ce genre de rôle, et encore moins à ce niveau. En effet, je le voyais comme un acteur parmi tant d’autres. Aussi, il nous offre une surprise de taille en étant capable d’incarner autant de personnalités tout en réussissant à changer d’expression d’une seconde sur l’autre. Assurément, il tient là le rôle le plus difficile de sa carrière, mais pas seulement : il rejoint du même coup sur le banc les plus grands qui ont endossé les rôles les plus ardus du cinéma mondial. Le fait est qu’il a relevé le défi haut la main, malgré la lourde mission consistant à voir le film reposer sur ses épaules. Malgré tout, "Split" doit aussi sa réussite à la réalisation solide de M. Night Shyamalan, celui-là même qui a eu son heure de gloire avec "Sixième sens" et dans une moindre mesure "Incassable". En dépit de quelques ratés retentissants (dont le plus notable est "Le dernier maître de l’air" pourtant pourvu d’une bande-annonce prometteuse), ce monsieur a su rebondir pour nous servir une fiction dans laquelle la tension est palpable et le suspense bel et bien présent. Il faut dire que Betty Buckley en Dr Fletcher use de tout son charisme pour interpréter une éminente et influente psy. Elle bénéficie de dialogues pointus pour expliquer le mode de fonctionnement des individus frappés par le TDI selon sa propre étude, si pointus que les non-avertis peuvent laisser échapper des petits détails. Petits mais d’importance. Le fait est qu’elle campe une psy expérimentée et passionnée qui connait parfaitement son domaine de compétences, ce qui explique l’aura débordant jusque l’autre côté de l’Atlantique (la visioconférence). Ensuite il y a cette petite jeune, répondant au nom d’Anya Taylor-Joy, qui supporte très bien la comparaison en jeune brune ténébreuse et mystérieuse munie de son regard noir. Mais le plus étonnant de tout ça, c’est que le nombre de personnalités habitant Kevin est si important qu’on peut se laisser à un jeu : celui de débusquer et de compter le nombre de personnalités. La vérité est que James McAvoy sort un jeu à part… pour un cas à part. Tellement à part qu’au moment où on se demande si on verra toutes les personnalités au vu de l’avancée du chrono, voilà qu’on nous donne la liste complète par écran d’ordinateur interposé ! Eh bien personnellement, je trouve presque dommage qu’on nous enlève ce petit jeu, lequel aurait pu faire office de petit plaisir supplémentaire. Pour finir, on n’éprouvera pas forcément le besoin de revoir "Split", parce que forcément tout le suspense se sera obligatoirement envolé, ainsi que l’effet de surprise. Mais l’envie de mieux comprendre le TDI dont souffre Kevin peut pousser le spectateur à le revisionner (les fameux petits détails dont je parlais plus haut). A présent, il ne vous reste plus qu’à vous faire votre propre avis sur ce très bon thriller psychologique.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 27 critiques

    3,0
    Publiée le 22 février 2017
    Retour aux sources. C’est un plaisir de voir le réalisateur revenir à ce qu’il fait de mieux : jouer avec la frontière entre réalité et fantastique, le tout dans une tension permanente et des rebondissements maîtrisés à la perfection (cette fin!). On est littéralement happé, hypnotisé par ce thriller interrogeant sur les capacités humaines. D’autant que dans son « délire schizophrène », il embarque un James McAvoy habité qui ne volerait pas quelques prix d’interprétation.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top