Notez des films
Mon AlloCiné
    Timgad
    note moyenne
    3,5
    22 notes dont 7 critiques
    répartition des 7 critiques par note
    2 critiques
    2 critiques
    1 critique
    0 critique
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Timgad ?

    7 critiques spectateurs

    Marie-Noëlle L.
    Marie-Noëlle L.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 60 critiques

    3,0
    Publiée le 10 octobre 2016
    Comédie sans prétention découverte au festival du Film Francophone de Namur, ce premier film d'un réalisateur algérien nous entraîne au sein d'un village pittoresque et de sa mythique équipe de football junior. Film plaisant sans plus à voir en famille pour un bon moment de détente et d'éclats de rires.
    le.toaster.volant
    le.toaster.volant

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    1,0
    Publiée le 28 décembre 2016
    Raciste, caricatural, moralisateur... les mots me manquent pour qualifier la violence symbolique de ce film qui, n'ayons pas peur de le dire, est néocolonialiste. Les Algériens y ont l'image de demeurés à moitié civilisés (à commencer par l'instituteur) : ils sont violents (l'instit frappe ses élèves, les mères leurs enfants - quand elles n'égorgent pas joyeusement les poulets à mains nues), ignorants (ils sont analphabètes, ils font des graffiti sur les ruines antiques...), voleurs, menteurs, croyants seulement quand ça les arrange... Heureusement, un "Arabe" a eu le bonheur extrême d'être au contact avec la civilisation française (normal, il est beur). Evidemment, c'est de lui que toute la lumière vient (il est archéologue, boit de l'alcool, sait faire du foot comme personne...). C'est le seul "non chien" du village (dixit l'héroïne du film). En parallèle, plein de "leçons" mal placées sur la laïcité de l'école (qui ne fait pourtant débat qu'en France), la place de la femme dans la société, le véritable "Islam" (vs. le terrorisme)... En fait, ce film, c'est un film sur la France, pas sur l'Algérie. Il faudrait un jour que les Français gèrent leur problème d'identité sans devoir massacrer celles des autres. Ce d'autant plus que la France, pays au passé colonialiste et esclavagiste, est pour grande partie à la source des problèmes de l'Algérie (et de l'Afrique), dont le film critique le gouvernement pourtant soutenu aveuglément par le leur. Le même regard hallucinant et halluciné est porté sur la France dans Polina (une pauvre petite danseuse russe voit son âme sauvée par la découverte de la danse contemporaine française...) Je précise que je ne suis ni français, ni algérien... ce qui me donne à mon sens un certain regard neutre sur le film. Ce film saura sans doute satisfaire les septuagénaires et octogénaires nostalgiques du temps des colonies.
    hayet L.
    hayet L.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2016
    Très beau conte moderne. Très pétillant et optimiste. Avec des acteurs touchants. De images de l'Algérie et de la ville de Timgad. A aller voir entre amis ou en famille.
    gazbunap
    gazbunap

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

    4,5
    Publiée le 22 décembre 2016
    l'amitié c'est parfois compliqué, difficile, risqué. je suis allé à séance de 17 heures à l'espace saint michel (seule salle à paris) voir le film de mon ami fabrice benchaouche, "timgad". dilemme: allais-je pouvoir conseiller, par amitié un mauvais film à mes autres amis au risque de les décevoir? ben non!," timgad" est un film de bonheur, on dit toujours d'un premier film, "qu'il n'est pas maitrisé", faux! une magnifique utilisation du scope, une photo superbe, des comédiens très bien dirigés, une b.o qui pétille, un scénario, des dialogues maitrisés, ciselés. un truc sans prise de tête ou message lourdingue. une comédie méditerranéenne. pagnol, risi, scola, tornatore, et surtout comencini ne sont pas loin. des acteurs épatants, des mouflets sans tête à claques. si le public ne vient pas dès le début, le film sera déprogrammé; comme l'ont été mes autres coup de coeur 2016; "parfum de printemps" de ferid boughedir et "me, before you" de thea sharrock, ou alors jamais disrtibués comme "la télé arrive" du tunisien moncef dhouib (une merveille de rigolade jouissive). donc, allez-y, maintenant, toutes et tous, en masse! je prend l'engagement: si cela ne vous a pas plus, si vous n'avez pas ri, si vous n'avez pas été émus, envoyez moi votre preuve de ticket, je vous rembourse. j'ai dit!
    Mehdi G.
    Mehdi G.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 2 avril 2017
    « Timgad, le premier long métrage du Français Fabrice Benchaouche est un concentré de clichés étalé sur une centaine de minutes. C’est un film français tourné en territoire algérien pour donner des leçons aux Algériens » c’est l’introduction de l’Article de Fayçal Métaoui à propos du film Timgad après sa projection en avant-première à Alger. Ce court extrait suffit amplement à refroidir les ardeurs de ceux qui voulaient aller jusqu’à Alger pour voir le film et confirme qu’il s’agit bel et bien d’un navet. Cependant il est intéressent de voir quel regard porte un cinéaste français, sur un petit village auressien, et donc sur les chaouis . « Il n’y a presque rien à Timgad : Rien ?, écrit le journaliste d’El Watan, sauf des ruelles poussiéreuses, une boutique où la limonade a la couleur du sanibon et où le Pepsi Cola est une boisson de luxe, et des maisons qui ressemblent à des épaves. A Timgad, au milieu des années 2000, selon le propos de ce film bourré de stéréotypes, les enfants n’ont pas de quoi s’acheter des maillots ou des chaussures de foot. Le petit Mustapha a récupéré un gros sac de chaussures, tombé d’un camion. Un sac qui, curieusement, porte le sigle de l’Unesco ». Le journaliste regrette que les dialogue dans ce long métrage financé à 30 % par l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel (AARC), ait étés « à 90% en français, l’arabe algérien n’ayant été utilisé que comme un accessoire exotique ». Et les chaouis, des éternels observateurs ! Dans une interview, le réalisateur dit avoir choisi Timgad non pas pour sa beauté, mais parce que la ville est une preuve de l’existence «d’une trace latine» au Maghreb d’où le nom de l’équipe de foot « Juventus Timgad » ! Dans cette histoire il y a un grand absent : Le Chaoui ! Ni la langue, ni aucun autre aspect de la personnalité chaouie n’apparait dans ce film qui pourtant décrit la vie quotidienne d’un village de l’Aurès. Il semble qu’à limage du festival de Timgad, dans le film éponyme, les chaoui ne soit que des simples observateurs. l'avis du Chaoui Jugurtha Hanachi, numiden.com
    DonVincente
    DonVincente

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,5
    Publiée le 27 décembre 2016
    Enfin un film sans prétentions qui vous rend heureux. Très très joli premier film avec du fond et surtout empreint d'humanisme. Le réalisateur porte un regard tendre sur ses personnages. Il les aime et cela se voit. Bravo à l'ensemble de la distribution. On pense à Pagnol bien sur, dans une version moderne, algérienne et renouvelée. Ce conte de village empli de tendresse, de rires et de gravité, parfois, vous redonnera espoir en l'homme dans ces temps incertains. Petit bijou à voir en famille bien sur. Présent dans une seule salle sur Paris, en temps que spectateur, je trouve cela scandaleux. Allez-Y les yeux fermés et ouvrez-les au début de la projection. Que du Bonheur.
    LuluRoche
    LuluRoche

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 14 janvier 2017
    Un film empreint de fraîcheur, d'humour, de partage, et d'humanité, le tout avec une pointe de sport et d'amour : vraiment très très bien !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top