Mon AlloCiné
La Mélodie
note moyenne
3,4
191 notes dont 45 critiques
9% (4 critiques)
31% (14 critiques)
38% (17 critiques)
20% (9 critiques)
2% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Mélodie ?

45 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 1534 abonnés Lire ses 1 172 critiques

4,5Excellent
Publiée le 10/11/2017

« La Mélodie », un film de Rachid Hami qui transmet un espoir à tout casser... Un film humain d’une fraîcheur et d’une spontanéité communicative qui donne envie d’essayer le tout pour le tout ! Croire jusqu’au bout dans le potentiel de chacun, ce que l’Art va permettre pour faire grandir et mûrir ces enfants des banlieues par un travail de l’estime de soi, par le respect et l’encouragement ! Une magnifique leçon d’éducation civique tout simplement... De voir le jeu si naturel de ces élèves, certes plus vrais que nature au sein de ce collège difficile, met de suite dans l’ambiance d’autant plus que le groupe nous séduit pour même nous faire fondre complètement ! Que de scènes touchantes, terriblement en phase avec la vie de ces gamins, que ce soit une dispute pour un mot ou un regard, ou une partie de rigolade à propos des filles et de l’amour ! Toute l’approche qui sera faite par Simon, ce violoniste venu les apprivoiser (dont Kad Merad signe ici son meilleur rôle en tant qu’humilité et sobriété), sera pour le spectateur un enseignement riche et significatif, où la reconnaissance et la foi en l’autre ont ici toute leur raison d’être ! A travers ce projet fou de faire jouer tous ces enfants à la Philharmonie, la relation qu’il tisse avec le petit et émouvant Arnold (formidable Renély Alfred en véritable locomotive de cette bande de musiciens en herbe) nous donne par instant, la chair de poule. Et pour incarner le prof de cette classe, on ne peut que saluer la prestation de Samir Guesmi, dont le seul regard en dit long sur sa capacité à croire en ses élèves et à les aimer... C’est ici la preuve incontestable que la musique, ou les arts plastiques ont à travers leur sensibilité, leur délicatesse, une importance indéniable, par leur apport et le changement qu’ils peuvent opérer chez un élève en difficulté, une personne en mal être ou tout un chacun évidemment ! Une leçon d’humanisme évidente, limpide tout simplement ! Ce que l’on rêverait de voir se généraliser naturellement pour un monde meilleur...

dominique P.

Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 392 critiques

4,5Excellent
Publiée le 12/11/2017

Voilà un très bonne comédie dramatique française bien ficelée avec K. Merad parfait en prof de violon. Même si l'histoire est bien linéaire, on passe un très agréable moment de divertissement, d'apprentissage et d'émotions.

poet75

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 473 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/11/2017

Quelle merveilleuse surprise que ce film ! Le résumé comme la bande-annonce m’avaient fait craindre une œuvre dégoulinante de bons sentiments, mais ce n’est pas le cas. En tout cas, le film vaut bien davantage qu’une simple exaltation des bons sentiments et l’on aurait tort de le ranger trop rapidement au rayon des œuvres sympathiques ou aimables qui font du bien sans déranger personne. Il y a bien plus de subtilité que cela dans cette histoire de talents fort bien mise en scène et habitée par d’excellents acteurs (qu’ils soient confirmés ou amateurs). L’acteur vedette de ce film, c’est Kad Merad qui, sans doute après avoir produit un travail acharné, réussit parfaitement à se glisser dans la peau d’un professeur de violon. Envoyé pour prodiguer son enseignement à des élèves de 6ème d’un collège réputé difficile, il se trouve en effet aussitôt mis en présence d’enfants pour le moins turbulents. Accompagnés par un de leurs professeurs, joué par l’excellent Samir Guesmi, les violonistes en herbe semblent d’abord dépourvus de toute faculté pour la musique. Or le projet de l’établissement, ce n’est rien de moins que d’intégrer, en fin d’année scolaire, le groupe d’enfants à un orchestre qui devra jouer « Shéhérazade » de Rimski-Korsakov à la Philharmonie de Paris ! Le pari n’est-il pas perdu d’avance ? Pour relever une telle gageure, quoi qu’il en soit, il faut faire preuve de patience, d’audace et de perspicacité. Tout le film montre intelligemment par quels moyens il est possible de transformer des enfants apparemment dénués de talent (pour la musique, en tout cas) en de vrais passionnés capables de relever le défi qui leur est proposé. Il faudrait souligner bien des aspects du film, chacun d’eux constituant un des éléments éducatifs permettant d’atteindre l’objectif fixé. La chance du groupe d’enfants, ce sont les leaders : leur professeur pour commencer, mais aussi l’un d’eux, un des élèves, tellement séduit par l’exercice du violon qu’il entraîne les autres à sa suite. Le film montre aussi, toujours de manière judicieuse, quels sont les pièges à éviter et les tentations à repousser. L’une d’elles, que le professeur de violon ne tarde pas à envisager, consiste à éliminer les éléments les plus faibles pour ne garder que les plus doués : une éventualité que rejette catégoriquement le professeur joué par Samir Guesmi pour qui ce sont précisément les enfants les plus talentueux qui communiqueront leur enthousiasme et unifieront le groupe en l’entraînant vers le meilleur. Une autre tentation survient pour le professeur de violon : il ne s’agit de rien de moins que d’abandonner le travail d’enseignant en cours d’année pour se consacrer à une tournée de concerts avec un quatuor. C’est à ce moment-là qu’intervient quelque chose de décisif : le plaisir ! Où trouver le plaisir le plus grand : en se produisant avec des musiciens confirmés ou en transmettant l’amour de la musique à des enfants réputés difficiles au point de les conduire jusqu’à leur prestation à la Philharmonie ? On peut deviner la réponse. Enfin, il faut indiquer la place des parents dans cette histoire. Elle n’est pas négligeable, ils ont leur mot à dire et leur rôle à jouer. Ce film superbe et émouvant ne les a bien évidemment pas oubliés.

leoufdefilm1

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 14 critiques

4,5Excellent
Publiée le 08/11/2017

Voir Kad Merad accompagné de ces gamins aussi touchant, une histoire simple pleine de vie et surtout de sincérité. A voir

gponcon

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 2 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/11/2017

La musique apprivoise les préadolescents en difficulté d'identification... c'est la formule qui me vient à l’esprit au sortir de la salle de cinéma. On pourrait se dire que le thème est ressassé, qu'on verrait ce qui a été déjà maintes fois joué,... et bien non, il y a de jolies trouvailles cinématographiques (se retirer sur le toit de l'immeuble - pour ne pas gêner la famille - avec vue imprenable sur Paris), de subtiles relations de l'enfant avec l'adulte, la timidité vaincue et la musique de Rimski-Korsakov. Se laisser prendre ; savourer l'ambiance qui promet d'être dure et qui devient lumineuse.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 1 777 critiques

3,5Bien
Publiée le 08/11/2017

Pour son second long-métrage, Rachid Hami met en scène un Kad Merad méconnaissable, le crâne rasé, des lunettes et une veste de costume marron qui le rendent triste, presque malade. Dans la peau d’un violoniste, il intègre un collège de banlieue parisienne pour donner des cours de violon à une classe de sixième. Ces élèves sont incapables de se concentrer trente secondes, toujours distraits par leurs camarades et leurs sens à eux de l’énergie. Ses méthodes de travail sont plutôt rigides et le courant ne passe pas avec les enfants. Heureusement, Farid le professeur principal de la classe, est là pour les recadrer comme il peut avec pour objectif de fédérer un groupe et non pas l’individualité. Rachid Hami réalise un film social pour prouver que l’art n’est pas destiné qu’aux enfants de bourgeois. La mise en scène est discrète et Kad Merad emploie une posture sobre et plutôt impressionnante vis-à-vis de son style habituel. Les enfants sont filmés comme s’ils n’étaient pas comédiens et s’expriment avec liberté et sens du réalisme. La Mélodie est donc un beau projet mais qui dresse néanmoins un portrait déprimé de notre société alors qu’on aurait dû y voir une certaine confiance en l’avenir. Parfois douloureux et toujours pleins de bons sentiments, La Mélodie ne laisse quand même pas indifférent. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com

LAURA J.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 84 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/11/2017

un film positif et des enfants attachants, enfin une goutte d'espoir menée par un Kad Merad fascinant utilisé à contre-emploi

xavierhesse

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 05/11/2017

Si vous avez aimé les choristes, vous passerez un moment délicieux avec les personnages de La Mélodie! Enjoy!

Jérémie M.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

4,0Très bien
Publiée le 21/10/2017

Un film touchant, plein d'espoir ... trop peut-être... la mélodie du pouvoir transformateur de la musique est parfois dissonante.

ArtizdeMontélimar

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 8 critiques

3,5Bien
Publiée le 01/10/2017

J’ai regardé la Mélodie, moi qui ne suis ni musicienne ni mélomane… avec beaucoup de plaisir. J’y ai trouvé un air de famille avec A voix haute : tous deux montrent qu’en accompagnant des enfants ou des jeunes, en leur faisant confiance, ils se perfectionnent, s’entraînent avec plaisir, et prennent confiance en eux. Les uns comme les autres ont appris à s’écouter. Les étudiants de Seine-Saint-Denis en prenant la parole, les 6ème en jouant du violon à la philharmonique. Kad Merad, qui se faisait bordéliser au début, réussit ce pari de les faire jouer ensemble et que leurs parents soient fiers d’eux. Comment ? En les accompagnant, pas à pas, sans les lâcher. Rachid Hami, le réalisateur, donne une leçon à l’Education Nationale, qu’il juge trop verticale, lui préférant un enseignement horizontal, où chacun apprend de l’autre. Il dit qu’il a voulu faire un film « à hauteur d’homme ». Son film est à la hauteur des enfants, époustouflants et épatants de justesse. Les projets artistiques et culturels ont bien moins de moyens qu’auparavant, à la belle époque de Jack Lang, remarquait une enseignante derrière moi. N’est-ce pas pourtant ce qui contribue à faire grandir ?

Frederique A.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 13/09/2017

J'ai vu le film en avant première à Evreu, les acteurs sont vraiment super, c'est magnifiquement filmer. La salle entière était ému, c'est un très grand film, très émouvant... ALLLEZ-Y!!!!

marmotte67

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 908 critiques

2,5Moyen
Publiée le 11/11/2017

Beau sujet, belle réalisation seul le jeu de Kad est un peu fatigante par moment,Spoiler: il aurait gagné à être ^plus humain. Le jeune prodige du film est adorable avec sa bouille, il a une présence qui nous déroute. Un petit côté Choriste, le cercle des poètes disparus. Ce rapport élèves/profs revient forcément dans nos tête. Pas mal et plein de bon sentiments.

lionelb30

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 543 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/11/2017

Histoire sans surprise et scenario gentillet on le devine aisément le deroulement final. Mais malgres tous ces defaults , on s'attache quand meme surtout avec la musique comme support et a quelques moments assez emouvant.

L'AlsacienMarseillais

Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 979 critiques

3,5Bien
Publiée le 10/11/2017

C'est un belle histoire touchante sur les thèmes de la transmission et de l'échappée artistique que nous propose ici Rachid Hami. Le défi est de taille car embarquer une classe de sixième turbulente jusqu'à la Philharmonie de Paris, en apprenant l'un des instruments de musique les plus difficiles en un an, avec Kad Merad en professeur, il y a de quoi laisser sortir un petit rire nerveux, non ? Les doutes laissent rapidement place à une immersion totale dans cet objectif pédagogique presque impensable. Issus des quartiers populaires, les élèves se moquent tandis que le professeur de violon perd patience. Le professeur principal, joué par Samir Guesmi, très discret mais convaincant, maintient l'ordre et le respect tout en les accompagnant jusqu'au concert de fin d'année. Je m'attendais vraiment à voir un trucage sur le fait que Kad Merad joue parfaitement du violon mais force est de constater qu'il s'est totalement investi dans cet apprentissage et on croit vraiment qu'il en joue depuis des années. De plus, le crâne et la barbe rasés le mettent à nu pour composer un rôle silencieux, introverti et lent dans sa gestuelle, très loin de ses rôles habituels qui prêtent aux rires. Les enfants, quant à eux, sont très touchants, simples et émouvants, et ce, même si certaines scènes sont un peu trop larmoyantes à mon gout. De cette pédagogie parallèle et singulière se dégage une lueur d'espoir. La jeunesse et l'art de la musique tissent un lien solide et important mais aussi le désir et le plaisir de transmission ressenti par le personnage de Kad qui en devient presque vital. Il y a aussi le thème du vivre-ensemble, loin des cloisons sur les différentes cultures et les origines, qui est abordé par le biais des parents qui font tout pour que leurs enfants continuent leur apprentissage. La mise en scène, quant à elle, est simple et rappelle l'oeil presque documentaire de "L'esquive" et de "Entre les murs". Les plans sur le toit d'immeuble sont nombreux et magiques de par l'association du violon, sans oublier le sublime panorama parisien... Au final, il y a quelque chose de très simple et banal dans cette histoire mais la sonorité des violons face à cette jeunesse désorientée rend l'ensemble extraordinaire, voire magique. Une belle leçon, un beau regard sur notre capacité à créer de l'espoir et une raison d'être..

titicaca120

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 1 806 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/11/2017

un très joli film copie conforme du professeur de violon film brésilien sorti en 2015 qui raconte l'histoire de jeunes en difficulté et qui s'en sortent grace à la musique. là l'histoire se passe dans une banlieue difficile de Paris où un professeur désabusé (Kad Merad) vient donner des cours de violon. les jeunes talentueux et naturels offrent une belle réplique et sont parfois très émouvants. le jeune "Arnold" dans le film est quand à lui bouleversant et le concert final magnifique. Kad Merad nous prouve qu'il est un grand acteur comme dans je vais bien ne t'en fais pas et les choristes. débarrassé de sa barbe affreuse et de ses cheveux on le redécouvre enfin dans un rôle taillé sur mesure et qui le sort surtout de ses interprétations dans des films inintéressants.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top