Notez des films
Mon AlloCiné
    Une chambre en ville
    note moyenne
    3,5
    138 notes dont 26 critiques
    répartition des 26 critiques par note
    9 critiques
    4 critiques
    5 critiques
    1 critique
    4 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Une chambre en ville ?

    26 critiques spectateurs

    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 391 abonnés Lire ses 1 193 critiques

    5,0
    Publiée le 6 janvier 2011
    Continuant d'explorer la filmographie de Jacques Demy, je me plonge avec délice en ce début d'année dans le remarquable Une chambre en ville. Le film est exceptionnel à plus d'un titre. Il constitue d'abord un des plus anciens projets de Demy (1963), qui faillit le réaliser en 1975 avec Deneuve et Depardieu. Il est ensuite, avec Lola, LE film de Demy sur sa ville, Nantes, qui en constitue le décors naturel. Il est enfin un nouveau pari complètement fou qui rappelle Les Parapluies de Cherbourg : complètement chanté, avec des couleurs absolument extraordinaires et une histoire digne des grands opéras. On ne peut qu'être fasciné par l'audace de Demy qui met dans la bouche de Danièle Darrieux les phrases chantées "Tu me prends pour une conne" ou "J'emmerde les bourgeois", dans celle de Piccoli affublé de cheveux roux et d'un costume vert Babar "Tu es ma petite pute", dans celle de Dominique Sanda lui répondant "Salaud, ordure, SS" et dans celle de Richard Berry répliquant à la grande Darrieux "J'en ai rien à foutre". Ce qui surprend, comme toujours chez Demy, c'est que le résultat de ces visions de coloriste, de metteur en scène et de musicien ne sont jamais mièvres, alors que chez n'importe qui d'autre, elle le seraient. Sûrement cela vient-il de ce mélange constant de trivialité / perversité / romantisme / sentiments que Demy distille dans ces films, associé à un montage très nerveux. Dominique Sanda est nue sous sa robe, le spectre de l'inceste envahit Peau d'âne, les 2 héros s'ignorent dans une dernière scène terrible : rien n'est rose, le noir rôde. En 1982, la sortie du film causa une sorte de bataille d'Hernani, 80 critiques de grands journaux se liguant pour se payer une tribune dans le Monde incitant les Français à aller voir le film : « Le film à voir aujourd'hui, c'est Une chambre en ville » (sous-entendu plutôt que L'As des As) et Belmondo y répondant avec une vindicte qui ne l'honore pas dans "Une lettre ouverte aux coupeurs de têtes". Le film prête enfin à toute une interprétation sociologique (il se passe durant les grandes grèves ayant secoué les chantiers navals de Nantes en 1955) assez inhabituelle chez Demy : l'ouvrier, le "métallo" y est écrasé par le patron, mais en plus il est interdit d'amour (et de sexe) avec la bourgeoise. Un film étonnant, ébouriffant, un coup de génie visionnaire, que tout le monde devrait avoir vu. D'autres critiques des films de Demy sur Christoblog : http://chris666.blogs.allocine.fr/
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 242 abonnés Lire ses 1 351 critiques

    4,5
    Publiée le 1 août 2013
    Jacques Demy compose là un casting de choix (R. Berry, D. Darrieux, M. Piccoli, D. Sanda entre autres) dans ce film entièrement chanté. Avec ces deux histoires d'amour tragiques intégrées dans un fond social réaliste et poignant, "Une chambre en ville" se définit comme un moment de cinéma intense, d'une grande richesse. Que dire, d'abord, du choix des couleurs et du jeu de leurs symboliques ! Demy s'attarde sur les multiples fonctions du rouge, du violet, ou encore du bleu. Il invite réellement le spectateur à partager ces allusions et à s'émerveiller devant ce pur travail de mise en scène. Mais il faut aussi parler de l'éblouissante interprétation générale. En effet, les acteurs dégagent une émotion incommensurable grâce à leurs expressions et au lyrisme qui ressort de leur voix. On est en permanence éblouit, à la fois par l'enthousiasme général, et par la cruauté ambiante, associées de façon brillante et naturelle. Un film audacieux et bouleversant, inscrit dans un univers unique.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    5,0
    Publiée le 30 décembre 2008
    Enfin en DVD et restauré.Projeté sur grand écran et avec un bon ampli ce film est fantastique.Plus je le vois ,plus je l'admire et plus il me touche.Tout est beau et derrière le roman photo et la banalité apparente des dialogues se cache la vie (dure)l'amour sage ou fou et l'amitié seul sentiment auquel Demy semble croire.Ca, c'est vraiment le cinéma total et les acteurs peuvent être fiers d'avoir collaboré à ce chef-d'oeuvre même s'ils ont du être doublés (sauf D.D.)pour les dialogues chantés.La réalisation de l'ultime séquence entre Edith (de Nantes) et son mari ne peut s'oublier tant elle est terrifiante,la maitrise du cinéaste y est ici éclatante. Le talent est inné:Demy est né avec une caméra dans son berceau comme Van Gogh avec des couleurs mais il n'est pas d'approche facile aussi faut-il insister un peu pour l'apprécier...C'est avec Jean Gremillon le plus grand metteur en scène français.Le coffret de son intégrale est sans doute le plus beau cadeau du nouvel an qui soit pour les cinéphiles.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 923 critiques

    3,0
    Publiée le 1 février 2019
    Ce drame écrit et réalisé par Jacques Demy en 1982 a quelque peu vieilli. Marques de fabrique du réalisateur, la mise en scène est irréprochable et les décors très colorés. Même si le contexte est différent, son scénario très sombre possède beaucoup de similitudes avec "Les Parapluies de Cherbourg" écrit 20 ans plus tôt. Jacques Demy nous offre une belle reconstitution de l'ambiance des années 60 ; dommage que les dialogues chantés s'adaptent mal à une situation de lutte sociale aussi dramatique. Dommage également que J. Demy n'ait pu obtenir la collaboration de Michel Legrand pour la musique, même si la composition de Michel Colombier reste tout à fait honorable. Outre les excellentes participations de Michel Piccoli et Jean-François Stévenin, ce film nous permet d'apprécier les bonnes prestations d'acteurs de Danielle Darrieux et Richard Berry.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 127 abonnés Lire ses 1 262 critiques

    4,5
    Publiée le 2 février 2011
    Loin désormais de la polémique qui avait enflammé les medias en 1983, maladroitement défendu par la critique face au triomphe populaire d'un Belmondo bien oublié depuis, "Une Chambre en Ville" a donc sa seconde chance d'être vu dans une version convenablement "nettoyée" au sein du beau coffret Jacques Demy... Or, à quoi est-on confronté, au delà de nos souvenirs enchantés d'une séance de cinéma marquante en 1983 ? A l'adaptation téméraire par Demy des codes l'Opéra (lyrisme du chant et des expressions, stylisation des sentiments et des gestes) au sein d'une réalité des plus contemporaines et triviales (... même si on peut se demande rétro-activement pourquoi avoir situé le film dans les années 50 ?)... Ce qui donne l'occasion de moments sublimes (tout ce qui tourne autour de l'amour, comme tout ce qui regarde frontalement la vie quotidienne d'un petit peuple que Demy chérit) comme de situations vaguement loupées (tout ce qui est "drame"). Toujours un OVNI !
    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 389 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Le second film entièrement chanté de Jacques Demy, Une chambre en ville (1982), moins célèbre que Les parapluies de Cherbourg, mérite pourtant des louanges analogues à celles qui avaient accueilli son prédécesseur. Le scénario, à consonnances sociales et fond tragique, donnent une valeur ironique à la forme chantée du film. Les chants, d’abord gais et spontanés, quand tout va bien, se transforment petit à petit en complaintes lancinantes et finissent dans le râle mortel de Richard Berry. Impossible de ne pas louer les acteurs, impeccables dans ce difficile contexte. Un remarquable film d’auteur dans une production française des années 80 souvent commerciale.
    halou
    halou

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 518 critiques

    3,0
    Publiée le 6 janvier 2013
    Histoires amoureuse tragiques sur fond de crise sociale toujours d'actualité. Les acteurs sont bons et expressifs mais les chansons souffrent de paroles peu travaillées et emballent peu le spectateur. Le style opéra est avant tout une histoire de goût.
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 871 critiques

    3,0
    Publiée le 9 octobre 2013
    Une nouvelle chance pour ce film maudit de Jacques Demy. On aimerait aimé sans réserve mais Sanda n'est pas Deneuve et Colombier n'est pas Legrand.
    brandade
    brandade

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 110 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mars 2009
    Immense chef d'oeuvre ou l'on retrouve tout Demy. La lutte de classes y est partout, s'illustrant par la grève des chantiers navaux et les manif de rue ("police milice, flicaille racaille")mais aussi par des rencontres et duos incongrus, comme celui entre la baronne et le metalo ("moi vous savez guilbaud j' emmerde les bourgeois je ne leur appartiens je vais meme vous faire un aveu je vous aime mieux que tous ces bourgeois") Des jeunes filles rougissantes ("c' est comme ça, les Violette") Des Venus en fourrure. Des larmes, du sang, une transgression permanente, un film ou rode l'inceste. Une superbe musique de Michel Colombier, les décors renversants de Bernard Evin. Et un casting étonnant : R Berry idoine, D Sanda mystérieuse à souhait et surtout Darrieux impayable dans le role de la baronne un peu portée sur le gros plant.Un OVNI dans le cinema français, à voir et revoir.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 689 critiques

    5,0
    Publiée le 11 novembre 2011
    Certainement le plus grand film de Jacques Demy, terriblement intriguant et beau.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 951 abonnés Lire ses 3 659 critiques

    3,5
    Publiée le 2 février 2017
    Second film entièrement chanté de Demy si j'ai bien suivi, mais sans Michel Legrand cette fois et franchement ça ne rend pas trop mal non plus. On a à nouveau une histoire d'amour bien tragique, mais cette fois ça me semble un peu moins naturel et un peu plus tiré par les cheveux que pour les Parapluies de Cherbourg. Disons que ça fait un peu beaucoup de coïncidences, de choses qui arrivent au même moment pour que ça soit le hasard. Même si pour le coup ça fait un peu tragédie classique avec l'unité de temps (bon ça se déroule en 24h quelque chose comme ça), l'unité d'action (l'amour entre François et Édith) et même unité de lieu si on considère que Nantes est le lieu, d'ailleurs le film s'ouvre sur un trop long générique montrant le port de Nantes (et puis une grande partie se joue dans l'appartement de la baronne). Et pour ça je peux excuser un peu certains trucs téléphonés qui semblent tous arriver en même temps pour rajouter du tragique jusqu'à plus soif. L'histoire reste assez simple, on a un carré amoureux avec au centre François et Édith qui ont tous les deux de précédents engagements plutôt sérieux, un bébé en route pour l'un et un mariage pour l'autre. Le tout se joue sur fond de grèves à Nantes et je dois dire que les chœurs des manifestants rendent vraiment super bien, notamment à la fin où ça fait très marche funèbre. J'aime beaucoup Piccoli grimé en rouquin pour l'occasion avec un habit vert absolument dégueulasse jouant un mari jaloux, ça lui va tellement bien. Et globalement le casting est plutôt réussi, notamment Dominique Sanda en bourgeoise pète-sec ne demandant qu'à se faire troncher. La photographie est vraiment belle encore une fois, et c'est vraiment les plans sur les manifestants que j'ai le plus appréciés, ils sont là, avançant le drapeau français à la main, c'est finalement un film assez politique derrière l'histoire d'amour. Il est malgré tout question de lutte sociale en arrière plan (bon ça aurait pu être plus corrosif, mais le fait que le CRS ne soit pas l'ennemi, mais juste un obstacle est déjà assez révélateur). On voit aussi la nostalgie de l'ancienne noblesse avec Danielle Darrieux qui joue une baronne se mariant à un Officier, puis voyant sa fille se marier à un commerçant... tout se perd. Et donc malgré le fait qu'il soit un peu tiré par les cheveux, qu'il manque un peu d'émotion dans son couple principal, finalement j'ai trouvé Piccoli et Fabienne Guyon qui jouent tous les deux les amoureux éconduits bien plus émouvant, j'ai passé un bon moment. Et franchement je trouve ça super plaisant de voir un film totalement chanté, ça donne assurément un cachet au film et un petit côté irréel, fantasme que j'aime beaucoup.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 3 117 critiques

    4,0
    Publiée le 2 avril 2015
    On quitte l'univers coloré et presque enfantin des films "enchantés" des débuts pour se retrouver ici dans un film adulte social et dur. A écouter plusieurs fois pour apprécier la musique vraiment différente mais toujours intéressante.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 672 critiques

    5,0
    Publiée le 28 mars 2016
    J'avais raté ce film à sa sortie qui n'était pas arrivé sur les écrans de ma lointaine province, son échec commercial parisien l'ayant privé d'une distribution digne de ce nom. C'est pourtant une oeuvre populaire, unique et bouleversante. Les dialogues chantés se fondent très tôt dans une intrigue passionnante pour devenir parfaitement naturels ; certes, les comédiens sont tous doublés par des chanteurs professionnels, hormis la grande Danielle Darrieux, mais ce doublage est admirablement réalisé et l'intensité de l'interprétation permet de dépasser un procédé qui aurait pu sonner faux aux oreilles des spectateurs. Dominique Sanda et Piccoli sont formidables, tout comme DD déjà citée et Richard Berry trouve vraisemblablement ici le meilleur rôle de sa carrière. Situer cette histoire d'amour impossible dans le cadre d'un conflit social important était un défi pour un metteur en scène comme Demy, dont la filmographie fut toujours assez éloignée du quotidien, et sa réussite absolue n'en est que plus marquante.
    gemini-hell
    gemini-hell

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 395 critiques

    5,0
    Publiée le 18 octobre 2013
    Une ressortie en salle en version restaurée numérique méritait bien le déplacement pour une nouvelle vision (certainement bien au-delà de la cinquantième en ce qui me concerne, quand on aime on ne se lasse pas) d’une des meilleures œuvres de Jacques Demy. L’émotion demeure toujours intacte voire plus intense car la force du récit, la sublime et subtile partition de Michel Colombier ainsi que l’écriture parfaite et la mise en scène inspirée du cinéaste, le tout porté par des dialogues chantés savoureux et mélancoliques, continuent à me séduire inlassablement. Bien moins connue que d’autres films de l’auteur, cette « Chambre en Ville », tragédie amoureuse et sociale, peut et doit être considérée comme étant un classique incontournable du septième art.
    stanley
    stanley

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 680 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2018
    Ultime chef d'oeuvre de Jacques Demy et film maudit voire oublié, Une chambre en ville est un film bouleversant. Michel Colombiers réussit à faire oublier avec le plus grand des talents Michel Legrand au moyen d'une composition musicale éblouissante et des dialogues qui vont à l'essentiel. La grande histoire (les grèves de Nantes) va de pair avec une autre grande histoire, la passion amoureuse poussée à son paroxysme entre ces deux êtres unis pour l'éternité. L'amour à mort, l'amour jusqu'à la mort. Jacques Demy, dont c'est selon moi le meilleur film avec Les parapluies de Cherbourg, s'écarte de tout réaliste ou d'un naturalisme pesant. Les scènes les plus dramatiques sont traitées avec un réalisme minimal mais plutôt stylisées, assez expressionniste, nous sommes dans un univers parfois quasi onirique, les personnages semblant tous détachés de l'action à certains moments. Le cinéaste compose aussi parfaitement le jeu des couleurs, il faut voir la vêture des murs des pièces, bleues, rouges... Comme à son habitude, le cinéaste ajoute à son récit et à ses thématiques une composante assez perverse. Les personnages ne sont, à priori, pas particulièrement sympathiques, en tout cas les trois principaux, volontiers égoïstes et fats. La violence nimbe le climat du film, scènes d'amours passionnées ou violences physiques. Danièle Darrieux est sublime à l'image de Dominique Sanda qui n'a jamais été aussi belle. Un film immense et inoubliable qui sait qu'il y a plus grand et plus important que des revendications ouvrières : l'amour.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top