Mon AlloCiné
Patients
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Patients" et de son tournage !

A l'origine...

Avec Patients, Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade met en scène son premier film qui est une adaptation de son roman autobiographique du même nom racontant son année de rééducation dans un centre après un accident. Pour le scénario, il a été aidé par Fadette Drouard qui lui a conseillé de synthétiser son livre. "On a dû en supprimer, parfois fusionner des anecdotes pour les rapporter à un seul. On a quasiment écrit d’un jet. Le montage final est d’ailleurs assez proche de la première version du scénario", se souvient Grand Corps Malade.

Une aide précieuse

Mehdi Idir, qui réalise les clips de Grand Corps Malade, l'a épaulé à la mise en scène de Patients par le biais du poste de co-réalisateur. Même s'il est habitué à manier la caméra, Patients est également son premier long métrage.

En centre de rééducation

Le film se déroule principalement dans un centre de rééducation. Mehdi Idir a été impressionné par la sensation d'enfermement propre à ce lieu qui lui a fait penser à celle prédominant en prison, un milieu qu'il connaît bien pour y avoir filmé un court métrage. Le co-réalisateur ajoute : "Ce qui m’a également impressionné, c’est de constater à quel point la vie reprend ses droits. Avec les patients tu parles de tout, de rien. Mais quand arrive le moment où l’un d’eux raconte son histoire, tu prends une claque. Surtout s’il est jeune. Ce que je retiens, c’est leur incroyable force de caractère."

Recréer un univers

Le centre de Patients est le même que celui où Grand Corps Malade a effectué sa rééducation. A l'époque où il s'y trouvait, ce lieu accueillait uniquement des personnes en situation de handicap lourd ce qui n'est plus le cas aujourd'hui où il est fréquent de croiser des patients avec des béquilles. Dans le film, Grand Corps Malade a voulu recréer l'univers qu'il a connu, à savoir un lieu dans lequel "tout le monde est en galère" (d'après ses propres mots).

Puiser dans le vécu

Plusieurs situations du film sont inspirées de ce que Grand Corps Malade a réellement connu. C'est par exemple le cas de la scène où le personnage de Steeve s'enivre à la vodka pour essayer de se suicider.

Le personnage de Ben

Si le personnage de Ben est inspiré de Grand Corps Malade, l'une des principales différences entre eux réside dans le fait que le premier est en fauteuil tandis que le second marche depuis 17 ans. "Comme Ben, j’étais basketteur, j’ai eu un accident et un jour je me suis relevé en m’appuyant sur deux barres… Pourtant, durant le tournage, je ne pensais qu’au taf. Je n’ai jamais eu le sentiment de revivre des moments douloureux ou une forme de thérapie qui m’aurait fait dire : "Ça y est, je me suis libéré de cette histoire"", explique l'auteur-cinéaste.

Côté mise en scène

Grand Corps Malade et son co-réalisateur Mehdi Idir ont cherché à ne pas verser dans le pathos malgré la gravité du sujet. Côté mise en scène, ils n'ont pas filmé caméra à l'épaule pour éviter que le film ait un style trop réaliste. "On souhaitait que la caméra suive l’évolution physique du personnage. Avec des plans fixes, serrés, de la profondeur de champ pour montrer que son champ de vision est au départ réduit. Puis un plan séquence au moment où il quitte sa chambre qui s’élargit. Le principe était d’apporter des mouvements de caméra de plus en plus complexes, mais petit à petit", note Mehdi Idir.

Authenticité

Pour que le jeu des acteurs sonne juste, ces derniers ont été coachés par le kiné de Grand Corps Malade et ont passé du temps avec des patients en centre de rééducation.

Scène la plus complexe

La scène de la cantine a été la plus compliquée à tourner puisque Grand Corps Malade et Mehdi Idir ont dû ajouter des dialogues, tout en gérant les acteurs, les cinquante figurants et un mouvement de caméra complexe qui démarrait en hauteur pour terminer sa course au niveau de la table.

La BO

La bande originale du film a été confiée à Angelo Foley, un artiste que Grand Corps Malade connaît bien pour avoir travaillé avec lui sur son dernier album "Il nous restera ça". Par ailleurs, l'auteur-réalisateur a écrit un titre pour le générique de fin de Patients"J’ai longtemps hésité, je trouvais ça trop attendu. Puis je me suis dit que, dans la mesure où je n’interviens pas dans le film alors que c’est mon histoire, je pouvais le faire de cette façon mais, en deuxième partie de générique, après la chanson de NTM. J’ai écrit "Espoir adapté" sur la musique d’Angelo. Anna Kova chante le refrain."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Gardiens de la Galaxie 2 (2017)
  • Jour J (2017)
  • Django (2016)
  • Aurore (2016)
  • Le Procès du siècle (2016)
  • La Colère d’un homme patient (2015)
  • Life - Origine Inconnue (2017)
  • Braquage à l'ancienne (2017)
  • Sous le même toit (2016)
  • Fast & Furious 8 (2017)
  • Baby Boss (2017)
  • Get Out (2017)
  • Les Schtroumpfs et le village perdu (2017)
  • Après la tempête (2016)
  • Les Initiés (2017)
  • Gold (2016)
  • À mon âge je me cache encore pour fumer (2016)
  • Problemos (2017)
  • Outsider (2016)
  • La Belle et la Bête (2017)
Back to Top