Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Gardiennes
    note moyenne
    3,1
    935 notes dont 170 critiques
    répartition des 170 critiques par note
    24 critiques
    45 critiques
    46 critiques
    30 critiques
    14 critiques
    11 critiques
    Votre avis sur Les Gardiennes ?

    170 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2455 abonnés Lire ses 648 critiques

    4,5
    Publiée le 9 décembre 2017
    « Les Gardiennes », tout simplement un merveilleux film lumineux et délicat, à l’image d’une véritable révélation en la personne de Iris Bry, dotée d’une simplicité naturelle doublée d’une grâce évidente, au point d’irradier totalement à l’écran ! Pivot central de l’histoire presque à son insu, Francine venue de l’assistance publique, va être en effet l’enjeu de cette famille qui l’emploie et l’accueille dans un climat apparemment paisible et serein... Au point de voler la vedette à ceux qui l’entourent, car Nathalie Baye, Laura Smet, Cyril Descours, sont eux aussi d’une justesse vraie par toute la souffrance et la dureté que cette guerre leur impose au quotidien. Leurs conditions de vie sont filmées sans concession, sans faire semblant et dans un silence le plus souvent terrible et oppressant, par la caméra de Xavier Beauvois qui met ici toute sa touche personnelle pour nous plonger sans commune mesure parmi l’existence éprouvante de ces femmes de l’époque auxquelles incombaient toutes les responsabilités et tâches de la ferme. Et au delà de la description très bien rendue, au delà de cette atmosphère de labeur, de peur et d’angoisse, on se prend aussi tout doucement d’intérêt pour chacun de ces personnages, tant le cinéaste arrive à donner à tous une vraie personnalité que l’on suivra d’autant plus que se dessine à l’horizon une intrigue qui va nous piquer au vif ! Sans en dire trop, cette histoire devient même passionnante quant au devenir de chaque membre de cette ferme... On voit se profiler mine de rien avec effroi les décisions et les actes qui seront pris par Hortense, en fonction de ce que cette maîtresse femme de la terre, peut percevoir et utiliser à dessein pour servir sa cause et celle des siens ! À travers toute cette histoire de famille et plus particulièrement cette communauté de femmes durant la guerre 14-18, Xavier Beauvois signe en compagnie de son opératrice Caroline Champetier, un film d’une beauté rare où la peinture de Jean-François Millet n’est jamais bien loin, un film taiseux fait de regards et de ressentis qui en disent bien plus que de simples mots, un film construit solidement et patiemment pierre par pierre à l’image de ces travaux de la ferme inlassablement répétés, mais dont le poids des « valeurs et traditions » aura finalement lui, le dernier véritable mot... Et donc un film intelligent, subtil qu’il faudra découvrir en même temps que Iris Bry, assurément sublime à elle seule !
    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 335 critiques

    4,5
    Publiée le 6 décembre 2017
    On sait depuis Des hommes et des Dieux que Xavier Beauvois est un réalisateur exceptionnel. Avec Les Gardiennes, il signe un long film contemplatif qui magnifie la terre et le courage des femmes.         La grande guerre. Un hameau composé de deux fermes, celle où Hortense vit avec son vieux père et ses deux fils; celle où sa fille, Solange (Laura Smet) vit avec son époux Clovis (le toujours excellent Olivier Rabourdin) et Marguerite née d'une première union.         Nathalie Baye est magnifique, sous son chignon gris, dans ce rôle de femme d'acier, dure pour elle même, dure pour les autres. Les trois hommes sont partis, il faut des bras en plus, ce seront ceux de Francine, fille de l'Assistance -mais qui a son certificat d'études!- (Iris Bry, une merveilleuse débutante), courageuse et travailleuse comme un homme. Ce n'est pas parce qu'Hortense l'estime qu'elle laisserait son fils Georges (Cyril Descours) s'enticher d'elle: elle a d'autres projets pour lui, qui renforceront la cohésion et la puissance de la famille.         C'est la succession des saisons pendant ces cinq longues années. Les moissons, la mise en gerbes, avec des images à la Millet; les hivers rudes où il faut fendre le bois.Ces terres vallonnées sont magnifiquement filmées, des tableaux: Millet, Corot.... Et nous admirons le soin méticuleux qu'a pris le réalisateur pour nous montrer les vrais travaux des champs, le labourage avec un attelage de boeufs, les semailles, utilisant des charrettes et des outils d'époque -ou très bien reconstitués. Nous découvrirons même dans une autre ferme la fabrication du charbon de bois... Témoignage d'un temps sans pitié...         Il y a les permissions trop rares où, bien loin de se reposer, l'homme fait sa part aux champs. Et pourtant, il n'est plus lui même, hanté par la barbarie qu'il vient de vivre et où il va replonger. Il y a Solange qui supporte mal d'être une femme sans hommes. Surtout avec ces sémillants jeunes soldats américains qui, en attente de leur affectation, vibrionnent autour de la ferme.         Il y a ces terribles jours où le maire du village, tout noir dans son beau costume des dimanches, vient annoncer la terrible nouvelle, mais qui? Constant l'instituteur (Nicolas Giraud) qui a été promu lieutenant ou Georges le paysan? Moments bouleversants         Le temps prend son temps. le temps du film se déroule, immuable et majestueux. Comme il a du paraître long, ce temps, à ceux qui le vivaient.         Non seulement les femmes ont préservé l'exploitation, l'ont portée à bout de bras pendant quatre longues années, mais elles 'ont modernisée: ce sont elles qui ont acheté une moissonneuse -puis un tracteur!         Film exceptionnel qu'il faut voir absolument.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 394 abonnés Lire ses 691 critiques

    5,0
    Publiée le 6 décembre 2017
    Quel film moderne ! Bien sûr, certains se gausseront de cette introduction et s'étonneront : "Est-ce moderne de prendre son temps pour filmer les travaux des champs ?" Et bla bla bla sur les champs de blé, les gros boeufs qu'il faut pousser et l'écoulement des saisons. Pour ma part, je pense que Beauvois est aussi moderne que Millet l'a été (et je conseille la superbe rétrospective que lui consacre le Palais des Beaux-Arts de Lille). Il est en effet franchement osé en 2017 de filmer tout un film en décors naturels, en respectant les lumières et les saisons, et de proposer une histoire d'apparence classique (mais qui se révèlera pleine de surprises). Le film s'avère être au final tout autre chose que la sage illustration des bienfaits champêtres : il est avant tout une féroce critique de l'égoïsme commun (on est toujours le pauvre de quelqu'un) et un tableau saisissant de tous les aspects de la féminité. En plus de ses qualités mélodramatiques (on pense à Bronte, à Balzac), Les gardiennes brille aussi par des atouts plus évidents : on aura rarement aussi bien montré la richesse et la complexité de la vie à la ferme, et les images sont le plus souvent somptueuses. Les actrices sont au top, avec une Nathalie Baye plus forte que jamais. La bande-son est travaillée comme un orfèvre (ah, le crissement des souliers vernis avant la mauvaise nouvelle). Beauvois filme les paysages comme des visages, et les visages comme des paysages. C'est superbe.
    angelo F.
    angelo F.

    Suivre son activité 40 abonnés

    5,0
    Publiée le 9 décembre 2017
    Que c'est franchement pénible les gens qui disent que le film est lent et se traîne et donc mettent une mauvaise note ! Ici la lenteur se prête totalement l'histoire dramatique ! Nous ne sommes pas devant un blockbuster furax et qui bouge sans cesse. Ce qui fait justement le sel de cette histoire c'est sa lenteur, sa délicatesse, nous sommes là pour contempler ce drame. Je rajoute que c'est justement tout l'intérêt du film et cela fait vraiment du bien en plus en cette époque moderne agitée. Quand on vient voir une histoire qui parle de femmes qui s'occupent d'une ferme pendant la première guerre mondiale et qu'en plus on visionne au préalable la bande annonce, on sait que l'histoire ne va pas être très rythmée ni agitée.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 1 479 critiques

    3,5
    Publiée le 11 décembre 2017
    Les gardiennes est indiscutablement un beau film français, bien joué, bien dirigé, bien filmé et si le sujet ne se rattachait pas à la pire des périodes de notre histoire de France pour les épouses et les mères, il n’y aurait quasiment rien à critiquer. La ruralité est bien exprimée et son authenticité, tant pour les lieux que pour l’époque, est bien rendue, c’est un vrai film de femmes paysannes. Les problèmes sont sentimentaux car les vrais drames de cette époque ne sont pas évoqués, ils étaient innombrables avec des maladies et des morts heureusement inimaginables aujourd’hui. Sans forcement les montrer, il aurait pu être possible de les évoquer davantage par quelques remarques psychologiques s’en rapportant plutôt que de porter l’attention du public sur le coté diabolique de Hortense. Pour ma part, je ne pourrai jamais croire qu’une mère laisse partir son fils vers la mort en lui faisant croire que la femme qu’il aime est une trainée. Cela a déplacé le sujet principal et m’a blessé… Je ne sais si c’est Perochon ou Beauvois mais c’est une infamie que de penser cela et du coup, les beautés visuelles des extérieurs, le charme et la simplicité de Iris Bry s’en sont trouvés abimés dans mes pensées.
    joelle g
    joelle g

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 370 critiques

    4,0
    Publiée le 9 décembre 2017
    Iris Bry irradie dans ce film...une vraie révélation.... Un très beau film ....qui dépeint au plus juste l'ambiance durant la Grande Guerre , un bel hommage rendu aux femmes qui ont permis au pays de continuer de fonctionner ......et prémices de l'émancipation des femmes..... de belles images .....qui nous plongent dans notre passé, dans notre histoire personnelle. Une première partie un peu longue ....plutôt contemplative ..... Nathalie Baye parfaite dans son rôle de gardienne de la famille....
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 7 décembre 2017
    Je ne puis que vous conseiller d’aller voir « Les gardiennes » de Xavier Beauvois qui nous avait déjà offert en 2010 un bijou : « Des hommes et des Dieux » ! En voyant la bande annonce, j’avais peur que ce film arrive un peu trop tard dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre et ne traite que de la nécessité pour les femmes d’assumer les travaux des champs, les hommes étant au front. Certes ce thème est parfaitement traité avec des scènes rurales parfaitement reconstituées en décor naturel et d’une grande beauté au fil des saisons et des années. Hortense (Nathalie Baye) est effectivement une excellente « gardienne de la ferme » dont elle arrive même à augmenter le rendement et à investir en la mécanisant (achat d’une faucheuse lieuse et d’un tracteur). Mais cette « mère courage » dont on voit sur le visage la souffrance physique et morale, est également la « gardienne de la famille » … un peu comme « La veuve Couderc » de Pierre Granier-Deferre (1971). Son interprétation est remarquable et le fait que Laura Smet joue le rôle de sa fille vient à mon sens renforcer la relation entre les 2 femmes. Durant la grande guerre, les femmes ont en effet dû prendre la place des hommes aux champs … mais aussi au sein des familles. C’est donc un mérite de la part de » de Xavier Beauvois d’avoir su traiter cet impact de la guerre sur la vie des femmes aves les femmes des prisonniers, les veuves éplorées, les veuves banches, les enfants sans père … et même in fine à travers le personnage de Francine (Iris Bry qui est rayonnante très prometteuse dans ce premier rôle) le début de l’indépendance des femmes ? Ce film est peut-être un peu trop long à aborder ce second versant du rôle des femmes (mais peut-être qu’il a fallu également du temps à ces femmes pour prendre conscience de ce rôle ?) et ne comporte - me semble-t-il – qu’un seul petit anachronisme, une scène en trop et une difficulté à comprendre qui est Marguerite au sein de la famille. La caméra est superbe avec de très beaux travelings lents, des plans serrés sur les visages rendant inutiles tout dialogue, la musique est parfaite, la décoration léchée et pour ma part la photo est presque trop belle avec par exemple un peu trop de brume ou autre parfois … Mais très sincèrement ce film mérite amplement 5 sur 5 … d’autant que j’y ai vu un petit clin d’œil à François Truffaut lorsque Francine qui est orpheline contemple avec son tuteur les photos de leurs disparus à la lumière des chandelles … comme dans « La chambre verte » (1978) … dont justement Nathalie Baye était l’actrice principale.
    Maurice P.
    Maurice P.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 7 décembre 2017
    Film très attendu pour ma part. Après l'accident industriel qu'a été “La rançon de la gloire“ Xavier Beauvois revient au naturalisme historique et c'est tant mieux. Faut dire que la satire, ce n'était sans doute pas son domaine. Et que le réalisateur “Des hommes et des Dieux“ avait besoin de quelque chose qui lui convient mieux. La mise en scène de Xavier Beauvois peut à nouveau ici exprimer toute sa puissance. La justesse de l'écriture aussi. Ces hommes broyés par l'absurdité de la guerre et qui reviennent épisodiquement comme des fantômes... Ces femmes qui doivent travailler deux fois plus dans une solitude et une rudesse d'une autre époque... Il y a beaucoup de moments forts, de moments secs, qui rendent parfaitement avec la dureté du récit. Néanmoins, quelques longueurs rendent la fin du récit erratique. Le film aurait dû être amputé de 15 minutes selon moi, trop de pauses, qui font retomber l'émotion ou la tension dès qu'elle surgit... A voir malgré tout.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 231 critiques

    4,0
    Publiée le 5 décembre 2017
    Très beau film dur et délicat en même temps qui magnifie avec une grande émotion le travail de la terre qui continue à prodiguer ses richesses tandis que les hommes meurent. Les gardiennes sont aussi celles d’un ordre à conserver coûte que coûte: l’ordre moral. Et la guerre change aussi les femmes qui en perdant leurs maris, ne perdent pas leur jeunesse et leur envie de vivre. Des tableaux parfois muets et d’une grande richesse contemplative. Très beau.
    Yves 4.
    Yves 4.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 23 critiques

    4,0
    Publiée le 9 décembre 2017
    superbe film , la France d'antan , voir certains métiers totalement disparu aujourd'hui. Le drame de la guerre , l'absence des hommes , l'annonce de la mort au front , la loterie quotidienne de la grande faucheuse.
    missfanfan
    missfanfan

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 386 critiques

    4,0
    Publiée le 6 décembre 2017
    j'adore la manière de Xavier Bauvois de filmer les visages et la nature en gros plan bref très bon film et acteurs je n'ai pas vu le temps passer malgré la longueur du film
    EMMANUEL M.
    EMMANUEL M.

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 10 décembre 2017
    Un réel petit bijou. Du cinéma comme on aimerait en voir plus souvent. Une histoire toute simple mais émouvante, qui est prétexte à nous faire le portrait d'une France paysanne d'il y a tout juste un siècle dont nombre d'entre nous ont encore aperçu les derniers vestiges. J'y ai emmené mes enfants de 16 et 18 ans qui ont eu un réel plaisir à découvrir cette France de leurs arrières grands parents et même si les silences les ont un peu dérouté au début, l'émotion, la beauté de la photographie, sans parler de la performance des acteurs et de la remarquable écriture cinématographique, ont eu vite raison de leurs réticences. Un film à ne surtout pas hésiter à aller voir sur grand écran,
    PartageTesScènes
    PartageTesScènes

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 18 critiques

    4,5
    Publiée le 14 janvier 2018
    Excellent, ce film est une grande réussite, bravo au réalisateur, aux actrices, acteurs, ... Ce film se déroule pendant la Première Guerre Mondiale mais on ne la voit pas. Il accentue les femmes et les personnes âgées restées aux champs. Les gardiennes gèrent la ferme familiale pendant que les fils sont partis au front. Elles prennent des initiatives, font vivre la ferme, l'enrichissent même. Très peu de dialogue, tout passe par les émotions des actrice et des acteurs, avec des gros plans pour accentuer le paraverbal émis. Beaucoup d'actrices et d'acteurs inconnus, grand bravo à elles et à eux. Je ne peux que recommander ce film !
    PaulGe G
    PaulGe G

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 7 décembre 2017
    un hommage aux femmes de 14-18. avec une mise en scène et des dialogues minimalistes, Xavier Bauvois nous offre une ode a la campagne des années d'horreur, avec un jeu tout en finesse,, un scénario,simple et lumineux, une musique tendre derrière des images superbes un vrai régal.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 371 critiques

    3,5
    Publiée le 6 décembre 2017
    Pendant la Première Guerre mondiale, tous les hommes sont au front. Veuve, la cinquantaine, Hortense (Nathalie Baye) doit faire front pour diriger la ferme. Elle ne peut guère compter que sur l'aide de son frère et de sa patte folle, et de sa fille Solange (Laura Smet). La vie s'écoule, ponctuée par les saisons et les permissions des hommes : Constant, l'aîné, instituteur, Clovis, le gendre, époux de Solange, Georges le benjamin. Pour se soulager, Hortense recrute une journalière, Francine (Iris Bry), qui tombe amoureuse de Georges et vit avec lui une brève idylle. Mais Georges est promis à Marguerite, la fille que Clovis a eu d'un premier lit. "Les Gardiennes" est l'adaptation fidèle d'un roman de Ernest Pérochon publié en 1924. Pérochon fait partie de ces écrivains jadis célèbres et tombés dans l'oubli. Il obtint le Goncourt en 1920, un an après Marcel Proust. Comme Pergaud, comme Fournier, il était instituteur. Comme Genevois, comme Dorgelès, la toile de fond de ses romans était la Grande guerre. Mais, dans Nène (le prix Goncourt 1920) ou dans Les Gardiennes, il ne parle pas des combats. C'est la France rurale qu'il décrit, une France qui continue à vivre, tant bien que mal, malgré la guerre et les hommes absents. Xavier Beauvois tente un sacré pari en adaptant un roman aussi démodé. La première heure du film pourrait laisser penser que le pari sera perdu. On peine à s'intéresser à la vie sans lustre de cette famille recomposée. On échoue à comprendre le fil de l'intrigue. On voit bien la part de documentaire qu'il recèle - les femmes parviennent à prendre en charge les travaux des champs en utilisant les techniques modernes (le tracteur, la moissonneuse-batteuse) mais elle ne réussit pas vraiment à nous tenir en haleine. Puis, avec l'arrivée de Francine (lumineuse Iris Bry dans son premier rôle) tout s'aimante. La vraie personnalité de Hortense se révèle. Le récit se tend jusqu'à son dénouement aussi logique qu'inattendu. Il faut avoir le courage de prendre à bras-le-corps ce grand beau film de deux heures vingt qui n'est pas sans rappeler les grandes adaptations des romans victoriens de Thomas Hardy : "Tess", "Jude", "Loin de la foule déchaînée"... Pas sûr qu'il trouve son public. Dommage.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top