Mon AlloCiné
Dans un recoin de ce monde
note moyenne
4,2
445 notes dont 38 critiques
24% (9 critiques)
50% (19 critiques)
16% (6 critiques)
3% (1 critique)
8% (3 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Dans un recoin de ce monde ?

38 critiques spectateurs

poet75

Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 540 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/09/2017

Les films d’animation japonais ont ceci de particulier que, nonobstant leur indéniable beauté du point de vue esthétique, ils abordent souvent et sans détour les sujets les plus graves, allant parfois jusqu’à mettre à nu les souffrances, les épreuves et les errements humains les plus terribles. C’est le paradoxe de beaucoup de ces films : les dessins sont admirables, les images somptueuses, tandis que ce qu’elles racontent est marqué de grandes douleurs. Il n’y a jamais, ou presque jamais, de mièvrerie dans ces films, même lorsqu’ils sont destinés à un public d’enfants. Le film qui nous intéresse aujourd’hui convient davantage aux adolescents et aux adultes qu’aux enfants puisque, comme « Le tombeau des lucioles » (1988) d’Isao Takahata mais de façon moins désespérée, il aborde le drame de la guerre, prenant en compte le traumatisme le plus indélébile qu’ait connu le Japon, celui de l’anéantissement d’Hiroshima par une bombe atomique le 6 août 1945. Cela étant dit, le film de Sunao Katabuchi ne se limite pas à ce terrible événement, mais il l’englobe en quelque sorte en s’attachant au cheminement de son personnage principal, Suzu. Du début des années 30 jusqu’à la fin des années 40, c’est son parcours qui est conté, celui d’une fillette, puis d’une adolescente, puis d’une jeune femme aimant s’exprimer (et de façon talentueuse) par le dessin et mariée très tôt et sans son consentement, ce qui la contraint à résider à Kure, à une vingtaine de kilomètres d’Hiroshima, en compagnie du mari qui lui a été imposé et de sa belle-famille. Tout en égrenant les années, le réalisateur parvient, grâce à la force de son art, à nous faire ressentir la vie de cette toute jeune femme (un personnage dont les traits gardent immuablement la fraîcheur de l’enfance) forcée de vivre dans son « recoin » du Japon de ces années-là. Son engouement pour le dessin, Suzu le garde précieusement comme un trésor (ce qui occasionne de superbes séquences poétiques)Spoiler: jusqu’à ce que le malheur survienne, le drame qui la prive de sa joie. Les années de guerre ne laissent personne indemne, pas plus Suzu que les autres. Pourtant, pour elle comme pour tant d’autres Japonais, il faut chercher et trouver, malgré tout, une raison de vivre… Oui, ce film est triste et grave, mais il est également beau et surtout, bien que mettant en scène des personnages de dessin animé, il est touchant, voire même bouleversant. Il témoigne, à sa façon, des dures épreuves, mais aussi des ressources d’espoir, des petits de ce monde, des oubliés, de celles et ceux qui vivent dans leur « recoin ». 8/10

Hirokane

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/09/2017

Difficile, après Le Tombeau des Lucioles et Le Vent se Lève, de se lancer dans la chronique du quotidien japonais pendant la WWII sans se laisser écraser par la comparaison avec ces références. Et pourtant, Katabuchi réussit un vrai bijou de poésie et d'humanisme. Son atout principal est la construction du personnage principal, Suzu, à la fois pleine de douceur et d'abnégation. Evidemment, le film est parfois dur, le sujet le veux, mais pourtant nous ne quittons jamais la recherche du bonheur de la protagoniste principal et sa capacité à rayonner en toutes circonstances. Une vraie belle réussite et un gros coup de coeur donc !

dominique P.

Suivre son activité 241 abonnés Lire ses 1 560 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/09/2017

Il faut souligner que c'est une merveille de dessin animé japonais. Tout est magnifique. C'est une vraie bulle enchantée, un petit bijou. Cela se passe en 1944 et en 1945 au Japon, juste à côté de la ville de Hiroshima. Nous voyons la vie d'une jeune fille avec sa famille avant et après la bombe. Les 3/4 du film se passent tout de même avant la bombe. Je recommande ce dessin animé de toute beauté.

Adelme d'Otrante

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 81 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/09/2017

Un Japon en guerre vu à travers les yeux d'une petite ménagère rêveuse repeignant de la couleur de ses rêves la réalité bien sombre qui l'entoure. Poétique et métaphorique le cinéma d'animation japonais n'a pas son pareil pour nous conter la Grande Histoire en conviant la Petite. La sublime scène où Suzu concocte avec ingéniosité des plats pour sa belle-famille malgré le rationnement en est un exemple éclatant. Un Grand Prix au festival d'Annecy totalement justifié pour un film touchant et jamais mièvre qui parle si bien de cette faculté qu'on les japonais de rechercher la Beauté dans les gestes ordinaires du quotidien, même celle cachée dans les recoins.

L'Info Tout Court

Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 550 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/09/2017

Un peu d’amour pour beaucoup d’humour. Ou l’inverse. Dans Un Recoin De Ce Monde ne tombe jamais dans la tristesse pure, bien que le sujet puisse s’y prêter. Des touches de joie, de dérision et de rire sont parsemées ça et là au fil des dessins, redonnant alors vie à un monde que l’on a essayé de mettre à feu et à sang. Les émotions guident les personnages et les spectateurs, amenant finalement plus de sourires que de larmes sur les visages.

Rictus1260

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 129 critiques

3,5Bien
Publiée le 10/09/2017

Film d'animation japonais qui relate de la vie de Suzu, jeune japonaise rêveuse, artiste, à la fois poète et très dévouée à toutes ses causes. Elle, sa famille et sa belle famille essaient de vivre une vie normale dans une période ou la guerre s'intensifie, la région de Kure et Hiroshima étant de plus en plus pilonnée pas les bombes américaines puis finalement les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Les drames se succèdent avec la perte des être chers dans des circonstances inhumaines. Pourtant Suzu et les siens, du moins ceux qui ont la chance d'avoir survécu, vont oeuvrer à la reconstruction du Japon, à commencer par une très belle scène en fin de film avec l'adoption d'une petite orpheline, victime parmi tant d'autres de cette guerre monstrueuse. C'est une très bonne chose que ce film relate d'un génocide intolérable orchestré par les dirigeants américains et également provoqué par l'entêtement des chefs militaires japonais. Tout a toujours été fait pour faire passer cet évènement inavouable sous silence en le justifiant en des termes difficiles à convaincre. Du reste ce film lui même va passer sous silence, vu le peu de salles de cinéma qui ont choisi de le projeter...Personnellement je vous le conseille. Quand on voit la multitude des âneries qui est diffusée sur le grand écran ces temps, notamment les films d'animation, vous ne perdrez pas votre temps avec celui-ci, y compris avec le public plus jeune car les scènes violentes ne sont pas vraiment montrées, seulement suggérées, et cela ne fera pas de mal aux plus jeunes de se sortir de temps en temps de cette torpeur actuelle qui plonge la jeunesse dans une société matérialisée et superficielle. Mis à part ça, je ne donne pas la côte maximale pour ce film car je trouve qu'il passe un peu à coté de son sujet principal en ne traitant les évènements dramatiques de la guerre comme des évènements quasi anecdotiques. On a du mal à rentrer dans ce film tant il est difficile de faire la part des choses entre les rêves de Suzu et la réalité. Donc en conclusion, c'est un film à voir mais il est très loin d'atteindre le niveau de l'inoubliable chef d'oeuvre de Isao Takahata: le tombeau des lucioles.

Pauline_R

Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 398 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/10/2017

A assisté béate à 2 heures de splendeur et de grâce comme seule l’animation japonaise sait faire. La seconde guerre mondiale (et Hiroshima) vue à travers le prisme d’une éternelle rêveuse, la tête en l’air, les pieds sur une terre peu à peu dévastée. Katabuchi y dissémine des parcelles de poésie dans les moindres détails, sous les bombes, sur les kimonos, dans des grains de riz... qui m’ont transportée loin, très loin. Et m’ont fait vider un paquet de mouchoirs. Et m’ont donné envie de rentrer sur un héron. Une merveille, pour ne pas dire un chef-d’œuvre.

Bilade C.

Suivre son activité Lire ses 34 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/09/2017

Une vie simple face à l'horreur et complexité de la guerre. Touchant et épuré. Des séquences magnifiques de crayonnages enfantins évoquant la candeur rêveuse qu'on a tous partagé.

le mail à e.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 86 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/09/2017

L'animation Japonaise a beaucoup de talents. Entre autre celui de trouver un ton original pour mêler la grande histoire ou les mythes avec le ressenti intime d'un personnage particulier. La beauté de ce film est autant dans ce qu'il montre que dans les émotions qui traversent le spectateur. Les quelques coupures difficiles à suivre dans le déroulé du film ont bien peu d'importance finalement. Une réussite. À voir.

Sarah G.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/02/2018

Ce film d'animation m'a marqué, et empreint d'une grande tristesse. Il montre d'une façon puissante comment est vécue la guerre par les civils Ce film est à voir.

Jaba21

Suivre son activité Lire ses 36 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/02/2018

Le 6 août 1945, la ville d'Hiroshima était rayée de la carte. Un désastre humain qui laisse, aujourd'hui, encore bien des blessures. Il faut avoué que la vision que nous avons de cette catastrophe est avant tout occidentale. Pourtant, se placer de l'autre coté du mur peut parfois être intéressant. C'est pour cela que Dans un Recoin De Ce Monde est admirable. Dans ce japanime, les images sont somptueuses, les couleurs d'un pastel léger sont vraiment apaisante pourtant, le sujet du scénario est très dur, c'est tout le paradoxe de ce film. Le destin de cette jeune japonaise est vraiment touchant et passionnant. On suit cette tranche de vie avec beaucoup d'attention et on ne peut qu'être ému devant cette histoire magnifique et tragique. Je m'incline devant ce petit bijou !

raphaelK

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 394 critiques

4,5Excellent
Publiée le 13/01/2018

Après une (assez) longue première partie, le film de Sunao Katabuchi, parcouru par une litanie d'alarmes, se fait de plus en plus émouvant, et son propos sur un conflit d'il y a 70 ans reste tout aussi actuel à l'heure des concours nucléaires mondiaux. Katabuchi fait preuve d'un mélange d'empathie et d'élégance dans ce très beau film aux nombreuses idées visuelles.

Edouard64

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 8 critiques

4,0Très bien
Publiée le 29/10/2017

Que d’émotions et de grâce dans cette évocation ! L’héroïne du film, xxx, ne manque pas d’atout. Une bonté à toute épreuve, comme sa joie de vivre, malgré les aléas de la pire période sans doute de l’histoire du Japon : celle qui aboutit à l’horrible déflagration d’Hiroshima. Car xxx habite là-bas, sur la côte. Son père recueille les algues sur l’estran. xxx est une jeune fille presque modèle, comme on en voit dans les dessins animés. Elle est généreuse et gaie, serviable et avenante, et en plus sait dessiner ! Elle dessine même pour les autres, parfois, quand ils ont peur d’avoir une mauvaise note. Mais voilà ce n’est qu’une jeune fille. Et c’est l’année 1944. Elle va devoir se marier, avec un inconnu qui habite loin de là, dans un port militaire, employé dans les arsenaux. C’est là qu’elle va devoir subir les avanies de sa belle-sœur, ses réparties acides, sa jalousie absurde de veuve encore affligée de la perte d’un mari et du magasin qui les faisait vivre, récupéré par sa belle-famille. Elle baisse la tête, stoïque, et promet de mieux faire la prochaine fois. Mais ce n’est rien devant la guerre qui s’annonce, qui menace, qui insiste, pilonne, jour après jour, dans un déluge de flammes, les confortables mais modestes maisons au toit de chaume. Et puis arrive le jour de la Lueur, incompréhensible, éblouissante, par-delà la montagne, vers Hiroshima. L’histoire s’est fracassé contre la petite fille modèle du début. La grâce du dessin, qui semblait inventée pour décrire l’insouciance des premières années, avec quelle aisance nous a-t-elle portés de la joie aux larmes.

Hako-niwa

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 79 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/10/2017

Dans un recoin de ce monde est le premier long métrage en compétition à ouvrir le festival du film d’animation d’Annecy cette année. Il a d’ailleurs remporté le Prix du jury long métrage. Une bonne excuse pour lui faire honneur au ciné. Le bilan après une semaine sur les écrans français n’est pas brillant. Peu de salle, et surtout peu de spectateur. C’est fort dommage. J’ai eu de la chance lors de ma séance c’était bien remplis ! Dans un recoin de ce monde est adapté du manga de Fumiyo Kôno sorti en 2008. Une œuvre pour laquelle la mangaka a d’ailleurs reçu le Prix d’Excellence catégorie manga lors du Japan Media Arts Festival en 2009. C’est Sunao Katabuchi qui décide de réaliser un fillm d’après ce manga après avoir eu la bénédiction de l’auteur. Il s’est énormément investit pour ce long-métrage. Pendant quatre ans il va faire d’énorme recherche sur cette époque. Si bien que chaque paysage et même certains personnages ont bel et bien existé. Le moins que l’on puisse dire c’est que graphiquement on ne peut rien reprocher au film. L’animation est fluide, le design des personnages charmants, des décors fabuleux et un soucis du détail impressionnant. Sunao Katabuchi souhaitait rendre le quotidien de l’époque le plus fidèle possible. Au détriment sans doute du scénario. Car au fond il n’y a pas vraiment d’histoire dans ce film. On suit la vie de Suzu, sans pour autant qu’il y est un but autre que de montrer comment était le Japon avant, pendant et juste à la fin de la guerre. Dans un recoin de ce monde est beau avec parfois quelques longueurs, mais on pardonne assez car ce soucis du détail passionnera les amateurs d’Histoire. C’est aussi et surtout un récit sur la guerre. Cette dernière est vue à travers les yeux de divers personnages, chacun à son point de vue. C’est d’autant plus poignant que l’on connait l’issus de cette guerre. Il vous fera sans doute moins pleurer que Le tombeau des lucioles, plus lumineux, il vous tirera sans doute quelques larmes malgré tout pour les plus sensible. Dans un recoin de ce monde est un film intéressant qui ne pourra que plaire aux amateurs du Japon. Attention, cependant il ne convient pas aux plus jeunes qui pourrait s’ennuyer.

rollioni

Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 1 646 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/10/2017

Un film qui a pour sujet la guerre 39 45 dans le Japon de deux petites filles, les mois avant et après Hiroshima....La grande qualité du film est d'offrir de très beaux dessins, (en tons pastels et légers) ainsi qu'une émotion presque onirique;...les personnages sont attachants et les dialogues discrets, nippons en quelque sorte, et le film irradie d'une triste douceur. on ne peut s'en étonner étant donner les évènements de la guerre.....c'est une belle réalisation qui peut faire penser par son esprit à Miyazaki.....Le filme est plus pour les adultes que pour les petits bouts qui ne suivront pas l'histoire. c'est de l'excellent cinéma d'animation, celui qui laisse une impression sur la rétine et dans les rêves....Je conseille chaleureusement

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top