Mon AlloCiné
Parenthèse
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Parenthèse" et de son tournage !

Rêve de gosse

Bernard Tanguy s'est mis au cinéma sur le tard, après une carrière dans un domaine complètement différent puisqu'il était ingénieur dans les télécommunications. Un rêve d'adolescent finalement assouvi par le jeune cinéaste, qui signe avec Parenthèse, au tournant de la cinquantaine, son premier long-métrage.

Succès nombreux

Si Parenthèse est le premier long-métrage de Bernard Tanguy, ce dernier a tout de même déjà tourné des courts qui ont rencontré le succès et l'ont conforté dans son envie de cinéma. On lui doit ainsi Schéma directeur, comédie grinçante sur le monde du travail, "basée sur des choses vécues dans le milieu bancaire, et qui gagna le prix Unifrance à Cannes en 2009", déclare-t-il, et Je pourrais être votre grand-mère, "sorte de blockbuster du court-métrage entre 2010 et 2012 (nombreux prix en festivals, diffusion sur France 3, nommé aux César, pré-sélectionné aux Oscars)".

Apprentissage

Bernard Tanguy avait à coeur de bien faire les choses. Avant de se jeter à l'eau et de faire ses propres films, il s'est d'abord lancé dans la production et a appris le métier sur le tas, en s'intéressant à diverses professions du cinéma. Il a ensuite pris des cours de théâtre pour mieux envisager la direction d'acteurs. "J’ai aussi beaucoup appris de Sophie Letourneur, dont j’ai co-produit La Vie au ranch et Les Coquillettes. Sophie a une méthode unique, inimitable, c’est elle qui m’a enseigné l’importance des répétitions", complète-t-il. "Je fais donc des free sessions durant lesquelles les comédiens improvisent autour d’un canevas ; je note tout et je réécris ensuite le scénario en fonction ; scénario qui ne bouge pratiquement plus pendant le tournage. ça permet d’allier la précision et le naturel".

Film très personnel

Bernard Tanguy a écrit Parenthèse avec son frère, Hervé Tanguy, et s'est beaucoup inspiré de sa propre expérience pour en écrire le scénario. "On a eu envie d’écrire sur le sentiment de vieillir. Il se trouve que nous possédons un voilier et qu’on passe toutes nos vacances vers Porquerolles et Le Lavandou. L’idée d’y situer un film de potes, un genre qu’on aime tous les deux, s’est donc imposée assez vite", raconte-t-il. "Beaucoup des péripéties qu’on voit dans le film nous sont arrivées pour de vrai… C’est donc un film très personnel — on n’a jamais coulé par contre !"

Bande de copains

Bernard Tanguy a réalisé un court-métrage de Parenthèse afin de séduire les investisseurs et pouvoir passer au long. Une expérience particulièrement enrichissante pour le réalisateur : "J’ai réuni les acteurs, soit par coup de coeur, soit par connaissance, soit par connaissance de connaissances, et on est parti tourner une semaine à Port-Cros. Or sur ce premier tournage, une vraie alchimie s’est créée", se souvient le cinéaste. "Je l’espérais, mais pas à ce point. ça a presque été une semaine de rêve, de fête, de camaraderie… On est devenus une vraie bande de copains".

Soutien de poids

Une campagne de crowdfunding a permis de financer le film et de contrer la frilosité des investisseurs devant l'absence de têtes d'affiche. Bernard Tanguy a tout de même eu un soutien amical de poids en la personne d'Agnès Jaoui : "J’ajouterais qu’Agnès Jaoui nous a soutenus dès la lecture du scénario, et après avoir vu le court-métrage pour lequel elle a eu un coup de coeur, et que ce soutien a été pour nous un vrai réconfort, en plus de ses précieux conseils artistiques", raconte-t-il.

Histoire d'amour

Dinara Drukarova, qui joue l'une des trois femmes de Parenthèse, n'est autre que l'ex-femme de Bernard Tanguy. "Dinara et moi avons été mariés, je la connais depuis très longtemps et j’ai écrit le rôle en pensant à elle. Elle est comédienne depuis qu’elle a 12 ans, ayant débuté dans Bouge pas, meurs, ressuscite (1990), puis Une vie indépendante (1992) de Vitali Kanevski", confie-t-il. Plus récemment, on a pu la voir dans Trois souvenirs de ma jeunesse d'Arnaud Desplechin, César du meilleur réalisateur.

Melting-pot d'influences

On retrouve des cinéastes très différents dans les influences de Bernard Tanguy pour Parenthèse : parmi eux, François Truffaut, Éric Rohmer, Woody Allen ou encore Paul Verhoeven, dont le réalisateur est fan, ainsi que les maîtres de la comédie italienne des années 1970 tels que Dino Risi, Ettore Scola, Pietro Germi et Mario Monicelli, ou plus récemment l'Américain Judd Apatow. Un véritable melting-pot.

Musique spéciale

Si Bernard Tanguy confesse sa nostalgie pour le droit au rêve et à l'utopie des années 1970, la musique de Parenthèse lorgne plus vers les années 1980. Le cinéaste a demandé à Stupeflip, l'un de ses groupes préférés, de composer la musique de son film. "J’ai fini par rencontrer Julien Barthélémy, le leader, il y a trois ans, grâce à l’entremise de Nathalie Sauvegrain, dont j’ai produit le premier long-métrage (Océane)", se souvient-il. "J’étais tétanisé en le rencontrant, car c’est une idole pour moi. Finalement, on a sympathisé et aujourd’hui on est très potes. J’ai demandé à Julien de développer davantage son côté Pop Hip (mélodies pop rétros) que King Ju (rap). Un orchestre de cordes mené par Anne Gravoin a ajouté une touche de classicisme et de romantisme sur la musique électro du thème principal. Le résultat c’est huit compositions originales qui feront vraisemblablement l’objet d’une édition au moment de la sortie du film".
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Alita : Battle Angel (2019)
  • Ralph 2.0 (2018)
  • La Grande Aventure Lego 2 (2018)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • All Inclusive (2018)
  • Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Dragons 3 : Le monde caché (2019)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Vice (2018)
  • La Favorite (2018)
  • La Mule (2018)
  • Happy Birthdead 2 You (2019)
  • Une intime conviction (2017)
  • Black Snake, la légende du serpent noir (2017)
  • Paradise Beach (2018)
  • Jusqu'ici tout va bien (2018)
  • Minuscule 2 - Les Mandibules du Bout du Monde (2019)
  • Glass (2019)
Back to Top