Mon AlloCiné
    Transit
    note moyenne
    2,9
    175 notes dont 24 critiques
    4% (1 critique)
    13% (3 critiques)
    21% (5 critiques)
    33% (8 critiques)
    25% (6 critiques)
    4% (1 critique)
    Votre avis sur Transit ?

    24 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 575 abonnés Lire ses 1 403 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mai 2018
    Transit est le film le plus ambitieux de Christian Petzold. Bien davantage que Jerichow, Barbara ou Phoenix. Et déroutant, forcément, avec le choc des temporalités, le Marseille d'aujourd'hui étant le cadre de l'exil de citoyens allemands fuyant le fascisme durant la deuxième guerre mondiale. En refusant d'adapter le livre d'Anna Seghers sous forme de récit historique, le cinéaste prenait le risque de la désorientation, dans une approche cousine du fantastique. S'il est indéniable que ce postulat gêne dans un premier temps, il faut en accepter l'augure et se laisser entraîner par un récit qui ne cherche pas la crédibilité à tout prix mais s'aventure au contraire dans des contrées mentales et imaginaires, beaucoup plus confuses, romanesques au possible, bien que terriblement distanciées. La sensation est étrange, renforcée par une voix off on ne peut plus littéraire et une armature fragile d'histoire de roman noir avec un personnage énigmatique et sacrificiel et une héroïne mystérieuse et errante. S'il y avait un regret, d'ailleurs, ce serait de ne pas voir davantage Paula Beer à l'écran, enfin de retour après Frantz, et aux magnifiques cernes de fatigue. Finalement, nous ne sommes pas si loin de Casablanca, dans cette ambigüité des temps où la différence entre un sauveur et un salaud ne dépend que d'un geste. Transit n'est certainement pas le film le plus évident de Petzold mais il est sans aucun doute celui qui mérite le plus d'être revu pour sa richesse et son climat en clair-obscur. Quant à savoir s'il parle des migrants de notre époque, oui, bien sûr, à sa façon, sans donner de leçons. Nous sommes tous des réfugiés, d'hier, de maintenant ou de demain.
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 29 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 29 avril 2018
    Ah... que j'ai ce sentiment confus d'être passé à côté, de n'avoir pas tout pigé. J'avais pourtant beaucoup aimé Phoenix & Barbara mais là . . . Inverser les rôles : les allemands qui fuiraient un fascisme français... Européen, éviterant ainsi les camps et autres ignominies, pourquoi pas oui. Mais alors sans toutes ces incohérences scénaristiques, car ici rien ne tient vraiment debout, en commençant par ce type qui usurpe tout de même une fausse identité durant les 4/5èmes du film, sans jamais être inquiété dans les 2 Consulats (quelles billes tout de même....) ou par tous ces flics hargneux mais juste aveugles :-( Projeter cette allégorie des sans-papiers & migrants, mais pourquoi cette amourette idiote et toutes ces scènes qui n'amènent rien, à part une désagréable distorsion du récit. Bref, je ne suis pas rentré dedans et je lui préfère mille fois la " La Lune de Jupiter " de Kornél Mundruczó qui tirait dans le même sens, juste en plus Fantastique. Bref, ce film est pour moi d'un certain ennui avec le sentiment d'un beau ratage.
    AZZZO
    AZZZO

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 8 critiques

    1,5
    Publiée le 27 avril 2018
    Dans "Phoenix", Christian Petzold avait manipulé les thèmes du mensonge, de la délation, du fascisme, de l'identité et de l'amour perdu avec tellement de subtilité et de délicatesse qu'il avait transformé toutes les pièces de ce puzzle en un tableau fascinant. Mais, probablement qu'à trop avoir été félicité, l'enfant aveuglé par la vanité s'est mis en tête de composer une nouvelle oeuvre magistrale en reprenant les mêmes pièces et en posant un bandeau sur ses yeux. Quelle catastrophe ! L'histoire librement inspirée du roman d'Anna Seghers n'a ni queue ni tête, la réalisation est sans saveur et le jeu des acteurs aussi pénible que Daroussin racontant l'action en voix-off. Tant de talent ainsi gâché, quelle déception ! Il ne faut pas flatter les gosses excessivement, ça leur fait perdre la tête !
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 296 critiques

    2,5
    Publiée le 9 mai 2018
    Le cinéma de Christian Petzold est un cinéma grave, austère, qui traite de sujets sociétaux et politiques complexes. Cette fois, le réalisateur plante sa caméra en France, à notre époque, mais dans un contexte politique totalement imaginaire. L’Allemagne aurait succombé à un gouvernement fasciste, poussant des milliers de réfugiés à tenter de fuir leur pays en Amérique, en passant par la France. La situation est complètement inédite, dans un contexte où les immigrés européens concernent essentiellement des pays pauvres, dévastés par les guerres ou les tourments écologiques. De fait, le point de vue surprend. On découvre une police française décomplexée, violente, qui traite ses réfugiés comme des criminels. Toute ressemblance à des situations réelles serait évidemment fortuite. Le spectateur s’interroge même s’il n’est pas dans un énième récit sur l’occupation allemande pendant la dernière guerre, avec ses arrestations terribles qui, on le sait, ont terminé dans les pires camps de la mort. La voix de Darroussin accompagne le récit, comme si le scénario était lui-même une allégorie romanesque. L’écrivain commente cette histoire où il est certes autant question de fuite et d’immigration, que de dérobade identitaire. Car notre héros, Georg, prend l’identité d’un écrivain célèbre, récemment suicidé, pour obtenir un Visa et fuir au Mexique. S’ensuit alors une aventure remplie de quiproquos amoureux. Il est difficile de ne pas juger de la beauté très sobre de l’œuvre. Pour autant, le scénario s’enlise dans une complexité narrative qui empêche le spectateur de s’impliquer et de se fondre à l’histoire. On tombe alors dans un méta-commentaire intérieur permanent, pour ne pas perdre le fil d’histoire, ce qui a pour effet principal d’aseptiser le propos et mettre de côté l’émotion. L’expérience devient alors purement intellectuelle, au point parfois de l’ennui. On est loin de la beauté froide de son film « Barbara ». Au contraire, « Transit » ne convainc pas, comme si le film s’était arrêté au bord de son sujet.
    Agathe R.
    Agathe R.

    Suivre son activité 9 abonnés

    1,5
    Publiée le 30 avril 2018
    Film ennuyeux aux nombreuses incohérences scénaristiques. À commencer par cette usurpation d’identité que ni le consulat ni la police ne soupçonne et aussi par cette relation ridicule entre les deux personnages principaux. Bref franchement peu d’intérêt...
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 124 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mai 2018
    C’est un film complexe, déroutant et parfois hermétique que nous offre ici le réalisateur allemand Christian Petzold….par certains cotés, j’avais l’impression de me retrouver dans un Godard de la grande époque, récitant compris…ici c’est Jean-Pierre Darroussin qui est la voix off…J’avais adoré son précédent film Phoenix , qui racontait la reconstruction de Nelly, chanteuse qui a été déportée comme juive…dans des circonstances qui pouvaient laisser penser à une trahison…dans Transit Christian Petzold a adapté un récit d’Anna Seghers qui se situait en 1940, et qui retraçait la situation des réfugiés fuyant les persécutions nazies et qui se retrouvaient coincés sur le Vieux Port, en l’attente d’un bateau ou d’un visa , histoire vécue par la romancière et déjà portée à l’écran par René Allio en 1991. Christian Petzold a choisi de situer l’action de nos jours où des réfugiés européens fuyant des forces d’occupation fascistes sont venus dans la cité phocéenne avec l’espoir d’embarquer pour un hypothétique voyage vers les Etats-Unis ou au Mexique. Ce parti pris trouble évidemment le spectateur et le place dans une situation d’inconfort. La Wehrmacht, on ne la voit pas…mais les personnes raflées le sont par de bons policiers de notre époque, assistés de membres du RAID très Robocop …dans un Marseille où le MUCEM est bien présent… On y suit plus particulièrement deux personnages : un Allemand qui prend l’identité d’un écrivain mort pour profiter de son visa et une jeune femme dont il tombe amoureux mais qui est éprise d’un autre qu’elle cherche partout et sans lequel elle ne traversera pas l’Atlantique en bateau, et cet autre est justement l’homme dont il a pris l’identité !!! La forme de la fiction permet à Petzold de prendre du recul par rapport aux situations tragiques d’aujourd’hui et de rappeler subtilement l’aspect à la fois universel et intemporel de celles-ci. Christian Petzold maitrise cet équilibre entre les époques sans que cet arrière-fond ne prenne le pas sur son intrigue qui reste passionnante, bouleversante bien qu’un peu trop absconse par moments. Christian Petzold a réuni devant sa caméra un duo d’une grande puissance émotionnelle : Frank Rogowski (qu’on avait vu l’an passé dans Happy End de Michael Haneke) et Paula Beer (la révélation de Frantz). Reste un film déconcertant, très intellectuel et pour le moins original….Il faut s’accrocher !!!
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 20 critiques

    2,0
    Publiée le 14 mai 2018
    Après Phoenix en 2014, le scénariste-réalisateur Christian Petzold adapte au cinéma un autre roman, Transit publié en 1944. L’écrivaine juive-allemande Anna Seghers faisait le récit de sa fuite de l’Allemagne fasciste qui la mena à Paris puis à Marseille avant de trouver exil au Mexique en 1941. Alors que l’action contée date de 1940, le cinéaste allemand prend le parti de ne pas effectuer de reconstitution historique. Marseille et ses habitants qui apparaissent à l’écran sont contemporains. Ce choix de mise en scène relève-t-il d’un pari audacieux ou d’une facilité de réalisation ? Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    Ninideslaux
    Ninideslaux

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,0
    Publiée le 3 mai 2018
    Mais qu'est ce qui est arrivé au talentueux Christian Petzold, qui nous a donné récemment des films remarquables comme Phoenix ou  Barbara, pour avoir pondu ce navet inconsistant!           Au départ, il y a un roman d'Anna Seghers publié en 1944 et décrivant la situation des réfugiés coincés à Marseille. Petzold a voulu en tirer un récit intemporel. Bon, on est plus ou moins dans notre époque: les voitures sont contemporaines, et il y a des tags pleins les murs..... Mais il n'y a que les bateaux pour traverser l'Atlantique.          Aujourd'hui, donc, les barbares arrivent. Les fascistes tiennent déjà l'Allemagne, ils ont pris Paris, ils approchent d'Avignon. Dès qu'ils arrivent, ils organisent des rafles, ils ouvrent des camps. Les réfugiés allemands s'entassent à Marseille, attendant un visa pour le Mexique, via l'Espagne et les US (???), il leur faut donc des visas de transit. Ils font la queue aux consulats. Il y a un chef d'orchestre, une femme qui garde deux chiens de race. Cela pourrait être des figures pittoresques, cela tient plutôt de la caricature...          Georg (Franz Rogowski) est arrivé à Marseille avec les papiers d'un écrivain, Weidel, que le Mexique semble tout prêt à accueillir, ainsi que sa femme. Mais Weidel s'est suicidé, et personne au consulat ne s'aperçoit que ce n'est pas la bonne personne. Quant à Marie Weidel (Paula Beer) elle a quitté son mari. Elle vit maintenant avec un médecin, Richard (Godehard Giese), lui aussi en attente de partance. Ce qui ne l'empêche pas de tomber dans les bras de Georg, dont elle ignore l'identité factice, et de rechercher Weidel. Dans cette histoire, personne ne semble savoir ce qu'il veut vraiment -surtout Marie, qui passe son temps à courir de droite et de gauche comme une canette décérébrée.  Et que je te monte dans le bateau salvateur, et que je te redescend.... Abracadabrantesque et absurde. Aucun des personnages n'a la moindre réalité charnelle, la moindre existence.           Pour ajouter au côté intello tordu du film, un narrateur (Jean Pierre Darroussin) le commente à la troisième personne....          Nul! A oublier....
    folye
    folye

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 7 critiques

    0,5
    Publiée le 2 mai 2018
    Un film aux métaphores incompréhensibles, d'un bout à l'autre, l'intellectualisme dans tout ce qu'il a d'insupportable, de snob, du grand n'importe quoi qui pense avoir une grande profondeur. Et qui est juste d'un grand ennui.
    Nicolas B.
    Nicolas B.

    Suivre son activité 1 abonné

    2,5
    Publiée le 16 mai 2018
    Quelle déception! Fan inconditionnel de Christian Petzold, j'ai vu tous ses films, même les premiers quasiment exclusivement destinés à un public allemand. Premier film réalisé en dehors de ses frontières, je pensais retrouver l'intensité tragique de Phoenix ou de Barbara, amplifiée par la beauté de la lumière de la Méditerranée. Mais rien ne trouve son équilibre dans ce film. Ni le rythme (trop lent puis accéléré sur la fin), ni les acteurs (Franz Rogowsky est un bon acteur, mais sa diction en français est insupportable. Il a été doublé, dans 'Happy End' également tourné en français, et on comprend pourquoi en regardant Transit). Même la ville de Marseille est filmée de manière décevante ... Cela dit, Transit reste un film intéressant, et l'intelligence du réalisateur transparait toujours, mais de manière si maladroite cette fois-ci ... La relation entre Georg et Driss sonne juste, et la scène spoiler: de réparation de la radio est très belle. Très juste également le comportement de certains personnages secondaires, eux aussi candidats au départ, comme 'la dame aux chiens'.
    Qoheleth
    Qoheleth

    Suivre son activité 8 abonnés

    1,5
    Publiée le 3 mai 2018
    Un film très prétentieux, assez navrant et agaçant du fait d’une inscription très ostensible, trop réflexive, dans la catégorie du « film d’auteur ». De fait, Christian Petzold se complaît dans un pseudo formalisme paresseux. Certes, en procédant à une transposition très indéterminée, mais néanmoins indexée sur l’Histoire, du schéma de l’Occupation nazie (ex. : on ne nous dit pas qui sont les « fascistes », et seules des bribes de dialogue nous font supposer que les individus traqués sont principalement, comme sous le joug nazi, les communistes et les Juifs), il produit un brouillage temporel qui est assez intéressant, mais il désorganise et subvertit à peu de frais les repères cognitifs du spectateur (ex. : tous les persécutés du film parlent allemand, ce sont des policiers français qui mènent les rafles, etc.). Il est vrai qu’il utilise habilement le flou contextuel pour amplifier notre perception du caractère kafkaïen des procédures bureaucratiques et policières. Cependant, il fait un usage abusif de la litote et de l’ellipse. L’incomplétude et le flottement finissent par perdre de leur charme, et on peut même se demander si leur fonction n’est pas de nous leurrer en compensant les carences intrinsèques de l’écriture et de la réalisation. Par ailleurs, les interventions de la voix off ne se fondent pas de manière fluide dans le film, et elles nous gratifient d’une sorte de prose durassienne assez insupportable, sans doute celle d’Anna Seghers : un flot insignifiant de platitudes pseudo-intimistes qui se veulent subtiles et poétiques. Pour ce qui est de la photographie, hormis quelques beaux plans ici ou là, rien de vraiment soigné et rien de bien intéressant, même si l’énigmatique visage de Georg (Franz Rogowski) peut bien séduire par la douceur presque enfantine de ses traits et de ses expressions. Le meilleur du film réside sans doute dans son traitement croisé de la duplicité mal assumée (celle de Georg, l’usurpateur d’identité) et du déni pathologique (celui de Marie Weidel, qui continue de chercher son mari). Et c’est vers la toute fin que passe furtivement devant nos yeux l’image la plus poignante du film, peut-être évocatrice du déni qui menace désormais Georg : celle d’une Marie toujours aussi somnambulique, mais désormais fantomatique, qui poursuit inlassablement sa quête…
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 600 critiques

    1,0
    Publiée le 29 avril 2018
    Grosse déception pour ce film après les excellents Barbara et Phœnix. Je ne suis jamais entré dans ce nouveau film de Christian Petzold qui, en développant une forme atypique - la transcription de l'Occupation à notre époque - se perd un peu en affèteries et bizarreries. Le talent de l'acteur principal ne suffit pas à donner du corps et de l'esprit à cette fable intemporelle.
    Kikuchiyo-san
    Kikuchiyo-san

    Suivre son activité 35 abonnés

    5,0
    Publiée le 25 avril 2018
    Christian Petzold complexifie et radicalise ses réflexions sur la réminiscence et l'errance en faisant de notre présent le fantôme du passé. Il y a un vrai plaisir langoureux à s'abandonner dans une faille temporelle incertaine, quelque part entre 1940, aujourd'hui et des lendemains inquiétants... À cette temporalité vaporeuse et si originale répondent une mise en scène comme toujours au cordeau et des saillies mélodramatiques émouvantes. Le moindre geste, regard, la moindre chanson fredonnée paraît étonnamment chargé, densifié quand les personnages errent à ce point dans des limbes ensoleillées.
    b.lou
    b.lou

    Suivre son activité 2 abonnés

    1,0
    Publiée le 1 mai 2018
    Quel navet ! Je ne connaissais pas ce directeur, je suis allée voir ce film sur recommandation d'une amie franco-alllemande. J'ai découvert une seule (et bonne idée), raconter les choses avec la mise en scène d'aujourd'hui. Mais cela ne suffit pas pour faire un film ! Il n'y a pas de scénario -enfin, il y en a un, mais si pauvre ! La voix off est insupportable et le personnage de Marie, pathétique (une femme qui ne comprend rien et passe ses journées à chercher quelqu'un sans poser de questions ni se douter de rien). Ah oui et ****spoiler**** quelqu'un peut-il m'expliquer le suicide de la femme aux chiens ?
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 355 abonnés Lire ses 371 critiques

    2,0
    Publiée le 5 mai 2018
    À une époque indéterminée, qui pourrait être contemporaine, mais qui rappelle les événements de la Seconde guerre mondiale, des réfugiés allemands se pressent à Marseille en quête d'un bateau vers les Amériques. Parmi eux, Georg (Frank Rogowski) a subtilisé les papiers de Weidel, un écrivain qui s'est suicidé après que sa femme l'a quitté. Mais les pas de Georg croisent ceux de Marie Weidel (Paula Beer) qui ignore la mort de son mari et cherche à le retrouver. Adapté d'un roman autobiographique de la romancière allemande Anna Seghers, réfugiée au Mexique en 1941, "Transit" opte pour un parti pris de mise en scène audacieux quoique pas totalement inédit (au théâtre le procédé est monnaie courante et au cinéma, "Peau d’Âne" ou, plus récemment, "Marguerite & Julien" étaient construits selon le même principe) : mélanger les temporalités en tournant un film d'époque dans des costumes et des décors contemporains. C'est sans doute la principale richesse du film mais aussi sa principale faiblesse. Sa principale richesse car l'histoire de Georg, de Marie et des quelques malheureux réfugiés qui errent dans les rues de Marseille, dans ses hôtels sordides, dans ses consultas débordés, n'est pas sans écho avec notre époque. L'accueil qui leur est fait, qui alterne et combine l'indifférence, l'hostilité et parfois la solidarité, n'a rien à envier à celui qui est réservé aux réfugiés qui franchissent ces temps-ci la Méditerranée au péril de leur vie. En mettant en scène une famille maghrébine, dans une banlieue défavorisée, à laquelle Georg se lie, Christian Petzold souligne d'ailleurs lourdement cette dimension de sa parabole. Pour autant, on peine à comprendre l'utilité du procédé. Et on n'arrive pas à se convaincre que le film n'aurait pas été autant sinon plus efficace s'il avait été tourné dans des costumes d'époque. Si bien que ce qui est revendiqué comme un parti pris audacieux de mise en scène se révèle ex post comme un moyen habile de faire des économies sur le budget de production. Cette mise en scène est d'autant moins stimulante qu'elle se met au service d'un scénario qui a mal vieilli. Le roman d'Anna Seghers décrivait une galerie de personnages auxquels le film accorde une attention trop limitée. Et son coup de théâtre final est trop daté pour émouvoir. La qualité des acteurs (Franz Rogowski, aperçu dans "Happy End" et dans "Victoria", Paula Beer dont la démarche élancée et les talons mi-hauts rappellent immanquablement Nina Hoss, l'égérie des précédents films de Christian Petzold) ne suffisent pas à sauver ce film déséquilibré.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top