Mon AlloCiné
Mademoiselle de Joncquières
Note moyenne
3,9
30 titres de presse
  • Bande à part
  • Culturopoing.com
  • Marie Claire
  • Studio Magazine
  • aVoir-aLire.com
  • BIBA
  • CNews
  • Critikat.com
  • Culturebox - France Télévisions
  • Femme Actuelle
  • La Croix
  • La Voix du Nord
  • Le Figaro
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Monde
  • Le Parisien
  • Les Fiches du Cinéma
  • Ouest France
  • Première
  • Télé 2 semaines
  • Télé Loisirs
  • Télérama
  • Transfuge
  • Voici
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Inrockuptibles
  • L'Express
  • Positif
  • Cahiers du Cinéma
  • Libération

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

30 critiques presse

Bande à part

par Isabelle Danel

Une passionnante et moderne radiographie des amours assassines au XVIIIème siècle.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Culturopoing.com

par Maryline Alligier

"Mademoiselle de Joncquières" est un film en état de grâce.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

Marie Claire

par La rédaction

Si chaque film est un rêve, celui de Mouret en a la merveilleuse fluidité.

Studio Magazine

par Thierry Chèze

[...] le résultat est savoureux. Son neuvième long métrage se révèle même le plus abouti.

aVoir-aLire.com

par Claudine Levanneur

L’élégance des mots rivalise avec l’élégance des décors pour nous conter délicatement cette exquise histoire de vengeance sur fond de féminisme.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

BIBA

par Lili Yubari

Adaptée d'un passage de "Jacques le fataliste" de Diderot, cette vengeance en costumes délicieusement moderne sied à ravir à Edouard Baer, qui parle XVIIIème comme il respire.

CNews

par La rédaction

La mise en scène académique s’efface derrière le jeu délicat des acteurs – Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaac et Laure Calamy – qui s’amusent avec le phrasé désuet de l’époque, entre pouvoir, trahison et manipulation.

Critikat.com

par Juliette Goffart

Emmanuel Mouret est ici au sommet de son art, où, plus que jamais, la délicatesse des sentiments s'exprime par une symphonie de formes raffinées.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

"Mademoiselle de Joncquières" vaut ainsi pour beaucoup par son texte et son interprétation.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Femme Actuelle

par Sabrina Nadjar

On se réjouit et on se régale de cette variation brillante et cruelle des jeux de l'amour, aussi bien écrite que jouée.

La Croix

par Emmanuelle Giuliani

Si les dialogues se savourent avec délice, les scènes muettes et les ellipses – deux livres posés l’un sur l’autre suffisent à évoquer une scène d’amour – ravissent l’imagination du spectateur.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

La Voix du Nord

par Christophe Caron

Un marivaudage plus complexe qu’il n’y paraît, bercé par l’amour des lettres.

La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

Le Figaro

par Marie-Noëlle Tranchant

Auteur et interprète, Emmanuel Mouret s'est souvent mis en scène en amoureux candide et hésitant dans des comédies sentimentalo-burlesques un rien coquines. On ne s'étonne pas que le XVIIIe siècle le tente. Il adopte son plumage et son ramage avec un plaisir évident dans sa première comédie en costumes qui a tout du pastiche, Mademoiselle de Joncquières.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Journal du Dimanche

par Barbara Théate

Dans des décors somptueux et avec un sens du cadre aussi sobre qu’élégant, le réalisateur orchestre une guerre des sexes jubilatoire, où la cruauté le dispute à la candeur, la rancœur à la passion.

Le Monde

par Mathieu Macheret

Emmanuel Mouret adapte avec bonheur un épisode du roman « Jacques le Fataliste » de Diderot.

Le Parisien

par La Rédaction

Pour incarner les deux principaux personnages, le duo Cécile de France/Edouard Baer était l’alchimie idéale…

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Fiches du Cinéma

par Paul Fabreuil

Le meilleur film d’Emmanuel Mouret qui, en arrêtant d’exhiber un désir de maîtrise, libère sa mise en scène de son ancien “puritanisme” formel. Il réussit ainsi à nous faire partager son plaisir sensuel d’écouter parler les autres (ses personnages).

Ouest France

par Christophe Narbonne

Cécile de France est formidable face à un Edouard Baer plus mélancolique que d'habitude.

Première

par Anouk Féral

Coup de chapeau à Édouard Baer et Cécile de France dont l’interprétation très organique dérange habilement ce langage surplombant et délicieux qui émane à la fois du 18ème et de l’ADN du cinéaste.

La critique complète est disponible sur le site Première

Télé 2 semaines

par Thomas Colpaert

Dans cette adaptation d'un récit de Diderot aux dialogues ciselés, Emmanuel Mouret scrute à la loupe les sentiments de ses personnages blessés.

Télé Loisirs

par Thomas Colpaert

Dans cette adaptation d'un récit de Diderot, le réalisateur analyse les sentiments de personnages blessés, avec les dialogues ciselés dont il a le secret.

Télérama

par Guillemette Odicino

La mise en scène est d’une élégance surprenante.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Transfuge

par Frédéric Mercier

"Mademoiselle de Joncquières" ou quand Emmanuel Mouret réinvente l’art de la conversation dans une adaptation très réussie de Diderot.

Voici

par Lola Sciamma

Le meilleur film d'Emmanuel Mouret so far.

Le Nouvel Observateur

par François Forestier

Le film, succession de tableaux dialogués, progresse de façon prévisible. Dans un univers proche de Rohmer, on va du point A au point B avec une certaine application. C’est un peu plan-plan. Le plaisir repose sur les acteurs, qui parlent en Marivaux. Cécile de France et Edouard Baer s’amusent et donnent une certaine allure au film.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Inrockuptibles

par Emily Barnett

Ce qui frappe dans le dixième long métrage de Mouret, c’est son économie de moyens qui confine à une espèce de pureté du geste, de mise en scène. On assiste à une succession de scènes, des “tableaux” où se meuvent les deux amants livrés à l’art de discourir.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Express

par Eric Libiot

Le résultat est agréable à l'oreille mais finalement trop doucereux pour être passionnant.

Positif

par Nicolas Bauche

[...] Mouret louvoie du côté de Choderlos de Laclos et de ses "Liaisons dangereuses". [...] Mais Laclos et l'adaptation géniale de Stephen Frears balisent la grammaire visuelle de l'ire féminine.

Cahiers du Cinéma

par Florence Maillard

L’ensemble reste – joliment – cousu de fil blanc.

Libération

par Marcos Uzal

Si la roideur de son cinéma peut séduire lorsqu’elle est la marque d’un anachronisme assumé, elle trahit dans un film d’époque une application scolaire. Les costumes trop propres pèsent une tonne et, plus grave, la langue de Diderot est parfois dite avec une gaucherie gênante.

La critique complète est disponible sur le site Libération
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top