Mon AlloCiné
Kings
note moyenne
2,9
445 notes dont 51 critiques
2% (1 critique)
8% (4 critiques)
43% (22 critiques)
22% (11 critiques)
12% (6 critiques)
14% (7 critiques)
Votre avis sur Kings ?

51 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 921 abonnés Lire ses 1 288 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/04/2018

« Kings » est à travers le quotidien de cette femme dévouée aux enfants des autres, un film bouleversant et attachant lors des émeutes terribles de 1992 à Los Angeles... Ce qui retient notre attention, c’est toute cette actualité relatant les faits de violence et les procès en cours, quasiment uniquement diffusés par la télévision toujours placée en fond sonore et visuel... Ce système de narration sème le trouble à tous niveaux et nous met en symbiose avec tous ces personnages qui vivent cette violence, qui elle-même explose de tous bords et de tous côtés... Comme si nous aussi spectateurs, étions dans la peau de ces habitants informés en permanence par ces images interposées sorties d’une télévision qui diffuse sans arrêt et toutes chaînes confondues, le suivi du procès de Rodney King jusqu’à sa conclusion. La violence est ainsi montrée et vécue à différents degrés, et ce procédé de narration par cette double fenêtre, alternant petit et grand écran, est diablement intéressante et efficace dans son fonctionnement et dans ce qu’elle déclenche ! Ou l’histoire des hommes lambda s’imbriquant dans la grande histoire ! Cet aspect donne un impact étonnant à ce film courageux de Deniz Gamze Ergüven, en nous mettant dans une situation de témoin d’une montée à feu et à sang, devenant totalement ingérable que ce soit de n’importe quel camp ! Tout ici n’est qu’injustice, excès, confusion et la goutte d’eau de trop, soient les conclusions du procès, mettra finalement le feu au poudre ! Alors malgré quelques scènes plus légères, voire quelquefois tendres ou humoristiques qui viennent alléger le propos bien plus grave, en rapport avec ce soulèvement monumental, il n’en reste pas moins que ces faits réels ainsi mis en scène font littéralement froid dans le dos au point de ressentir un malaise évident envers cette population prise en étau, alors que nous sommes assis impuissant dans notre fauteuil ! Les acteurs se défendent d’ailleurs très bien même si Daniel Craig ici totalement à contre emploi cabotine un peu dans ce rôle pourtant différent et pas si mal dans cette ambivalence face à Halle Berry plutôt émouvante, tandis que le jeune Lamar Johnson étonne vraiment par sa présence silencieuse ! À découvrir franchement, ne serait-ce que par ce procédé narratif qui mérite bien un détour !

dominique P.

Suivre son activité 253 abonnés Lire ses 1 670 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/04/2018

Le propos du film est très intéressant, on se met bien à la place de cette femme formidable, courageuse et très humaine. Les années 90 sont bien retranscrites. Le souci c'est que ce film est très stressant, il y a très peu de scènes avec un peu de répit, en effet la grande majorité des scènes sont agressives/violentes/anxiogènes/stressantes/bruyantes. Du coup heureusement que le film est court.

mediterraneo

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 87 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/04/2018

Kings est un beau film, plein d'énergie et très généreux. Avec une superbe mise en scène et une musique entêtante. On se sent vraiment au cœur des émeutes de Los Angeles.

Clémentine K.

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 1 341 critiques

3,5Bien
Publiée le 12/04/2018

J’ai trouvé ce film très bien réalisé et assez original dans la réalisation. En effet, il en ressort quelque chose d’étrangement authentique et vrai contrairement aux films grand public qu’on a l’habitude de voir.

BlacKHorneT

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 137 critiques

3,5Bien
Publiée le 11/04/2018

C'est en pleine résonance avec l'actualité que sort ce film. Qui retrace les émeutes qui ont ébranlé Los Angeles en 1991, il semblerait que ces faits d'actualités se répètent. Les faits divers sont similaires et les émeutes semblent pouvoir commencer à tout instant. Plus que le film en lui-même, la réalisatrice semble attirer l'attention sur ce terrible constat. Pour se focaliser sur le film, on suit donc l'histoire d'une femme noire, mère et un peu assistante sociale sur les bords, excellente Halle Berry qui essaye de vivre normalement dans un Hollywood chauffé à blanc et prêt à exploser tout en protégeant ses nombreux enfants. On se concentre sur Jesse, le plus vieux des enfants alors jeune homme tranquille et non-violent qui se retrouve en conflit avec une autre jeunesse désireuse de se révolter et de venger leurs morts. Parmi eux, William, radical et déterminé. Se retrouve dans le film, un peu paumé un voisin un peu spécial mais dans le fond assez sympathique Daniel "Ollie" Craig. Plus que l'histoire, ce sont vraiment les acteurs qui se démarquent, jouant à perfection leur rôle. On apprécie tout particulièrement l'alchimie entre Craig et Berry, nous offrant l'une des meilleures scènes du film, aussi l'une des plus drôle. Le sujet n'est clairement pas un sujet facile ou heureux mais c'est avec justesse que les différents genres se mélangent. Pour autant, on craint l'égarement entre les sujets. Au delà des acteurs, c'est bien la photographie qui impressionne, jouant sur les lumières ou les plans juxtaposés. Le rythme est soutenu, j'ai même été surpris par la durée (trop ?) courte. Deniz Gamze Ergüven nous livre ici une très belle fresque sur la situation de personnages désireux de liberté et d'égalité emprisonné dans ce milieu caractérisée par la pauvreté et le sentiment de déclassement.

Herve L.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/04/2018

Très beau film, émouvant et poignant. Des partis pris originaux et osés. Et une bande son du Maître Nick Cave.

poet75

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 562 critiques

3,5Bien
Publiée le 13/04/2018

La réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven avait fait sensation en 2015 en signant son premier film, « Mustang », film unanimement acclamé, à juste titre. Avec « Kings », un film dont elle avait déjà le projet avant de réaliser « Mustang », elle ne provoque pas la même harmonie du côté des critiques, loin s’en faut. Cela étant dit, s’il est vrai qu’on peut relever quelques maladresses ou quelques choix de mise en scène plutôt imparfaits dans ce nouveau film, on a quand même affaire à une œuvre de qualité, menée tambour battant et très impressionnante. Cette fois-ci, la cinéaste quitte les contrées profondes de la Turquie pour aller dans le Los Angeles de 1992, une ville sous haute tension suite au meurtre d’une jeune lycéenne noire par une épicière qui la soupçonnait de vouloir lui voler une bouteille de jus d’orange et, surtout, suite au lynchage de Rodney King, un afro-américain roué de coups, violemment tabassé par des policiers blancs. Toute la communauté afro-américaine de la ville, sous le choc, attend à présent le verdict rendu par la justice. En cas de clémence, nul doute que cela embraserait toute la ville qui se retrouverait précipitée dans des émeutes. Avec ces événements en toile de fond, la cinéaste s’attache à suivre l’itinéraire de Millie (Halle Berry), une femme étonnante prenant soin non seulement de sa propre famille, ses propres enfants, mais accueillant chez elle toute une ribambelle d’enfants abandonnés en attente d’une adoption. L’un des enfants les plus âgés du groupe ne reste pas insensible au climat de tension qui règne dans la ville, d’autant plus lorsque sa route croise celle d’une jeune fille elle-même engagée dans les événements qui perturbent la ville. Quant à Ollie (Daniel Craig), le voisin blanc de Millie, s’il se montre, dans un premier temps, quelqu’un de peu aimable, son regard et ses relations avec sa voisine se transforment au cours d’une nuit très agitée. C’est sans doute sur ce dernier niveau que le film est le moins réussi : l’évolution des relations entre Millie et Ollie est introduite par la cinéaste de façon très maladroite, par une scène onirique totalement ratée. Du coup, on peine un peu à croire aux changements de regards qui s’effectuent au cours des péripéties, même si celles-ci conduisent les deux protagonistes à une proximité qui fait songer à celle qui liait l’un à l’autre Cary Grant et Ingrid Bergman dans « Les Enchaînés » (1948) d’Alfred Hitchcock. Cette réserve étant dite, il faut néanmoins saluer l’époustouflante immersion des personnages dans le chaos qui se répand dans la ville de Los Angeles. De ce point de vue, la réalisatrice a parfaitement réussi son pari. Elle fait ressentir de manière plus que convaincante le sentiment d’injustice et le désir de révolte qui s’emparent de toute une partie de la ville. Malgré ses quelques défauts, le film n’en reste pas moins extrêmement saisissant.

elbandito

Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 835 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 20/05/2018

Une variation étonnante et audacieuse sur l'affaire Rodney King et les émeutes qui ensanglantèrent L.A. en 1992. Second film de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven, auteur de "Mustang", un brûlot à la fois intime et politique, curieusement parsemé de scènes tendres et cocasses, une œuvre étonnante mais imparfaite, où l'histoire d'une mère qui cherche à protéger les siens rejoint l'Histoire américaine.

Scénario Catastrophe

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 88 critiques

4,0Très bien
Publiée le 15/04/2018

Dès la première séquence, je suis totalement rentrée dans l'histoire, dans sa vitalité, son adrénaline. Il ne faut peut être pas voir Kings comme un film (documentaire) sur les émeutes, mais sur une famille qui les vit (aspect scénaristique !). C'est un film sur l'énergie, l'excitation et le mélange des émotions vécues pendant de tels événements ! Parce que, oui, on peut être révolté, tenter de lutter contre une injustice, et en même temps rire de l'absurde d'être attaché à un poteau, par exemple. Le talent de la réalisatrice est de nous faire passer par mille émotions à la seconde, avec des plans très courts et en suivant plein de personnages. J'ai parfois été touchée, j'ai parfois eu peur, j'ai parfois souri... et c'est ce que j'ai aimé. La réalisatrice ne se moque jamais de l'injustice faite à Rodney King, au contraire les images des avocats qui défendent les policiers sont ridicules, les policiers sont tournés en dérision, et la présence d'enfants dans ce film permet de donner une certaine innocence à l'ensemble, tandis que le groupe d'adolescent représente la fougue, la colère brute face aux injustices. Millie passe peut être pour le bon samaritain, mais elle aussi, à sa manière tente de rendre justice, quand d'autres vandalisent des voitures de police, c'est sa façon à elle d'être engagé, et pourquoi pas, au niveau de l'histoire, c'est intéressant de voir cette bande de jeunes de tout âge, de toutes familles, cohabiter. C'est aussi un film avec quelques tentatives expérimentales, avec des ajouts d'image d'archives qui montrent le chaos, vu d'en haut. On ressent bien aussi l'idée d'histoire dans une Histoire à travers les images diffusées la télévision. Celles-ci ponctuent le film et orientent le récit, c'est un très bon choix , et j'ai beaucoup apprécié la b.o

Marcel D

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 196 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 16/04/2018

Spoiler: La première minute met tout de suite dans l'ambiance : on a envie de dire "pouce, on n'était pas prêt !". Le contexte de la violence sociale, des émeutes, est très bien rendu, avec une ambiance et une caméra très nerveuses. On entre avec plaisir dans ce foyer dirigé par Halle Berry, avec des ados qui jouent très bien. On est bien dedans, et puis le soufflé dégonfle, avec cette histoire ratée entre notre ancienne Catwoman/Tornade et Monsieur James Bond. Au final, on se demande pourquoi avoir fait ça avec ces personnages. Dommage, comme une équipe de foot qui prépare très bien son action pour complètement manquer le cadre au moment de frapper.

traversay1

Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 2 837 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/04/2018

Avec Kings, largement en dessous de Mustang, il y a la forte tentation de parler du syndrome du film américain d'un réalisateur(rice) européen(ne), le plus souvent décevant, pour ne pas dire an ayant perdu son âme. Ce n'est pas aussi simple dans ce cas précis, le projet étant porté depuis longtemps par Deniz Gamze Ergüyen, qui en a écrit le scénario seule. C'est peut-être là où le bât blesse d'ailleurs, dans le sens où le regard d'un coscénariste aurait pu aider l'histoire. Car il faut bien le dire, la substance narrative de Kings est terriblement brouillonne et contraste avec les images d'actualité du procès des policiers ayant tabassé Rodney King puis des émeutes qui s'ensuivirent. Comme si la fiction imaginée par la cinéaste paraissait bien faible et presque fade par rapport au contexte historique. Tout n'est pourtant pas à jeter, loin de là, en particulier l'énergie de la réalisation, la mise en scène et la direction des jeunes acteurs, domaine dans lequel excelle la réalisatrice, à l'instar de Mustang. En revanche, Halle Berry et Daniel Craig semblent un peu livrés à eux-mêmes et ne brillent que par des excès de jeu. Le film essaie d'alterner diverses ambiances, passant en peu de temps de la comédie au drame, dans ce champ de bataille qu'est devenu alors L.A sans que cela soit véritablement maîtrisé mais au moins Deniz Gamze Ergüzen essaie, quitte à se tromper. On pourra sans doute mieux la juger avec son prochain film, The Lifeboat, à nouveau tourné en anglais.

ANTONY75

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 16/04/2018

Film moyen. Le scénario est nul et la seule chose qu'il arrive a mettre en évidence c'est le mode de vie chaotique et la désorganisation sociale des afro-americans des ghettos de L.A., qui évoluent avec le plus totale manque de respect pour les réglés de vivre communs, pour les institutions et pour la Police. -------------------------- La prestation de Halle Berry et Daniel Craig est, au passage, ridicule. Ce sujet aura mérité un meilleur Film.

BF2070

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 196 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/04/2018

Cette deuxième réalisation de Deniz Gamze Erguven était attendue après le succès plutôt mérité de Mustang. La réalisatrice dispose de plus de moyens en dirigeant deux acteurs de choix, Halle Berry qui interprète Millie, une mère d’accueil d’enfants confiés par les services sociaux, mère célibataire complètement dépassée (pas très crédible de voir confier de nombreux enfants à cette mère malgré sa fibre maternelle exacerbée) , et Daniel Craig, qui interprète Ollie, un écrivain bourru. Kings retrace les émeutes de Los Angeles suite à l’affaire Rodney King sous le prisme de ces deux personnages et aussi des enfants. Si le contexte est bien rendu et si le film bénéficie de certaines scènes sympathiques comme celle du Burger King par exemple, les personnages restent très clichés et les comportements parfois incohérents. Kings n’est pas un mauvais film mais reste très en deçà de Mustang.

Carlos Stins

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 622 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/05/2018

Après avoir fais sensation avec son premier long-métrage prénommé "Mustang", Deniz Gamze Ergüven revient avec un nouveau film au sujet tout aussi fort mais finalement moins abouti que son prédécesseur. Pourtant "Kings" commençait bien, très bien même pour ce qui est de ces trois premiers quarts d'heure qui sont à la fois intenses et poétiques. L’atmosphère hyper tendue exacerbée par les tensions raciales qui régnait dans le Los Angeles des années 90 est excellemment bien retranscrite par la cinéaste turque qui propose une fresque sociale saisissante de réalisme et d'humanisme. On s'attache rapidement aux personnages mais, dès que le verdict du procès est rendu et que les émeutes démarrent, le film part dans tous les sens pour finalement ne plus rien raconter. On se perd parmi une multitude de sous intrigues de qualité inégale et l'on a du mal à s'immerger au sein de l'histoire tant celle ci se disperse. Comme dans "Mustang", les plus belles scènes sont les scènes de calme, sans aucun dialogue, où Deniz Gamze Ergüven transmet par un simple plan ou mouvement de caméra des émotions d'une grande intensité capables de submerger le spectateur. Les scènes d'émeute sont malheureusement trop brouillonnes et le mélange entre drame et comédie passe mal et nuit à la cohésion du récit. "Kings" reste un film fort qui offre des scènes intimistes remarquables et qui aborde avec beaucoup de courage d'un sujet difficile mais, au contraire de "Detroit" de Bigelow sorti l'année dernière, Gamze Ergüven ne parvient pas à maîtriser pleinement son sujet et offre un film imparfait, inégal mais néanmoins marquant.

Critik D

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 1 088 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/04/2018

J'avais été conquise par le premier long métrage de Deniz Gamze Ergüven, "Mustang" était un film poignant, vrai et beau. Je ne savais pas du tout que "Kings" était le nouveau long métrage de la réalisatrice, et en le visionnant je n'aurais pas deviné. Le sujet me plaisait beaucoup, une famille d'accueil qui traverse les émeutes de 1992 à Los Angeles, j'avais hâte de découvrir les tenants et les aboutissements. Dès les premières minutes, je me suis montée tout un plan de film, de nombreuses suppositions et beaucoup de rebondissements. Finalement j'ai été déçue par la direction prise par le film, dans ce dernier on a le sentiment de traverser deux choses différentes. Le procès de Rodney King est placé au second plan et présent seulement au travers des médias (radio et télévision), tous comme les émeutes dans la violence n'est reflété qu'au travers de ses mêmes médias. Je m'attendais à ce que la famille traverse davantage de difficulté, et que les émeutes est un enjeu beaucoup plus présent. Entre valeurs et histoire d'amour, je n'ai pas été conquise et davantage captivé par ce qui se passait au second plan au travers du petit écran. Le film n'en est pas mauvais, bonne réalisation, bon casting mais il manque de substance selon moi. Dommage, il y avait tellement de matière.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top