Mon AlloCiné
Call Me By Your Name
note moyenne
4,4
3686 notes dont 358 critiques
38% (135 critiques)
25% (90 critiques)
15% (55 critiques)
12% (43 critiques)
6% (21 critiques)
4% (14 critiques)
Votre avis sur Call Me By Your Name ?

358 critiques spectateurs

L'AlsacienMarseillais

Suivre son activité 329 abonnés Lire ses 1 045 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/03/2018

Je vais être honnête, quitte à ce qu'on me jette des tomates à la figure, mais j'ai halluciné pendant les deux premiers tiers du film de la réputation de chef-d'oeuvre criée par les critiques et les spectateurs. Je me suis vraiment ennuyé en regardant "Call Me By Your Name" qui raconte les premiers émois amoureux d'un adolescent de 17 ans pendant ses vacances familiales passées en Italie à la veille des années 80. Le rythme est lent, les dialogues tournent autour du pot pour ne rien dire et on ressent le temps de latence des chaudes journées d'été. Je n'arrivais pas à rentrer dans le film, à m'attacher à ses personnages qui me paraissaient superficiels et pédants avec leur côté très cultivé et polyglotte. Je ne comprenais pas comment un film aussi plat sur le point de vue scénaristique puisse être autant adulé. Quand tout à coup, au détour d'une scène contemplative où il ne se passe rien, j'ai commencé à comprendre et à me dire "c'est vrai que c'est beau quand même", "tient, ça me rappelle ça...". L'amour d'été éphémère devient soudain objet d'identification, d'émotion et de mélancolie. L'été ennuyeux devient soudain palpitant et on aimerait, tout comme ses personnages, qu'il ne finisse jamais. La force du film réside essentiellement dans l'écho du propos, pourtant si anodin et personnellement étouffé en nous, qui résonne des heures voir des jours durant. Je vous jure, j'ai détesté ce début si creux et ça a été tout le contraire avec cette fin si forte et touchante, marquée par la sublime scène clés entre le père et son fils, teintée d'espoir et d'acceptation. Timothée Chalamet, très naturel et solaire, semble pouvoir tout faire dans le rôle principal de ce récit initiatique amoureux et nous touche par sa sensibilité et son désarroi face à son premier amour. Armie Hammer, son partenaire, ne manque pas de charme et de sincérité. L'image est chaude, la campagne italienne réveille d'anciens souvenirs de vacances et les scènes d'amour sont filmées avec passion et pudeur. La bande originale, quant à elle, intensifie toute la nostalgie de cet éveil des sentiments. Au final, "Call Me By Your Name" m'a parlé et touché mais je n'irai pas jusqu'à parler de chef-d'oeuvre...

benoitG80

Suivre son activité 930 abonnés Lire ses 1 262 critiques

2,5Moyen
Publiée le 17/03/2018

« Call me by your name » est une romance où rien ne dépasse... Entre l’Italie des années 80 façon « Dolce Vita », la superbe propriété rêvée, les parents intellos et ouverts à tout, le réalisateur met déjà tout de son côté pour que cette idylle amoureuse coule de source ! Entre Elio et Oliver, c’est un jeu de séduction évident, puis la naissance d’une relation sans fausse note, tout en délicatesse évidemment qui sans être désagréable à regarder, n’arrive cependant pas à surprendre, à étonner pour être véritablement un sujet digne d’un intérêt crucial ! C’est beau, l’Italie et l’été donnent envie, tout a l’air facile et naturel, et même si on peut s’émouvoir de voir nos deux tourtereaux s’amouracher l’un de l’autre, tout reste convenu et un peu mièvre quand même ! Les dialogues, les sujets de discussion ne vont pas non plus nous bouleverser plus que cela, même si quelques échanges entre Elio et son père peuvent amener tout de même à réflexion. Les deux acteurs Armie Hammer et Timothée Chalamet ne révolutionnent rien dans leur prestation, mais nous offrent des moments assez tendres à travers leurs sentiments... Alors malgré une forme agréable, une ambiance douce et sensuelle qui peut plaire, rien de bien transcendant n’émerge pour autant de ce film de Luca Guadagnino... Dommage !

Basketo

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 187 critiques

2,5Moyen
Publiée le 02/03/2018

Tellement encensé par la critique, nous nous sommes précipités dès le jour de la sortie. On entre vite dans cette atmosphère estivale : il fait beau, les jeunes s'amusent pendant que les plus âgés se baignent dans l'art. La romance s'installe petit à petit entre ce beau mâle dominant et convoité et ce mineur qui se cherche. Et puis on s'ennuie. Parce qu'il ne se passe pas grand chose, c'est très prévisible, il n'y a aucun élément qui s'oppose à l'intrigue. Je comprends bien que c'est un film utile car il permet de montrer une attirance homosexuelle assumée des deux côtés, avec un regard bienveillant des parents (Spoiler: et un discours fort balisé du père à la fin). Mais en terme de cinéma, c'est peu pour 2h11.

Yves G.

Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 1 267 critiques

2,5Moyen
Publiée le 06/03/2018

À l'été 1983, dans le nord de l'Italie, Elio passe ses vacances en famille. Son père, professeur d'histoire de l'art, accueille pour l'été un assistant de recherche, Oliver. Entre les deux jeunes hommes, malgré la différence d'âge (Elio a dix-sept ans seulement, Oliver a une dizaine d'années de plus) l'attirance est immédiate et irrépressible. Elio et Oliver tomberont bientôt dans les bras l'un de l'autre. "Call me by your name" est un film solaire qui réussit à nous faire ressentir la chaleur d'un été italien et la fraicheur d'un bain de minuit. C'est un film qui, avec un soin scrupuleux, fait revivre une époque, vieille déjà de près de trente-cinq années, mais qui, pour les gens de ma génération, a le parfum proustien des vertes amours enfantines - et la dégaine inimitable des années quatre-vingts. C'est un film d'un raffinement exquis qui, dès son générique, nous permet d'accéder à une vie intellectuelle supérieure : la villa italienne qu'habitent pendant leurs vacances ce père anglais et archéologue, cette mère française et polyglotte - on découvre avec étonnement l'aisance d'Amira Casar à s'exprimer indifféremment en français, en anglais, en italien et en allemand - et ce fils surdoué a le charme décati et la vieille domesticité fidèle que n'ont pas les résidences de vacances des nouveaux riches. C'est enfin et surtout un film d'une sensualité fiévreuse qui nous fait partager - ce qui, à mon âge avancé, est une sacrée gageure - l'excitation débordante d'un jeune homme pour qui tout est objet de désir : la jeune fille en fleurs qui le supplie de lui prendre sa virginité, un brugnon juteux (sic) et bien sûr ce splendide éphèbe américain qui danse aussi bien qu'il nage. Malgré les immenses qualités de "Call me by your name", je n'ai pas été séduit. Pire : je ne sais pas l'expliquer. Est-ce un vieux fond d'homophobie qui me rend insensible aux romances gays ? Si c'était le cas, ce serait triste, et même grave. Mais j'ai adoré "Maurice", "Le Secret de Brokeback Mountain" ou "La Vie d'Adèle". Ouf ! J'en ai marre de ne pas aimer les films que tout le monde qu'aime, de ne pas succomber à leur charme fou. "Phantom Thread", "La Forme de l'eau", "Lady Bird" et maintenant "Call me by your name". Les meilleurs films de ce premier trimestre, encensés par la critique, salués par le public, qui ont désormais leur nom dans l'histoire du cinéma grâce aux Oscars, m'ont laissé de glace. C'est grave docteur ? Oui. Oui parce que mes critiques répétitivement scrogneugneu vont vite se démonétiser à force de dire du mal de films qui ne le méritent pas. Oui parce que cette déprime hivernale est peut-être le signe que mon goût critique est en train de s'émousser et qu'il est temps pour moi de passer à autre chose sur quoi me faire les griffes : le tricot ? le hard metal ? la Premier League ?

Nicolas Jeremy A.

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 14 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 04/03/2018

La photographie, l'ambiance et les décors sont les points forts du films. Je ne pourrais pas dire que le film n'est pas agréable à regarder. Le casting et le jeux d'acteurs est plutôt bon. Malheureusement les échanges entre les Olivier et Elio n'ont absolument rien d'intéressant. Le film de m'a rien fait ressentir, à par l'envie de partir en Italie. Leur relation n'est pas passionnante au poins d'en faire un film de plus de 2h. Je suis content qu'on nous propose des films avec histoires gays, mais pourquoi faut-il que ce soit des films aussi fades ? Je me demande si ce film serait noté actuellement 4,4 sur Allociné si les personnages étaient un homme et une femme... Ce que je veux dire, c'est que faire un film esthétiquement magnifique avec une histoire d'amour gay est original pour certains, mais je trouve que ça ne suffit clairement pas.

Jochen W.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 3 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 03/03/2018

Une histoire qui se lit peut-être mieux que de la voir filmé comme ici. Je me demande d'où vient le 'hype' autour de ce film, je n'ai presqu'à aucun moment cru dans l'attirance des deux hommes, c'est très intellectualisé et la caméra a la sensualité d'un film télé, malgré le beau Italie. Si on parle d'une 'chimie' entre les hommes qui serait palpable, regardez plutôt "Weekend" ou le récent "Seule la terre". "Call me by your name" proclame beaucoup et n'y tient pas.

jthuil

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 171 critiques

2,5Moyen
Publiée le 15/03/2018

Même si le rendu est indéniablement esthétique, Call Me By Your Name retrace sur deux longues heures les premières amourettes d'un adolescent, qui, à 17 ans, parle en tout sept langues, lit des livres toute la journée et même la nuit, connait l'origine éthimologique du mot "abricot", joue du piano et de la guitare, écrit des partitions, et aide son père professeur des universités à trouver des sculptures anciennes au fond de la mer. Quoi ?! Vous avez du mal à vous identifier ?!

floflo2204

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 309 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/02/2018

Oubliez tous les préjugés que vous pouvez avoir lu sur ce film, avant d'être une romance gay, comme certains veulent le décrire, Call Me By Your Name est une magnifique histoire d'Amour qui réussit là où bien d'autres long-métrages du même genre ont échoués. Dès les premiers instants on est transportés dans une Italie pittoresque protégée de toute trace de technologie et où la nature est reine. En effet, la première chose qui frappe est sans conteste la beauté des paysages choisis pour accueillir le film. Tous sont d'une splendeur inégalée et s'intercale parfaitement dans l'esprit de la scène ou même dans l'histoire en général. Il faut d'autant plus souligner que ces paysages sont mis en valeur de manière fantastique par Luca Guadagnino. La réalisation et la maîtrise de ce dernier sont une telle réussite qu'à aucunes secondes le spectateur ne se sent mis de côté ou laissé pour compte. Il a surtout cette faculté à rendre une scène beaucoup plus prenante ou émotionnellement riche que prévue. On pourrait citer de nombreux instants mais celui qui reste indubitablement le plus en mémoire est ce plan final absolument bouleversant. Scène finale bien aidée par un des plus beaux castings qu'il m'ait été donné de voir au cinéma depuis un moment. Timothée Chalamet et Armie Hammer dégagent une alchimie à toute épreuve que bon nombre de films romantiques ont désespérément cherché à atteindre sans jamais y arriver. Ces deux acteurs savent nous emmener dans leur voyage, leurs découvertes, leur vie avec force, beauté, richesse et sans aucun doute une grande admiration l'un pour l'autre. Cependant, résumer le film à la seule performance de ses deux acteurs principaux serait ne pas rendre justice aux splendides performances des autres acteurs et actrices tout autant talentueux. Il faut surtout souligner le très émouvant monologue de Michael Stuhlbarg qui résume à lui seul la vie et l'amour avec une justesse irréprochable. Parler de Call Me By Your Name sans mentionner sa musique serait un affront, la bande originale du long-métrage est remplie de tendresse, de beauté et d'émotions. Les morceaux de classique ou bien composés par Sufjan Stevens sont un pur ravissement et transmettent toute l'essence du film en quelques notes. Après le visionnage, on ne peut s'empêcher de se replonger dans ces chansons et écouter Mystery Of Love ou bien Visions Of Gideon nous procurent des frissons tout en nous ramenant directement dans le nord de l'Italie. L'adaptation menée par James Ivory est irréprochable, pour avoir lu le roman d'André Aciman, on retrouve ici tout ce qui fait la beauté de l'histoire d'Amour que vivent nos personnages et de cet été qui changera leurs vies. Alors oui, on pourrait résumer Call Me By Your Name à une romance gay mais ce serait à mon sens terriblement réducteur que de le cantonner à quelque chose d'aussi restreint quant on voit tout ce qu'il transmet et le message universel qu'il véhicule. Finalement, Call Me By Your Name est bien ce pur chef-d'oeuvre qui ne vous laissera pas indemne et qui vous hantera longtemps après sa fin.

marc C.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 42 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/03/2018

Pur chef d'oeuvre de sensibilité et de finesse. les deux acteurs sont sublimes,les parents aussi(merveilleuse Amira Casar). Filmé dans cette Italie si belle et si authentique ce film est un joyau sur les premiers émois et le sentiment amoureux. Il ya bien longtemps que je n'avais pas éprouvé un si merveilleux moment de cinéma.....

I'm A Rocket Man

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 206 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 07/03/2018

Ce film m'a laissé sans voix...mais pas dans le bon sens du terme !! En lisant le flot de critiques positives à son sujet, en voyant qu'il était nommé aux Oscars, je me suis dit que j'allais passer une soirée délicieuse et bien je suis tombé de très très haut !! Je n'ai jamais vu un film si soporifique, si inintéressant et si agaçant !! La première partie est une succession de scènes sans intérêt, ponctuées de dialogues intellos autour de la littérature, de l'archéologie et je dois dire que je me suis ennuyé à mourir. Je me suis dit qu'il fallait que je tienne au moins pour voir la romance mais mon Dieu que ça m'a coûté !! Et alors quand la pseudo-romance est arrivée, je me suis mordu les doigts de m'être entêté à regarder.;. Les personnages changent du tout au tout et deviennent puérils et irritants et franchement je n'ai pas capté du tout le revirement !! Je n'ai pas compris le comportement d'Elio, (et le jeu de Chalamet m'a laissé perplexe !!), je n'ai pas aimé le jeu de séduction, la relation entre les deux hommes n'est pas touchante et pour être honnête j'ai vécu un vrai calvaire pendant plus de 2 heures !! Je ne comprends pas ce que les gens (que ce soit le public ou les professionnels du cinéma) peuvent trouver à ce navet bobo et soporifique !! Un mystère complet !

Joce2012

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 80 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 03/03/2018

Ce film est trop long... il y a de beaux paysages, j'ai été touchée par la sensibilité des personnages mais un peu dérangée par la jeunesse et donc le manque de maturité du plus jeune partenaire bien que ce soit quand même un peu le thème du film ....

J-C D.

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 148 critiques

2,5Moyen
Publiée le 03/03/2018

Le film est tellement cérébral, voire pédant, qu'il exclut toute spontanéité à cette histoire entre deux êtres socialement et talentueusement pas ordinaires et qui, après avoir évolué entre entre hétéro- ou homosexualité, se rapprochent plus par choix intellectuel que par pulsion émotionnelle. Abondance de belles images et d'étalage de tolérance chique, aide à faire avaler ce lent rapprochement bien peu sentimental. A voir si on est intéressé par ce genre de film, bien réalisé mais plus lent que nécessaire.

spaceman42114

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 104 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 28/02/2018

Une perle, une claque visuelle, un jeu d'acteurs époustouflant, bref un chef d'oeuvre comme le cinéma en produit très peu et qui passera malheureusement inaperçu pour le commun des mortels...dommage. En attendant, pour ceux qui ont la chance de pouvoir le voir, courez au cinéma voir ce film d'une beauté et d'une poésie bouleversante. Magnifique!

velocio

Suivre son activité 266 abonnés Lire ses 1 916 critiques

0,5Nul
Publiée le 01/03/2018

Il y a des films pour lesquels, quand on voit le concert de louanges qu'ils récoltent tant de la part des critiques et des gens du métier ainsi que de la part des spectateurs, on se demande pourquoi on ne les a pas aimés. On s'interroge, et, parfois, on trouve : en fait, pour moi, Luca Guadagnino souffre du syndrome Kéchiche : des scènes presque toujours trop longues à mon goût. Avec ces plans qui paraissent trop long, l'émotion, éventuellement arrivée au milieu du plan, finit par s'user, par disparaître et vous repartez à zéro dans le plan suivant. Résultat final : voici un film qui a tous les ingrédients pour apporter beaucoup d'émotion (la naissance d'une histoire d'amour, la chaleur de l'été, de beaux paysages italiens, un scénario de James Ivory) et qui ne génère qu'un ennui profond. En plus, ce film languissant se la joue intellectuel de façon très prétentieuse et cela n'arrange rien, bien au contraire. Conclusion : dans un passé récent, il y a eu au moins deux films qui traitaient de ce sujet des difficultés, pour un adolescent, de prendre conscience de son homosexualité : "Fronteras", de Mikel Rueda, et "Quand on a 17 ans", d'André Téchiné. A mon avis, ils étaient très largement supérieurs à "Call me by your name".

Rémy S

Suivre son activité 424 abonnés Lire ses 816 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/03/2018

Voilà le premier chef-d’œuvre de l’année. « Call me by your name ». Un film d’une grâce et d’une beauté incommensurables. Une œuvre d’une douceur et d’une magie qui vous prend au cœur pour ne plus vous lâcher deux heures durant. Rarement la passion n’a été montrée de manière si prégnante au cinéma. Peu importe qu’elle soit entre deux garçons, la manière dont elle est ici évoquée appartient à l’universel. Dès les prémices de leurs rapports, on vibre avec eux, on ressent leurs émotions, on frémit à leurs hésitations comme on est transporté lorsque, enfin, le désir prend corps lors d’ébats amoureux montrés avec pudeur. A la fois chronique estivale, histoire d’amour et récit initiatique et d’apprentissage de la sexualité, ce long-métrage accumule les qualités avec une justesse inouïe qui confine à la perfection. Cette œuvre lumineuse emporte tout sur son passage dans sa langueur éthérée. Et la bande originale qui emballe « Call me by your name » rajoute au côté hypnotique et merveilleux qui résonne et fait frisonner nos âmes de spectateurs. Le long-métrage de Luca Guadagnino a le bon goût de se dérouler à l’aube des années 80, à une époque où les smartphones n’existaient pas et où l’on s’amusait encore de rien. Où la lecture, les jeux d’enfants et la communion avec la nature étaient la panacée. D’ailleurs, le cinéaste filme l’été comme rarement on l’avait fait. La douceur de la rosée du matin, le bonheur simple de baignades dans la rivière ou de balades en vélo ou encore les repas arrosés qui finissent la nuit tombée sont retranscrits d’une manière si juste qu’on ressent juste l’envie de les vivre avec les personnages. Il plane ici un doux parfum des films français d’antan sans pour autant rendre le film passéiste ou poussiéreux. On a l’agréable sensation de la Madeleine de Proust mais où l’on ressent davantage l’envie de vouloir vivre ceux que vivent les personnages plutôt que de le revivre. La fibre nostalgique fonctionne donc à plein régime et notre esprit s’en retrouve complètement envoûté. « Call me by your name » semble totalement intemporel - le temps semblant s’être arrêté - baigné dans une insouciance et une volupté dont on ressort complètement groogy. Et puis quelle alchimie entre ces deux interprètes! Timothée Chalamet nous réserve la composition d’acteur la plus impressionnante et juste vue depuis des lustres. S’il ne reçoit pas l’Oscar du meilleur acteur cette année, c’est à n’y rien comprendre. Il est à l’aise dans tous les registres, s’emparant de chaque scène, de la plus banale à la plus difficile, avec une aisance et un naturel qui n’inspire rien d’autre que le respect. Armie Hammer ne démérite pas et à eux deux, ils forment le duo romantique le plus beau vu sur grand écran depuis bien longtemps. De plus, l’art et la culture sont mis à l’honneur avec finesse, loin de rendre le long-métrage pesant ou prétentieux. On y discute en plusieurs langues dans un univers solaire et lumineux, bercé de poésie, qui entête et enivre bien longtemps après la projection. L’émotion n’est jamais forcée et cette histoire sentimentale a le bon goût d’éviter toute mièvrerie pour se focaliser sur l’essentiel, les ressentis les plus élémentaires du cœur et le désir des corps qui se frôlent puis s’étreignent. D’ailleurs une scène d’une intelligence rare entre l’adolescent et un père compréhensif synthétise tout un pan de la notion de passion. Et lorsque le film se termine dans un long plan sur le visage de Chalamet, on nous assène le plus beau coup de grâce qui soit. Son regard exprime tout ce qu’est le deuil d’un amour de manière définitive. On est alors juste le cœur en miettes, triste de quitter ces amants malheureux mais heureux d’avoir vécu avec eux une passion si belle dans un si joli écrin. Cette œuvre inclassable et hors du temps est immanquable! Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top