Mon AlloCiné
    Vita & Virginia
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Vita & Virginia" et de son tournage !

    2ème long métrage

    Chanya Button est née en 1986 à Londres. Elle étudie le théâtre et la littérature à l’université d’Oxford. Elle débute en tant qu’assistante mise en scène dans les plus grands théâtres londoniens (Tricycle, Globe, Bush). Puis elle réalise trois courts métrages remarqués : Frog/Robot (2011), Fire (2012) et Alpha: Omega (2013). Après Burn Burn Burn (2016), Vita & Virginia est son deuxième long métrage, présenté en première mondiale au festival de Toronto 2018. Elle explique : "J’ai toujours adoré Virginia Woolf. Son regard sur le monde a forgé le mien, et c’est grâce à elle que je suis devenue réalisatrice. Eileen a eu l’amabilité de me laisser collaborer au scénario, j’ai donc eu la chance de co-écrire et de réaliser le film."

    Gemma Arterton de la partie

    Vita & Virginia est basé sur les lettres des romancières Vita Sackville-West et Virginia Woolf. C’est Eileen Atkins, l’auteure de la pièce "Vita & Virginia", qui en a parlé à Gemma Arterton. Cette dernière se rappelle : "Il y a quelques années, elle m’a écrit pour me dire que la pièce allait être adaptée au cinéma et qu’elle pensait que je serais parfaite pour le rôle de Vita. Elle m’a envoyé le scénario et je me suis tellement impliquée dans le projet que j’ai décidé de devenir coproductrice. Un soir j’ai parlé du projet à Chanya avec laquelle je passais des vacances, et elle m’a appris qu’elle avait consacré son mémoire de fin d’études à la correspondance et aux essais de Virginia Woolf ! Elle a dépassé toutes nos attentes, c’était la réalisatrice idéale pour ce film."

    Ton contemporain

    Le fait que l’action de Vita & Virginia se déroule dans les années 1920 devait rester secondaire pour Chanya Button. Cette dernière voulait que le ton du film soit contemporain, voire un peu punk. Elle explique : "La relation entre Vita et Virginia était à des années-lumière de son époque, tellement en avance sur son temps... Nous ne voulions donc pas d’un film englué dans le passé. J’ai beaucoup réfléchi aux films qui traitent de génies élevés au statut d’icônes. D’une part, il s’agit très souvent d’hommes, et d’autre part je trouve qu’on a trop souvent le sentiment de simplement regarder une personne intelligente en train de faire preuve d’esprit. Au cours du film, nous entrons petit à petit dans la tête de Virginia, en particulier lorsqu’elle se sent inspirée par Vita et que certaines émotions s’éveillent. Nous avons introduit des visions assez surréalistes, un peu à la manière du réalisme magique, pour montrer à quoi pouvait ressembler le monde à travers le regard de Virginia..."

    Décors authentiques

    Chanya Button a travaillé en étroite collaboration avec Noam Piper, le chef décorateur. Ensemble, ils ont cherché à distiller l’essence des personnages dans leur cadre de vie. La réalisatrice confie : "Tout ce qu’il y avait sur le plateau de Charleston House était dans la maison d’origine. Nous avons seulement réinterprété et réorganisé les choses à notre façon. Recréer ce lieu fréquenté par le Bloomsbury Group était une expérience unique. C’était le repère d’artistes qui voulaient mener leur vie comme ils l’entendaient. C’est un lieu emblématique (qui est en lui-même une oeuvre d’art), un peu une métaphore du film lui-même, qui parle d’une communauté de personnes qui ont façonné leurs vies au service de leurs passions et leurs centres d’intérêt, dans une quête totale de liberté."

    Costumes avant-gardistes

    Etant donné qu'elle était très en avance sur son temps, il était essentiel que Vita soit habillée de la façon la plus avant-gardiste possible. "Elle s’habillait d’une façon assez androgyne, mais cela dépendait des moments : elle pouvait être très féminine lorsqu’elle en avait envie, ou au contraire masculine quand elle s’inventait un personnage. Chanya Button a ainsi suggéré à Lorna Mugan, la chef costumière, d’imaginer Vita comme une punk vivant dans un château et d’ajouter quelques petites excentricités à ses tenues, pour leur donner une pointe d’originalité qu’une personne de son statut social ne se serait normalement pas permis", raconte Chanya Button.

    Période intense chez Vita et Virginia

    Si Vita & Virginia offre un instantané de la période la plus intense de la relation entre Vita et Virginia, le film montre aussi comment Virginia s’est ouverte à sa propre sexualité et comment son rapport au sexe a évolué au contact de Vita. Chanya Button précise : "On associe souvent Virginia Woolf à la fragilité. On se souvient qu’elle s’est suicidée, et qu’elle a lutté toute sa vie contre des démons d’ordre émotionnel ou psychologique. Le film saisit et cristallise au contraire une période de grande force chez cette femme qui va utiliser son intelligence hors du commun pour digérer et surmonter une expérience dont tout le monde disait qu’elle la conduirait à sa perte. C’est justement le moment où Virginia met à profit son talent d’écrivain pour créer une oeuvre prodigieuse, afin de surmonter une crise causée par Vita."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Toy Story 4 (2019)
    • Le Roi Lion (2019)
    • Spider-Man: Far From Home (2019)
    • Anna (2019)
    • Parasite (2019)
    • Yesterday (2019)
    • Ibiza (2018)
    • Beaux-parents (2019)
    • Made In China (2019)
    • Le Daim (2019)
    • Annabelle – La Maison Du Mal (2019)
    • Premier de la classe (2018)
    • Tolkien (2019)
    • Men In Black: International (2019)
    • Aladdin (2019)
    • Comme des bêtes 2 (2019)
    • Nevada (2019)
    • Child's Play : La poupée du mal (2019)
    • Fast & Furious : Hobbs & Shaw (2019)
    • X-Men : Dark Phoenix (2019)
    Back to Top