Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Django
Note moyenne
3,0
23 titres de presse
  • Femme Actuelle
  • Le Dauphiné Libéré
  • Closer
  • La Voix du Nord
  • Le Parisien
  • L'Humanité
  • Ouest France
  • aVoir-aLire.com
  • CNews
  • Le Figaro
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Fiches du Cinéma
  • Rolling Stone
  • Voici
  • Cahiers du Cinéma
  • Critikat.com
  • La Croix
  • Le Monde
  • Les Inrockuptibles
  • Première
  • Sud Ouest
  • Télérama

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

23 critiques presse

Femme Actuelle

par Sabrina Nadjar

La composition sans fausse note de Reda Kateb s'accompagne d'une bande-son qui donne envie de swinguer.

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Plutôt que le biopic hagiographique attendu, un film qui a la belle idée de replacer Django dans le contexte tragique du sort réservé aux Tsiganes par les nazis, y trouvant une densité que renforce encore l’étonnante composition de Reda Kateb.

Closer

par La Rédaction

En 1943, le guitariste virtuose Django Reinhardt fait swinguer le Tout-Paris aux Folies Bergère. Excellent.

La Voix du Nord

par Philippe Lagouche

Derrière ce portrait, un auteur méticuleux conscient de la responsabilité qui lui incombe, l’époque étant particulièrement fertile en zones d’ombre. Par ses partis pris éthiques et formels mûrement réfléchis, Étienne Comar s’impose.

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

Libéré de l'énorme travail qu'il a accompli en amont, Reda Kateb fait renaître le prince gitan dans sa grandeur et ses paradoxes. Cécile de France est une icône des années 1950. Le suspense joue à plein et les seconds rôles sonnent juste. Tout ceci fait un accord parfait.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

L'Humanité

par La Rédaction

À travers le guitariste Django Reinhardt, admirablement incarné par Reda Kateb, le film d’Étienne Comar évoque la tragédie des Tsiganes durant la Seconde Guerre mondiale.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Ouest France

par Michel Oriot

Un Reda Kateb lumineux.

aVoir-aLire.com

par Claudine Levanneur

Malgré la tension qui s’accentue, le récit reste linéaire et la réalisation sans panache continue à ronronner dans une totale indifférence, laissant au spectateur la frustrante sensation d’être abandonné au bord de l’action.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

CNews

par La Rédaction

Le choix de Reda Kateb pour incarner Django est justifié dans ce biopic qui se focalise sur une courte période de la vie du guitariste. Même s’il manque un peu de souffle et d’émotion à la mise en scène, cette histoire, qui rappelle le sort des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, mérite d’être racontée.

Le Figaro

par Etienne Sorin

Pour son premier long-métrage comme réalisateur, le scénariste Étienne Comar (Des hommes et des dieux, Mon Roi) mêle biographie et devoir de mémoire. Une reconstitution qui manque de swing.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Journal du Dimanche

par Éric Mandel

(...) Reda Kateb campe avec une élégante nonchalance un homme secret, obsédé par sa musique, indifférent aux contingences extérieures (...). Mais en se concentrant sur ces deux années, Étienne Comar laisse de côté des épisodes fascinants du parcours de Django – son enfance, sa rencontre avec Stéphane Grappelli, sa période américaine.

Le Nouvel Observateur

par François Forestier

Etienne Comar, qui signe ici son premier film (un poil trop long), donne à Reda Kateb un de ses plus beaux rôles. L’acteur porte le film dans chaque plan. On redécouvre avec bonheur l’étrange personnage que fut Django, diva, joueur, infidèle, attachant.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Fiches du Cinéma

par Christian Berger

“Django” n’est pas la biographie filmée que laissait espérer son titre. La musique et un Reda Kateb admirables pâtissent d’un scénario approximatif et d’une mise en scène convenue.

Rolling Stone

par Sophie Rosemont

Porté par un Reda Kateb ultra investi, ce biopic somme toute classique a le mérite d'interroger une période peu connue de la carrière du guitariste.

Voici

par La Rédaction

L'histoire d'un homme seul, entravé par son génie, rattrapé par l'Histoire. Reda Kateb est splendide.

Cahiers du Cinéma

par Nicholas Elliott

Le film rate le virage du romanesque, notamment avec le personnage inventé de Louise de Klerk (…). À trop remplir de fonctions, le personnage devient pur fantasme de fiction, trop gros pour convaincre, pas assez incarné pour séduire.

Critikat.com

par Nicola Brarda

Si Reinhardt enchanta peut-être son époque, le biopic d'Étienne Comar, lui, a perdu sa magie en chemin.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

La Croix

par Arnaud Schwartz

Certaines répliques sonnent maladroitement, certaines options de mise en scène sont trop démonstratives, comme ces applaudissements à Paris brutalement interrompus par l’exécution d’un vieux tsigane dans une forêt des Vosges. Il reste, par-delà ces images, la sensation de n’avoir pu cerner un être complexe et insaisissable.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Le Monde

par Thomas Sotinel

Une charge un peu lourde pour le guitariste manouche.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

C’est une belle histoire que raconte Comar. Hélas, on ne peut pas dire que la mise en scène suive, qu’elle se montre à la hauteur de l’enjeu (…) Heureusement, il y a les scènes musicales, totalement galvanisantes. Et puis un acteur exceptionnel, proprement génial : Reda Kateb, dont on connaissait évidemment le talent, mais qui prend ici son envol, passe à la vitesse supérieure.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Première

par Christophe Narbonne

Et le film de dérouler sa petite musique tel un piano mécanique, sans fausses notes. Il manque à ce biopic en ré mineur une véritable incarnation, un moment de bascule où la douceur impressionniste des scènes au quotidien ferait place à la viscéralité de la guerre et à ses terribles ambiguïtés.

Sud Ouest

par Sophie Avon

Pas assez de mordant, trop de ronds de jambe. Réda Kateb n’est pas en cause, il incarne le musicien avec son charme irrésistible et sa souplesse de chat. Mais "Django" ne prend pas, jamais. Il a la musique, les acteurs, la partition. Il lui manque la grâce, le swing.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

Télérama

par Jacques Morice

Cet épisode méconnu, en soi intéressant sur les pièges tendus aux artistes en temps de guerre, méritait un chapitre. En faire tout un film s'avère une fausse bonne idée. Quid du talent de Django, de ce qu'il a apporté à l'histoire du jazz ?

La critique complète est disponible sur le site Télérama
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top