Mon AlloCiné
Forfaiture
note moyenne
2,8
17 notes dont 6 critiques
17% (1 critique)
17% (1 critique)
17% (1 critique)
17% (1 critique)
33% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Forfaiture ?

6 critiques spectateurs

Yannickcinéphile

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 4 005 critiques

4,5
Publiée le 31/01/2017
Marcel L’Herbier est un réalisateur qui, à mon sens, est l’un des plus importants de la première moitié du XXe siècle, tant il a su réalisé des films modernes, audacieux, et vraiment tirés au cordeau, au moins pour ses plus fameux métrages. Ici, il livre une superbe réalisation, à peine handicapé par une histoire parfois un peu plate, et par un petit manque de relief lors de certaines séquences. Déjà, l’interprétation est presque parfaite. A part un Sessue Hayakawa un peu terne, faisant de la sobriété un quasi-monolithisme, pour le reste c’est difficile de trouver à redire. A côté de l’excellent Louis Jouvet, qui livre une prestation vraiment enthousiasmante, sorte de méchant qui ne se mouille pas et opère dans l’ombre, on dirait une sorte de Méphistophélès, il y a une Lise Delamare impressionnante. J’ai réellement adoré son interprétation, exprimant avec un talent remarquable toute la palette des expressions possibles tant son personnage est balloté d’émotions en sentiments divers. Et quel charme, quelle photogénie, c’est une interprète mémorable. Les seconds rôles ne sont pas en reste avec un Victor Francen convaincant. Il est dans une interprétation un peu plus « à l’ancienne », légèrement théâtrale parfois, dans sa diction ou dans sa gestuelle, mais il est un acteur appréciable et il tient un bon rôle. Non, ma petite critique ira à Hayakawa. Le scénario est très convaincant. Quelques petites lenteurs peut-être, mais ce sont des détails. L’Herbier signe un métrage passionnant, avec un récit maitrisé, bien découpé mais d’une réelle fluidité. Si certaines scènes manquent un peu de tension, c’est surtout par la prestation très « intérieure » d’Hayakawa. Cela mis à part, Forfaiture est un mélange astucieux entre plusieurs genres, se concluant comme un film de procès, et commençant comme un film d’aventure ! Porté par l’interprétation brillante de Delamare, qui s’enlise sans en avoir totalement conscience dans une situation inextricable, Forfaiture est ambitieux, et parvient à ne pas s’emmêler les pinceaux comme on aurait facilement pu le craindre. En tout cas j’ai eu grand plaisir à le suivre, découvrant une variation passionnante sur les sentiments, et ménageant des scènes d’une belle subtilité. Sur la forme L’Herbier offre un métrage réussi. L’exotisme ne fait pas toc, grâce à des décors soignés et à un réalisateur qui exploite judicieusement ce qu’il a à sa disposition. Par exemple, les séquences au casino n’ont rien de grandiose a priori. Les décors ne sont pas exceptionnels, mais en ménageant de petits détails (les paniers distribuant les pions), le réalisateur parvient à faire surgir l’exotisme, et la mise en scène est d’une grande intelligence (la séquence majeure du casino est un petit bijou, avec cette agitation, ce plan très serré sur l’actrice, et ce sentiment qu’elle est prise malgré elle dans ce tourbillon qui la force à jouer, entrainer dans ce sabbat sans fin). Il y a vraiment beaucoup de belles idées de réalisation, et L’Herbier magnifie ses acteurs, spécialement Jouvet et Delamare auxquels il s’accroche, jubilant manifestement de l’excellence de leur jeu. En tout cas, voilà un superbe film, aussi intéressant sur le fond que brillant sur la forme. Pour ma part, si je ne pousse pas jusqu’à la note maximale c’est à cause d’un Hayakawa un peu en-dedans, dont les apparitions très monolithiques pour l’essentiel, et les dialogues plus récités qu’autre chose (ce qui, même si cela peut se comprendre ne donne pas l’effet escompté) affaiblissent certaines des séquences les plus importantes du film. C’est un peu dommage tout de même. 4.5
fuck-les-modérateurs-allociné

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 3 922 critiques

2,5
Publiée le 01/11/2013
Un film pas mal réalisé pour l'époque seulement l'intrigue reste poussive. Heureusement les acteurs se montrent excellents dans certaines scènes.
bellini

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 97 critiques

1,5
Publiée le 01/02/2011
petit film. L'exotisme de l'entre deux guerres: le jeu, le charme oriental, une femme qui se perd, des chinois feignants... Louis Jouvet en vrai méchant est très bon mais c'est à peu près tout.
chrischambers86

Suivre son activité 1035 abonnés Lire ses 10 060 critiques

3,5
Publiée le 13/11/2018
C'est vingt-deux ans après la version cèlèbre de Cecil B De Mille que Marcel L'Herbier tourne ce très bon remake parlant de "Forfaiture", avec Victor Francen, Lise Delamare, Louis Jouvet et Sessue Hayakawa! Comme dans le muet homonyme de 1915 qui avait fascinè le rèalisateur de "L'inhumaine" et de "L'argent", Hayakawa est chargè d'interprèter le sèducteur asiatique fourbe et cruel qui, dans une sèquence marquante, traine sur le tapis une Delamare effrayèe et la marque à l'èpaule du cachet, chauffè à blanc, dont il se sert pour marquer tout ce qui lui appartient! C'est un peu comme le cowboy pur et dur qui pratique le marquage au fer sur son bètail! Patrick Brion dira que L'herbier trace en hommage du classique de De Mille la ligne d'un mèlodrame qui parlait le langage du mystère, de la cruautè et de la trahison [...] Pour toutes celles et ceux qui ne connaissent rien à l'histoire de "Forfaiture", c'est l'occasion d'en savoir un peu plus sur cette dernière! En conclusion, un bel hommage d'une èpoque à jamais rèvolue (le jeu local) avec de l'exotisme et même du spectaculaire (l'effondrement d'un pont)...
Gonnard

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 925 critiques

1,0
Publiée le 12/12/2009
Passable. L'excellent jeu de Louis Jouvet ne compense pas un scénario peu palpitant et des dialogues sans saveur. Le décor exotique aurait pu être un atout, il est malheureusement trop peu exploité.
aaber

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 374 critiques

5,0
Publiée le 29/01/2007
Un hommage "imagé" à Cecil B De Mille en ouverture pour ce remake de "The Cheat" (en fait c'est le 3ème remake de ce film), Louis Jouvet excelle dans son rôle d'ordure, investigateur du drame qui va se nouer en Mongolie pour se poursuivre en France, à Versailles en particulier, à la cour d'assise. La copie est passable, quelques sautes de scènes, mais peu importe quand se déroule sous vos yeux le tissage de cette toile d'araignée exotique, très audacieuce pour l'époque.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top