Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Capital au XXIe siècle
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Capital au XXIe siècle" et de son tournage !

    Note d'intention du réalisateur

    "J'adore le cinéma. À Paris, je fréquente constamment les salles de cinéma et j'y vais à pied. Au moins deux fois par semaine, et je vois toutes sortes de films. Du coup, quand Justin m'a proposé ce projet, je me suis dit que c'était un moyen extraordinaire de toucher un public à la fois différent et plus large – et, surtout, de recourir à une autre forme d'expression pour parler du capital au XXIe siècle. Je crois à la langue des sciences sociales, mais j'estime aussi qu'elle est insuffisante et qu'elle doit être complétée par le langage des romans, de la BD, de la culture populaire, de l'art en général. Cependant, je tiens à préciser que je ne suis pas devenu réalisateur ! Je suis auteur et chercheur en sciences sociales. Mais, à mon avis, le film est un complément formidable au livre et je suis très reconnaissant envers Justin et toute son équipe de l'avoir porté à l'écran."

    "Le Capital au XXIe siècle"

    Le livre de Thomas Piketty, "Le Capital au XXIe siècle", s'attache à la répartition des richesses sur le long terme pour en pointer l'impact sur la société. L'auteur nourrit son analyse de données historiques tout en regardant vers l'avenir sans sourciller. "Grâce à cette approche chronologique, il aborde la question du capital dans un contexte social en mutation : au cours d'une de nos premières conversations, Thomas Piketty a insisté sur le fait qu'il considère l'économie comme une science sociale reflétant l'organisation du pouvoir et les idées dominantes propres à une époque. Quand on étudie les plus importants mouvements sociaux depuis la Révolution industrielle (autrement dit, à partir du moment où le capital a été libéré), on s'aperçoit que celui-ci produit des effets durables", note le réalisateur Justin Pemberton.

    Un peu d'histoire du capital

    Avec ce film, Justin Pemberton et Thomas Piketty ont voulu retracer avec précision l'histoire du capital afin de mettre en perspective son évolution au XXIe siècle. Le premier précise : "La thèse centrale de Piketty consiste à dire que l'extrême concentration du capital rappelle les niveaux d'inégalité constatés en Europe et aux États-Unis aux XVIIIe et XIXème siècles. Le film suggère que nous risquons de revenir à un monde où la classe moyenne est pratiquement rayée de la carte – en s'appauvrissant presque autant que les plus démunis – tandis que les plus hauts patrimoines se concentrent entre les mains de quelques privilégiés – qui, pour la plupart, ne se sentent pas obligés de payer des impôts."

    Inégalités grandissantes

    Les travaux de Thomas Piketty démystifient l'idée reçue selon laquelle, dans les sociétés capitalistes, chaque nouvelle génération voit sa situation s'améliorer naturellement. "En réalité, Piketty aboutit à la conclusion accablante qu'en l'absence d'une guerre ou d'une transformation majeure de la société et de l'économie, la situation ne s'améliore pas. Bien au contraire, les inégalités sont susceptibles de s'accroître car le capital, lui, a une tendance naturelle à la concentration. Autrement dit, les héritiers font leur retour en force car dans les pays capitalistes post-industriels – en gros, en Occident –, la plupart des jeunes gens s'apprêtent désormais à vivre moins bien que leurs parents. Sur le plan économique, la prise de pouvoir du grand capital est emblématique de notre époque", explique Justin Pemberton.

    Quelques chiffres

    7 163 000 000 000 d’euros seraient détenus dans les paradis fiscaux... dans les paradis fiscaux.

    1% de la population mondiale détient plus que les 99% restants... plus que les 99% restants.

    1 personne sur 10 dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour... vit avec moins de 2 dollars par jour.

    Le salaire moyen d’un patron du CAC40 représente 277 SMIC... représente 277 SMIC.

    Témoin des événements

    Justin Pemberton voulait s'intéresser au capital sur 400 ans d'histoire (une histoire qui s'achève dans un avenir proche). Le cinéaste souhaitait donner le sentiment de flotter au-dessus du monde en observant les événements s'y dérouler, à la manière d'un témoin. Il précise :

    "Les films s'attachent souvent à un phénomène en particulier, mais je pense que si on reste focalisé sur une période de troubles, on perd de vue l'impact des événements, sans doute moins spectaculaires, qui se déroulent autour de nous.J'avais envie que le film évoque largement l'histoire de la pop culture car la richesse et les inégalités sont des thèmes qui nourrissent les récits populaires depuis des siècles. Nous nous penchons constamment sur notre rapport au capital : il est quotidien et concerne tout le monde. Nous le voyons à l'œuvre au cinéma, nous en rions quand il est évoqué dans des sitcoms, nous chantons ou nous dansons le rap sur des thèmes qui s'y rapportent."

    Question centrale

    La question centrale que soulève le documentaire Le Capital au XXIe siècle est celle de savoir quel est le monde qui se prépare pour la nouvelle génération. "Ce qu'il faut retenir en substance, c'est que le capitalisme a délaissé la valeur travail. Une fois qu'on a admis cette réalité, il devient crucial de renégocier notre rapport au capital. L'histoire du capital est sans doute très sombre, mais grâce à l'énergie phénoménale qui le caractérise, elle est loin d'être déprimante. Le Capital au XXIe siècle nous montre que la situation peut évoluer. L'inaction politique est souvent liée à un sentiment de désespoir, lui-même généré par la conviction que "la situation est la même depuis toujours". C'est facile de s'en laisser convaincre si on ne s'intéresse qu'à sa propre époque, mais si on accepte d'ouvrir ses horizons temporels, on constate que le monde a considérablement évolué – et qu'il évoluera encore", raconte Justin Pemberton.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Tenet (2020)
    • Les Nouveaux mutants (2020)
    • Effacer l’historique (2020)
    • Police (2020)
    • Le Bonheur des uns... (2020)
    • Petit Pays (2019)
    • Antoinette dans les Cévennes (2020)
    • La Daronne (2020)
    • Enorme (2019)
    • Antebellum (2020)
    • Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020)
    • Belle-Fille (2020)
    • Enragé (2020)
    • Mignonnes (2019)
    • Dans un jardin qu'on dirait éternel (2018)
    • Les Apparences (2019)
    • Greenland - Le dernier refuge (2020)
    • The Batman (2021)
    • J’irai mourir dans les Carpates (2020)
    • Les Blagues de Toto (2019)
    Back to Top