Notez des films
Mon AlloCiné
    Bangkok Nites
    note moyenne
    3,7
    46 notes dont 4 critiques
    répartition des 4 critiques par note
    1 critique
    2 critiques
    0 critique
    0 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Bangkok Nites ?

    4 critiques spectateurs

    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    1,5
    Publiée le 4 décembre 2017
    Au cœur de la capitale thaïlandaise existe un quartier rouge destiné à la clientèle japonaise. Luck en est une des reines. Elle y travaille pour subvenir aux besoins de sa famille qui vit dans une région reculée du pays, à la frontière du Laos. Luck retrouve Ozawa, un ancien client japonais qui s'est installé en Thaïlande. Ils entreprennent ensemble un long voyage à l'intérieur du pays. "Bangkok Nites" est un OFNI : un objet filmique non identifié. Un film qui ressemble à un documentaire ; un documentaire qui voudrait se faire passer pour un film. Son sujet est bigrement exotique. Il ne s'agit pas de filmer les bordels de Bangkok, mais d'en filmer une dimension méconnue : les bordels spécialisés dans la clientèle japonaise - dont les prostituées parlent le japonais avec une aisance à faire pâlir d'envie une secrétaire trilingue. On sent que Katsuya Tomita - qui interprète lui-même le personnage d'Ozawa - a payé de sa personne pour documenter son sujet. L'histoire d'Ozawa, c'est un peu la sienne : celle d'un expatrié qui s'est perdu en chemin, plus tout à fait japonais, jamais vraiment thaï. L'histoire de Luck, c'est l'agrégation des mille et une histoires qu'il a recueillies de la bouche même des prostituées de Bangkok et de Pattaya. La démarche est stimulante. Elle a le mérite de l'authenticité. On est loin d'une Thaïlande de carte postale sans verser pour autant dans le misérabilisme ou dans le voyeurisme. Mais son résultat ne convainc pas. "Bangkok Nites" dure plus de trois heures. Cette durée excessive se justifierait si elle était au service d'un projet cohérent. Mais elle révèle hélas plutôt un manque de maîtrise et de travail : comme si on nous montrait une succession interminable de rushes, pas toujours bien joués, mal éclairés, pas scénarisés. La conclusion déchirante de "Bangkok Nites" ne suffit pas à racheter l'ennui voire la somnolence que cette errance trop longue provoque chez le plus courageux des spectateurs.
    Miltiade
    Miltiade

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 178 critiques

    4,0
    Publiée le 19 janvier 2018
    Le film commence fort : dès la scène d’ouverture, on est dans la sidération. Les premières minutes exposent brillamment les mécaniques de la société qui sera décrite tout au long du film, avec une mise en scène faussement simple à la grande puissance visuelle. Après cette embardée initiale, le film se calme en gardant un rythme égal, pendant que la mise en scène fait lentement évoluer le portrait social, qui semblait coller au présent le plus contemporain (déjà très riche), vers un portrait à plusieurs composantes, d’une grande profondeur. Le réalisateur réussit en effet à faire surgir (parfois littéralement) de sa description du présent ses racines historiques, dans une construction subtile, complexe et très belle.
    arthur s.
    arthur s.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 83 critiques

    4,0
    Publiée le 20 novembre 2017
    film très réaliste décrivant une vision d'un bangkok vu à travers une prostituée libre opiniatre et tres dur avec son entourage et ses clients. une peinture tres acide des relations avec les clients japonais. au bout d'un moment on a l'impression que l'histoire est vraie et que l'on est dedans. filmé de maniere remarquable. film tres fort
    Franck P.
    Franck P.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 25 novembre 2017
    Tout simplement un chef d'œuvre réalisé avec une grande beauté esthétique sur la nuit bangkokoise et l'omniprésence de la prostitution. L'histoire de deux paumés aux marges de la société globalisée, deux perdants du grand casino : Luck, la prostituée isaan et Ozawa, le japonais exilé qui survit de débrouilles. L'histoire de deux solitudes qui rappelle les romans de Poupart qui immergent le lecteur de l'autre côté du miroir lisse des jolies Thailandaises ou de Guénier qui dépeint l'Isaan des filles de bar avec un oeil si photographique. .
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top