Mon AlloCiné
Dilili à Paris
note moyenne
4,0
456 notes dont 77 critiques
35% (27 critiques)
29% (22 critiques)
19% (15 critiques)
9% (7 critiques)
6% (5 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Dilili à Paris ?

77 critiques spectateurs

Olivia B.

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/10/2018

J'ai eu la chance voir ce film en avant première et de partager cela avec ma fille de 10 ans. Non seulement ce film est un régal pour les yeux et pour les oreilles mais en plus l'histoire est intéressante et nous fait découvrir la belle époque et toutes ces richesses et surtout nous délivre un message fort : les femmes et les filles doivent être respectées. Que l'on ait 5 ans ou 99 ans ce film est touchant et chacun y trouvera son bonheur. Merci Mr Ocelot pour ce message que vous semez dans la tête de nos petites têtes blondes, à l'enfance rien de se perd. Je n'ai qu'une chose à ajouter : FONCEZ vous en resterez bouche bée.

dominique P.

Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 1 741 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/10/2018

J'ai vu ce film en avant première le dimanche 07 octobre. Ce dessin animé de M. Ocelot est de toute beauté. C'est une oeuvre délicate et très sensible. Cela se passe fin des années 1800, tout début des années 1900, à la Belle Epoque à Paris. Cette petite Dilili est vraiment formidable, très intelligente, courageuse, gentille. Aussi, l'histoire est plutôt dramatique puisque des fillettes sont enlevées et puisque ce qui va être découvert est vraiment terrifiant. C'est un dessin animé vraiment remarquable.

Barlet O

Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 202 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 24/10/2018

Dilili est présenté comme un film pour les enfants à partir de 6 ans. De fait, le début du film montre une jeune fille kanake haute comme trois pommes qui évolue dans sa famille au village. Le plan s'élargit et l'on découvre que cette famille est au milieu d'un zoo : le jardin d'acclimatation de Paris. Ainsi, Dilili est dans un zoo humain. Elle s'en échappe sans difficulté et n'y fera plus référence que comme un travail pour lequel ses parents sont venus en France. Voilà donc la tragique réalité des zoos humains évacuée d'un revers de dialogue. Mesure-t-on la gravité d'ancrer cette légèreté dans les jeunes têtes à l'heure où la reconnaissance des faits passés peut faire espérer une évolution des préjugés ? Michel Ocelot construit une histoire de tolérance, assénée plus que suggérée. Dilili, qui parle un français châtié voire ampoulé, enquête sur la disparition de jeunes filles dans le Paris de la Belle Epoque et découvre un sombre trafic où elles sont recouvertes d'un habit noir, style tchador ou niqab, exploitées et humiliées. Les images d'Ocelot ne manquent pas de beauté comme tous ses films. Mais les jeunes têtes ne manqueront pas d'associer au mal cette caricature.

PaulGe G

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 478 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/10/2018

superbe aventure dans le paris de la belle époque ou toutes les célébrités ont une petit rôle. le dessin magnifique, l'animation savoureuse. il faut sauver des petites filles séquestrées par d'affreux bonhommes . le racisme, la maltraitante féminine, la secte et la vie parisienne et ses flonflons , un joyeux mélange qui ravira petits et grands , on en redemande, c'est charmant, désuet, magnifique.

cathydim

Suivre son activité Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/10/2018

Des personnages et des décors époustouflants! Une démarche artistique qui allie culture française, art et histoire à une intrigue très bien ficelée. Malgré la présence d’un très jeune public dans la salle comblée du cinéma, pas un mouvement, pas un enfant distrait une seule seconde. Merci Michel Ocelot pour ce moment enchanteur! Et bravo pour ce chef d’œuvre! Une maman fan

Elt P

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 56 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 25/10/2018

Que d'élégance dans ce film ! Les quelques images vu en bande annonce m'avait vraiment interpellé et je n'ai pas été déçu. "Dilili à Paris" est un ovni dans le bon sens du terme et c'est en cela qu'il faut le voir. Loin des films d'animations récents, il propose un visuel rare où les personnages animés côtoient de superbes photographies parisiennes. Certaines scènes sont tout simplement d'une beauté épique que je n'avais pas vu depuis longtemps au cinéma, digne des plus grands classiques Disney et même supérieure. Le rendu est hypnotisant et participe déjà à nous enlever au monde réel. Mais c'est bien son ambiance si spéciale qui finit de nous embarquer dans ce monde féerique. Les dialogues, le rythme (qui n'est pas sans rappeler Kirikou !), le charisme des personnages... Il ne manque rien, simplement un chef d'oeuvre avec un message profond et une histoire véritablement créative. Car à notre époque où les spin-off, les reboots et les prequels sont difficiles à éviter, "Dilili à Paris" a, en plus de ses qualités propres, l'immense qualité d'être une oeuvre originale ! A voir absolument, grands et petits ;)

Sasha Kocanovic

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/10/2018

Malgré des dialogues un peu trop théâtraux, Michel Ocelot livre encore une fois un très bon film d'animation, avec une démarche constante de vouloir développer une certaine culture général du Paris de l'époque chez les enfants.

Bdelforge

Suivre son activité Lire sa critique

4,5Excellent
Publiée le 25/10/2018

En lisant les réactions de certains parents sur ce site, j'avais hésité à emmener mes petits-enfants (7 et 10 ans) voir ce dessin animé, que l'on disait pesant et même "glauque". J'avais tort: ils ont été happés par le film, en ont beaucoup parlé avec moi après la séance. Le thème amène à réfléchir (évidemment, si vous voulez juste voir un film d'aventures, genre "thriller" pour enfants, il ne faut pas aller voir celui-là: l'essentiel, à mon avis, ne se trouve dans l'enquête pour retrouver les fillettes disparues. Cette enquête n'est en réalité qu'un prétexte). Le nécessaire apport des hommes ET des femmes à la construction d'une société (avoir choisi de situer l'action au tout début de l'ère industrielle, alors que les automobiles commencent à circuler dans Paris et que les femmes entrent à l'université n'est pas anodin), le refus du racisme et des clichés liés à une culture, c'est de cela que le film parle en réalité. Certains diront: "en tombant dans d'autres clichés"... Peut-être. Mais cela me semble inévitable lorsqu'on s'adresse à des enfants. Je tiens cependant à préciser que ce film ne s'adresse pas à de tout jeunes enfants, et nécessite des explications des adultes pour permettre au petit spectateur de vraiment l'apprécier. Pour ma part, j'ai vraiment pris plaisir à expliquer à mes petits-enfants que tel ou tel personnage avait réellement existé, qu'il était connu pour avoir fait telle chose...

Sylvia G

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/10/2018

Un puit de connaissance pour nos petites têtes blondes avec de superbes images du Paris de la belle époque! Merci à Michel Ocelot pour cette belle leçon de vie sur le combat des femmes pour la liberté!

ATHMOS.ONER

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 203 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/10/2018

Disons-le d’emblée, "Dilili à Paris" va diviser les amateurs des créations de Michel Ocelo. En premier lieu, le choix esthétique risque d’en rebuter plus d’un. Si le graphisme dans ses œuvres a toujours été très marqué, il ose un pari risqué, montrer les rues et monuments de Paris en qualité très proche de la photo, dans des tons ocres ou grisâtres. Ces décors souvent totalement figés sont très réalistes puisque peints sur de véritable photos sur lesquels les éléments modernes ont été retirés. Les personnages sont colorés, dans un style qui dénote avec le réalisme des décors. Ils évoluent sur ces fonds statiques et leurs mouvements et couleurs les mettent énormément en valeur. Le rendu visuel reste tout de même cohérent et c’est un bonheur de voir une compilation du meilleur de l’architecture de la Capitale lors de la belle époque. L’art nouveau est présent partout et les plus belles réalisations sont montrées (Hôtel céramique de Jules Lavirotte, castel Béranger d'Hector Guimard, la tour Eiffel…) ainsi que les plus grands artistes de cette période (Renoir, Rodin, Monet, Picasso, Toulouse-Lautrec, Proust…). Et les femmes dans tout cela ? N’ayez crainte, le film est totalement et ouvertement féministe et nous montre les prémices d’une ère où les femmes commencent à s’émanciper et accéder à des rôles et postes jusque-là réservés aux hommes. Ainsi nous avons le plaisir de croiser Louise Michel, Camille Claudel, Marie Curie, Sarah Bernhardt, Emma Calvé… Le thème est très actuel, malheureusement, il manque un brin de cette subtilité et de la poésie qui enchantaient dans Kirikou. Reste tout de même une belle fable visuelle et un conte humaniste qui s’attaque aussi au racisme avec notre héroïne kanake, métisse qui est rejetée en Nouvelle Calédonie car elle est trop blanche et en France car elle est trop noire. La construction du film est tel un jeu de piste haletant à la Jules Verne, avec des moyens de locomotions variés, parfois spectaculaires, dans les airs et sous la terre. Cette visite guidée de Paris va mettre à mal les mâles (maîtres, nom de ce groupuscule qui en dit long). Ne boudez pas ce voyage dans le temps qui donne envie de s’endimancher et d’aller dans un beau zinc pour prendre une absinthe et participer à des conversations enjouées et constructives.

corinne T.

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/10/2018

Ils sont beaux ces films qui nous montrent tout l'Art du cinéma. L'histoire est très actuelle et les dessins sont charmants, très raffinés. Continuez Mr Ocelot, continuez !

PLR

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 717 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/10/2018

Dilili, la petite Canaque (métis en fait) au teint trop clair parmi les siens, trop foncé en Métropole, qui a eu Mme Michel (sic), Louise de son prénom bien entendu, comme institutrice. Le ton général de ce film est ainsi donné. La tolérance, la différence avec un fond dans le contexte des années 1900 mais pour aujourd'hui en fait. Et ça ira crescendo puisque les petites filles qui disparaissent, thème de l’intrigue, deviennent des Spoiler: « moins que zéro » contraintes par leurs ravisseurs (une secte) de « marcher à quatre pattes» sans relever la tête et en veillant bien à recouvrir tout leur corps de noir. Y compris les mains « avec les chaussures » (sic) idoines. Le spectateur adulte comprendra donc rapidement quel est le sens profond du propos et saura faire le parallèle avec des situations existant ou ayant existé, selon la formule consacrée. Sur le plan graphique, ce film d’animation est d’une pure beauté qui fait penser à la « ligne claire » d’Hergé. La mise en scène de personnages célèbres de l’époque (soit dans des dialogues, soit seulement à l’image pour le plus grand plaisir de reconnaître leurs traits) ajoute de l’originalité. Comme c’est une histoire pour la jeunesse, peut-être les jeunes spectateurs seront-ils un peu comme Dilili : il y a des moments, dit-elle, où elle ne comprend rien des graves sujets qu’évoquent les adultes autour d’elle mais elle est convaincue que ça viendra (évocation de l’affaire Dreyfus notamment). Oui assurément, pour faire totale œuvre pédagogique, il faudra sans doute expliquer davantage le contexte à des enfants ne pouvant pas avoir encore les repères nécessaires. Et quel plaisir ce sera pour des professeurs des écoles de se saisir d’un tel scénario pour le mettre en perspective.

tom K.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 88 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 13/10/2018

Film magnifique et grandiose défendant les femmes contre le radicalisme religieux des ténèbres. Le rempart? La culture, l'humanisme des Lumières et des esprits éclairés. Un grand film d'animation d'un très grand réalisateur, un grand nom.

Anges Amis A.

Suivre son activité Lire ses 6 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/10/2018

Après avoir vu la bande annonce, la similitude des voix et intonations avec Azur et Asmar était confondante ... Au point que j'ai vérifié si les interprètes vocaux étaient différents ? Et oui ! Surprise ! Dans les deux films ce ne sont pas les mêmes personnes qui prêtent leurs voix pourtant étonnantes de similitude... Cela ayant comme effet gênant d'avoir le cerveau qui renvoie sans arrêt aux personnages d'Azur et Asmar. C'est donc un peu sur la réserve que j'ai été voir le film. Au bout d'un moment, le "problème" sonore est passé au second plan, escamoté par la beauté du graphisme, les heureuses rencontres de Dilili avec des personnes ayant magnifiquement marqué cette époque. Et aussi par l'histoire elle-même qui est loin d'être vaine ou un simple prétexte à faire revivre Paris, ses lieux et les personnes célèbres de la Belle Epoque. C'est une histoire qui fait plein de liens subtiles avec notre époque et qui donne à réfléchir. Ce film porte l'espoir que l'humanité peut lutter contre toutes les formes d'emprise, par l'indépendance d'esprit qui permet de garder de la lucidité, et également grâce aux qualités de coeur. Outre le graphisme éblouissant dans ses moindres détails (comme dans les autres films de Michel OCELOT), la beauté de la musique, des voix qui chantent, parachève à merveille ce travail de "joaillerie" (l'étalage des bijoux visible dans la bande annonce est déjà subjuguant, parmi d'autres merveilles, dont les boiseries, les tentures, les vêtements, chaque lieu de Paris visité) le moindre détail est un vrai travail d'orfèvre que ce soit dans la magnificence ou le délabrement, tout est magnifiquement rendu. Un grand enchantement et des pistes de réflexion de surcroît : c'est vraiment un film d'animation à voir, revoir et recommander. Chapeau !

Anne M.

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 517 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/10/2018

Paris, à la Belle Epoque. Dilili, petite métisse canaque a quitté la Nouvelle Calédonie clandestinement. Son institutrice, qui n’était autre que Louise Michel, lui a appris le Français qu’elle parle avec distinction et élégance. Recueillie par une comtesse, elle participe à des spectacles d’indigènes pour touristes. C’est alors qu’elle rencontre Orel, un jeune et beau livreur à triporteur qui connaît le Tout Paris. Avec lui, elle arpente la capitale, à la recherche de petites filles mystérieusement disparues, enlevées par une secte obscure, les Mâles- Maîtres. Pendant leur enquête la fillette et son ami rencontrent artistes et scientifiques qui ont élu domicile dans la capitale ( Toulouse-Lautrec, Louis Pasteur, Marie Curie, Sarah Bernhardt, Eric Satie, Picasso, Renoir, Marcel Proust ..). Ils découvrent plusieurs lieux célèbres, comme le Moulin Rouge. Michel Ocelot a photographié Paris sur une durée de 4 ans et a retenu les images qui évoquent le Paris de la Belle Epoque. L’animation s’inscrit dans ce décor photographique minutieusement sélectionné. Quel magnifique travail d’orfèvre ! Michel Ocelot, avec finesse, aborde des sujets à vocation polémique et les intègre dans un conte pour enfants, avec ses ressorts et ses péripéties. Il parle de racisme et de sa relativité selon le point de vue pour une petite fille métisse, à travers les propos innocents et malicieux de la petite héroïne. Il évoque le lourd sujet de l’oppression des femmes. S’il y a des allusions assez évidentes aux dérives obscurantistes d’une certaine religion, des détails rocambolesques viennent pimenter le scénario. Ses idées passent bien. Elles gardent une part d’humour et beaucoup d’imagination, dans un récit aux allures d’une aventure de Jules Verne. Comment la légèreté et les lumières d’une civilisation s’opposent à une gangrène obscurantiste et triomphent. Comment mêler la vérité historique (sauf pour le préfet de police) et le conte. Un double pari délicat pour un film à destination des plus jeunes, et au final magnifiquement réussi ! Mon blog : larroseurarrose.com

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top