Mon AlloCiné
    Le Dernier Vice-Roi des Indes
    note moyenne
    3,8
    713 notes dont 82 critiques
    10% (8 critiques)
    41% (34 critiques)
    32% (26 critiques)
    9% (7 critiques)
    6% (5 critiques)
    2% (2 critiques)
    Votre avis sur Le Dernier Vice-Roi des Indes ?

    82 critiques spectateurs

    J-C D.
    J-C D.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 45 critiques

    4,0
    Publiée le 7 juillet 2017
    J'ai eu l'impression de voir défiler à l'écran le livre " Cette nuit la liberté" de Dominique Lapierre et Larry Collins, ( à lire et à relire), avec, en plus, une romance entre gens simples, qui ajoute une touche d'humanité à ce film politico-historique. spoiler: Egalement, en énorme sus du livre, l'explicitation de la scission entre l'Inde et le Pakistan voulue en secret par Churchill. . Impeccablement réalisé et interprété, c'est un beau film enrichissant et distrayant qui en rajoute à la réputation de la perfide Albion.
    Padami N.
    Padami N.

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 17 critiques

    3,5
    Publiée le 8 juillet 2017
    bon film instructif avec de belles images; une histoire romanesque se déroulant dans la gtande histoire la mise en scène semble classique ou manque d originalité.les avteurs sont justes.... une serie sur le sujet m'intéresserait davantage
    totyzam
    totyzam

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 6 juillet 2017
    Film qui a le mérite d évoquer un sujet peut être peu connu en France. Cependant, à noter que c est un film et non un documentaire d investigation. La réalisatrice porte son regard sur cette période sensible de l'Histoire.
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 139 critiques

    4,5
    Publiée le 7 juillet 2017
    Quand un scénario tiré de l'Histoire avec un grand H s'avère finalement relever du plus implacable thriller. Ce récit prend en effet le parti de montrer que, derrière les apparences, les différents acteurs de ce passage de l'Inde à l'indépendance n'étaient pas aussi libres de leurs décisions et intentions mais peu ou prou manipulés en arrière-plan par la puissance occupante qui se retirait et qui pensait et calculait en termes de géopolitique. Autour des leaders nationalistes indiens entrés dans l'Histoire, on reverra bien entendu Gandhi dans cette reconstitution et on repensera au film du même nom (1982), puisque sur le fond il s'agit des même événements, des mêmes controverses, des mêmes drames mais cette-fois sous l'angle de vue de Lord Mountbatten. Le style narratif permet aussi de croiser la vision du personnage politique (le Vice-Roi) avec la perception de la population indienne au travers des serviteurs du palais, témoins des rencontres et des tractations et aspirant, les uns et les autres, à prendre en mains la destinée de leur Nation. Mais pas tous sous le même drapeau, comme l'Histoire (pour ne pas dire l'Occident) le décida finalement. C'est sobrement et efficacement expliqué avec, de temps en temps, quelques authentiques images d'archives. Et cette prédiction dans un dialogue à l'adresse de ceux qui avaient finalement tiré les ficelles : vous finirez par le payer très cher. De quoi faire réfléchir aux événements qui agitent le monde aujourd'hui.
    Rainfall_Shadow
    Rainfall_Shadow

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 122 critiques

    3,0
    Publiée le 9 juillet 2017
    si l'on met de côté là bête histoire d'amour (telephonée), cette petite histoire qui s'insère dans la grande histoire de l'indépendance puis de la partition de l'Inde n'est pas mauvaise. Ce film s'attache à décrire l'impossible cohabitation entre hindous et musulmans suite au projet d'indépendance. à voir pour le côté historique souvent oublié et les véritables gagnants de cette indépendance...
    jaggg
    jaggg

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 85 critiques

    4,5
    Publiée le 9 juillet 2017
    Comment Roméo et Juliette pourront-ils jamais vivre dans un même foyer s’il est impossible de jamais concilier les Capulet et les Montaigu ? A plus forte raison quand pareille tragédie se joue sur le plan d’un pays dont la population est supérieure de 18 fois à celle de la France ? Film magnifique qui nous plonge dans la période chaotique précédant l’indépendance de l’Inde, faite de tractations truquées, de manipulations, de choix cornéliens, de déchaînements de haines raciales, et surtout aboutissant à un drame humain effroyable, près d’un million de morts rien que dans l’été 1947, conduisant à la plus grande marée d’exilés : 15 à 20 millions de personnes sur les routes, dont beaucoup moururent de faim et de soif. Une question se pose : pourquoi ce film a-t-il été si chichement distribué en France ?
    Louise Q
    Louise Q

    Suivre son activité 6 abonnés

    3,0
    Publiée le 9 juillet 2017
    On peut quand même regretter la partialité historique et le petit côté mièvre: les mountbatten sont les gentils, les gars! Ils ont pas voulu tuer plusieurs dizaines de millions de personnes avec la pire erreur de l'histoire politique. Non non non! C'est Churchill le méchant de toute façon....
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 275 abonnés Lire ses 1 100 critiques

    2,5
    Publiée le 14 juillet 2017
    La très cosmopolite Gurinder Chadha (née au Kenya, pas encore indépendant, cette Indienne, qui a la nationalité britannique, est mariée à un citoyen américain d'origines nipponne et... basque ) entend avec ce "Viceroy's House" rendre hommage à une vaillante grand-mère, victime de la partition de l'Inde, en 1947/48 (comme nous l'indique la dédicace finale du film). Ce faisant, elle déroule, sur une trame historique (l'Empire britannique se sépare, dans la douleur et le sang, d'un de ses fleurons, les Indes - sous la houlette du héros de guerre, le lord-amiral Louis Mountbatten, "Mountbatten of Burma", arrière-petit-fils, par les femmes, de la reine Victoria, et oncle de Philip, futur duc d'Edimbourg et mari d'Elizabeth II), une romance quasi-bollywoodienne entre l'Hindou "Jeet" et la Musulmane "Aalia", deux membres du personnel de la "Maison du Vice-Roi". Le lien entre l'Histoire (où l'on croise donc les Mountbatten, mais aussi Nehru, Gandhi, Jinnah, dont la Ligue musulmane obtient la création du Pakistan... et évoque Churchill ou Attlee) et petite histoire (la lutte entre les communautés symbolisée par les affres des Roméo et Juliette du sous-continent) n'est pas franchement réussi, le montage peu fluide.... Ce qui gâte l'ensemble, filmé "entre deux chaises", pourrait-on dire. On regrettera aussi que le rôle du vice-roi ait été confié à Hugh Bonneville (le hobereau campagnard de "Downton Abbey"), si loin du vrai Mountbatten, archétype du grand aristocrate, au physique comme au moral (qui sera lâchement assassiné par l'IRA, en 1979 - dans l'explosion de son bateau de pêche, qui tuera aussi un de ses petits-fils, et un jeune Irlandais, membre de l'équipage, deux ados de 14 et 15 ans, et encore la grand-mère paternelle du premier, et blessera aussi grièvement les parents et le jumeau de ce dernier). L'Américaine Gillian Anderson (élevée en Angleterre) réussit mieux, en Edwina Mountbatten, ainsi que les "locaux" jouant les amoureux contrariés (bien que beaucoup trop âgés pour les rôles annoncés).
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 27 abonnés

    1,0
    Publiée le 10 juillet 2017
    Mauvais - long et d'une mièvrerie... bref un navet tout juste digne du nanar du Dimanche soir de TF1 ! Même pas envie d'en dire plus car il n'y a rien a en dire. Passez votre chemin ou à la limite retrouvez votre DVD du Gandhi d'Attenborough.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 147 critiques

    4,0
    Publiée le 8 juillet 2017
    Après 300 ans de suprématie anglaise, l'heure est enfin venue pour l'Inde d'accéder à l'indépendance. Nous sommes en mars 1947 à Delhi à l'heure où le palais du vice-roi s'apprête à accueillir avec faste Lord Moundbatten et sa famille. Nommé dernier vice-roi des Indes, celui-ci est chargé de préparer cette transition et d'en négocier les conditions afin que, si possible, tout se déroule sans violence. Malheureusement, dans un pays aussi complexe que l'Inde, la tâche s'avère rapidement très ardue. Des conflits interreligieux ne tardent pas à éclater, des exactions sont commises ici et là, des émeutes se propagent. Il faut négocier âprement avec Nehru, Gandhi et Jinnah, le leader des musulmans. On le sait, malgré la volonté de Gandhi d'en sauvegarder l'unité, l'Inde ne se libèrera pas de la présence anglaise sans se diviser en créant un nouvel état, le Pakistan. Mais quelles dimensions lui donner ? Où le situer ? Sur quels territoires ? Comment en tracer les frontières ? Lord Moundbatten et ses conseillers ne sont pas au bout de leurs peines.... Cette grande fresque historique, la réalisatrice, s'appuyant sur le prodigieux savoir-faire des productions de la BBC, l'a parfaitement reconstituée, dirigée et filmée. Tout est rigoureusement agencé et l'on ne peut qu'être impressionné par les images projetées sur l'écran. Il y a néanmoins un gros risque à éviter quand on fait un film de ce genre : c'est celui de la reconstitution si précise qu'elle paraît empesée, affectée, sans âme. Or ce piège, la cinéaste le contourne assez habilement en accordant une part importante du scénario non seulement à Lord Moundbatten (très bien interprété par Hugh Bonneville, un acteur que tous ceux qui ont vu et apprécié la série télévisée « Downtown Abbey » auront un grand plaisir à retrouver), mais aussi à son épouse Edwina (Gillian Anserson), une femme dont le regard empli d'humanité et de compassion enrichit grandement le film et suscite l'empathie. Et puis, dans cette grande histoire de tractations politiques qui entraînent les déplacements de millions de personnes d'un territoire à un autre, il y a l'histoire de deux individus, de deux des serviteurs du palais du vice-roi, un jeune homme hindou et une jeune femme musulmane : Jeet et Aalia. Ils s'aiment, mais ont-ils la possibilité de concrétiser leur amour par un mariage et une vie commune ? Le père de la jeune femme a beau avoir séjourné en prison au point d'en avoir perdu la vue mais aussi d'y avoir reçu les secours de Jeet, non seulement il ne lui vient pas à l'esprit que ce dernier puisse épouser sa fille, mais il a déjà élu un autre prétendant. L'histoire d'amour contrariée à laquelle nous confronte le film peut paraître très peu originale, elle n'en est pas moins touchante et apporte ce qu'il faut en termes d'émotion à ce qui risquerait, sans cela, de n'être qu'une intimidante et froide reconstitution de l'Histoire avec un grand H. Tel qu'il est, ce film, au contraire, paraît assez équilibré et suscite tout du long un constant intérêt. 8/10
    Jakob D.
    Jakob D.

    Suivre son activité 2 abonnés

    0,5
    Publiée le 6 juillet 2017
    Film d'une rare nullité. Point de vue subrepticement colonialiste (pauvre vice-roi, lui qui voulait vraiment tout faire pour ces pauvres Indiens), et psychologiquement grossier (j'ignore dans quel univers de tels échanges, d'une rare niaiserie, sont échangés entre diplomates de haut rang). La palme revient sûrement à Edwina Mountbatten (dont on a soin de nous cacher la liaison avec Nehru), qui est assez aimable pour rappeler paternellement (et de la manière la moins naturelle possible) l'état misérable des Indes en 1947. Mais le plus révoltant, pour n'importe qui ayant mis un pied en Inde (ou ayant regardé un quelconque reportage de la BBC), reste l'occidentalisation de la romance entre le jeune hindou et la jeune musulmane. Caricature de Roméo et Juliette, au point qu'ils en viennent à communiquer exclusivement en anglais, même dans l'intimité... Enfin, spoiler: le film se conclue sur un message sur les origines de la réalisatrice, peut-être censé justifier le peu de subtilité de l'oeuvre. Comme quoi il ne suffit pas de descendre de réfugiés pour faire un bon film (heureusement ?).
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 344 abonnés Lire ses 1 161 critiques

    3,5
    Publiée le 11 juillet 2017
    Bon, on va tout de suite éviter de s'attarder sur la plus ou moins grande part de vérité historique contenue dans ce film. Idem en ce qui concerne la langue pratiquée : l'anglais, uniquement. On se contentera de dire qu'il y a certainement beaucoup de vrai et très probablement pas mal de faux. Sinon, quel intérêt, quel plaisir trouve-t-on à la vision de ce film ? Eh bien, en vérité, beaucoup d'intérêt et pas mal de plaisir. C'est du beau et grand cinéma, à l'ancienne, avec des rebondissements, de l'émotion, beaucoup de figuration. Certes, la fin, qu'on ne révélera pas, est un peu "too much", mais, après tout, c'est ce qui fait le charme de ce genre de films. Et puis, quel plaisir de retrouver, dans le rôle principal, Hugh Bonneville, qu'on avait tant apprécié dans le rôle de Robert Crawley, dans "Downton Abbey". Quel plaisir, aussi, de retrouver ce cher Om Puri, ainsi que Manish Dayal, tous les deux présents dans "Les recettes du bonheur". Quant à Gillian Anderson, elle est excellente dans le rôle de Edwina Mountbatten, l'épouse de ce dernier vice-roi des Indes. On terminera en complétant ce que Prévert disait dans "Barbara" : "quelle connerie la guerre" et, donc, "quelles conneries les antagonismes religieux".
    Danny N.
    Danny N.

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 168 critiques

    4,5
    Publiée le 5 juillet 2017
    je collectionne tout sur la série XFILES et vais voir et achète tous les films avec David Duchovny et Gillian Anderson pour laquelle j'ai été voir ce film historique. Comme je m'en doutais quel cirque pour le voir ! il sort dans peu de salles, mes salles UGC habituelles ne l'ont pas pris à Lyon Part Dieu, j'ai été obligé d'aller courir à Confluence avec la VO imposée ! Pathé le proposait en VF mais j'ai presque rien sur ma carte fidélité et ils sont très cher ! mais vu que Gillian Anderson ne semble pas avoir la même voix française que dans THE FALL et X FILES ..... ce film historique est remarquable et m'a appris des choses sur ce fait historique que je connaissais mal, Gillian Anderson livre une composition bouleversante avec ses attitudes et robes de mémé mais les 1h45 sont quand même longues....
    Lucas A.
    Lucas A.

    Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 11 juillet 2017
    belles images mais un scénario mièvre et niais avec un surcroît d'invraisemblance et de prévisibilité
    scm127
    scm127

    Suivre son activité 12 abonnés

    4,0
    Publiée le 11 juillet 2017
    Une reconstitution historique grandiose d’un épisode de l’histoire coloniale Britannique, dont ce pays n’a pas de quoi être fier. Il passe sur ce film un véritable souffle épique, l’histoire est bouleversante, d’autant plus qu’elle est vraie. Une véritable épopée, bien filmée et interprétée, avec des petites histoires dans la grande histoire. La romance entre les deux jeunes gens apporte une note d’espoir dans cette tragique page de l'histoire. Le choix des comédiens est parfait, Gillian Anderson en tête, et la ressemblance des acteurs avec leurs personnages, notamment Gandhi, est étonnante. La mise en scène assez classique sert bien le film. Les décors sont somptueux, le palais du vice roi est d’une beauté à couper le souffle, et les scènes de foules sont impressionnantes. Un très beau film.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top