Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
note moyenne
4,3
8129 notes dont 691 critiques
22% (149 critiques)
55% (378 critiques)
13% (90 critiques)
6% (42 critiques)
3% (20 critiques)
2% (12 critiques)
Votre avis sur 3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance ?

691 critiques spectateurs

tixou0
tixou0

Suivre son activité 259 abonnés Lire ses 1 635 critiques

4,0
Publiée le 30/01/2018
L'argument de départ laisse à penser que ces "panneaux" à l'une des entrées (maintenant délaissée) de la bourgade d'Ebbing, Missouri, pourraient bien être le gage d'un truculent "Clochemerle chez les Rednecks".... Sauf qu'ils sont la caisse de résonance d'une détresse sans nom, celle d'une mère de famille, Mildred Hayes (Frances McDormand). Entre cocasserie grinçante et tragédie engluée dans la culpabilité générale (le trait volontiers outré même dans ce dernier registre), ce nouveau film de l'irlandais Martin McDonagh vaut d'abord, comme l'excellent "Bons baisers de Bruges" (déjà récompensé en ce sens), pour son écriture (prix mérité du Meilleur scénario à la dernière Mostra). Tous les archétypes du Sud rural, marqué d'abord au sceau poisseux de la violence, sont bien là, mais retravaillés superbement. Les interprètes sont excellents (mention toute particulière pour Sam Rockwell, en policier fracassé, cherchant la rédemption). Et l'on signalera les choix musicaux additionnels opportuns, complétant la bande originale signée du compositeur des frères Coen, Carter Burwell, déjà au générique des deux premiers longs métrages de McDonagh – collant au plus près de la palette des émotions.
Shephard69
Shephard69

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 878 critiques

4,5
Publiée le 15/01/2018
De Martin McDonagh, je n'avais vu jusqu'à aujourd'hui que "Bons baisers de Bruges" et déjà j'avais eu un coup de coeur pour ce film et son ton tragi-comique. Pour sa troisième réalisation après "Sept psychopathes", le réalisateur livre un surprenant polar rural qui s'avère aussi poignant, profond que drôle et aérien. Un film qui me rappelle par certains côtés "The pledge" de Sean Penn avec Jack Nicholson notamment pour la quête désespérée de son personnage central campé par une magnifique Frances MacDormand qui livre une prestation à la hauteur de son rôle dans "Fargo", Woody Harrelson et Sam Rockwell étant quant à eux toujours aussi bons et subtils dans leurs jeux. Un long-métrage qui vaut aussi clairement le détour pour la qualité de son écriture, son scénario astucieux, son humour décapant, ses personnages fouillés. Une mise en scène splendide rehaussé par la bande originale de Carter Burwell. Une sensation énorme, une bonne claque pour un film sans grosses prétentions.
Caine78
Caine78

Suivre son activité 725 abonnés Lire ses 7 282 critiques

4,0
Publiée le 24/06/2018
Événement majeur de ce début d'année 2018, « 3 Billboards » a même désormais toutes les chances d'être LE film de cette année 2018. Pourtant, ce n'est pas la réalisation qui brille le plus ici, mais clairement le scénario. La première est totalement au service du second, et c'est sans aucun doute le meilleur choix possible. Il n'est pourtant pas si évident d'écrire des choses précises sur l'œuvre : vous en dire trop, notamment sur l'histoire, serait prendre le risque de vous la gâcher. Disons que c'est un film extrêmement habile, extrêmement bien écrit, avec ce qu'il faut de regard critique sur la société américaine. Ce sont plus des postures, un système que Martin McDonagh dénonce, beaucoup plus que les femmes et les hommes qui le composent, proposant un regard étonnamment nuancé. Sans même que l'on s'en rende compte, le récit est en définitive constamment imprévisible, que ce soit dans son déroulement ou la réaction de nombreux personnages, ce qui ne l'empêche pas d'apparaître toujours cohérent, séduisant. Sous ses airs explosifs voire violents, il y a quelque chose de presque apaisé dans cette incroyable histoire, la manière dont évolue les différents protagonistes, la vision que le cinéaste a de chacun étant presque touchante. Il y a une forme de fatalité, d'ironie presque grinçante, mais qui n'empêche pas l'humanité d'exister, un peu. Et si certains seconds rôles ont un peu de mal à exister (quoique), « 3 Billboards » peut compter sur un trio exceptionnel : Frances McDormand dans l'un de ses plus grands rôles et le genre d'héroïne que l'on n'oublie pas, Woody Harrelson en shérif aussi impuissant face à un crime non résolu qu'attachant spoiler: (toute la partie avec les lettres écrites juste avant son suicide est absolument génial) et évidemment Sam Rockwell, lauréat d'un Oscar du meilleur second rôle mérité et acteur principal de la scène la plus marquante de l'œuvre spoiler: (j'ai évidemment nommé le tabassage suivi de la défenestration du publicitaire, simplement hallucinante (et en plan-séquence, s'il vous plaît)). Du cinéma de haut vol, de ces titres vous marquant durablement : ne passez pas à côté.
Walter Mouse
Walter Mouse

Suivre son activité 392 abonnés Lire ses 417 critiques

4,0
Publiée le 13/02/2018
Il y avait dans 3 Billboards, les panneaux de la vengeance tout ce qu'il fallait pour m'énerver, la peur légitime de m'infliger un autre de ces films prétendument iconoclastes, comme il en pleut pas dizaines tous les ans, jouant avec le feu entre la comédie cynique et le drame humain sans véritable balance. Un terrain glissant sur lequel Martin McDonagh a étonnamment bien géré le parcours. Grand merci, de revirement de dernière minute il n'y a point, aucun réalisme n'est revendiqué, aucun mensonge n'est dit sur l'immoralité de l'oeuvre. De la première à la dernière seconde, le film ne cherche pas à se racheter une conscience et assume le déséquilibre de tous ses personnages (Frances McDormand impossible à raisonner, Sam Rockwell qui vit encore chez sa mère, la mésentente parmi les habitants) dans un flot de préjugés, d'injures et d'aveuglement. On y refuse la tristesse mais on y accepte la colère. 3 Billboards transmet son regret par la haine et n'approuve aucune décision prise par les résidents. Sa vision est désabusée au point d'en être comique (dans le bon sens) et amère. Les quelques sorties de route pour donner un peu plus de sérieux à l'ensemble ne trahissent pas le ton car découlent toujours vers des situations plus douteuses à l'image du choix final qui reste dans la brume. Désenchanté et consistant, une excellente surprise.
nicothrash60
nicothrash60

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 724 critiques

4,0
Publiée le 11/02/2018
Précédé d'une belle réputation non usurpée, ce "3 Billboards" est en effet une excellente surprise. Sous ses airs de drame social, il nous tient en haleine sur près de deux heures à la faveur d'interprétations sans faille et d'un script aux petits oignons. Evidemment, la géniale Frances McDormand aimante tout l'ensemble mais Woody Harrelson et Sam Rockwell notamment ne sont pas en reste du tout et de toute façon c'est absolument toute la direction d'acteur qu est brillante. L'écriture est donc très fine, mais on a aussi beaucoup d'humour, noir souvent mais très efficace pour un désamorçage en règle des situations tristes ou même révoltantes. En tous les cas, je n'ai pas décroché un seul instant malgré un faux rythme quasi constant et me suis bien régalé jusqu'à ce final ouvert qui laisse bien songeur ... Une grande et belle oeuvre.
tuco-ramirez
tuco-ramirez

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 114 critiques

4,5
Publiée le 09/02/2018
Primé à Venise pour son scénario, l’année cinématographique débute fort avec cet uppercut filmique atypique comme sait en faire le ciné indé’ US. Mildred ; en affichant son désarroi et sa rage spoiler: de voir le viol et le meurtre de sa fille resté impuni sur 3 panneaux publicitaires ; met une bombe dans la bourgade redneck dans laquelle elle vit. C’est son but ; remuez la merde en espérant que quelque chose en sorte, spoiler: que l’on retrouve le meurtrier de sa fille. L’objectif est atteint, les relations sociales dans le voisinage vont être radicalement être bouleversées. Le meurtrier ne sera peut-être pas découvert, mais plus rien ne sera comme avant… la détresse d’une mère placardée en 4*3, çà laisse des traces. Comment pitcher un film étrange issu d’un savant mélange des genres ? Et bien en faisant le grand écart comme le film lui-même : en se référant à un magnifique mélodrame comme « Manchester by the sea » et à un film déjanté à l’humour noir corrosif comme « No country for the old man ». Ce film est donc aussi bien un mélodrame lourd qu’une comédie noire et désinvolte qu’un film americana (chronique sur ces bleds dans le trou du cul de l’Amérique), qu’un thriller phycologique, qu’un revenge movie (inversé dans les faits, car il finit par faire l’éloge du pardon en filigrane), qu’un western (Mildred est aussi acharné que Wayne dans « La prisonnière du désert » dont elle s’inspira largement pour se rôle). Et c’est bien là la richesse du scénario. Quand Mildred placarde sa soif de vengeance, tout part en sucette ; mais Martin Mc Donagh maitrise parfaitement son sujet sans tomber dans l’excès, le manichéisme ou la morale facile ; transgressif et violent, tire larme et humaniste au final. Là où Clooney avec « Suberbicon » ; le scénario était pourtant des Coen ; ne parvient pas à amalgamer tous ces sentiments contradictoires ; Martin Mc Donagh parvient à entrainer le spectateur avec lui. L’audace paie lorsque le talent est au rendez-vous. Il parvient aussi à faire vivre une belle galerie de personnages où même les personnages secondaires ne sont pas sacrifiés. Et même les personnages les plus bas du chapeau et les plus basiques se révèlent plus complexes que ‘l’on pouvait l’envisager ; l’humanité pointe son nez chez chacun d’entre eux ce qui laisse le spectateur pantois… entre sympathie et malaise. Et pour finir, Frances Mc Dormand incroyable dans « Fargo » des Coen remet le couvert avec une science du jeu incroyable pour passer du comique à l’émotion. Vous avez compris… allez y… grand cru 2018 déjà annoncé Mon blog: tout-un-cinema.blogspot.fr
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 2 891 critiques

3,5
Publiée le 17/01/2018
Le réalisateur choisit d’aborder de façon comique un thème assez glauque, celui du meurtre d’une adolescente. Est-ce aussi du fait que les protagonistes n’ont plus d’autres ressources que de se moquer d’eux-mêmes et du monde qui les entoure, ne trouvant que cette façon de s’exprimer pour évacuer leur douleur? Il y a une certaine touche des frères Coen (héroïne de Fargo oblige!!!!)
Anthony S
Anthony S

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 242 critiques

2,5
Publiée le 21/01/2018
Je n'ai pas accroché à ce film. Le réalisateur a essayé de mélanger les genres et les sentiments : tristesse, drame, racisme, maladie... mais sans aller au bout réellement. Le spectateur est trimballé d'un sentiment à l'autre mais il reste un goût d'inachevé. Rien à dire sur les acteurs, excellents et convaincants ainsi que l'image très belle.
Franck I.
Franck I.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

5,0
Publiée le 28/01/2018
Sur fond d'une Amérique en proie avec ses vieux fantômes, (décadence, racisme, homophobie), 3 Billboards est aussi et surtout un film construit en trois tableaux : colère, rédemption et vengeance. L'atmosphère qui règne tout au long de ce drame psychologique est à l'image du personnage central incarné par Frances McDormand. Mère terrassée par le meurtre de sa fille, qui provoque au sein de la police chargée d'enquêter sur cette affaire sordide, un véritable ras de marée par le biais de messages placardés à l'entrée de la ville. Sentiments de culpabilité mêlés à la colère, toutes les facettes des personnages sont passées au crible avec une certaine maîtrise, presque distante et d'une froideur quasi-inesthétique. Ce film est inclassable car il ne rentre pas dans les catégories des scénarios ficelés et clichés de bon nombre de films du genre. D'un humour caustique glissé au creux de scènes loin d'être drôlatiques, se greffent un désespoir et une tristesse absolue autour des personnages de Woody Harrelson et de Sam Rockwell. Le dénouement qui laisse croire à une suite certaine, n'annonce rien d'autre qu'une continuité imprévisible comme l'est ce film aux multiples revirements.
horasOscar
horasOscar

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

3,0
Publiée le 28/01/2018
Tout est bien ds ce film : écriture, images, acteurs, thèmes etc. Les acteurs principaux sont excellentissimes. Et pourtant je sors du film avec un sentiment de vide. Alors que le film est riche de sens, d'humour noir, d'émotions, de critique sociale, il manque d'un centre, d'un propos. L'œuvre est au service de quoi? Je n'attends pas un message mais juste un centre, une polarité qui manque - quelque-chose qui serait particulièrement intense que ce soit une image, un dialogue, un élément esthétique, poétique ou un message, peu importe - mais un centre autour duquel l'œuvre est construite.
Katia G.
Katia G.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 23 critiques

5,0
Publiée le 21/01/2018
Tout est brillant. L'écriture est magistrale tant pour l'intrigue que les dialogues. Les acteurs sont exceptionnels, tous. La B.O. est à tomber. Le message est sublime. La toile de fond est surprenante, intrigante, juste. La réal est impeccable. Aucun défaut. Mais alors aucun pour ce film bouleversant, puissant, parlant, à voir absolument.
circusstar
circusstar

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 534 critiques

4,5
Publiée le 18/02/2018
Enfin le retour d’un excellent film américain, ça fait un bien fou. Les acteurs sont tous excellents, les personnages sont excessivement attachants. C’est un film vraiment passionnant et ça fait du bien !
Craoux
Craoux

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 211 critiques

2,0
Publiée le 30/01/2018
Mal à l'aise. Oui, je suis sorti de la salle, soulagé d'en avoir fini avec cette expérience où les êtres qu'on nous donne à voir sont plutôt bas du plafond, où les réactions sont irréfléchies et souvent inspirées par la seule violence (celle née de la culpabilité dans le cas de la mère). Où l'humanité est presque absente (bilan à nuancer par la seule présence du Shérif ... personnage curieux à la sensibilité qui détonne dans ce contexte Midwest rance). Je veux bien que l'idée de départ (location des 3 panneaux pour placarder un message qui "piquera au vif la police") puisse être intéressante, encore faudrait-il que le scénario tienne une ligne cohérente. C'est là où le bât blesse dans le développement de l'histoire car, après la mort du Shérif (le seul à tenir un discours réaliste face à la mère), la fausse piste d'un possible suspect est (vraiment lourdement) exploitée, ce qui nous amènera à cette fin plutôt bancale probablement destinée à offrir - assez curieusement - une possibilité de rédemption vers un peu d'humanité, tant à la mère qu'à l'ex-flic raciste et homophobe. Bon, est-ce que tout ça méritait autant d'éloges ? est-ce que Frances McDormand sort du lot par un jeu inspiré ? ... Pour moi, non. A vous de vous forger votre opinion !
Alex Mary
Alex Mary

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 102 critiques

4,5
Publiée le 20/01/2018
Construit sur la confrontation entre une femme seule et une petite communauté des États-Unis, le film de Martin McDonagh se révèle dépasser avec brio le pur thriller. En effet, pour sa troisième réalisation, dont il signe également le scénario, le réalisateur britannique livre un drame saisissant à l’intrigue tout juste poignante. Porté par un trio fabuleux en la personne de Frances McDormand, Woody Harrelson et Sam Rockwell, tous trois étant absolument magistraux dans leurs rôles respectifs, le film propose une narration touchante, comptant bon nombre de scènes chocs et émotionnellement fortes. « Three Billboards » expose, qui plus est, une mise en scène aussi soignée que maîtrisée de bout en bout. Marquée par un style aussi brutal que réaliste, l’esthétisme du film, commun de prime abord, livre, une fois que l’on s’y attarde, de véritable séquences lyriques. Apportant de véritable moment de respiration à travers ses dialogues teintés d’humour noir, « Three Billboards » conserve une réelle dimension comique menée avec justesse, mais n’en délaisse pas pour autant le dramatisme profond qui forge l’œuvre. Durant deux heures, nous avons plaisir à suivre cette mère de famille forte dans sa lutte plus ou moins vengeresse. Interprétée avec brio par une Frances McDormand tout simplement remarquable dans son rôle, proposant sans doute ici l’une de ses meilleures performances et l’un de ses plus beaux rôles, et, par ailleurs, se révèle conférer à travers cette performance une dimension féministe adroitement menée dès lors que celle-ci est abordée. En outre, on retiendra de « Three Billboards » un western contemporain viscéral qui, par le génie de ses acteurs et l'ironie quelque peu brutale de son intrigue, se voit décrire une Amérique profonde où la rédemption est loin d'exister. En signant une fresque mélodramatique, McDonagh rentre dans la cour des grands en livrant une œuvre saisissante, pouvant être aussi drôle que touchante, et loin de laisser le spectateur indifférent une fois achevé.
cosette2010
cosette2010

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 74 critiques

5,0
Publiée le 19/01/2018
Frances est extraordinaire dans ce rôle de mère blessée. Excellent de justesse, de finesse sous des airs bourrins, dans la pure veine des frères Coen. Féroce critique de la société américaine et de la bêtise en général, un pur moment jubilatoire ! Tellement rare ! Et en plus c'est drôle ! A ne rater sous aucun prétexte !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top