Notez des films
Mon AlloCiné
    Cold War
    note moyenne
    4,0
    1530 notes dont 172 critiques
    répartition des 172 critiques par note
    28 critiques
    57 critiques
    50 critiques
    23 critiques
    9 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur Cold War ?

    172 critiques spectateurs

    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 600 critiques

    2,5
    Publiée le 31 octobre 2018
    Si, comme dans son précédent film (Ida), Pawlikowski atteint la perfection technique, de la qualité des images à l’intelligence de la mise en scène, le propos se perd toutefois dans les circonvolutions d’une histoire follement romantique mais racontée avec trop d’emphase. La beauté de ce couple - remarquablement interprété, par ailleurs-, ses tourments, compliqués par une situation politique périlleuse, se diluent quelque peu dans un mélo de roman-photo. Attention, le rythme alangui et les ellipses du scénario peuvent conduire le spectateur à une douce somnolence.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 345 abonnés Lire ses 2 086 critiques

    2,0
    Publiée le 21 janvier 2019
    Le film s'ouvre par une superbe scène durant laquelle deux hommes chantent une chanson. Une scène simple, mais marquante par la profondeur du regard de ces hommes qui ne peut laisser indifférent. Ce qui suit est par contre beaucoup moins profond et pour le coup m'a laissé complètement indifférent. C'est le deuxième film de Pawel Pawlikowski que je regarde après "Ida" et c'est la deuxième fois que j'ai l'impression de passer complètement à côté du film, ce qui est vraiment frustrant surtout quand on voit toutes les critiques élogieuses au sujet du film. Cette histoire d'amour se déroulant à différents moments et à différents endroits dans un contexte politique délicat ne m'a pas transporté ni touché. Le background n'est pas développé tandis que le récit comprend pas mal d'ellipses ce qui donne l'impression de voir des petits moments pris ici et là, mais qui manquent de liant. C'est bien mis en scène et irréprochable sur le plan esthétique, mais ça manque de passion, de chaleur et d'émotion. Pour le coup, on peut dire que c'est froid... Joanna Kulig est convaincante, mais son duo avec Tomasz Kot ne fonctionne pas vraiment. Comme pour "Ida", c'est peut-être un film pas fait pour moi tout simplement. C'est un joli roman-photo, mais un film un peu léger qui ne dégage pas grand-chose malgré l'histoire et le contexte.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 28 critiques

    4,5
    Publiée le 11 avril 2019
    A juste titre récompensé à Cannes pour sa mise en scène, Pawel Pawlikowski réalise avec "Cold War" un film aux qualités multiples : une superbe photographie en noir et blanc, une excellente BO nous faisant découvrir la musique populaire de la Pologne des années 50, avec de jeunes chanteuses et danseuses traditionnelles magnifiques. Le scénario n'est pas en reste, avec une très belle histoire romantique, aux problèmes politiques subjacents. Ce film nous offre également un excellent casting. Outre la belle participation de Jeanne Balibar, Tomasz Kot dans le rôle de Viktor fait, lui aussi preuve de sobriété et d'efficacité. Quant à Joanna Kulig, elle se révèle magistrale dans le rôle principal de Zula ; ses transformations physiques sont hallucinantes. Ses chants à l'accent slave envoutent avec la très belle scène au cabaret parisien où elle interprète "Deux Cœurs" en français
    mindstyle
    mindstyle

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 55 critiques

    2,0
    Publiée le 7 novembre 2018
    Après avoir lu le synopsis, je m'attendais à une explosion d'émotions et au violent déchirement de deux passions contrariée par le contexte politique de la Guerre Froide. Au début du film, je me suis même demandé si je ne m'étais pas trompé de salle, mais non, c'était bien Cold War. Que dire, sinon que cette histoire d'amour ressemble plus à une amourette qu'autre chose ? Les numéros joués par Zula sont agréables à entendre et à regarder, ce qui fait que le film repose essentiellement sur cette actrice qui accroche indéniablement le regard, et dont le visage exprime ce mélange de tristesse et de dureté typiquement slave. En dehors de cet aspect, le film ne génère pas vraiment d'émotions et l'attente a donc été quelque peu déçue.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 371 critiques

    3,0
    Publiée le 29 octobre 2018
    Dans la Pologne communiste de l'immédiat après-guerre, Wiktor (Tomasz Kot) est chargé de rassembler les trésors de la musique populaire et de créer une troupe folklorique. Il fait à cette occasion la rencontre de Zula (Joanna Kulig), une jeune femme récemment sortie de prison après avoir tenté de tuer son père. Entre le chef d'orchestre et la jeune femme, la passion éclate. Le couple vivra pendant une quinzaine d'années, de part et d'autre du Rideau de fer, une relation contrariée par les aléas de l'Histoire. Après un premier film remarquable et pourtant passé inaperçu, "My Summer of Love", Pawel Pawlikowski a connu la gloire grâce à "Ida". Le film, qui racontait l'histoire d'une jeune novice en proie au doute à la veille de prononcer ses vœux dans la Pologne communiste des années cinquante, a obtenu l'Oscar du meilleur film étranger, un BAFTA, un Goya. Il a fallu patienter près de cinq ans pour voir son film suivant - en attendant l'an prochain son adaptation du "Limonov" d'Emmanuel Carrère. Pour écrire "Cold War", Pawel Pawlikowski, né en 1957 à Varsovie, exilé en Occident à l'adolescence, en Allemagne, en Italie puis en Angleterre où il s'installe définitivement et effectue le début de sa carrière jusqu'à son retour en Pologne en 2013, s'est librement inspiré de l'histoire de ses parents. Ils étaient, dit le réalisateur, follement amoureux l'un de l'autre et incapables de vivre ensemble. Leur histoire d'amour fut mise à mal par l'exil, la séparation forcée, les retrouvailles retardées. Tel est le sujet de "Cold War", un film au titre bien mal choisi ; car si la Guerre froide constitue en effet l'arrière-plan de cette histoire, c'est la relation entre Wiktor et Zula, qui n'a rien de belliqueuse, ni de froide, qui en constitue le centre. "Cold War" ressemble à Ida. Même noir et blanc poétique. Même format carré de l'image. Même paysages enneigés et glacials. Même Pologne étouffant sous la chape de plomb du communisme. Même élégance de la mise en scène - qui méritait largement le prix reçu pour ce motif à Cannes en mai. Alors pourquoi trois étoiles seulement et pas quatre voire cinq ? Parce qu'à la différence de "Ida" qui m'avait bouleversé, "Cold War" ne m'a pas ému. Parce qu'à force de garder l'émotion à distance, le film de Pawel Pawlikowski m'a laissé sur le bord du chemin. Parce que la perfection de chaque plan, les traits parfaits de Joanna Kulig, l'âpre beauté des chants polyphoniques slaves m'ont sidéré plus qu'ils ne m'ont touché.
    bendelette
    bendelette

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 24 critiques

    2,5
    Publiée le 13 novembre 2018
    Intéressante cette recherche d'artistes du peuple au début du film,mais la suite,cette histoire d'amour ne m'a guère touchée ,et la vue de Paris est digne d'un touriste,manque le béret et la baguette.Il y a de très belles images,en noir et blanc,style rétro,mais cela ne suffit pas à faire un bon film.
    Takoyaki Pierogi
    Takoyaki Pierogi

    Suivre son activité 1 abonné

    2,5
    Publiée le 30 octobre 2018
    Pologne d’après-guerre sous occupation communiste, Wiktor est chargé de ressembler une troupe de chants folkloriques. C’est dans ce contexte qu’il va faire la rencontre de Zula, une jeune femme récemment sortie de prison après avoir tué son père. Elle intègre la troupe et ainsi débute une histoire d’amour passionnelle entre nos deux protagonistes. Le récit va s’étaler sur quinze années, qui ne paraissent finalement que brièvement racontées. On a assez de mal à s’attacher aux personnages qui manquent de réelle profondeur. Leur histoire d’amour est superficielle, manque d’originalité. On ne s’attend d’ailleurs pas vraiment à une romance dans le contexte historique choisi ; contexte néanmoins original qu’il aurait été très intéressant de développer, et pourquoi pas lui donner un rôle à jouer dans leur romance, mais est finalement mal exploité. Le film n’en fait mention que dans de brèves répliques sans grand intérêt pour la suite de l’histoire. C’est très surprenant, de la part d’un film s’intitulant « Cold War ». La raison de ce titre reste floue. Serait-ce une métaphore décrivant la relation de Wiktor et Zula, menaçant à plusieurs reprises d’exploser ? Le choix du noir et blanc est un autre élément difficilement justifiable. Il est vrai que le travail de la lumière vient magnifier le jeu des acteurs, la photographie est sublime, mais on ne sait pas ce que cela apporte d’autre et le résultat donne une impression de superficialité, encore une fois. En dehors de cette histoire d’amour quelques peu décevante, on retient tout de même des aspects positifs. Le travail sur le son est surprenant. Les chants folkloriques sont tout simplement magnifiques à écouter, un héritage culturel qui ne manquera pas de nous émouvoir, point fort du film par sa récurrence. En effet dès le début on voit un plan noir, la musique débute alors d’une façon assez violente qui nous ferait presque sursauter. A partir de là, l’écran noir et la musique reviendront de manière régulière. Ainsi, on pourrait comprendre que le film est clairement divisé en chapitres toujours signifiés de la même manière : une coupe nette avec l’action par l’apparition de l’écran noir, un silence total, et la musique qui revient brutalement. Effet de mise en scène intéressant mais qu’on fini par regretter car fait progresser l’intrigue presque trop vite, alors que nous souhaiterions mieux connaître les personnages. En conclusion le film est indéniablement beau, aussi bien visuellement qu’auditivement, mais il aurait mérité d’être plus long afin de pouvoir mieux développer certains aspects majeurs, tels que le contexte historique, la romance, ou encore les personnages. En l’absence de cela, le film reste trop superficiel. Malgré l’idée de départ offrant un très bon potentiel pour réaliser un film des plus émouvant, on espérait en voir plus.
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 47 critiques

    3,0
    Publiée le 12 novembre 2018
    " cold war " prix de la mise en scène du dernier festival de cannes par le réalisateur d' "Ida " oscarise fut en dessous de mes espérances. En effet j'ai eu du mal à m'enthouaisme devant cette histoire d'amour impossible trop froide à mon goût, cependant j'ai trouvé la photographie sublime, avec une élégante mise en scène et certaines belles chansons .
    Gwen R
    Gwen R

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 396 critiques

    2,5
    Publiée le 18 novembre 2018
    La partie histoire d'amour, à Paris, m'a plu, le début moins, je trouve ce noir et blanc trop froid , trop attendu pour dépeindre un pays de l'est. A cause des ellipses, il y a des choses qu'on ne comprend pas donc globalement l’esthétisme prie sur le scénario pourtant servi par deux acteurs prenants.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 20 critiques

    2,5
    Publiée le 3 décembre 2018
    En 2015, Pawel Pawlikowski obtenait l’Oscar du meilleur film en langue étrangère avec Ida (2013). Dans sa nouvelle réalisation, Cold war, le cinéaste polonais reconduit le même formalisme cinématographique à savoir un noir et blanc enfermé dans un format 4/3. Face à la chronique mélancolique d’un exil entre la Pologne, l’Allemagne, la France et la Yougoslavie, ce style était-il le plus approprié ? Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    bouloumbou
    bouloumbou

    Suivre son activité Lire sa critique

    2,5
    Publiée le 16 janvier 2019
    De très jolis plans mais un style un peu voir très ampoulé. Et l’histoire ne tient pas debout... Et la musique...je reste sceptique, la Pologne devrait se pencher vraiment sur son passé plutôt qu’édulcorer ainsi les choses.
    Didier L
    Didier L

    Suivre son activité 19 abonnés

    2,0
    Publiée le 18 novembre 2018
    On peut comprendre que le film ait obtenu le prix de la mise en scène au dernier festival de Cannes plutôt que celui du scénario. Si le noir et blanc est aussi somptueux que celui de "Ida", si les cadrages fascinent par leur finesse, si le sens de l'ellipse de Pawlikowsky est toujours aussi maîtrisé, le scénario, quant à lui, ne se révèle être qu'une simple bluette et les atermoiements des protagonistes finissent par lasser. L'autre déception immense réside dans le fait que l'histoire se situe durant les pires années de la guerre froide, période qui n'est jamais exploitée politiquement mais seulement pour sa reconstitution esthétique. A vouloir miser sur la seule élégance de sa mise en scène, le réalisateur livre un film froid et sans chair.
    kingbee49
    kingbee49

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 149 critiques

    2,5
    Publiée le 22 juin 2019
    Déception. Les ellipses, les invraisemblances et autres partis pris figés de mise en scène étouffent franchement l'émotion qu'on aurait du ressentir à la vue de ce film. Cela manque de passion, de chair, de souffle, de folie....Et c'est dommage, parce que, comme tout le monde l'a remarqué, "Cold War" est absolue réussite esthétique avec des cadrages et un noir et blanc sublimes. Bon, allez, une étoile pour Joanna Kulig, quand même...
    larramendy
    larramendy

    Suivre son activité 3 abonnés

    0,5
    Publiée le 17 janvier 2019
    Quelle déception! J'avais beaucoup aimé Ida, mais là, aucun contenu, C'est juste une suite de péripéties l'itinéraire d'un couple qui vit une histoire faite de séparations/retrouvailles aussi improbables que lassantes. Je pense que le contexte historique -comme pour Leto, très mauvais, a dû influencer les critiques.
    William Dardeau
    William Dardeau

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    2,0
    Publiée le 4 janvier 2019
    Le réalisateur polonais de ce COLD WAR se surestime ; il ne suffit pas de tourner en noir et blanc pour donner une âme à une histoire d’amour slave (donc triste !) se déroulant dans les années 50. Beaucoup de clichés (le Paris jazzy) ; je n’ai pas trop saisi l’intérêt de l’œuvre ; mais Joanna Kullig est irradiante
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top