Mon AlloCiné
Le Brio
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Brio" et de son tournage !

Point de départ

Le point de départ du Brio réside dans un scénario qui a été envoyé à Yvan Attal, une comédie suivant une jeune fille un peu "garçon manqué" dans sa cité, qui rappe, joue au foot et se retrouve par hasard à la faculté d’Assas pour faire des études de Droit... Le metteur en scène explique : "Il y avait un sujet qui m’intéressait. Non pas le garçon manqué, ni le foot et le rap en banlieue mais justement l’itinéraire d’une jeune femme qui refuse de rentrer dans ces cases pour avancer. Le film devenait pour moi, un peu moins « comédie » et d’ailleurs c’est une direction que je voulais prendre de manière générale en tant que metteur en scène. Les producteurs, Dimitri Rassam et Benjamin Elalouf, ont accepté de me suivre."

Et de 5 !

Le Brio est le cinquième long métrage d'Yvan Attal après Ma femme est une actrice, Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfantsDo Not Disturb et Ils sont partout. Pour la première fois, il ne se met pas en scène. Une volonté de la part du réalisateur qui voulait depuis longtemps faire un film sans jouer dedans. "Je savais d’emblée que je ne pouvais pas être ce prof de Droit, d’abord de par mes origines, ce qui aurait teinté la relation avec Neïla d’une autre manière… A un moment, les scénaristes m’ont proposé de jouer le directeur d’Assas, mais ce n’était pas mon registre ni mon univers : il n’y avait tout simplement pas de rôle pour moi dans ce film, on ne peut pas tout jouer !", se souvient Attal.

Une "dramedy"

Yvan Attal qualifie Le Brio comme une "dramedy", à savoir un film dans lequel on rit principalement grâce aux dialogues mais qui est également aussi censé toucher et questionner les spectateurs. Il précise : "Sur le fond, je n’arrive pas à faire un film dans lequel il n’y pas de comédie, ça m’étouffe ! Peut-être qu’un jour je réaliserai un vrai drame pour que l’on me prenne au sérieux ! Plus sérieusement, justement, je dirais que Le Brio est un film à la fois politique, social mais aussi léger, drôle avec de l’émotion autour d’un personnage, une Française d’origine algérienne, victime de la manière dont on enferme aujourd’hui les gens dans des catégories ou des a priori, mais victime également d’elle-même et de son entourage…"

Proche de Neïla Salah

Yvan Attal se sent très proche du personnage de Camélia Jordana, puisqu'il a grandi dans une cité à Créteil et a pu s'ouvrir au monde grâce au théâtre. Le réalisateur raconte : "Il y a dans tout cela l’idée que nous devons faire l’effort de comprendre, et de faire le chemin vers le pays dans lequel nous vivons, de profiter de son héritage culturel et historique. Surtout le nôtre ! Grace à nos auteurs, nos philosophes, nous comprenons que nous devons penser par nous-mêmes, nous obligeant à nous questionner."

Concours d'éloquence

A noter qu'un documentaire sur le concours "Eloquentia", A voix haute - La force de la parole, est sorti en avril 2017. Le film est réalisé par Stéphane De Freitas et Ladj Ly et revient sur ce fameux concours de l’Université de Saint-Denis visant à élire "le meilleur orateur du 93".

Rester à distance

Yvan Attal n'avait pas envie de mettre en scène la banlieue en axant sur la difficulté de vivre dans ces cités du fait que tout le monde les connait et l'équipe de tournage l'a elle-même ressentie en tournant sur place. Le cinéaste a plutôt voulu rester à distance de cela et montrer l’environnement du personnage de Neïla. "Elle prend le métro pour aller à la fac, c’est son quartier, sa tour, sa mère, sa grand-mère, ses potes mais le vrai sujet du film est ailleurs", note-t-il.

Université d’Assas

Le Brio se déroule grandement au sein de l'Université d’Assas, un endroit que Yvan Attal ne connaissait pas mais qui l'a impressionné de par son ambiance. Il se rappelle : "Ce qui m’a le plus frappé, c’est lorsque je suis allé assister à la rentrée des étudiants d’Assas : il n’y avait pas un bruit dans l’amphi, si ce n’est la voix du prof et le cliquetis des doigts des étudiants sur leurs claviers d’ordinateurs ! J’ai trouvé l’ambiance incroyable, un peu comme dans un concert de rock : on vient là écouter un type avec un micro, face à des centaines de jeunes ! Il fait son show et le public réagit..."

Un Pygmalion contemporain

Daniel Auteuil a immédiatement vu son personnage de professeur de Droit amoureux de la langue française et aux méthodes provocantes comme une sorte de "Pygmalion" contemporain. "Au fond, je crois que la pièce de George Bernard Shaw participe du même cynisme ! Mais l’avantage du Brio était aussi de réussir à parler de notre époque, grâce à des personnages et des situations crédibles, identifiés. J’y ai de suite vu un très riche et très beau matériau, la possibilité de faire un film intelligent qui parle de ce que nous sommes aujourd’hui…", raconte le comédien.

Envie de cinéma

Après la comédie Cherchez la femme, Le Brio marque le second projet d'ampleur de l'année pour la musicienne et chanteuse Camélia Jordana. Elle raconte d'où vient cette envie de jouer pour le cinéma : "Là où j’ai grandi, le milieu artistique n’était autre qu’amateur. Le fait d’être une artiste et la vie que je mène aujourd’hui avec mes copains artistes n’était pas un avenir accessible pour moi. Et puis la musique est devenue mon métier… J’ai rapidement dit à mon manager de l’époque que si les rêves se réalisaient, j’en avais un autre : être comédienne ! J’ai donc rencontré mon agent à ce moment-là et j’ai commencé à passer des castings…"

Enjeu de mise en scène

L'un des enjeux de mise en scène pour Yvan Attal a été de faire en sorte que le spectateur ne s'ennuie pas malgré la forte présence des monologues, concours d’éloquence et duels verbaux entre Camélia Jordana et Daniel Auteuil. Le réalisateur explique : "Il fallait que le spectateur écoute vraiment les dialogues sans s’y perdre. Je devais donc mettre en scène tout cela simplement mais pas de manière paresseuse et en variant les axes et les valeurs des champs contre champs. Je me suis appliqué à montrer les réactions des autres élèves, les couloirs, les bâtiments et puis je me suis « autorisé » quelques mouvements de caméra plus amples, plus fluides mais sans jamais vouloir en faire trop."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Avengers: Infinity War (2018)
  • Action ou vérité (2018)
  • Larguées (2017)
  • Taxi 5 (2018)
  • Babysitting 2 (2015)
  • Ready Player One (2018)
  • Amoureux de ma femme (2018)
  • Place publique (2018)
  • Love addict (2018)
  • Les Municipaux, ces héros (2018)
  • Escobar (2017)
  • Pierre Lapin (2018)
  • Game Night (2018)
  • Red Sparrow (2018)
  • Comme des garçons (2018)
  • Abdel et la Comtesse (2017)
  • Strangers: Prey at Night (2018)
  • L'Île aux chiens (2018)
  • MILF (2017)
  • Rampage - Hors de contrôle (2018)
Back to Top