Notez des films
Mon AlloCiné
    La Favorite
    note moyenne
    3,8
    2880 notes dont 305 critiques
    répartition des 305 critiques par note
    37 critiques
    109 critiques
    64 critiques
    57 critiques
    22 critiques
    16 critiques
    Votre avis sur La Favorite ?

    305 critiques spectateurs

    AZZZO
    AZZZO

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 8 critiques

    5,0
    Publiée le 7 février 2019
    Maniant le cynisme et la misanthropie avec toujours autant d'habileté, Yorgos Lanthimos change un peu de style en s'attaquant à une histoire vraie, celle de la rivalité entre Sarah Churchill et Abigail Masham pour être la favorite de la reine Anne d'Angleterre. C'est donc un film en costumes, différent du Lobster ou de la Mise à mort du cerf sacré, pourtant Lanthimos y décrit l'humanité éternelle ; il profite de la rivalité entre ces deux femmes pour railler la superficialité et le ridicule des prises de décision dans les cercles du pouvoir. La photographie est raffinée et la mise en scène magnifique malgré des personnages au langage cru et aux attitudes sordides. Lanthimos aime faire référence à la mythologie grecque et, après Iphigénie dans le La mise à mort du cerf sacré, c'est cette fois Icare que l'on peut deviner dans la dernière scène extraordinaire, celle de l'héroïne si près du soleil et qui voit fondre ses ailes de cire en étant ramenée à sa condition. Magnifique.
    Audrey L
    Audrey L

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 116 critiques

    4,0
    Publiée le 13 février 2019
    La Favorite, c'est d'abord un exercice de style de Yorgos Lanthimos (réalisateur d'un précédent The Lobster déjà bien barré) : on a l'impression que la caméra fait ce qu'elle veut, quand elle veut. Travellings jamais cachés mais au contraire exposés fièrement, filtre "œil de poisson" utilisé à l'excès, plans statiques sur des sujets immobiles qui n'en finissent pas et surimpression (la superposition de plusieurs images en une seule)... La liste des prises de risques esthétiques n'en termine jamais, jusqu'à un final des plus étranges (voire incompréhensible ?), La Favorite se regarde principalement pour ce traitement unique de l'image (et du son, cette musique lancinante infernale !). On adore ou on déteste, pour ma part je déteste, mais je reconnais son aspect ingénieux et audacieux. Olivia Colman est parfaite dans le rôle de cette reine Anne "gros bébé taré", Emma Stone en perfide courtisane est également convaincante, et Rachel Weisz forme une dernière pièce de ce trio diabolique qui fonctionne à merveilles. Nicholas Hoult, bien qu'en second rôle de courtisan, se fait remarquer agréablement, et la somptuosité des costumes nous ravit les yeux (il ne serait pas étonnant que le film gagne quelques récompenses pour ses costumes magnifiques). Je n'ai subjectivement rien compris à cette fin "invasion de lapins" (la folie dévastatrice qui augmente ? L'invasion du souvenir des enfants perdus comme indice qu'elle ne sera jamais heureuse ? Chimères qui représentent la fausseté des gens de la Cour qui l'entourent ? ...). En n'étant pas sensible à la forme, mais en lui reconnaissant une audace certaine, tout en contemplant les acteurs très bons et les costumes somptueux, La Favorite reste un drame toujours étonnant.
    Alexandra R.
    Alexandra R.

    Suivre son activité 1 abonné

    1,0
    Publiée le 8 février 2019
    Tout aussi glauque et malsain que The Lobster ! malgré le jeu des actrices et des prises de vues "originales" (fish eye, vue du bas, ou panoramiques) on en ressort avec le mal de mer, mal à l'aise et dégoûté de tous ces jeux de vilaines!!!
    Michel B
    Michel B

    Suivre son activité 1 abonné

    0,5
    Publiée le 9 février 2019
    . Je m'attendais à un film historique . C'est un film seulement vulgaire , sans aucun interêt avec des plans déformés en ultra grand angle . Bref nul sur toute la ligne . A éviter absolument même quand on a du temps à perdre . Aucun doute le plus mauvais film depuis bien longtemps ...
    Blonk N
    Blonk N

    Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 9 février 2019
    Ce film, comment dire… Passé vingt minutes je réalise que je ne parviens pas à y "entrer". Je m'interroge et je réalise au générique de fin qu'en réalité il n'y a aucune porte par laquelle on puisse y entrer. C'est un objet à l'esthétique lourdement recherchée, poussive, qui abrite un argument réduit dans sa narration à un fil extrêmement mince. L'intrigue tient en quelques lignes (une relation de désir, d'amour et de pouvoir entre trois femmes), jouée par des actrices qui certes "jouent correctement" leurs rôles mais dont pourtant rien n'irradie. Une histoire mille fois racontée dans un décors bien trop grand pour elle, décors qui écrase littéralement la (très) maigre narration. Un film froid, mort-né, sans élan, sans générosité, prétentieux, qui n'offre rien par où le spectateur pourrait rentrer dans un monde nouveau. La vacuité dans le bouddhisme est un vide mais un vide riche de tout ce qu'il permet de faire apparaître et qui apparaît effectivement. Ce film est vide car de son vide il ne fait rien apparaître. C'est un objet glacial, triste, vain, finalement sans intérêt. A éviter sans hésiter.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 10 critiques

    3,0
    Publiée le 9 février 2019
    18ème siècle à la cour anglaise : la reine Anne (Olivia Colman) est instable et malade, c'est sa favorite et amie Sarah Churchill (Rachel Weisz) qui pilote le pays en ces temps de guerre contre la France. Tout se passe normalement jusqu'à l'arrivée au palais d'une jeune servante, Abigail Masham (Emma Stone), qui va petit à petit bousculer la hiérarchie établie et tenter par tous les moyens de retrouver son ancien rang d'aristocrate. Le réel intérêt du film réside dans le talent de ces trois actrices dans leurs rôles respectifs : il faut reconnaître que c'est vraiment brillamment interprété. Pour le reste, l'histoire est assez plate et tourne rapidement en vase clos entre ces trois protagonistes se crêpant le chignon chacune leur tour. Assez fade et moyen dans l'ensemble. --> Site CINEMADOURG
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 159 critiques

    3,0
    Publiée le 11 février 2019
    Début du XVIIIe siècle, un château de la campagne anglaise et sa grisaille tenace : il n’en faut pas beaucoup plus pour faire fuir le cinéphile. Mais voilà que le réalisateur dudit film, Yórgos Lánthimos, s’est fait un nom à Cannes ces dernières années. Il a aussi des stars au casting, et les Oscars l’ont affublé de dix nominations à la prochaine cérémonie. Évidemment, le début du long-métrage n’est pas très engageant, pas aidé par une lumière ténue et un usage du grand angle assez perturbant. Mais une fois les trois personnages principaux installés dans le récit, on parvient enfin à rentrer dans ce triangle féminin d’une férocité discrète assez jouissive. Et les trois actrices excellent : Olivia Colman dans le rôle d’une reine truculente, qui passe de l’excès au sensible, se livre totalement et semble se régaler dans ce rôle hors norme. Emma Stone est au diapason : elle joue d’abord la candeur et l’espièglerie puis se transforme petit à petit en monstre d’avidité et d’arrivisme. Assurément un nouveau grand rôle pour la jeune américaine. Rachel Weisz n’est pas en reste : l’actrice anglaise incarne la duplicité masquée derrière une élégance de presque tous les instants. Ces trois actrices font du long-métrage une oeuvre profondément féministe, dans lequel les hommes sont tournés en ridicule avec drôlerie. Yórgos Lánthimos se donne du mal pour sortir son film d’un contexte bien pompeux, mais les deux heures en quasi huis-clos de cette histoire singulière, ont quand même bien du mal à passer. On frôle même le mal de tête avec ses images distordues, une musique des plus sinistre et une fascination pour la vomissure d’un gout douteux. On retiendra la prestation d’actrices qui surnagent.
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 3 critiques

    1,0
    Publiée le 10 février 2019
    Que reste-t-il de « La favorite » de Yórgos Lánthimos en dehors du jeu des 3 actrices qui est assez exceptionnel (notamment au niveau des mimiques) et de costumes et de décors somptueux mais c’était la moindre des choses pour ce type de film même si à mon goût il y a une profusion de bougies. L’histoire est menée en 8 actes sans aucune surprise avec une rivalité entre une femme brune et une femme blonde qui de surcroît sont cousines. Le dialogue est parfois très cru contrastant avec les phrases ampoulées des ministres et des lords devant une reine déjantée et cynique qui n’a d’amour que pour ses enfants, des lapins. La mise en scène est moyenne avec un abus de travellings le long des couloirs du palais royal, d’utilisation de focales courtes et de fish-eye, de contre-plongées, de champ et contre champ avec une caméra tournant autour du sujet principal … et un abus de contraste en termes de lumière et on est bien loin du « Barry Lyndon » de Kubrick (1976). A noter une scène d’inspiration fellinienne (la scène des jets d’orange) … Il y a trop de cris et de hurlements au niveau des dialogues et la bande son est fatigante et très inégale avec de façon curieuse une chanson lors du générique de fin (qui au passage est impossible à lire), chanson dont on aurait aimé avoir la traduction. Je reste assez surpris par les critiques qui encensent ce film et lui promettent 10 trophées aux Oscars !
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 207 critiques

    2,0
    Publiée le 12 février 2019
    note à relativiser.. En terme purement technique et cinématographique, 4,5/5. Sinon, pour ma part, film très ennuyeux et dénué d'intérêt - je ne suis pas objectif n'étant que très peu attiré par les films de cette époque - Sur la psychologie des personnages et la forme de thriller lui étant liée, c'est intéressant même si je n'ai personnellement pas été captivé par le récit et cette mise en scène austère et ennuyeuse bien que parfaitement adaptée à celui-ci
    petitlapinnoir
    petitlapinnoir

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 168 critiques

    2,0
    Publiée le 19 mars 2019
    Un film tape-à-l'œil, avec toujours les mêmes costumes, et tourné toujours dans les mêmes pièces. Quant à la mise en scène, elle reste tout de même très prétentieuse, comparé à un Barry Lyndon. Le trio d'actrice fait le job, et on reste consterné devant les "rouages" qui ont fait nôtre histoire. Enfin, le plus stupéfiant au fond, c'est l'absence d'un véritable scénario. Tout le monde tourne en rond, à l'image de ces adorables lapins….
    Didier L
    Didier L

    Suivre son activité 19 abonnés

    1,5
    Publiée le 11 février 2019
    Si le scénario est habilement troussé, si les dialogues contiennent suffisamment de perfidie et de machiavélisme pour retenir l'attention (malgré quelques saillies un peu grasses et un peu trop décalées), si les comédiennes sont éblouissantes et, en particulier, Olivia Colman, bouleversante dans ses sautes d'humeur et la conscience nette de son malheur, si les costumes et les décors eblouissent, le tout est minutieusement anéanti par une mise en scène grandiloquente, tape à l'oeil et qui dégage une autosatisfaction détestable. Entre les images anamorphosées, les travellings impétueux, les clair obscurs louchant maladroitement vers Stanley Kubrick, Lanthimos saoule le spectateur sans visiblement savoir lui même ce qu'il cherche à faire savoir. Le summum du ridicule est atteint par une scène de menuet mâtiné de hip-hop qui se pose là, gratuitement, comme un cheveu sur la soupe.
    TITAN38
    TITAN38

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 180 critiques

    2,0
    Publiée le 11 février 2019
    Un très bon casting n'est pas synonyme de bon film, la favorite en est la preuve. On se lasse vite des longs couloirs, de la fatigue et de l’indécision de la reine. Autant les actrices sont au top, les acteurs sont médiocres et Harley devient vite insupportable.
    Agnès J.
    Agnès J.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 9 février 2019
    Pourquoi tant d’éloges ? Déçue par ce film moyen. Très bien joué heureusement, parfois de bonnes choses mais l’ensemble bien trop long, une musique lancinante. On se lasse vite de cette histoire.
    Louis E.
    Louis E.

    Suivre son activité 2 abonnés

    2,0
    Publiée le 10 février 2019
    C'est un film déprimant. Malsain et complaisant. L'aristocratie est caricaturée. Tous les personnages sont cinglés, pervers, arrivistes, et 2 heures c'est vraiment long.
    William Dardeau
    William Dardeau

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    2,0
    Publiée le 10 février 2019
    « Cinéaste fat et creux » aurait écrit un critique des cahiers, d’après un des contributeurs de ce site. Je ne saurais dire mieux, concernant Yorgos Lanthimos. J’avoue qu’il s’agit du premier film de ce cinéaste que je vois. Mais tant de prétention ne m’incite absolument pas à voir ses précédents ! On avait déjà eu droit à Peter Greenaway dans les années 80 et 90 qui s’y entendait dans le boursouflage et l’inanité de pensée ; il semblerait bien qu’il ait désormais un héritier ! Y aurait-il quelque chose à sauver dans La Favorite, exceptées les actrices ? J’en doute ! S’il suffisait d’une photo éclairée à la bougie pour rattraper le Kubrick de Barry Lindon, ce serait trop facile ! Le simplisme de l’ensemble laisse songeur ; la cour d’Angleterre réduite à des alcôves et des petites intrigues, sans aucune finesse ni hauteur de vue, finit par lasser. Sans même évoquer cette sexualité crue mal exploitée par le tâcheron. Mieux vaut revoir Que la fête commence, pour les intrigues à la cour
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top