Notez des films
Mon AlloCiné
    La Favorite
    note moyenne
    3,8
    2977 notes dont 311 critiques
    répartition des 311 critiques par note
    38 critiques
    111 critiques
    65 critiques
    59 critiques
    22 critiques
    16 critiques
    Votre avis sur La Favorite ?

    311 critiques spectateurs

    Le 4ème homme
    Le 4ème homme

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    2,5
    Publiée le 10 février 2019
    Non, ce n'est vraiment pas un grand film ! Favori des oscars: incompréhensible. Ce film vaut pour la qualité de ses actrices: Rachel Weisz, absolument magistrale par sa présence altière et sa beauté troublante; Emma Stone, que je n'avais guère appréciée dans La La Land, fait ici une prestation remarquable. Alors, certes le réalisateur a du savoir faire, mais sa technique est répétitive. Mais là où le bât blesse, c'est le scénario, pour moi quasiment inexistant. Il n'y a pratiquement pas d'histoire, sinon ce rapport entre la Reine Anne ( Olivia Colman ) et sa "favorite" Rachel Weisz, assez peu crédible, tant le décalage est grand entre ces deux femmes. Ce peu d'histoire étant, l'on s'ennuie ferme et l'on a hâte d'en terminer avec ce pensum.
    Mr D
    Mr D

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 24 février 2019
    Qu'est-ce que je viens de voir. Dix Oscars pour ça ?! J'ai du mal à croire que ça... ai pu créer un engouement au Oscars. J'ai vu de mauvais film avec de bons acteurs mais là c'est réellement la cerise sur le gâteau. Le rythme est inexistant du début à la fin, et des scènes où "passe les anges" pour citer ce film, sont d'un ennuie. Je rédige rarement une critique sur les films, mais réellement je veux me faire rembourser les 2h que j'ai passé devant cette chose.
    Laurence B
    Laurence B

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    2,0
    Publiée le 3 mars 2019
    J’atrendais Beaucoup de ce film mais j’ ai ete globalement déçue et pas convaincue au final. Très beaux décors et costumes une belle lumière de très bonnes actrices, mais un scénario creux avec des longueurs et des scènes et un langage assez vulgaire dans l’ensemble qui dessert le film à mon avis
    PetiteCanine
    PetiteCanine

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 20 mars 2019
    J’ai beaucoup de choses à dire sur le film. Le grand point noir pour moi étant les erreurs historiques. Qui m’ont rendue malade et dont personne ne parle. Mais commençons par le début: le film est très long à regarder, j’ai jeté plusieurs fois un coup d’oeil à ma montre, de base j’ai pas trouvé l’intrigue si prenante que ça. Ça m’a rappelé les disputes de filles au lycée. Et il est vulgaire, personnellement les accès de vulgarité déplacés des personnages m’ont plusieurs fois sortie du film. Beaucoup de choix de mise en scène m’ont également étonnée, l’utilisation abusive des fish-eye et des travellings par exemple. La musique est parfois très crispante. Pour le casting, rien à dire, les trois actrices principales jouent leur rôle à la perfection, Emma Stone en intriguante de salon impeccable. Maintenant, mon souci, et j’ai l’impression d’être littéralement la seule à faire la remarque, c’est pour ça que je rédige cet avis... c’est que c’est faux. Alors peut être que tout le monde s’en fout, des films historiques approximatifs mixés à la sauce anti-royaliste américaine , Hollywood ne fait que ça, et a priori ça fait des années que ça va à tout le monde. Mais là c’est juste que Lánthimos a complètement réécrit les personnages et pas mal d’évènements pour créer une intrigue. Le film apparaît basé sur les mémoires de la comtesse de Marlborough. Sauf que depuis la deuxième partie du XXeme siècle, on s’est rendu compte que cette comtesse, qui était pas contente d’être virée de la Cour, a fait exprès de dépeindre la reine Anne de façon peu reluisante (c’est le moins que l’on puisse dire) pour se venger d’elle dans la postérité. Elle faisait écrire des pamphlets haineux sur sa laideur, son obésité, et sur sa prétendue homosexualité avec sa nouvelle femme de chambre (Abigail en l’occurence). Sauf que: globalement tous les historiens s’accordent pour dire que c’est de la diffamation. La reine Anne était une femme de caractère, qui a régné 12 ans, elle était travailleuse et elle a maintenu tout le long de son règne un bel équilibre des pouvoirs, c’est elle qui a permis l’unification de l’Angleterre et l’Écosse sous le drapeau Grande Bretagne. Et elle était assez populaire auprès de son peuple, car elle succédait à son père et sa sœur Mary ( son mari Guillaume) catholiques en tant que fervente anglicane, et les anglais aimaient ça. Elle s’occupait des affaires de son pays et elle était assidue avec les réunions du gouvernement, etc. La seule chose vraie: elle avait des problèmes de santé qui la rendaient souvent indisposée, et le gouvernement pèse de ce fait de plus en plus lourd dans la balance. Ce n’était pas du tout une cinglée dépressive qui joue à la dînette avec ses lapins remplaçant ses enfants morts-nés (elle a effectivement été enceinte dix-sept fois, dont 12 fausses-couches, et le plus vieux de ses enfants a vécu 11ans). À citer également: à l’époque où Lady Sarah perd la cote: le mari de la reine Anne Georges du Danemark est encore parfaitement vivant. Et, malheur, c’est un couple uni et à priori fidèle (zut). La reine étant une fervente croyante, les historiens s’accordent pour dire qu’elle donnait beaucoup à son mariage, et que les soupçons d’homosexualité sont surtout basés sur les médisances de la comtesse de Marlborough dans ses mémoires, qui sont globalement un tas de calomnies vengeresses. Bref sinon: la disgrâce de Lady Sarah a commencé dès le début du règne de la reine Anne (1702) pas avec l’arrivée d’Abigail (qui était d’ailleurs là depuis le début de son règne aussi). Pourquoi? Pour cause de divergences politiques. La reine et Sarah, qui sont amies d’enfance, ne soutenaient pas les mêmes partis (c’était déjà le même principe de système bipartiste sauf qu’à l’époque c’était les Tories et les Whigs). Sarah mettait tout le temps la pression à la reine pour qu’elle place les ministres qu’elle voulait, et comme la reine n’était pas une pauvre folle influençable, ça l’agaçait beaucoup qu’on lui dise quoi faire. Dès 1704, Anne dira à un de ces conseillers qu’elle ne pourrait plus être vraiment amie avec Sarah. Et à cette époque Abigail n’est pas encore dans les bonnes grâces de la reine. Par la suite, dans un laps de temps s’étirant sur plusieurs années, Abigail supplante Sarah, en tant que femme de chambre puis comme gardienne de la bourse privée en 1710 (donc on voit que l’intrigue se déroule sur une décennie quasiment, et qu’il n’y a pas de lien de cause à effet entre la disgrâce de Lady Sarah qui sera renvoyée de la cour en 1710, et la présence d’Abigail. Sarah s’est débrouillée toute seule pour se mettre la reine à dos, par exemple en lui disant publiquement de se taire sur le parvis de Saint Paul). Et je reviens sur le fait que pendant quasiment tout ce temps-là, le mari d’Anne était bien vivant. Je ne parlerai même pas du fait que la guerre de Succession d’Espagne a été transformée en France VS Angleterre parce que c’est sûrement la seule chose que les américains ont retenu sur les conflits européens de cette époque. Comprenez bien: si historiquement, les personnages sont des affreux, malhonnêtes ou fous, qu’ils soient retranscrits comme tels! Mais réécrire l’Histoire, les personnages, la temporalité des événements, et spoiler: ajouter une touche d’homosexualité parce que ça fait bien aujourd’hui, surtout quand on veut être oscarisable (des personnages historiques gays, y en a plein, pourquoi ne pas faire un film sur eux? )... tout cela pour créer une intrigue qui n’a jamais existé entre des personnages dix fois plus odieux et bêtes que ce qu’ils n’étaient dans la réalité, moi je dis non. C’est le tableau des monarchies que les scénaristes et réalisateurs faisant des films « historiques » dressent de manière récurrente, et moi ça m’agace. Parce que les gens croient voir un film basé sur des faits historiques, et on les abuse. Après, chacun a le droit de ne pas s’arrêter sur les erreurs et les approximations. Mais quand tout le scénario est basé dessus, j’estime qu’il est temps de rétablir quelques vérité. Personnellement, je ne trouve pas que ce soit un film de femmes fortes, encore moins un film féministe. Le film essaie de faire passer un message contemporain (et donc anachronique) dans ses scènes. Le « girl empowerment » est représenté par une femme (Sarah) autoritaire et dominatrice qui passe son temps à rabaisser son amie fragile psychologiquement en la critiquant voire en l’insultant pour l’isoler dans son coin et diriger à sa place, et par une femme (Abigail) qui spoiler: drague à coups de pied dans les testicules mais qui en fin de compte couche quand même pour réussir . La troisième personnage féminin est faible, dominée, et allumée. Je ne trouve pas que ce film rende justice à la complexité de la psychologie féminine, tous les personnages étant grossiers, caricaturaux et vulgaires (personnages masculins compris Merci à ceux qui liront jusqu’au bout et bonne journée à vous.
    hugorun
    hugorun

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 26 février 2019
    Film sans intérêt, jeu d acteur medioce Rien de palpitant, aucune émotion, Ennuyeux, nul en fait !!!!!
    SEBBAH L
    SEBBAH L

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 1 mars 2019
    La bande annonce m'a vendu du rêve et j'ai payé pour un film avec une fin bâclée. C'est un beau film, ça, on peut pas lui enlever. Les décors sont absolument somptueux. Mais ma première phrase est plus importante
    sophie14000
    sophie14000

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 10 mars 2019
    Je trouve ce film décevant, l'histoire en elle même est sympa. Mais hélas je n'ai pas accroché avec la réalisation.
    Sylvie H
    Sylvie H

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    2,5
    Publiée le 12 mars 2019
    Très déçu par cette approche très glauque de la noblesse dépeinte ici dans son mode le plus malsain.
    Jojo213
    Jojo213

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    2,0
    Publiée le 26 mars 2019
    Trop de clichés sur les femmes homosexuelles ou bi. On se lace vite et je ne comprends toujours pas pourquoi Colman a eu l oscar de la meilleure actrice pour ce rôle qui reste banal ! Seul point positif le côté complètent décalé.
    sabina77
    sabina77

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    2,5
    Publiée le 3 mars 2019
    Suite à l'Oscar de la meilleure actrice, j'ai eu envie de regarder ce film. Certes, le jeu des actrices est juste mais ce film m'a laissé une sensation désagréable ; la manière de filmer (vue sur les plafonds), les longueurs ... je suis déçue.
    miel55
    miel55

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 2 mars 2019
    Très déçue... ce film est glauque et désagréable à regarder, à écouter : des images interminables prises selon un angle déformant accompagné d'une musique horrible, stridente, monocorde comme si le réalisateur avait voulu nous plonger dans un cauchemar... Heureusement la performance des acteurs est à saluer, surtout celle de la Reine qui joue sans doute le plus mauvais personnage de sa vie, de la confiture aux cochons, car une telle performance au profit d'un mauvais scénario est bien dommage. Il ne se passe rien en dehors de ce duel entre les favorites de la Reine. Nous n'apprenons rien au point de vue historique. Mais surtout, j'ai déploré trouver dans ce film un salmigondis de ce qui marche en ce moment au cinéma ou en littérature : les amours saphiques, la bisexualité, exposés ici d'une manière moche, malsaine... Et pour nous outrager plus encore, des scènes de dégeulon à nous retourner l'estomac.. Au point de vue "émotion", je n'en ai guère éprouvé, bien sûr la confusion mentale dans laquelle se démène la Reine fait évidemment peine à voir et j'ai mis 2 étoiles en raison de la performance de ce personnage qui aura certainement un oscar, mais pour le reste... Aucun intérêt !
    Jrosa
    Jrosa

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 1 mars 2019
    C'est curieux de voir combien un film aussi mauvais trouve autant l'oreille des critiques et d'une partie non négligeable du public. C'est un film esthétisant mais pas esthétique, historique mais sans aucun lien avec l'histoire, drôle mais toujours sur le mode de l'ironie grinçante, cru mais en fait plutôt grossier qu'autre chose. Une querelle de femmes avides d'elles-mêmes qui finissent par se bouffer la rate sous nos yeux écœurés. Tous les poncifs de la modernité tardive passent dans ce miroir déformant (le très prisé fish eye) : bisexualité, homosexualité, pouvoir et "confort" recherchés sans fin pour eux-mêmes, manipulations en série, apologie d'un libéralisme jusqu'auboutiste contre la raison d'Etat qui aboutit à la "libération" de la reine, une sorte de lambeau d'elle-même. Bref, un très très mauvais film qu'il faut à tout prix éviter. Impitoyablement.
    Dominique V.
    Dominique V.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    0,5
    Publiée le 12 mars 2019
    Très grosse déception. Ce film glauque présente des portraits de femmes excessivement écœurantes de quoi rendre misogyne la terre entière.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 856 abonnés Lire ses 6 873 critiques

    3,0
    Publiée le 23 mars 2019
    S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut pas reprocher à « La Favorite », c'est de laisser indifférent. La première source d'inspiration de Yórgos Lánthimos semble à ce titre clairement « Barry Lyndon », ce qui est évidemment très ambitieux mais oblige aussi à une grande rigueur et maîtrise dans le développement. Heureusement, c'est manifestement le cas du réalisateur. Sans forcément adhérer à tous ses choix ni totalement à son style, celui-ci a un sens de la narration, du cadre, du découpage qui, s'il peut déconcerter, n'en est pas moins réelle et parfois saisissant. C'est vraiment le contraire de l'eau tiède : cinglant, ironique, légèrement décadent sans jamais être vulgaire, « La Favorite » fait preuve d'audace et d'originalité pour dépoussiérer le film historique, genre très souvent guindé, pour ne pas dire franchement académique. J'avoue, quand même, que si j'ai globalement apprécié le spectacle, le ton et la direction vers laquelle Lánthimos semble dirige l'œuvre, que je n'ai pas pour autant ressenti de jubilation, d'enivrement particulier : est-ce dû à l'époque, l'histoire, aux enjeux ? Peut-être un peu tout à la fois, les dernières minutes m'ayant même paru assez longues, comme si le cinéaste ne savait pas exactement comment conclure. Toutefois, ne vous y trompez pas : à une époque où le cinéma est devenu un art de plus en plus aseptisé, rongé par le politiquement correct, voici une œuvre faisant parler la poudre, faussement suave et en disant long sur l'ambition des hommes (et des femmes, en l'occurrence), prêts à toutes les manigances pour se rapprocher le plus possible du pouvoir. « Play dirty », OK, mais toujours avec style, élégance. À ce jeu, Emma Stone et Rachel Weisz livrent un affrontement de haute volée, « arbitré » par une Olivia Colman aussi saisissante qu'inattendue. Au passage, j'avoue toutefois être très surpris par le choix de l'Académie des Oscar de nommer les deux premières comme seconds rôles et la première comme meilleure actrice : l'inverse aurait été plus logique voire les trois dans la même catégorie mais là, je ne comprends pas bien, même si la victoire de cette dernière (la seule sur dix nominations) se défend largement. Bref, sans être extatique, voici une production sachant faire preuve d'ambition et de culot, que ce soit par sa description sans fard (et toujours autant d'actualité) de la « politique » et son insolence : assurément l'un des titres phares de ce début d'année.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 529 abonnés Lire ses 4 876 critiques

    5,0
    Publiée le 6 février 2019
    Outre une guerre fratricide et féminine il ne faut pas omettre la dimension politique "intra-familiale", la Reine Anne étant proche du partie Tories alors que Sarah est du partie Whigs. Si les scénaristes ont beaucoup étudié la correspondance des protagonistes pour écrire le scénario et enrichir cette page peu connue de l'Histoire il y a pourtant des libertés prises ; par exemple les lapins, le lesbianisme, l'empoisonnement ainsi qu'une chronologie chamboulée... Ce film entre drame historique et thriller psychologique est un grand film qui ne pêche que par quelques libertés prises avec les faits. La beauté formelle sert merveilleusement un fond vénéneux et anxiogène. Site : Selenie
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top