Mon Allociné
Morocco
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,6 51 notes dont 10 critiques
20% 2 critiques 40% 4 critiques 10% 1 critique 30% 3 critiques 0% 0 critique 0% 0 critique

10 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
TTNOUGAT

Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 912 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 10/08/2013

Comme souvent ce n’est pas le film le plus connu d’un réalisateur réputé qui est son meilleur. Lorsque on a vu, admiré, adoré les 7 films de Von Sternberg / Marlène Dietrich c’est ‘’Morroco’’ que l’on place en premier pour toutes sortes de qualité mais surtout pour un classicisme digne de notre grand Racine avec des images exprimant les non dits d’une beauté cinématographique absolue. Seul compte ce qu’on appelle communément le ‘’coup de foudre’’ qui va crescendo jusque au plan final qu’on n’ose espérer tant il est sublime. Les dialogues sont rares, ils n’en ont que plus de force et les 3 acteurs parfaits. Nul homme à 30 ans ne peut prétendre être plus séduisant que Gary Cooper et nulle femme, du même age, plus troublante que Marlène Diétrich filmée par son amant au plus fort de leur passion. A cause du sujet romantique en diable, Morocco est un ‘’film de femme’’ et les spectatrices y sont plus sensibles que les spectateurs ce qui empéche nullement les hommes cinéphiles d’être admiratifs devant l’écran. Adolphe Menjou est fort loin d'être ridicule et la façon dont Amy l’embrasse après avoir pris sa décision en serait révélatrice s’il en était besoin. Marlène est étonnante, sa façon de jouer et de séduire est unique, sa réputation n’est pas vaine , les prochaines décennies ne l’oublieront pas. Les décors artificiels reflètent à merveille la nature même de l'art du cinéaste qui rend plus vrai que vrai la réalité, on est aussi loin géographiquement du Maroc que l'on est proche de l'impalpable; Il n’y a pas plus beau film sur la passion amoureuse, 6 étoiles.

Estonius

Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 1 893 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 10/05/2015

Un film sur l'amour fou entre un légionnaire sorti de nulle part et une chanteuse de beuglant. Voilà qui pourrait donner n'importe quoi, sauf qu'ici c'est complètement transcendé. Une photographie magnifique, il faut voir ces jeu d'ombres au début, de longs travelling comme Sternberg les adorait, une belle musique (Marlene chantant "Lorsque tout est fini…"), Et puis les acteurs sont fabuleux, Marlène bien sûr, mais aussi Gary Cooper jouant un jeu inhabituel et désinvolte. L'histoire est moins schématique qu'on ne pourrait le penser : si la jalousie de Cooper l'égare, on notera que Marlène respecte son richissime bienfaiteur, lequel n'hésite pas par amour pour elle à la rapprocher de Cooper. Notons aussi Le baiser sur la bouche que donne Marlène à une spectatrice du cabaret et qui est probablement le premier baiser lesbien public montré au cinéma. Des situations complexes, intelligentes et osées qui disparaîtront pendant 30 ans du cinéma américain avec le Code Hays. Quant à la fin, on peut en penser ce qu'on n'en veut mais qu'on ne vienne pas me dire que ce n'est pas sublime !

fuck-les-modérateurs-allociné

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 3 928 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 29/07/2014

Les films manquaient de cohérence dans le montage à cette époque ce film en est l'illustration avec souvent des scènes qui s'arrêtent aux moments intéressants. Le film tire surtout avantage de la présence de Marlène Dietrich et d'une certaine qualité d'images.

Vga1814

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 197 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 19/08/2010

Marlene Dietrich une nouvelle fois meneuse de revue déchirée entre deux amours. A voir pour le traitement du noir et blanc de Sternberg; et pour l'image sociale de la femme et des marocains colonisés.

loulou451

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 462 critiques

2,5Moyen • Publiée le 27/02/2009

Un film dominé par la prestation remarquable de la grande Marlène. Pour le reste, il faudra oublier le scénario colonialiste et parfois douteux. Reste la scène finale où Marlène suit un Gary Cooper plus transparent que jamais, pieds nus dans le sable. Un film dont on peut se passer.

Jipis

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 361 critiques

3,5Bien • Publiée le 06/06/2012

Marlène n’a rarement été aussi belle que dans ce film ou Gary Cooper n'en finit pas de se déplier et de raser de la pointe de ses cheveux sous nos regards effrayés le haut des chambranles. Ah il l'aime Josef sa belle et il le montre en lui offrant le secret des dominations et des dépendances gravitationnelles entre hommes et femmes. Une virilité féminine s'affirme sous un chapeau claque choisissant ses futures proies dans une froideur presque indélébile. La sublime malgré ses crises de dominances est touchée par Eros parachutant son propre clone, un légionnaire sans repères durables préférant les frivolités de la taverne et l'indécis des combats au repos du guerrier. En entretenant perpetuellement une liberté la belle montre soudain un besoin de soumission inassouvi en contemplant chez l'autre les inconvénients de son propre reflet. La belle se voit au miroir, devient blessée en visualisant ses propres concepts d'indifférences, elle subit à son tour les leçons de tous les désagréments d'un désintérêt. La froideur des sentiments se renvoie sa propre image. Pas grand-chose d'autre à dire sur ce film daté sauf la prestigieuse scène finale montrant une convertie se soumettant pieds nus au devenir de son homme en le suivant au pas sur la braise d'un sable lumineux dans des roulements de tambours sans musiques. Quel final !

chrischambers86

Suivre son activité 1016 abonnés Lire ses 9 865 critiques

4,0Très bien • Publiée le 01/05/2010

Pour Josef von Sternberg, "Morocco" fut le tremplin dont il se servit pour lancer aux Etats-Unis, Marlène Dietrich telle qu'il la voyait et la concevait! L'impact sur le public fut considèrable et le reste appartient à l'histoire! Pour Gary Cooper (il faut le voir manger une pomme le temps d'une scène), "Morocco" fut un hasard providentiel car ce grand classique des annèes 30 lui permit d'affirmer son type, de camper un personnage de sèducteur, d'homme à femmes qui, sous les traits du lègionnaire Tom Brown, apparaît singulièrement attachant et efficace! C'est d'autant plus ètonnant que Sternberg passait le plus clair de son temps à mettre en valeur Dietrich qu'il photographiait sous tous les angles et qu'il s'intèressait peu à son partenaire masculin! Autant Cooper dètestait Sternberg, autant, dès le dèbut, il entretint d'excellents rapports avec Marlène Dietrich en chanteuse de beuglant inoubliable! il se sentait parfaitement à l'aise dans le rôle du lègionnaire! Si l'on fait abstraction des raffinements apparents, "Morocco" explicite les mobiles traditionnels du cinèma: l'amour contrariè, la jalousie, le ressentiment! Adolphe Menjou incarne un dandy europèen et Cooper, en uniforme encore une fois, est la coqueluche de plusieurs femmes! La scène dans laquelle il intime l'ordre de faire silence aux spectateurs d'un cabaret est la plus naturelle du film! Une oeuvre d'amour et d'exotisme qui fait aujourd'hui parti de la lègende d'Hollywood...

soniadidierkmurgia

Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 2 586 critiques

4,5Excellent • Publiée le 23/08/2008

Beaucoup de ressemblance avec Pépé le Moko pour ce Maghreb de pacotille avec toutefois un souci de vraisemblance plus marqué chez Sternberg. On retrouve ce parfum des colonies où s’agite toute une population interlope (Le Port de l’angoisse ; Shangaï Gesture,…). Il s’agit d’un mélo exotique où Marlène une fois de plus est parfaitement mise en valeur par son pygmalion. Cooper par contre paraît un peu falot dans son rôle de légionnaire séducteur, on est loin du Gabin de la Bandera ou de Gueule d’amour (il est vrai qu’ici la vedette doit revenir à Mme Dietrich). Le numéro de music-hall où Marlène habillée en androgyne embrasse sur la bouche une cliente n’aurait pas passé la censure quelques années plus tard. Adolphe Menjou en gentleman au grand cœur est parfait. La fin où Dietrich part avec ses consœurs amoureuses à la traîne du régiment de légionnaires – preuve de sa soumission à un amour qui la dépasse - est typique du fantasme amoureux de l’époque (« il était beau mon légionnaire »). Sternberg s’amuse souvent dans ses films à faire alterner pour son héroïne le passage d’une position de dominante à dominée ou l’inverse (l’Impératrice rouge, Blonde Vénus). Encore un chef-d’œuvre.

Merovingien_

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 111 critiques

4,0Très bien • Publiée le 27/02/2007

L'histoire du film est assez simpliste mais assez attachante. Si je mets 3 étoiles, c'est surtout parce que ce film m'a permis de découvrir la splendide Marlene Dietrich qui est véritablement envoutante dans ce film. Sa prestation, remplie de classe, de retenue mais aussi de sensualité est une véritable valeur ajoutée à cette romance sentimentale. Plutôt mystérieuse, tout en retenue, elle illumine véritablement le film.

Caine78

Suivre son activité 586 abonnés Lire ses 6 239 critiques

4,0Très bien • Publiée le 21/02/2006

Le film a vieilli aujourd'hui, et je dois reconnaitre que je n'ai pas eu l'émérveillement qu'ont du avoir certains lors de sa sortie. Toutefois, ca reste un vrai bon film, par cette belle histoire d'amour difficile compliquée en plus par la situation des deux protagonistes. on se rappellera notament de la dernière, ou Marlene Dietrich suit pieds nus Gary Cooper dans le désert.

Les meilleurs films de tous les temps