Mon AlloCiné
Que Dios Nos Perdone
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
4,0
320 notes dont 55 critiques
16% (9 critiques)
45% (25 critiques)
25% (14 critiques)
9% (5 critiques)
4% (2 critiques)
0% (0 critique)

55 critiques spectateurs

closer444

Suivre son activité 299 abonnés Lire ses 641 critiques

3,5Bien
Publiée le 09/08/2017

L’Espagne nous offre une fois de plus un bon policier dans la lignée de « La Isla Minima » il y a trois ans. Atmosphère aussi poisseuse, duo de flics aussi désabusés et antipathiques et crimes abominables viennent garnir cette enquête qui se déroule cette fois non pas dans une Andalousie post-franquisme mais dans la moiteur de l’été madrilène en 2011, année où Benoit XVI décida de venir visiter la capitale espagnole. Ici le contexte historique sert juste de décor accentuant la tension contrairement au film précité où l’affaire était imbibée de cette conjoncture nouvelle. En revanche, les tréfonds de l’âme humaine sont encore une fois sondés dans toute leur horreur avec un penchant avoué pour le nihilisme extrême. Un peu comme ont pu le faire d’autres excellents films policiers récemment comme le chef-d’œuvre de Denis Villeneuve « Prisoners » ou le méconnu film néerlandais « The Beast ». Point de salut ici ; ni pour les victimes, ni pour leurs bourreaux mais pas plus pour les flics chargés de résoudre l’affaire. « Que dios nos perdones » fait clairement le choix d’être sombre, sans échappatoire et aucun des personnages qui égrènent le long-métrage de Rodrigo Sorogoyen n’est à sauver. Ils sont tous aussi méprisables les uns que les autres. Dans ce contexte, difficile de s’attacher à l’un d’entre eux, et c’est peut-être aussi ce qui fait la force du film et sa morale : nous sommes tous des âmes pécheresses et point de salut pour l’humanité. En revanche, le scénario prend le soin de s’attarder sur la psychologie de ses deux enquêteurs, en nous détaillant leur vie privée et professionnelle avec soin. Cela permet de mieux les comprendre et, au final, si l’on ne s’attache pas vraiment à eux, on peut les prendre en pitié. Les scènes intimes en deviennent donc aussi intéressantes que celles ayant trait à l’intrigue elle-même. Une intrigue qui, si elle n’est pas proprement révolutionnaire, tient en haleine de bout en bout durant deux heures en dépit d’un ou deux raccourcis faciles. Et ce n’est pas tant sa résolution qui importe, mais plutôt la façon dont ces flics interagissent entre eux pour réussir à arrêter le meurtrier. Tout comme la manière d’opérer su serial-killer, sans concessions. On a en effet rarement vu meurtres aussi écœurants et insoutenables que ceux perpétrés par ce tueur et violeur de mamies. Il faut souligner que c’est un troisième film et que la maîtrise narrative du cinéaste en herbe et sa maestria technique, dont l’apogée est un plan-séquence suivant le tueur revenant sur les lieux d’un de ses crimes, est bluffante. On pourra regretter la manière un peu incongrue et étrange avec laquelle se conclue « Que dios nos perdones » alors que l’on saluera son refus du spectaculaire au profit du réalisme le plus extrême. Dans tous les cas, il prouve une nouvelle fois la vitalité du cinéma de genre espagnol comme a pu l’être celle du cinéma de genre scandinave récemment ; et que la France est sacrément en retard dans ce domaine. Un polar moite, violent et prenant qui satisfera donc les amateurs du genre.

Loïck G.

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 754 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/08/2017

Pour faire un film policier aujourd’hui il faut être inconscient ou inconscient. Ce que le réalisateur espagnol accumule avec maestria dans ce renouvellement du genre qui sans casser la baraque nous met face à face avec un meurtrier de vieilles dames confronté lui-même à deux flics totalement improbables. Mais à sa manière de casser les codes Sorogoyen profile parfaitement ses enquêteurs au-delà du raisonnable pour mieux les enfoncer dans une histoire qui de plus en plus leur ressemble. Car côté vie privée ce n’est pas la joie dans notre binôme tout aussi mal perçu au sein du commissariat. La formulation parait ainsi classique, mais le mode opératoire ne l’est pas. Le réalisateur pervertit les codes et frustre le spectateur quand il le rapproche du criminel pour mieux écarter les soupçons. Et quand on connaît l’assassin, l’histoire ne s’arrête pas… Magnifique ! Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com

Jane Henderson

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 9 critiques

4,5Excellent
Publiée le 09/08/2017

Un très bon thriller, l'intrigue est parfaitement ficelée et les personnage très bien écrits, dans une ambiance sombre et envoûtante. Dans la même veine que l'excellent LA ISLA MINIMA de l'année dernière.

daysofheaven

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/08/2017

Extraordinaire thriller ! C'est hyper haletant. Et en plus, sans trop en révéler, le film gagne en puissance pour un final mémorable. Ils sont forts ces Espagnols !

Alice L.

Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 120 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/08/2017

Une claque !! Un thriller haletant, avec beaucoup de suspense et de rebondissements. Le film est porté par deux acteurs magistraux Rodrigo Sorogoyen est un réalisateur à suivre de près

tixou0

Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 493 critiques

2,5Moyen
Publiée le 14/08/2017

Pour être sûr d'être récompensé aux "Goya", un film hispanique doit, semble-t-il (au moins récemment), répondre à un certain cahier des charges. Voir ce "Dios nos perdone" (sorti en France sous son titre original - peut-être pour éviter la traduction coulant de source, car le mot "Dieu" est assurément mal en cour cinématographique hexagonale...). Ce n'est pas un film policier - "intrigue" à la fois brouillonne et simpliste (mais, "originalité" largement relevée au sordide, bien sordide).... C'est, au mieux, un film "d'ambiance" - poisseux, bien collant....situé dans le vieux Madrid, principalement. C'est en fait surtout une charge appuyée (autant qu'hypocrite) contre les racines de l'Espagne - l'histoire se situe en août 2011, au moment des JMJ, et de la venue du Saint-Père. Cela n'apporte rien à l'intrigue, mais cela permet de taper avec délectation sur la religion catholique.... La mule "d'ambiance" est bien chargée : outre l'argumentSpoiler: (à la poursuite d'un violeur et tueur en série gérontophile), les personnages sont vraiment à l'extrême limite de la caricature, le duo de flics surtout (un sanguin alcoolo qui tape sur tout ce qui le contrarie, et un bègue qui "réfléchit" - tout en ayant des bonnes ressources de violence en lui...) - la police madrilène a beaucoup de mérite si elle trouve cette "fiction" simplement "décalée", ou quelque chose du genre, et non pas réaliste... C'est longuet - sans que le rythme anémié apporte lui non plus beaucoup à l'intrigue. La musique, qui vrille les nerfs, est insupportable... Le montage est inégal - mais cependant c'est là que se trouvent les meilleurs atouts de ce nouveau "coup de coeur" du boboland.... Côté distribution enfin, pourrait-on espérer voir quelqu'un d'autre que le (apparemment) incontournable Antonio de la Torre en vedette du prochain "thriller" en tête de gondole de la production ibérique - ici en bègue ?....

velocio

Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 1 756 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 13/08/2017

"Jamais deux sans trois", affirme une expression bien connue. Une affirmation qui, pour moi, a trouvé sa confirmation avec le film "Que dios nos perdone", 3ème polar espagnol encensé par la presse et très bien reçu par un grand nombre de spectateurs mais à qui je trouve beaucoup plus de défauts que de qualités et qui m'ennuie profondément. Les deux précédents avaient pour titres "La isla minima" et "La colère d'un homme patient". Dans "Que dios nos perdone", nous voici en présence d'un film trop long et très mal construit dans lequel le spectateur se trouve très souvent complètement perdu (Je sais, c'est à la mode, c'est fait exprès mais c'est quand même très désagréable !). La recherche du "violeur de mamies" par un flic hyper coléreux et par son collègue bègue s'avère vite très peu passionnante et, in fine, les 3 meilleurs moments du film sont ceux où on entend du fado interprété par Amalia Rodrigues.

sociable

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 146 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 12/08/2017

Nous voilà avec le film surévalué du mois. Les acteurs sont excellents mais que d'artifices pour cacher un scénario insipide. On pourra dire que l'important est la vision nihiliste de tout ça mais Fincher le fait déjà tellement mieux et depuis si longtemps que la sortie ciné vers ce 'Que Dios nos perdone' n'en vaut vraiment pas la chandelle.

poet75

Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 438 critiques

2,5Moyen
Publiée le 14/08/2017

A Madrid, pendant l’été 2011, dans une ville étouffée par la canicule mais également surchauffée par les manifestants du mouvement des Indignés d’une part et par les jeunes venus du monde entier pour participer aux JMJ en présence de Benoït XVI d’autre part, dans ce contexte sévit un sérial killer qui ne s’en prend qu’aux vieilles dames, mais de manière tout à fait atroce, les tuant après les avoir violées. L’enquête, menée par deux inspecteurs aux méthodes et aux caractères antagonistes, n’en doit pas moins se dérouler dans la plus grande discrétion. Tels sont les ingrédients de base de ce polar particulièrement poisseux, nauséabond, qui se regarde sans gros ennui tout en ne proposant que les recettes habituelles du genre. La seule originalité vient du contexte (la présence des manifestants et des jeunes des JMJ), mais cet environnement n’est que rarement exploité. Les deux inspecteurs tourmentés par leur mal de vivre et leurs frustrations n’ont rien de bien surprenant : c’est presque devenu un cliché que d’avoir affaire, dans les polars, à des policiers de ce type. Mais ce qu’il y a de plus malencontreux dans ce film, ce sont les choix de mise en scène de la violence ou de ses conséquences. Etait-il nécessaire d’insérer des plans des corps nus des femmes suppliciées ? Etait-il obligatoire de finir avec une scène ultraviolente ? Le résultat, c’est un film sinistre qu’il faut déconseiller aux personnes sensibles. Allez ! Finissons-en et passons à autre chose ! 5/10

le mail à e.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 25 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 13/08/2017

Mine de rien les Espagnols sont en train de coloniser le genre polar en renouvelant les codes habituels. Cette fois les 2 "héros" flics, eux même assez borderline, recherchent un serial killer et violeurs de mamies. Le film vaut autant pour cette intrigue que pour l'ambiance du film, ce qu'il dépeint de l'Espagne en arrière plan. À voir, si vous en avez assez des mauvaises comédies idiotes qui sortent chaque été.

orlandolove

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 356 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 10/08/2017

Un bon polar, c'est avant tout une bonne recette : un duo de policiers un peu dérangés (ici l'un est violent, l'autre asocial) et mal assorti (quoique), une ambiance bien noire, un suspens au cordeau, et un scénario béton. Dans le cas présent, tous ces ingrédients sont choisis avec soin : les personnages interpellent (il faut dire que les acteurs sont excellents) et l'intrigue se montre solide malgré quelques grosses ficelles. L'ambiance est glauque et pesante au point qu'on se demande si le réalisateur ne pousse pas le bouchon un peu loin.

PP69

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/08/2017

top ambiance beau scénario musique étudiée acteurs authentiques images percutantes bref un excellent thriller

Romain P.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/08/2017

Assurément le meilleur polar que j'ai vu cette année ! Dans la lignée des derniers policiers espagnols.

jean l.

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 115 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/08/2017

un très grand thriller, qui est la bonne surprise de ce mois d’août deux flics à la recherche d'un serial killer dans Madrid

antoineprtn

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/08/2017

Madrid, été 2011. Les rues surchauffent, tant par la canicule que par le climat social : le mouvement des "Indignés" est en pleine effervescence, bousculé par la visite imminente de Benoît XVI. Pendant ce temps, deux inspecteurs, Velarde et Alfaro, mènent l'enquête sur un tueur de vieilles dames récidiviste. Le spectateur assiste alors a un polar de qualité, mené par un duo de policiers ultra solides et charismatiques, ou on nous ne laisse pas une seule seconde pour faire une pause. Un rythme effréné, une traque policière incroyable, un montage finement pensé, et un scénario qui ne sait pas s'essouffler : un grand bravo à Sorogoyen qui fait renaître le 7ème art ibérique !

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top