Mon AlloCiné
    La Favorite
    note moyenne
    3,8
    2859 notes dont 304 critiques
    12% (37 critiques)
    36% (108 critiques)
    21% (64 critiques)
    19% (57 critiques)
    7% (22 critiques)
    5% (16 critiques)
    Votre avis sur La Favorite ?

    304 critiques spectateurs

    Korbô D.
    Korbô D.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 9 février 2019
    Un film sublime, d’une grande élégance. 3 comédiennes à leur meilleur! Le tout servi par une mise en scène virtuose. Jeux de dupes, amours et trahison. On adore.
    Bertrand M.
    Bertrand M.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 6 mars 2019
    Le style est séduisant avec une caméra flamboyante, des grands angles séduisants, des volte faces impressionnants, bref une réalisation soignée, loin des caméras sur l'épaule qui finissent par donner la nausée. L'humour est aussi décapant, nouveau, mais aussi tristounet. Est-ce que tout cela nous donne envie de nous intéresser à l'histoire? pas sûr!
    Henri_Cochet
    Henri_Cochet

    Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 15 mars 2019
    Film plutôt bien fait, l’actrice principale est très convaincante. Très curieuse façon de filmer en très grand angle qui donne une perspective originale aux images. Bien sans plus
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 462 critiques

    3,0
    Publiée le 27 mars 2019
    L’époque de la Renaissance s’est souvent prêtée à merveille aux histoires mêlant conspirations, trahisons, drames passionnels et instants de débauche au cinéma. Un constat que l'on peut appliquer une fois encore dans La Favorite, nouvelle production anglophone du cinéaste grec Yorgos Lanthimos. Réalisateur qui nous a précédemment habitués à l’abstrait et à l’absurde, le virtuose hellénique a également fait preuve d'une certaine créativité formelle appréciable à bien des égards. Ce projet de renouvellement du film d'époque était prometteur sur le papier donc, bien que les différents extraits parus jusqu'à sa sortie nous préparaient à un film plus sage qu’à l’accoutumée. Qu’en est-il finalement ? Roulements de tambour et verdict un petit peu plus bas. Nous voici plongés dans l’Angleterre du début du XVIIIème siècle. La reine Anne, à la santé physique et mentale fragile, peine à régner sur un royaume alors en guerre contre son ennemi héréditaire d’Outre-Manche. Son amie Lady de Marlborough gère plus ou moins les affaires du pays quand débarque Abigail, cousine de cette dernière, aux racines nobles mais à la condition sociale précaire. Nouvelle menace pour la favorite de la reine ? Tel est le sel de l’intrigue qui sera déroulée pendant deux heures sur un sujet librement inspiré des faits réels qui ont animé la Cour de l’époque. L'introduction du film donne le ton avec des enjeux limpides et un développement assez long qui fera la part belle à la mise en place des personnages. On assiste dès lors à un véritable jeu de manipulations entre ces trois femmes aux liens ambigus dans une Cour totalement déconnectée de la réalité de la population et où la débauche règne en maître. Lanthimos a le don de rendre ses personnages principaux intrigants tant leurs intentions se dessinent petit à petit en fonction des opportunités et obstacles qui se présentent face à eux. Chacune dispose de suffisamment de personnalité, ce qui fait que l’on peut prendre un malin plaisir à les voir évoluer dans ce milieu impitoyable. C’est ce qui fait la force et l’intérêt majeur de ce film, le fait de voir des personnages tentant par tous les moyens de parvenir à leurs fins et ne reculant devant rien. Le tout dans une atmosphère teintée de noirceur humaine, d'érotisme dérangeant et de magouilles politiques. Le personnage d’Abigail (incarnée par Emma Stone) n’est pas sans rappeler l’arriviste Eve dans le film éponyme de Joseph Mankiewicz. De la même manière que le thème et l’époque nous font penser au chef d’œuvre Barry Lyndon de Stanley Kubrick. La Favorite emprunte d’ailleurs l’esthétique de ce dernier mais dispose néanmoins de son identité formelle propre qui est plaisante sur certains moments et plus agaçante sur d’autres. Il est dommage que la sobriété générale du film soit régulièrement brisée par les expérimentations visuelles appuyées de Lanthimos. Les plans de grands angles assez récurrents ont souvent tendance à nous rappeler qu’il y a une caméra derrière tout ça, ce qui rend cette mise en scène assez superficielle en fin de compte. Si les expérimentations formelles créatives se prêtaient bien au dérangeant Canine du même réalisateur, je les trouve moins adaptées sur un récit historique plus terre-à-terre dans ses enjeux. Cette esthétique est écrasante, l'artifice trop visible. On notera toutefois une photographie réussie aussi bien dans les plans extérieurs qu’intérieurs dont on reconnaîtra bien sûr l’influence de Barry Lyndon, notamment au niveau de l’éclairage. La rétine a tout de même le droit à sa dose de régalade et c'est tant mieux. Quant au reste, je dois dire que je m’attendais à plus corrosif et plus fou de la part du réalisateur. On retiendra bien sûr le personnage de la reine Anne, figure dramatique désolée et manipulée, symbole d’une fragilité intime malmenée par les affres du pouvoir. Olivia Colman n'a d'ailleurs pas du tout volé son oscar pour son interprétation du rôle le plus étoffé du film, celui d'une femme qui passe par tous les états et ne se remettra jamais de ses 17 grossesses ratées (!). Mais il manque toujours un petit quelque chose pour rendre le film plus palpitant, plus profond. Le bât blesse finalement plutôt au niveau du rythme. Le film a l’art de dresser des personnalités, surtout féminines, fortes et cruelles mais il ressemble davantage à une succession de scènes qui n’ont pas toutes la même envergure. L’ensemble se fait toujours en cohérence avec un fil narratif clair et une ironie satirique appréciable mais des passages plus marquants se mêlent à d’autres séquences plus longues et anodines. Il y a d'un côté un réel plaisir à suivre ces intrigues de cour mais il y a aussi un certain manque d’intensité qui se ressent au fur et à mesure que le récit avance. Et c’est bien dommage vu le matériau de base qui pouvait nous laissait croire à un film plus percutant que ça. C'est une oeuvre qui a ses qualités et qui est intéressante dans l'ensemble, ce qui fait qu'elle se suit avec plaisir, mais la prétention de la mise en scène ne plaide pas toujours en sa faveur. En conclusion un film baroque qui ose sur bien des aspects, qui sait filmer le dégueulasse et le débordement mais qui manque cependant cruellement de finesse.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 473 critiques

    3,0
    Publiée le 26 février 2019
    Lanthimos, une fois de plus, livre un film formellement impeccable. Stylisé à l'extrême, très voir trop proche de l'esthétique de Kubrick, le film ravit les yeux or cette façade n'est malheureusement pas servi par un scénario à la hauteur. Le récit, derrière son verni trash très amusant, reste assez conventionnel tout comme le dénouement. C'est le jeu des actrices qui emportent la mise. Rachel Weitz et Emma Stones, toutes deux impeccables, se livrent un duel d'une cruauté jouissive tandis qu'Olivia Colman, dans le rôle de la reine, évite la caricature attendue en incarnant parfaitement tous les aspects contradictoires de la souveraine. Moins fascinant que Mise à mort du cerf sacré et canine, la favorite reste un film singulier et intriguant même s'il aurait mérité un scénario plus ambitieux. Mais Lanthimos n'est pas Kubrick...
    ginette n.
    ginette n.

    Suivre son activité 1 abonné

    3,0
    Publiée le 3 avril 2019
    Pas fane de la réalisation que je trouve pleine d'intentions ratées avec des effets visiuels parfois très réussis et parfois qui frôlent le ridicule. Si on fait abstraction de ça le film est plutôt bien avec une histoire interessante malgré quelques longueures et des decors et costumes de qualités. Les trois actrices, elles, sont excellentes.
    enojeanne
    enojeanne

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    2,5
    Publiée le 28 avril 2019
    Nouveau film couronné de toutes parts de Yórgos Lánthimos, très attendu par la critique, La favorite est une comédie dramatique surprenante qui remplit depuis sa sortie les salles de cinéma. L’histoire se déroule dans le palace de la reine d’Angleterre Anne. Emma Stone arrive en calèche et pleine de boue en tant que servante et cousine de Lady Sarah. La reine est fragile et des querelles adviennent entre ambition, pouvoir, sexe et aristocratie. Les enjeux politiques séparent les trois femmes qui finissent par se faire la guerre. Le film est une belle reconstitution des costumes et des décors d’antan, le scénario est recherché, l’image est parfaitement nette ; néanmoins j’ai toujours du mal à évaluer la légitimité, pour un film à Oscars, d’être autant acclamé partout.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 17 avril 2019
    Ambiance retenue qui reste sur la même lignée, au même rythme, cela peut devenir long au frais et à mesure que l'on avance dans le film. Il y a par-ci, par-là, des passages pour te garder à l’affût. J'ai eue tout de même envie de savoir comment cela se termine, ça reste intriguant. Malheureusement, tout ce remue ménage, pour une fin brutale que je n'aie pas compris. En revanche, les effets caméra du genre 360° m'ont bien plus.
    Marine P
    Marine P

    Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 14 février 2019
    Lanthimos est un cinéaste infiniment brillant pour dresser l'étude des caractères et construire la cruauté comme moteur du récit. En revanche, à force de s'embourber dans son cynisme omniprésent et ininterrompu, le film n'est jamais vraiment touchant, et toute ses tentatives d'insuffler de l'émotion se retrouvent atrophiées... Bref très bien mais jamais touchant
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 234 abonnés Lire ses 295 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2019
    J’ai du mal à comprendre ce que le film raconte, comme l’impression qu’il manque des personnages, de l’émotion, de l’ambition, tout semble confiné pour ne rester que dans cette petite lutte courtisane, et connaissant un peu le cinéma de Lanthimos je savais que ça n’aboutirait pas à grand chose. Car généralement ce que j’aime chez lui c’est ce sentiment de malaise indescriptible qui s’installe sans prévenir et qui me guide, ce qui fait que je reste scotché, qu’ici non, rien ou presque, étant obligé de m’impliquer dans ce scénario si mince l’ennui a pris le dessus, malheureusement. Reste une direction très impliquée pour un trio d’actrices crédible, en plus de l’aspect reconstitution, mais si Lanthimos voulait faire son Barry Lyndon c’est loupé.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 946 critiques

    1,5
    Publiée le 28 février 2019
    Seul point positif sur le jeu des acteurs. Pour le reste , le film est long et lent , les intrigues entre les personnages peu interressante , aucun interet historique et donc pas grand chose a retenir.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 395 critiques

    2,0
    Publiée le 14 avril 2019
    Belle reconstitution de l'époque, film totalement intéressant pour moi. Je reste clairement sur ma faim. Les personnages ont beau être bon, l'histoire ne semble pas du tout avancer. On va dans le mur, vers une insatisfaction totale pour eux comme pour le spectateur qui attend quelque chose qui ne vient pas, manifestement. Trop de scènes semblent coupées, beaucoup sont suggestives alors qu'on aimerait les voir, notamment un vrai final !
    SansCrierArt
    SansCrierArt

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 138 critiques

    1,5
    Publiée le 25 février 2019
    Au début du XVIIIe siècle à la cours d'Anne d'Angleterre, les deux favorites, l'historique et la nouvelle, se font la guerre. Tout est caricature jusqu'au ridicule dans ce film prétentieux : dialogues, accompagnement sonore,  jeu des comédiens... Auxquels s'ajoute une réalisation hideuse abusant jusqu'à l'indigestion du fisheye, du grand angle et des travelling avant et arrière en parfaite ligne droite. Décrire la démesure avec outrance, dépeindre le moche avec laideur n'est que paraphrase. Ridicule et vain. sanscrierart.com
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 29 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 1 mars 2019
    Vite RdV chez l'Ophtalmo ! L'usage maladif du Grand Angle..? N'est pas Kubrick qui peut.... Malgré trois actrices parfaites tout ça est du revu & réchauffé.
    Happy life and flowers
    Happy life and flowers

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 163 critiques

    0,5
    Publiée le 10 juin 2019
    Je ne suis pas fan de ce réalisateur découvert dans son précédent film « mise à mort du cerf sacré », de son style non particulier, aussi froid que l’hiver. 16eme, 17ème, 18ème, 19eme, tant de siècle passé ne change rien aux histoires d’aristocrates et de nobles qui s’intriguent entre eux ou s’autodétruisent jusqu’à la tentation d’accéder au pouvoir royal. Un objet d’ambition politique manipulable qui varia selon le monarque, il y a eu un défilé de rois et des reines anglaises, l’une des plus bêtes choisies avec sa maladie d’opulence, pour régner sur le pays en proie face à la diplomatie. Le match Angleterre-France fait partie du sport, le tir de pistolet aux oiseaux n’attire foule à ce jeu nul, le ridicule ne tuera pas. Ce furent les courtisans profiteurs hommes ou femmes LGBT cachés au passé et révélés ici présent avec d’autres histoires de coucherie, leurs passes temps favoris en ces temps peu éclairés. C’est « les liaisons dangereuses » surpassées, lointaines, plus de censure hypocrite sous couvert morale religieuse dans la vulgarisation grâce au temps de l’évolution. Ce cinéma qui parle de l’histoire britannique n’est pas « Barry Lyndon », une production financière passée du côté américain, du flou en regardant à travers la vitre filmée et une législature mise en scène. La bande son musicale est sèche pour tambouriner autant que ça finalement, l’abondance de lapins clôture tout ce boucan cinématographique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top