Mon AlloCiné
Dark River
note moyenne
3,1
46 notes dont 11 critiques
0% (0 critique)
18% (2 critiques)
36% (4 critiques)
36% (4 critiques)
9% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Dark River ?

11 critiques spectateurs

Fanatoile

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 119 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 29/08/2018

Bon film évoquant la vie quotidienne de fermiers anglais éleveurs de moutons trimant comme des fous sur des terres à la merci de repreneurs aux méthodes pas toujours soft ! Les incessants flask-backs sur l'adolescence de l'héroine sont trop nombreux et plombent le scénario, vu que l'on a immédiatement compris le drame qu'elle a vécu. Dommage !

btravis1

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 522 critiques

2,5Moyen
Publiée le 30/07/2018

La réalisation abuse de flash-backs pour imager un drame passé que l'on comprend dès la première fois. Alors pourquoi cette insistance, si ce n'est pour compenser une histoire présente finalement assez médiocre et parfois peu compréhensible, quand elle se rapporte au fonctionnement du fermage britannique. Sinon les images sont belles et les acteurs convaincants. Mais le film se limite un peu à ça.

Daniel C.

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 672 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/07/2018

Donc la violence est d'essence masculine. Chez les taiseux que sont ce frère et cette soeur, qui ne se sont pas vus depuis quinze ans, qui vivent autour de l'élevage des moutons, nous découvrons une nouvelle fois que la violence et le crime s'exercent d'abord en famille. L'abus, qu'il soit du corps exploité par ceux, qui détiennent l'argent (merci à la politique thatcherienne, qui a privatisé la Compagnie des eaux et où ce sont désormais les actionnaires, qui décident de l'usage des terres : il faut que ça rapporte !) ou que ce soit le corps abusé sexuellement, incestuellement, doit être puni. Ce que démontre très bien le film, c'est combien l'agresseur inaugural reste dans l'ombre et échappe aux poursuites. Apprenons aux enfants que leur corps leur appartient et que personne ne peut en abuser, ni s'en servir. La honte de la victime est un leurre, le témoignage qu'elle a bien été abusée. Un film tout en sensibilité, rempli de pudeur et de discrétion pour désigner l'abjection sans qu'il soit nécessaire de l'exhiber, ni même de la montrer.

Didier M.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 21 critiques

4,5Excellent
Publiée le 15/07/2018

Excellent film sur un sujet grave, servi par une actrice débordante de qualités : Ruth Wilson. Je n'ai pas perdu une seconde de ce film. Je recommande.

In Ciné Veritas

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 452 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 16/09/2018

Dans Dark river, Clio Barnard reconduit la veine socio-réaliste qui caractérisait Le géant égoïste (2013), son précédent et premier long-métrage. Dans son Yorkshire natal, la réalisatrice britannique filme un quotidien agricole âpre et précaire sur fond de querelles familiales entre un frère (Mark Stanley) et une sœur (Ruth Wilson). Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com

mat niro

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 544 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/09/2018

De ce "Dark River", on retiendra les magnifiques paysages du Yorkshire et une intrigue qui met du temps à décoller. Il est question ici de l'héritage d'une ferme qui va donner lieu à une vive explication frère/sœur. Le film laisse en suspens certaines questions majeures (on ne parle jamais de la mère de famille), Spoiler: et c'est seulement dans les 30 dernières minutes que la réalisatrice assemble ce puzzle pour laisser éclater la vérité en nous gratifiant d'une fin sordide malgré une lueur d'espoir. Laborieux!

Bernard D.

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 150 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 03/09/2018

« Dark river » n’est pas le premier long-métrage de la réalisatrice britannique Clio Barnard. Mais après un début bien rythmé avec la tonte à la chaine des moutons et la comptine « Mon père m’a laissé un lopin de terre », le film devient terriblement ennuyeux. Il met en opposition trop frontale Alice qui a quitté la ferme depuis 15 ans et y revient pour acquérir le droit de fermage après la mort de son père, et Joe, son frère qui dès le début apparait psychologiquement très fragile, et a finalement laissé à l’abandon cette ferme. On ne voit pas le père qui joue un rôle fondamental dans l’histoire et quant à la mère, elle a quitté le foyer il y a bien longtemps mais là encore on ne sait pas pourquoi. La clef psychologique du film aurait pu être intéressante mais elle trop rapidement suggérée par une accumulation incessante, quasi-obsessionnelle de visions/flash-back du père même si à un moment on doute un peu entre le frère et le père du fait d’une similitude entre les visages lorsque Joe est rasé. La fin aurait pu également être plus finement exploitée … quant à la dernière image nous montrant l’ouverture de la porte de la grange et la sœur et le frère repartant vers une nouvelle vie ensemble, elle prête vraiment à rire ! Je ne parlerai même pas des scènes de baignades purificatrices … Certes il y a certes une petite note « politique » quand on apprend que c’est la société d’exploitation des eaux qui rachète toutes les fermes pour en acquérir les terrains mais c’est cela ne vas pas plus loin. Bref c’est un film de psychologie à deux balles car sans aucune finesse dans l’analyse des personnages … et même s’il y a des beaux paysages dans le Yorkshire et de beaux moutons (menés par « sheep trainer » comme dit dans le générique), ce film est très mauvais malgré une bande annonce alléchante !

Yves G.

Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 1 365 critiques

2,5Moyen
Publiée le 19/07/2018

Le décès de son père ramène Alice (Ruth Wilson) à la ferme familiale qu'elle a quittée depuis quinze ans pour des motifs qui se dévoileront progressivement. Pendant ce temps, Joe (Mark Stanley), son frère aîné, en a assuré seul l'exploitation. Alice et Joe vont se disputer l'héritage paternel. En 2013 était sorti le premier film de Clio Barnard, "Le Géant égoïste", une fable déchirante mettant en scène deux gamins et un ferrailleur. La réalisatrice anglaise quitte les villes pour filmer les champs. Elle adapte dans son Yorkshire natal un roman de Rose Tremain censé se dérouler dans les Cévennes. On retrouve devant sa caméra les paysages immortalisés par les romans des sœurs Brontë et les innombrables adaptations cinématographiques qui en ont été faites : cieux bas et lourds pesant comme un couvercle (poke Baudelaire), landes battues par la pluie, verts pâturages... le tout assaisonné avec la musique folk de PJ Harvey. Remarquablement servi par l'interprétation aux petits oignons de Ruth Wilson, "Dark River" n'en déçoit pas moins. La faute à un montage qui mêle systématiquement l'histoire du retour d'Alice à la ferme à des flash-back qui tentent sans y parvenir de rendre mystérieux un passé qui ne l'est guère. On comprend (trop) vite les motifs du brutal départ d'Alice et les causes du traumatisme que son retour ne contribue pas à cicatriser. Le récit est d'abord minimaliste, pauvre en dialogues. On craint de s'ennuyer mais on se laisse néanmoins émouvoir par la dureté des personnages et des situations. L'histoire a le tort de s'accélérer jusqu'à un épilogue déconcertant que je ne suis pas certain d'avoir compris. Si j'en crois les discussions de mes voisins à la sortie de la salle, je ne suis pas le seul.

traversay1

Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 2 837 critiques

2,5Moyen
Publiée le 14/07/2018

Un frère, rongé par la culpabilité, et une soeur, éloignée depuis 15 ans et traumatisée, se battent pour l'héritage de la ferme familiale. La haine est dans le pré et le silence des agneaux assourdissant. Explications pesantes à grands coups de flashbacks taiseux par un secret qui n'en est pas un pour les deux protagonistes. Dark River exploite les beaux paysages du Yorkshire mais se fait aussi peu loquace dans sa narration que ses deux personnages principaux. Le climat est lourd, et paradoxalement, alors que peu explicatif, réellement démonstratif. On ne retrouve pas dans Dark River les éléments qui sublimaient Le géant égoïste, le précédent et premier film de fiction de la britannique Clio Barnard. Pas présente non plus la subtilité de Seule la terre, autre évocation du monde rural anglais, alimentée par des enjeux scénaristiques aussi denses mais décrits avec une toute autre finesse et un sentiment viscéral d'attachement à la terre. L'interprétation de Dark River est pourtant solide mais la tension et l'annonce de la tragédie ( bizarrement amenée de façon peu naturelle, d'ailleurs) sont nourries par un récit fragmenté et fruste qui ne crée rien d'autre qu'une grande frustration et une manière de prévisibilité.

Agathe R.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 82 critiques

3,5Bien
Publiée le 12/07/2018

Un film qui retrace un drame familial mais aussi un film politique montrant les éleveurs qui ne possèdent ni leur ferme ni leurs terres avec de magnifiques paysages naturels du Yorkshire.

AM11

Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 4 442 critiques

3,5Bien
Publiée le 25/06/2018

À l'image de la réalisatrice qui retrouve sa province natale pour son troisième long-métrage, Alice retourne chez elle, à la ferme familiale, après le décès de son père pour tenter d'enterrer définitivement le passé et tourner la page. Un drame familial et intimiste qui prend comme cadre Skipton et Malham ce qui donne à l'histoire une toile de fond aride pour la ferme et magnifique pour les paysages naturels de Malham. Au centre de ce retour, il y a un secret de famille qui n'est pas si bien gardé que ça même si je doute que c'était le but de la réalisatrice qui avec ses flashbacks nous met facilement sur la piste. Un sujet tragique que Clio Barnard développe et explore lentement au même titre que ces retrouvailles entre frère et soeur. Cette dernière ne peut compter que sur elle-même, son frère est contre ses méthodes et les gens du coin qui ne sont pas au courant de tout trouvent que son départ était injuste par rapport à son père. "Dark River" est un drame intense sur les traumatismes avec Alice qui vient exorciser ses démons. Une histoire qui ne surprend pas par son scénario cousu de fil blanc, mais une histoire néanmoins captivante grâce à des personnages bien écrits et une situation dont on a envie de connaitre le dénouement. Au-delà de toutes ces qualités, si le film est réussi, c'est surtout grâce à la formidable interprétation de Ruth Wilson qui apparaît comme fragile et forte à la fois.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top