Mon AlloCiné
Zoologie
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Note moyenne
3,5
17 titres de presse
  • Positif
  • aVoir-aLire.com
  • Le Nouvel Observateur
  • 20 Minutes
  • L'Express
  • Elle
  • La Septième Obsession
  • Transfuge
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Humanité
  • Critikat.com
  • Télérama
  • Le Figaro
  • Studio Ciné Live
  • Le Journal du Dimanche
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Monde

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

17 critiques presse

Positif

par Eithne O'Neill

Ceci est un film fantastique. Ceci est un film réaliste. C'est un film drôle. C'est un film triste. Ceci est un film surréaliste, un film différent, à l'instar de son héroïne Natasha, 55 ans.

aVoir-aLire.com

par Gérard Crespo

Incisif et décalé, ce récit insolite est un joli conte surréaliste et une dénonciation subtile des névroses de la société russe.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

"Zoologie" est une fable d’inspiration fantastique, enracinée dans une société gouvernée par la superstition et l’intolérance, et dont les hommes sont pour l’essentiel absents. Alors, singulier ? Oui, à tout le moins. Farceur ? Sans aucun doute. Convaincant ? Oui, étrangement. Inventif, gonflé, original et porté par une actrice magnifique, Natalya Pavlenkova.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

20 Minutes

par Caroline Vié

(une) fable fantastique, drôle et cruelle (...).

La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

L'Express

par Christophe Carrière

Derrière l'étrange postulat du scénario, le film décrit le désarroi russe avec suffisamment de mordant pour subjuguer.

Elle

par Anne Diatkine

"Zoologie" raconte une histoire d'amour aussi incroyable que sincère.

La Septième Obsession

par Xavier Leherpeur

Un récit darwiniste autant que caustique sur l’apparente évolution de la race humaine, qui offrirait enfin aux femmes ce que les hommes leur imposent comme soi-disant outil de domination.

Transfuge

par Damien Aubel

(;..) une fable aussi contemporaine qu'intemporelle.

Les Fiches du Cinéma

par Paul Fabreuil

Ivan I. Tverdovsky atteint souvent la force prosaïque du génial Marco Ferreri.

L'Humanité

par Dominique Widemann

Le surnaturel fonctionne d’autant mieux qu’il éprouve les normes. Désir, plaisir et autres jubilations ont leur part.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Critikat.com

par Maël Mubalegh

Au-delà du symbole et du McGuffin commodes, la queue de Natacha est érigée par le réalisateur en fétiche insurrectionnel qui, en introduisant un trouble dans le genre, permet à Tverdovsky de brouiller intelligemment les cartes.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Télérama

par Cécile Mury

Certaines séquences sont magistrales, comme cette scène de sexe, dans la cage vide d'un zoo. D'autres sont trop littérales : les passants, puis les danseurs d'une boîte de nuit, s'enfuient devant l'étrangeté de Natacha. On regrette que le film ne maintienne pas jusqu'au bout le degré de cruauté et de folie qu'il vise.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Le Figaro

par Elena Scappaticci

Natalya Pavlenkova, dans le rôle principal, épouse à merveille les étapes de cette mue vers la liberté. (...) Dommage que la force subversive de la fable soit gâchée par un dénouement en demi-teinte. Sans pour autant finir en queue de poisson.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Studio Ciné Live

par Marion Raynaud

Cet ovni de cinéma explore intelligemment l'ambivalence du rapport à la norme.

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Quelque part entre le drame social et la cocasserie fantas- tique, le mix imaginé par Tverdovsky, jeune réalisateur prometteur passé par le documentaire, apparaît plutôt habile et grinçant.

Cahiers du Cinéma

par Nicolas Azalbert

La société russe, nous dit Tverdovsky, est avant tout une société infantilisante (…). À cet état d’infantilisation générale, le cinéaste oppose la puissance enfantine du conte fantastique. Malheureusement, le film dans sa deuxième partie perd de son mystère, et de malaisant devient malsain.

Le Monde

par Isabelle Regnier

Employée du zoo de la petite ville côtière russe où elle vit avec sa mère, Natasha, la cinquantaine, doit composer avec une queue, longue et pointue, qui lui a poussé dans le bas du dos, et qu’elle dissimule comme elle peut. La honte qu’elle éprouve dans un premier temps ne résiste pas longtemps aux puissances émancipatrices qu’éveille en elle cette animalité nouvellement triomphante.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top