Mon AlloCiné
Gauguin - Voyage de Tahiti
Note moyenne
3,0
26 titres de presse
  • Femme Actuelle
  • Ouest France
  • Elle
  • Le Dauphiné Libéré
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Parisien
  • Le Point
  • Studio Ciné Live
  • Sud Ouest
  • Bande à part
  • Le Journal du Dimanche
  • Les Fiches du Cinéma
  • Positif
  • Première
  • Rolling Stone
  • Télé 7 Jours
  • Voici
  • La Croix
  • Le Figaro
  • Le Monde
  • L'Express
  • Libération
  • Marianne
  • Télérama
  • Critikat.com
  • Les Inrockuptibles

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

26 critiques presse

Femme Actuelle

par Amélie Cordonnier

Vincent Cassel prête à merveille son charme de baroudeur cabossé au personnage de Gauguin.

Ouest France

par Christophe Narbonne

Vincent Cassel apporte au personnage un feu intérieur impressionnant.

Elle

par La Rédaction

C'est le film biographique de la rentrée, dans lequel Vincent Cassel incarne Paul Gauguin avec flamboyance.

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Pour échapper aux traditionnelles reconstitutions académiques des biopics de peintre, Edouard Deluc mise sur un Vincent Cassel au visage buriné, en aventurieur d’un éden perdu et retrouvé dans la forêt, la chaleur et l’océan des îles : le choix est judicieux.

Le Nouvel Observateur

par Bernard Genies

Tournée à Tahiti, cette épopée sentimentale et artistique concilie la majesté des décors et une quête intime, rythmée par la présence d'une nature puissante et celle d'un monde où rôdent parfois, dans la nuit, les fantômes d'esprits maléfiques.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Parisien

par Yves Jaeglé

Le réalisateur Edouard Deluc trouve le ton juste, sans emphase, pour raconter le premier voyage de Paul Gauguin à Tahiti en 1891.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Le Point

par Florence Colombani

Avec son visage cabossé et sa haute silhouette, Cassel s'impose avec évidence dans un personnage dépouillé de tout artifice. Si le film est parfois menacé par l'illustratif, l'acteur est âpre, habité, et emporte le spectateur (...).

Studio Ciné Live

par Thomas Baurez

Une belle réussite.

Sud Ouest

par Sophie Avon

L'occasion pour Vincent Cassel d'interpréter une partition de rêve à laquelle il apporte sa silhouette affamée et son beau visage au couteau.

Bande à part

par Olivier Pélisson

Une balade magnétique, sauvage, poétique. Vincent Cassel dans son plus beau rôle.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Le Journal du Dimanche

par Barbara Théate

Le film cherche l’épure pour mieux montrer le combat de Gauguin face à lui-même et à une nature qui le fascine et le dévore en même temps.

Les Fiches du Cinéma

par Nicolas Marcadé

Un portrait qui peut parfois manquer un peu de chair, mais qui reste juste, sensible et élégant.

Positif

par Jean-Loup Bourget

Au crédit du film, le tournage à Tahiti, le choix de Tuheï Adams, sobre et convaincante dans le rôle de la vahiné (...), le recours à la langue et aux choeurs tahitiens. (...) On sera plus circonspect sur la façon dont Vincent Cassel semble modeler son Gauguin sur Gainsbourg dernière manière, hirsute, alcoolique, autodestructeur.

Première

par Christophe Narbonne

Le résultat, entre ultra réalisme convaincant et contemplation un peu vaine, vaut avant tout pour la prestation hors normes de Vincent Cassel, amaigri et vieilli, qui parvient à rendre concrète la solitude abyssale de l’artiste.

La critique complète est disponible sur le site Première

Rolling Stone

par Jessica Saval

Bien que ce Voyage de Tahiti soit une réussite tant filmique que picturale, on regrettera néanmoins une trop grande mise en abîme d’une œuvre colossale, reléguée en toile de fond quand elle aurait pu servir d’élégante conclusion.

La critique complète est disponible sur le site Rolling Stone

Télé 7 Jours

par Isabelle Magnier

On aurait aimé un supplément d'éléments de biographie pour saisir pleinement la complexité de l'homme, de l'artiste et de son oeuvre. Toutefois, ce voyage crépusculaire et sensoriel au coeur de sa peinture envoûte, loin des clichés idylliques attachés à Tahiti.

Voici

par Lola Sciamma

Un film suspendu hors du temps, silencieux.

La Croix

par Sabine Gignoux

Malheureusement, la caméra agace en forçant trop souvent le trait, à l’image de ce premier plan sur le visage de Cassel, ahanant en portefaix ! En figure sacrificielle, quittant sa famille et ses amis, ruinant sa santé pour son art, ce Gauguin-là ne convainc qu’à demi.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

Le Figaro

par Etienne Sorin

Deluc veut donner à tout ça un petit air de western. Il cite Jeremiah Johnson de Sydney Pollack et Le Nouveau Monde de Terrence Mallick. Des références un peu trop grandes pour lui.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Monde

par Jacques Mandelbaum

Plus de contexte, de sens accordé à l’époque et à la peinture auraient permis de mieux embrasser cette expérience.

L'Express

par Christophe Carrière

Ce n'est donc pas un biopic, mais plutôt une tranche de vie du parcours du peintre, à la fois enrichissante et douloureuse. Un choix assez original et intéressant, sauf qu'Edouard Deluc, parce qu'il se focalise sur les impressions de l'artiste, élude les explications et ne s'adresse qu'à un public d'initiés.

Libération

par Guillaume Tion

Le film d’Edouard Deluc narre de façon trop sage et scolaire le voyage à Tahiti du peintre avec un Vincent Cassel hirsute et prévisible.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Marianne

par Olivier de Bruyn

Un film ambitieux mais boursouflé, qui est loin, très loin, d'atteindre le niveau des meilleurs biopics, comme "Van Gogh", ou "Mr Turner", de Mike Leigh.

Télérama

par Pierre Murat

Reste une belle performance d’acteur, noyée, hélas, dans une mollesse qu’on aimerait bien secouer, comme la célèbre boisson orangée, pour lui rendre pétillement et saveur.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Critikat.com

par Thomas Chour

Le film tombe dans le piège qui guette la plupart des biopics compassés : se contredire en mettant en scène l’avant-garde dans un style des plus académiques. Et en l’absence d’une écriture un minimum complexe, Gauguin finit par rendre très mal à l’aise à force de préjugés et de poncifs d’un autre âge.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Les Inrockuptibles

par Serge Kaganski

On peut apprécier en théorie ce refus du spectaculaire mais l’ennui finit par dominer. (…) CQFD : la peinture de Gauguin demeure beaucoup plus puissante que le film qui lui est consacré.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top