Mon AlloCiné
The Captain - L'usurpateur
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "The Captain - L'usurpateur" et de son tournage !

Un Allemand courtisé par Hollywood

Si Robert Schwentke est d'origine allemande, c'est aux États-Unis qu'il connaît le succès. Après des premiers films primés dans son pays natal, il décolle pour Hollywood en 2005 où il signe le thriller Flight Plan avec Jodie Foster. Suivent la romance fantastique Hors du tempsRed avec Bruce Willis et Morgan Freeman et R.I.P.D. Brigade fantôme. On lui doit également les deux derniers volets de la saga Divergente : Divergente 2: l’Insurrection (2015) et Divergente 3: Au-delà du mur (2016).

Note d'intention

Avec The Captain - L'Usurpateur, le réalisateur a souhaité se pencher sur les brutalités commises lors de la Secondes Guerre mondiale en les replaçant dans leur contexte : "Selon nos normes sociales actuelles, les actes commis semblent anormaux, psychotiques, horribles. Mais l’horreur est un concept moral, non analytique. Pour expliquer les actes de Willi Herold, il nous faut comprendre le monde dans lequel il vivait, et non pas notre monde. Il faut dépasser nos principes moraux, imaginer ce qu’il vivait et ressentait. Notre but n’est pas de justifier ou de pardonner les actions d’Herold en les conceptualisant, ou même pire, en jouant sur le relativisme moral. Il s’agit plutôt de comprendre les circonstances historiques dans lesquelles elles se sont produites, et de parvenir ainsi du général au particulier. Le comportement inadmissible d’Herold dans un contexte historique particulier laisse entrevoir un bout de vérité sur la condition humaine en temps de guerre."

Görliwood

Le tournage de The Captain - L'Usurpateur s’est déroulé en 41 jours entre février et avril 2017 près de Wroclaw en Pologne, ainsi qu’à Görlitz et ses alentours en Allemangne. Ironiquement appelée “Görliwood”, cette modeste ville, comptant moins de 60 000 habitants, est devenue un lieu de tournage convoité des productions hollywoodiennes, ayant notamment accueilli les équipes de The ReaderInglorious Basterds et The Grand Budapest Hotel.

Histoire vraie

The Captain - L’Usurpateur est basé sur l'histoire réelle du soldat allemand Willi Herold qui, après avoir été séparé de ses troupes le 3 avril 1945, trouve à l'intérieur d'un véhicule abandonné un uniforme de capitaine, bardé de médailles de guerre de la plus haute distinction, dont celle de la Croix de fer. Assez vite, il se retrouve à la tête d'un groupe de soldats qu'il rencontre en chemin et commandera jusqu'à environ 80 hommes, dont 12 l'accompagneront jusqu'à la fin. Surnommé le “Pendu de l’Emsland” (“Henker vom Emsland”), Willi Herold tue lors de son périple près de 170 personnes, prétextant avoir reçu des ordres d’Adolf Hitler lui-même. Malgré l’absence de preuve écrite, tous les officiers le croient sur parole. Finalement démasqué et arrêté par la police militaire allemande, il est condamné à mort le 29 août 1946 à l'âge de 20 ans.

Film d'époque

Le réalisateur a lu de nombreux ouvrages sur l’histoire, la psychologie ainsi que des quantités de journaux et de romans bon-marché de l’époque pour tenter de comprendre les événements que retrace le film : "J’ai lu le dernier dossier existant sur cette affaire dans les archives d’Oldenburg. J’ai visité le mémorial du camp d’Emsland - où un ancien prisonnier avait construit, de mémoire, une miniature du camp. Les proportions étaient délibérément inexactes, les tours trop hautes, les clôtures trop épaisses et la porte incroyablement épaisse également. Il s’agissait d’une vision subjective et non factuelle du passé. Cela m’a profondément affecté et semblé plus vrai qu’une maquette à l’échelle."

Un tournage éprouvant

Tous les acteurs du film ont craqué pendant le tournage, notamment lors des scènes se déroulant dans le camp. Ainsi, Max Hubacher s’est retrouvé en état de choc lors de sa visite dans les baraques de détention tandis que Bernd Hölscher s’est mis à pleurer lorsque son personnage tire sur les prisonniers entassés dans la fosse. Le réalisateur raconte : "Nous ne l’avons pas montré, mais il y avait toujours des personnes au fond de la fosse. Je leur avais demandé d’implorer la pitié. Certains l’ont si bien fait que lorsque j’ai crié « Coupez », Bernd Hölscher s’est mis à pleurer. Cela a été très difficile pour lui de continuer le tournage ce soir-là."

En noir et blanc

Le réalisateur s'explique sur son choix de tourner en noir et blanc : "Lorsque Scorsese préparait Raging BullMichael Powell lui suggéra de tourner le film en noir et blanc, en raison de l’énorme quantité de sang déversée lors des scènes de combat. Scorsese réalisa que l’utilisation du noir et blanc permettrait à son public de voir au-delà du sang et ainsi se focaliser sur le vrai propos du film, ce que la couleur n’aurait pas permis. Pour cette même raison, nous avons tourné le film en noir et blanc."

Récompenses

The Captain a reçu le Prix du Jury de la meilleure photographie au San Sebastian Festival. Il a également été primé au Festival de cinéma Européen des Arcs où il a reçu le Prix du Jury Jeune, une mention spéciale du jury presse et le Prix 20 minutes d'Audace.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Sans un bruit (2018)
  • Le Doudou (2017)
  • Jurassic World: Fallen Kingdom (2018)
  • Les Indestructibles 2 (2018)
  • Bécassine! (2018)
  • Ocean's 8 (2018)
  • Budapest (2017)
  • Hérédité (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Une prière avant l'aube (2017)
  • La Ch’tite famille (2018)
  • Le Cercle littéraire de Guernesey (2018)
  • Duo d'escrocs (2013)
  • Solo: A Star Wars Story (2018)
  • How To Talk To Girls At Parties (2017)
  • Midnight Sun (2018)
  • Deadpool 2 (2018)
  • Ma Reum (2017)
  • Désobéissance (2017)
  • Jericó, le vol infini des jours (2016)
Back to Top