Mon AlloCiné
Un Jour mon Prince
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Un Jour mon Prince" et de son tournage !

Premier film ambitieux

Un jour mon Prince est le premier long-métrage de Flavia Coste, qui a réalisé plusieurs courts-métrages depuis le début des années 2000. "J’ai reçu beaucoup de conseils pour mon premier long-métrage", s'amuse la réalisatrice. "Surtout ne pas commencer par une comédie, ne pas prendre d’enfants, pas d’animaux, peu d’acteurs, pas de costumes, pas d’effets spéciaux. Forte de tous ces conseils, j’ai donc réalisé un film avec tous ces ingrédients !".

Collaboration franco-québécoise

Les deux fées Blondine et Mélusine sont interprétées par des actrices canadiennes à l'accent québécois. L'idée d'un partenariat franco-québécois est venu dès les premières phases d'écriture, comme un ressort scénaristique intéressant pour accentuer le décalage des princesses avec la vie parisienne : "L’idée vient de mon producteur, Antoine de Clermont-Tonnerre, qui souhaitait monter le film en co-production avec Christian Larouche au Québec. Une partie de l’équipe est québécoise, c’est d’ailleurs Jorane, une chanteuse que j’admire qui signe la musique du film", déclare Flavia Coste. On peut entendre dans le film certaines expressions québécoises, et d'autres qui sont totalement inventées.

Décalage

Pour insister sur le décalage entre la vision de Paris qu'ont les princesses Blondine et Mélusine et la réalité, la réalisatrice Flavia Coste a choisi de les faire atterrir dans le 18e arrondissement, au nord de la capitale. "Le quotidien est bien loin des images d’Epinal, d’autant que Blondine et Mélusine ne connaissent rien en dehors du monde des fées", raconte la cinéaste. "Faire venir des personnages imaginaires dans notre réalité offrait la possibilité de pouvoir parler du quotidien en creux tout en gardant un regard naïf et décalé".

Thème familier

Ce n'est pas la première fois que l'on voit au cinéma une princesse propulsée dans notre monde : on se souvient par exemple d'Il était une fois (2007) avec Amy Adams et Patrick Dempsey.

Coïncidence

Un Jour mon Prince, qui détourne librement le conte de Perrault de la Belle au bois dormant, sort une semaine avant Belle dormant, autre relecture contemporaine et décalée de l'oeuvre signée Adolfo Arrietta, avec Niels Schneider, Mathieu Amalric et Agathe Bonitzer.

Un film tout public

L'un des objectifs principaux de Flavia Coste était de réaliser un film qui puisse parler à tout le monde, toutes générations confondues. "Un Jour mon Prince est accessible à tous, de 8 à 88 ans ! Les contes de fées font partie de la culture commune, tout le monde les a lu, c’est un langage universel, ils appartiennent à tous", affirme la réalisatrice. "Il n’y a pas assez de films Tout Public aujourd’hui, à voir en famille. Quand je cherche un film à voir avec ma fille, ma mère et ma grand-mère, malgré les 18 films sortant chaque semaine, parfois il n’y a pas un seul film Tout Public s’adressant à ces 4 générations".

Écriture en duo

Bien qu'elle ait écrit ses courts-métrages seule, Flavia Coste a décidé de s'associer avec Gabor Rassov pour l'écriture de son premier long. "Après avoir écrit seule une première version du scénario, j’avais à la fois besoin d’un regard extérieur et masculin", confie la réalisatrice. "Il m’a encouragée à tout oser, tout proposer, alors que j’aurais parfois eu tendance à m’autocensurer. Il était plus facile de m’autoriser à égratigner l’image du prince charmant en ayant l’aval de mon co-scénariste ! Pendant quatre mois, il est rentré dans mon univers et m’a stimulée, confortée et a littéralement joué le rôle d’un accoucheur".

De comédienne à réalisatrice

Si elle a réalisé des courts-métrages, Flavia Coste était encore avant comédienne. La réalisatrice a délibérément changé de voie : "Comédienne est un métier fabuleux mais si un metteur en scène ne vous choisit pas, vous n’aurez jamais la possibilité de vous mettre au service de celle qu’il propose", regrette-t-elle. "En écrivant mes histoires et en les réalisant, je me donnais la possibilité de me battre pour qu’elles existent. Et en tant qu’auteure, j’ai l’avantage de me glisser dans la peau de chaque personnage et ça c’est un plaisir démultiplié". Elle joue d'ailleurs dans Un jour mon Prince le rôle de Pauline, l'adujvante parisienne des princesses.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Madame (2017)
  • Justice League (2017)
  • Au revoir là-haut (2017)
  • Happy Birthdead (2017)
  • Le Brio (2017)
  • Le Musée des merveilles (2017)
  • Tout l'argent du monde (2017)
  • Jalouse (2017)
  • Carbone (2017)
  • Star Wars - Les Derniers Jedi (2017)
  • Marvin ou la belle éducation (2016)
  • Maryline (2017)
  • Le Sens de la fête (2017)
  • Battle of the Sexes (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • M (2017)
  • Coco (2017)
  • L'Expérience interdite - Flatliners (2017)
  • Sales Gosses (2016)
  • La Lune de Jupiter (2017)
Back to Top