Mon AlloCiné
Nos Années Folles
note moyenne
3,0
436 notes dont 56 critiques
9% (5 critiques)
12% (7 critiques)
40% (23 critiques)
28% (16 critiques)
11% (6 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Nos Années Folles ?

56 critiques spectateurs

dominique P.

Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 392 critiques

4,5Excellent
Publiée le 14/09/2017

Voilà encore un très bon film de André Téchiné. La réalisation et l'interprétation sont parfaites. Ce film relate une histoire vraie qui s'est passée de la première guerre mondiale jusqu'en 1928 environ. Les acteurs sont remarquables, notamment Céline Sallette toujours magnifique. Cette histoire est terrible et très émouvante. On comprend parfaitement la décision de la femme d'aider coûte que coûte son mari et on comprend parfaitement le désarroi, la folie dans laquelle se retrouve son mari après plusieurs années de travestissement et de prostitution. J'ai beaucoup aimé.

Agathe R.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 67 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 15/09/2017

1h45 pour traiter bien trop de sujets : guerre des tranchées, désertion, travestissement, identité sexuelle... Les thèmes sont survolés, on ne comprend pas bien où le film veut en venir, on se perd parfois dans le présent et le passé. Un film qui manque de profondeur même si on ne s'ennuie pas.

colombe P.

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 458 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/09/2017

Cette histoire vraie est terrible. Je me suis mise totalement la place de Louise qui normalement par amour protégera son mari et aura cette idée de le faire déguiser en femme. Aussi on comprend parfaitement que le fait d'avoir dû se cacher, se travestir, se prostituer (là c'était pas plaisir), cela a complètement chamboulé et déstabilisé cet homme pendant plusieurs années et quand sa femme tombe enceinte il ne le supporte pas. Il ne supportera pas son enfant, deviendra alcoolique et violent. La guerre sa désertion sa cachette son travestissement sa prostitution = le pauvre monsieur au bout de toutes ces années aura été complètement détruit psychologiquement. La fin tragique du couple est racontée dans le Wikipédia du monsieur (Paul Grappe). André Téchiné réalise là un film vraiment excellent.

Benoît M.

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/08/2017

Techiné signe ici un grand film. Un grand film plus que jamais d'actualité. En filmant la passion déchirante d'un couple, il raconte un fait oublié de la première guerre mondiale et apporte son regard très personnel sur 14-18. Il interroge avec brio la question de la masculinité, le rapport au corps, la peur des hommes face à la guerre, l'impuissance des femmes à les aider... Il dépeint aussi ces années folles de l'entre-deux guerres, libératoires et libérées... Deladonchamps et Salette forment un couple sublime et attachant.

sysou

Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 211 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 14/09/2017

Mais où André Téchiné veut-il nous amener ? La confusion du scénario, les nombreuses ellipses, la mise en abîmes, tout concourt à perdre le spectateur sans raison aucune. Céline Sallette et Pierre Deladonchamps portent leur personnage à bout de bras mais sans écrin ils restent malheureusement sans âme.

Didier W.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 11 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/09/2017

Avec ce film , il a réussi une synthèse de son univers et a redonné vitalité à des oeuvres telles Les Soeurs Bronté où Bradwell est proche de Paul , Michel Fau du personnage incarné par Brialy dans les Innocents ou de Noiret dans J'embrasse pas , Le classicisme du départ amène des fulgurances , cette fièvre et atteindre un paroxysme jusqu'à l'inéluctable . Celine Salette , Pierre Delalonchamps et Grégory Leprince- Ringuet sont habités d'un feu intérieur . Du gran d'art avec une précision dans la description du chemin psychologique des personnages . Et un e reconstitution de l'Epoque aussi brillante que Van Gogh de Pialat . FIlm rare , intense , palpitant et incandescent à l'image de Téchiné .

Ufuk S.

Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 512 critiques

3,5Bien
Publiée le 16/09/2017

André techine à travers "nos folles années " revient dans son thème de prelediction qui est le trouble de la sexualité et de l'amour. En effet dans cette histoire authentique celui ci nous offre une histoire envoûtante, sulfureuse, drôle et original cependant j'ai trouvé la dernière partie du film un peu loupé car survolé. Pierre deladonchamps et surtout Céline salette sont très bon dans leur rôle.

traversay1

Suivre son activité 348 abonnés Lire ses 2 610 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/09/2017

L'histoire authentique de Pierre et Louise a déjà fait l'objet d'un livre, d'une excellente BD (Mauvais genre) et maintenant d'un film. André Téchiné aura bientôt 50 ans de carrière derrière lui et il est évident que la reconstitution historique de la guerre de 14 et du Paris des années 20 ne l'intéressent absolument pas. Pour contourner l'obstacle il théâtralise son sujet et bouscule la chronologie. Finement joué car pour ce qui le concerne, et nous pareillement, c'est l'histoire fascinante de ce couple qui le meut à partir de la transformation en femme de Pierre, le déserteur. Cette confusion des genres n'est pas qu'une mascarade, c'est un mode de vie qui s'instaure entre deux, pardon, trois personnages, celui de Louise n'étant pas le moins important. A des scènes de quotidien des ouvrières, qui rappellent le cinéma de Jacques Becker, répond la débauche des nuits du travesti. Téchiné ne cherche pas l'émotion ou l'action à tout prix, ce qui l'isole des principaux cinéastes d'aujourd'hui, ni même une éventuelle vérité, inatteignable, mais offre son regard, scrutateur et somme toute bienveillant. Comme il n'est ni Fassbinder ni Fellini, il s'interdit le baroque, ce qui peut paraître terne aux yeux de certains, ce qui n'est pourtant pas le cas pour peu qu'on se donne la peine d'apprécier le style classique du cinéaste, loin d'un soi disant académisme, terme tellement galvaudé et facile pour signifier que l'on n'a pas aimé. Et s'il est une chose dont ne manque pas Nos années folles, c'est bien de personnalité. Pierre Deladonchamps poursuit son parcours sans faute avec finesse mais que dire de Céline Sallette ? Dans un rôle qui pouvait n'être que de faire valoir, elle incarne la passion amoureuse et la constance mais aussi la révolte, quand le temps est venu, avec brio. Elle est magnifique comme une héroïne de Renoir.

DarkAkuma02

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 503 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 27/05/2017

De 1914 à 1928, ce film raconte l'histoire du couple Paul Grappe et Louise, dont le mari a été envoyé au front. Après qu'il ait déserté et que sa femme le cache, elle lui propose de se travestir pour qu'il puisse sortir. Ce film présente dans un premier temps le récit sur deux époques différentes avant qu'elles ne se rejoignent, montrant le couple au début de la guerre et lorsque Paul joue son histoire dans un cabaret quelques années plus tard. Plusieurs éléments m'ont étonnés, à commencer par le fait que le travestissement soit presque présenté comme une addiction pour Paul et qu'il Spoiler: s'adonne presque immédiatement à la prostitution une fois déguisé, comme si cela était indissociable. Le libertinage de l'époque est ainsi évoqué.Spoiler: La thématique des violences conjugales est introduite de manière aussi brutale que surprenante, rendue particulièrement lugubre au vu de la relation que le couple entretient au début du long-métrage. Finalement, ce récit m'a laissé une impression amère et a été plutôt désagréable à suivre.

poet75

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 473 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/09/2017

« Ah ! Que maudite soit la guerre / Qui fait faire de ces coups-là », telles sont les paroles d’une chanson de Gustave Nadaud (« Le soldat de Marsala »), reprise, entre autres, par Francesca Solleville. Nadaud parlait d’une campagne de Garibaldi, mais sa chanson s’applique à toutes les guerres et, bien évidemment, à l’une des plus terrifiantes qui soient, celle de 14-18. Pour Paul (Pierre Deladonchamps), comme pour d’autres combattants de cette grande boucherie, tous les moyens sont bons pour échapper à la malédiction et à l’horreur, y compris la désertion. De retour auprès de sa femme Louise (Céline Sallette), le voilà donc contraint de se cacher dans une cave pour ne pas être arrêté et finir au peloton d’exécution. Jusqu’à ce qu’un événement survenu dans l’atelier de couture où travaille Louise donne à cette dernière une idée qui, quoique audacieuse, paraît d’abord heureuse avant de se révéler très funeste dans la durée. Car Louise n’imagine pas les conséquences de sa suggestion : travestir Paul en femme afin qu’il puisse aller et venir sans se faire reconnaître ! L’idée semble folle, irréaliste et saugrenue. Pourtant, l’histoire est véridique, c’est celle de Paul et Louise Grappe, et elle a défrayé la chronique à la fin des années 20 quand elle fut révélée par la presse. Car, le plus surprenant, c’est qu’après avoir fait preuve de réticence non seulement Paul accepte de se travestir mais qu’il y prenne rapidement goût au point d’en tirer du profit en se prostituant. Plus rien ne semble pouvoir l’arrêter, il se trouve pris, englué, dans la supercherie, tout comme Louise qui ne cesse d’aimer cet homme sans être capable, pendant longtemps, trop longtemps, de mettre un terme à une effarante descente aux enfers. Pour narrer cette histoire sur grand écran, André Téchiné, le réalisateur, a fait de bons choix. Il s’est gardé de tout excès de réalisme, préférant la suggestion plutôt que les images crues qu’on pourrait attendre de ce sujet. Un sujet qui, bien que paraissant scabreux, n’est pas du tout traité par le cinéaste de façon immorale, bien au contraire. Sans être jamais moralisateur, le film est totalement dénué d’ambiguïté : les options de Paul et sa trajectoire ne peuvent avoir d’autre issue que le drame. Habilement intégrées dans le film, plusieurs scènes en disent long sur les évolutions d’un personnage qui, manifestement, se déshumanise au fil du temps. Une scène au cours de laquelle il est confronté à une des « gueules cassées » de la Grande Guerre le montre encore capable de compassion. Mais, plus tard, il n’apparaît plus que comme un pantin désarticulé qu’on se passe de mains en mains. Et son histoire invraisemblable le conduit même à être exhibé dans un cabaret, ce qui donne lieu à des scènes qui scandent le film et rappellent « Lola Montes » (1955) de Max Ophüls. Quant à Louise, fort bien jouée par Céline Sallette, son désarroi grandissant ne peut laisser personne indifférent. Elle est le personnage bouleversant d’un film qui ne manque pas de qualités. 8/10

LOUIJEA

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 182 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/09/2017

Un très beau film de Mr Techine avec Pierre Deladonchamps et Céline Salette dans un décor magnifique et un Michel Fau extraordinaire sur toile de fond la guerre et ses drames c'est magnifique à voir

gerard d.

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 320 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/09/2017

la vie est elle théâtre, le théâtre est il la vie, la démonstration un peu confuse des thème du travesti déjà souvent traité au cinéma est très bavarde et prétentieuse . les comédiens sont excellents mais la mise en scène lente n'est pas convaincante , on ne s'ennuie pas, mais le but recherché n'est pas atteint.

WutheringHeights

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 850 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 13/09/2017

Certaines séquences sont marquantes (...) mais l’ensemble s’avère trop sage et hésite constamment entre reconstitution minutieuse et envolées lyriques, entre réalisme et poésie, sans jamais parvenir au juste équilibre.

selenie

Suivre son activité 323 abonnés Lire ses 4 340 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 14/09/2017

Téchiné joue sur la chronologie, et effectue beaucoup de coupes qui crée un semblant de densité pour un format de 01h45 qui parait bien court pour cette histoire aussi "folle" que réaliste. La question du genre et de l'identité sexuelle reste survolée, idem pour les raisons de la désertion, les tranchées et ses conséquences ne sont qu'effleurées. Il y avait de quoi faire un drame historico-romanesque d'une ampleur et d'une richesse plus profonde que ce résumé, certe intéressante et bien interprétée, mais trop découpé et survolé. Site : Selenie

alexisrucher

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 312 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 04/10/2017

S'inspirer d'une histoire vraie mais par le plus grand des paradoxes totalement invraisemblable et la rendre crédible aux yeux des spectateurs, voilà qui relève de l'exploit. C'est à ce défi que se livre André Téchiné dans son dernier film, "Nos années folles". Difficile en effet de prendre pour argent comptant cette histoire de soldat qui déserte au début de la Première Guerre Mondiale et qui, pour éviter l'arrestation et sans doute la condamnation à mort, est amené à se travestir sur les conseils de sa femme. Or voilà que Paul, le déserteur en question, se prend au jeu de la débauche et, délaissant Louise, son épouse, se livre avec un plaisir de plus en plus vif à ses amants d'un soir, habitués du Bois de Boulogne. La guerre finie, Paul devient le héros d'un spectacle de cabaret mettant en scène sa véritable et sulfureuse histoire. "Nos années folles", annonce le titre, faisant écho à cette période de folie qui caractérisa les années 20. Et le scénario relate bien une folie : folie du corps en proie à un plaisir effréné dans un désir de compenser les douleurs éprouvées naguère au front, mais aussi folie d'un corps masculin qui se révèle à soi-même une dimension insoupçonnée, la part de féminité naguère occultée. Toutefois la forme adoptée par le cinéaste traduit-elle cette folie ? Hélas, non. André Téchiné, comme à son habitude, pratique un cinéma sage et distancié. Trop sage et trop distancié pour susciter l'intérêt du spectateur. Et voilà où le bât blesse... Le film est agréable à regarder, l'histoire est contée avec une grande clarté, les acteurs sont impeccables. Mais il manque à l'ensemble une folie que quelques nudités dévoilées et mises en action ne sauraient compenser. Contentons-nous de saluer le jeu de Pierre Deladonchamps, cet acteur que "L'inconnu du lac" nous avait révélé dans un rôle tout aussi inconfortable, celui de Céline Sallette, cultivant à la perfection l'art de la nuance, et d'applaudir à tout rompre la prestation de cet acteur décidément atypique, Michel Fau, magistral dans son rôle de Monsieur Loyal présentant l'histoire de Paul et Louise dans une intéressante mise en abyme.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top