Mon AlloCiné
Alice Comedies
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Alice Comedies" et de son tournage !

Rêve américain

Walt Disney habite encore à Kansas City lorsqu'il crée le studio d’animation Laugh-O-Gram Films. Aidé par son ami Ub Iwerks, il réalise avec beaucoup de difficultés six petits cartoons. Tous sont des adaptations modernes de contes de fées et constituent une série dénommée Laugh-O-Grams. Il entreprend ensuite de réaliser Le Monde merveilleux d’Alice (Alice’s Wonderland, une référence évidente au personnage de Lewis Carroll) mais l’entreprise connaît de graves difficultés financières et se voit harcelée par ses créanciers. Lorsqu'elle fait faillite à l'été 1923, Disney prend un aller simple pour Hollywood avec sous le bras une copie inachevée du Monde merveilleux d’Alice. Il y connaîtra le succès que l'on sait.

Genèse

Walt Disney puise l’idée des Alice dans une série de cartoons des frères Fleischer, Out of the Inkwell, dans laquelle des personnages quittent le monde animé pour s’inviter dans la réalité. Il inverse le concept en projetant une actrice chez les toons. Il embauche ainsi une petite fille de quatre ans, Virginia Davis, pour jouer Alice. Elle a pour mission de découvrir le pays virtuel de "Cartoonland". Alice Comedies totalise 57 courts-métrages muets en noir et blanc qui mêlent animation et prises de vue réelles.

Inspiration

Au total, Walt Disney a réalisé près de 60 courts-métrages mettant en scène la petite Alice dans diverses aventures. Il décide d’arrêter les Alice Comedies en 1927 pour se lancer dans un nouveau projet, entièrement animé cette fois-ci, Oswald, le lapin chanceux.

Avant Mickey

Dans le tout premier court de la série des Alice, intitulé Alice's Wonderland, on peut voir pour la première fois Walt Disney sur une pellicule ainsi qu'une ébauche de souris qui pourrait bien être celle d'un certain Mickey Mouse...

Projection secrète

La série de courts-métrages mettant en scène Alice n'a jamais été distribuée en salles mais était montrée en privé par Walt Disney.

Système complexe

Les interactions entre acteurs en chair et en os et personnages animés étaient parfois si compliquées à réaliser que certains mouvements d'Alice étaient composés à partir de photographies. La prise de vue réelle mise en boîte, la pellicule était ensuite placée dans une caméra spéciale adaptée pour projeter les images originales. Le film était ensuite projeté image par image sur la table de l’animateur, où ce dernier traçait les contours d’Alice sur une feuille de papier pour pouvoir dessiner l’animation autour d’elle.
L'actrice Virginia Davis, première interprète d'Alice, témoigne : "Nous filmions dans un bâtiment vide. Walt recouvrait un grand panneau et le sol d’une bâche blanche et je devais jouer la pantomime. Ensuite, ils ajoutaient l’animation. C’était tellement amusant. Les enfants du voisinage jouaient aussi en tant que figurants. La pellicule était très chère, en général nous ne faisions qu’une seule prise."

Lien de parenté

Margaret Davis, qui joue la mère d'Alice dans les courts-métrages, est en réalité la tante de la comédienne Virginia Davis.

Quatre courts-métrages

Les quatre histoires d'Alice présentées dans Alice Comedies sont Le Pestacle de Far West, La Maison Hantée, Alice chef des pompiers et Une journée à la mer.

Première fois

Présent pour la première fois dans La Maison hantée, Julius le chat est le premier sidekick de l'histoire de l'animation.

Restauration numérique

Malavida a retrouvé la trace des Alice Comedies chez Eye, la Cinémathèque néerlandaise, qui les avait restaurées et numérisées à partir des bobines nitrates. Une restauration numérique a ensuite été effectuée.

Influences

A ses débuts, Walt Disney est un admirateur de Charlie Chaplin. Il possède également quelques rudiments en animation, puisés dans les ouvrages de Edwin G. Lutz (Animated Cartoons, 1920) et d’Eadweard Muybridge, célèbre photographe de la fin du XIXe siècle, spécialiste de la locomotion humaine et animale. Il connaît aussi le praxinoscope du Français Emile Reynaud, les films d’Emile Cohl et ceux du pionnier américain Winsor McCay.

Virginia Davis

Première égérie des Alice ComediesVirginia Davis est née le 31 décembre 1918 à Kansas City. Elle commence très tôt à étudier le théâtre et la danse. La légende voudrait que Walt Disney l’ait repérée dans une publicité pour le pain Warneker. Une partie du pilote d'Alice Comedies a été tournée en partie au studio Laugh-O-Grams et chez les Davis.
Après la faillite du studio Laugh-O-Gram, Walt Disney part à Los Angeles et doit convaincre les Davis de le suivre. Ils y voient l’opportunité de lancer la carrière de leur fille et de soigner la tuberculose dont elle souffre grâce au climat californien. Ils ne tardent donc pas à accepter l’offre de Disney. Elle tournera 16 épisodes jusqu’à la fin 1925, date à laquelle le contrat n’est pas renouvelé faute d’avoir trouvé un accord financier avec les Davis. Elle va poursuivre sa carrière d’actrice dans les années 1920, mais Alice restera son plus grand rôle. Premier symbole des studios Disney, où elle a travaillé au département encrage et peintures, elle se verra décerner le titre de Disney Legends en 1988. Elle décède le 15 août 2009 à l’âge de 90 ans.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Solo: A Star Wars Story (2018)
  • Deadpool 2 (2018)
  • Gueule d'ange (2018)
  • La Fête des mères (2017)
  • Everybody knows (2018)
  • Death Wish (2018)
  • Avengers: Infinity War (2018)
  • Mutafukaz (2018)
  • L'Homme qui tua Don Quichotte (2018)
  • En Guerre (2018)
  • Le Fils de Saul (2015)
  • Comment tuer sa mère (2017)
  • Plaire, aimer et courir vite (2017)
  • Monsieur Je-sais-tout (2017)
  • Gringo (2018)
  • Le Cerveau des enfants (2017)
  • Mon Ket (2016)
  • Bienvenue en Sicile (2016)
  • Avatar 2 (2020)
  • Champions (2018)
Back to Top