Mon AlloCiné
Les heures sombres
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Les heures sombres" et de son tournage !

Contexte historique

Les Heures sombres plonge dans l'intimité de Winston Churchill alors qu'il est nommé Premier Ministre le 10 mai 1940. L'homme est confronté à des choix décisifs puisque le même jour, l'Allemagne envahit la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.
Le 17 mai, les forces allemandes percent le front français et le 20 mai, Churchill initie les préparatifs pour l'opération Dynamo. Le 24 mai a lieu la bataille de Dunkerque suivie du 26 mai au 4 juin à l'évacuation de Dunkerque.

Opération Dynamo

L'opération Dynamo est le nom de code donné à l'évacuation de l'armée britannique de Dunkerque effectuée du 26 mai au 4 juin 1940. Une flotte hétéroclite composée d'environ 700 bateaux issus de la marine marchande, des flottes de pêche et de plaisance mais aussi des canots de la Royal National Lifeboat Institution a aidé à évacuer les soldats alliés des plages et du port de Dunkerque. 
Cette opération, que l'on doit à Winston Churchill, sauva la vie à plus de 300 000 soldats français et britanniques et est au centre du film Dunkerque de Christopher Nolan.

Genèse

Les Heures sombres est un projet qui est né entre les mains du scénariste Anthony McCarten, qui s'était intéressé auparavant au destin d'un autre grand homme, Stephen Hawking, dans Une merveilleuse histoire du temps. Le noyau de son scénario s’articule autour de trois discours que le Premier ministre britannique rédigea et prononça en mai et juin 1940. Après 8 jours de rédaction, il a fourni 16 pages de script à la productrice Lisa Bruce qui a présenté le projet à ses homologues Tim Bevan et Eric Fellner de Working Title Films. Les deux hommes se sont tournés vers le réalisateur Joe Wright dont ils avaient produit le long métrage de guerre Reviens-moi.

Convaincre Gary Oldman

Ce n'est pas la première fois que Gary Oldman se glisse dans la peau d'un personnage ayant réellement existé : on a pu le voir en Sid Vicious (Sid & Nancy), Beethoven (Ludwig van B.) ou Lee Harvey Oswald (JFK). Pourtant, l'acteur n'a pas tout de suite accepté le rôle qui lui avait déjà été proposé par le passé : "Ce n’était pas l’angle psychologique ou intellectuel qui me freinait, mais la performance physique. Je n’ai pas à vous expliquer : regardez-le et regardez-moi… Pourtant, à mesure que l’équipe se constituait, j’avais de plus en plus envie de dire oui". Le comédien a finalement accepté quand il a su qu'il collaborerait avec le spécialiste des prothèses Kazuhiro Tsuji.

D'Harry Potter à Winston Churchill, il n'y a qu'un pas !

Gary Oldman est le 5e acteur vu dans la saga Harry Potter à incarner Winston Churchill après Michael Gambon dans le téléfilm Churchill's Secret (2016), Timothy Spall dans Le discours d'un roi (2010), Brendan Gleeson dans Au coeur de la tempête (2009) et Robert Hardy dans la mini-série War and Remembrance (1988) et le téléfilm Bomber Harris (1989).

Devenir Churchill

Gary Oldman a préparé longuement son rôle : il a tout d'abord travaillé sa voix en s'enregistrant puis s'est penché sur l'énorme documentation consacrée à l'homme politique. Avec l'aide du docteur Larry P. Arnn, historien et biographe de Churchill, Oldman a lu les écrits essentiels parmi le millier d'ouvrages existants sur Churchill.
Il s'est ensuite penché sur le travail corporel et a contacté personnellement Kazuhiro Tsuji, reconnu dans le métier comme un artiste à part entière en termes de prothèses. Nommé à deux reprises aux Oscars durant ses 25 ans de carrière, ce dernier se consacre depuis 2012 à la sculpture. "Kazuhiro Tsuji était la seule personne à même de m’aider à m’en emparer physiquement. C’est le Picasso des maquillages spéciaux" selon Gary Oldman.
Il a fallu 6 mois de travail, d’essais, de modelage, d’applications, d’ajustements et de tâtonnements pour parvenir au juste équilibre. Tsuji a réalisé des moulages du corps et de la tête de l'acteur et a testé 5 types de maquillages différents. Il sculpta dans de l'argile la silhouette de Churchill et en réalisa un moulage. Il en tira une réplique positive en silicone qui fut appliquée sur Gary Oldman. Il ne manquait plus que le maquillage et la coiffure pour achever la transformation de l'acteur.

Une préparation de longue haleine

Afin de rendre la silicone appliquée sur le visage de Gary Oldman plus souple et lui donner la texture de la peau, une substance spéciale a été ajoutée pour qu’elle réagisse aux mouvements faciaux. Cependant, son front et ses lèvres ne furent pas recouverts après avoir constaté que la silicone placée à ces endroits entraverait son jeu.
L'acteur devait enfiler une combinaison en mousse très légère qui le grossissait. Lors du tournage, l'application des prothèses, postiches et maquillage nécessitait 3h30. Gary Oldman arrivait au studio à 3h du matin et se préparait jusqu'à 7h (une demi-heure supplémentaire était requise pour l'habillage). Au final, il portait la moitié de son poids en prothèses. L'acteur avait pris l'initiative de se raser les cheveux pour faciliter l'application de la perruque qui était particulièrement délicate. 
Quant au teint rougeâtre de l'homme politique, il était reproduit avec une précision chirurgicale par un délicat enchevêtrement de veines minuscules. Chaque grain de beauté était ajouté, puis David Malinowski utilisait des pinceaux très fins pour tracer la multitude de petites veines. Le maquillage était ajusté en fonction de l’heure du jour ou de la nuit, et de l’état de fatigue physique du personnage, jusqu’à faire apparaître les rougeurs du rasage.

Une immersion totale

Joe Wright a consacré à ses acteurs deux semaines entières de répétition, Gary Oldman ayant même eu droit à 10 semaines. Le réalisateur a fait venir des chercheurs et des historiens pour discuter avec les acteurs et a organisé des sorties et des visites en invitant la famille de Churchill à y participer.

Des accessoires indispensables

Le cigare, la montre, la bague, les lunettes et les chapeaux sont des attributs caractéristiques de Winston Churchill. La production est remontée directement à la source pour les chapeaux de l'ancien Premier Ministre en s'adressant à Lock & Co. Hatters, la boutique de chapeaux la plus ancienne au monde, qui fabriquait exclusivement les couvre-chefs de Churchill.
De même pour les costumes, l’équipe s’est adressée à son tailleur historique Henry Poole & Co. à Londres. Les cigares sont des Siglo de la marque cubanodominicaine Cohìba et la montre à gousset a été fabriquée par l’entreprise Breguet.
Seules les chaussures font exception, le bottier historique de Churchill n’étant plus en activité.

Les décors

L'intérieur de la base de Winston Churchill, qui se trouvait au 10 Downing Street, a été reconstitué dans une maison georgienne délabrée dans le Yorkshire. Le département artistique n’avait pas pour mot d’ordre de reproduire le 10 Downing Street à l’identique, en partie parce qu’il existe peu de documentation sur ce à quoi l’endroit ressemblait à l’époque. 
Pour Buckingham Palace, la production utilisa Wentworth Woodhouse, une imposante demeure néoclassique qui détient le titre de plus grande résidence privée du Royaume-Uni. 
Mais les deux décors les plus importants du film sont celui de la Chambre des communes et celui du cabinet de guerre. Ce dernier a été reproduit au plus près dans les légendaires studios Ealing (les plus anciens au monde) après des mois de recherche et de conception en étudiant le vrai cabinet de guerre qui a été conservé comme pièce de musée. Il était impossible d'y tourner mais l'équipe a pu prendre des mesures et des photos. Quant à Gary Oldman, il a été autorisé à s’asseoir dans le siège de Churchill. Le souci du détail était tel que le conseiller historique Phil Reed, conservateur du cabinet de guerre de Churchill pendant 23 ans, a donné sa bénédiction à la reproduction réalisée.
Concernant la Chambre des Communes, la reconstitution fut réalisée aux studios Warner Bros., à Leavesden, au sud-est de l’Angleterre. Il fut question de tourner dans la vraie Chambre des Communes mais celle-ci fut bombardée en septembre 1940 puis reconstruite et n'était donc plus conforme à l'originale de l'époque.

Marcher sur les traces de Churchill

Si l'équipe a dû reconstituer de nombreux décors, elle a aussi eu l'occasion de filmer dans des décors réels, notamment au St Stephen's Hall, où se déroulaient les séances des membres du Parlement. Les Heures sombres est le deuxième film à avoir été tourné dans le palais de Westminster après Les Suffragettes de Sarah Gavron en 2015. 
Il en est de même pour la résidence et le lieu de travail de Winston Churchill. Si l’intérieur du 10 Downing Street a été reconstitué, la production a obtenu l’autorisation de tourner à l’extérieur de la célèbre adresse après de longues négociations. Encore une fois, il ne s'agit que du deuxième film qui ait été autorisé à poser sa caméra aux abords de cet endroit mythique.

Siège de Calais

L'équipe a recréé la citadelle de Calais au Fort d’Amherst, à Chatham, dans le comté de Kent pour reconstituer le siège de Calais qui subit les attaques des Allemands en mai 1940. 110 figurants vêtus d’uniformes militaires furent réunis pendant que le morceau Sleep de Max Richter retentissait à la demande de Joe Wright afin de donner le ton de la scène. 
Celle-ci a été tournée en plan-séquence à la Steadicam grâce à un cadreur suspendu à des fils de fer et soulevé par une grue à une hauteur de 12 mètres. La scène débute sur une croix couverte de bougies avant de suivre le brigadier lisant un télégramme pour s'achever sur une vue d'ensemble.

Le Discours d'un roi

Dans Les Heures sombresBen Mendelsohn incarne le roi George VI, un rôle qui a valu à Colin Firth l'Oscar du meilleur acteur en 2011 pour Le Discours d'un roi
Gary Oldman témoigne : "Après la prestation de Colin Firth, ce rôle n’était pas simple à assumer, mais Ben y parvient brillamment. Son approche est incomparable. Il a appelé Joe et lui a dit : "il y a trop de R dans mes scènes." Il était attentif au fait que les gens qui bégaient choisissent les mots qu’ils emploient. Les répliques furent donc modifiées dans ce sens."

Des débuts communs

Le producteur Eric Fellner et Gary Oldman ont collaboré à plusieurs reprises et ont fait leurs débuts ensemble sur Sid & Nancy en 1986. Il s'agissait en effet du premier rôle majeur d'Oldman au cinéma et de la première production cinématographique de Fellner.

Remplaçant

Ronald Pickup interprète Neville Chamberlain, un rôle qui devait initialement être tenu par John Hurt mais l'acteur décéda avant le tournage.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Ant-Man et la Guêpe (2018)
  • Ma Reum (2017)
  • Break (2018)
  • Les Indestructibles 2 (2018)
  • Dogman (2018)
  • Skyscraper (2018)
  • Paranoïa (2018)
  • Christ(off) (2017)
  • Sans un bruit (2018)
  • Come as you are (2018)
  • American Nightmare 4 : Les Origines (2018)
  • Au Poste ! (2018)
  • Tamara Vol.2 (2017)
  • Jurassic World: Fallen Kingdom (2018)
  • Mission: Impossible - Fallout (2018)
  • The Guilty (2018)
  • Fleuve noir (2016)
  • À la dérive (2018)
  • L'École est finie (2018)
  • L'Envol de Ploé (2018)
Back to Top