Mon AlloCiné
Corpo Elétrico
Note moyenne
3,1
10 titres de presse
  • Critikat.com
  • Le Nouvel Observateur
  • L'Humanité
  • Cahiers du Cinéma
  • Les Inrockuptibles
  • Ouest France
  • Télérama
  • Transfuge
  • Le Journal du Dimanche
  • Première

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

10 critiques presse

Critikat.com

par Clément Graminiès

Le beau geste politique du film se situe ailleurs : dans le fait de capter une circulation des désirs loin de toute classification, d'étirer les scènes jusqu'à ce que l'enjeu dramatique se désagrège ou encore d'appréhender les inégalités sociales comme une donne qui interfère dans les rapports éphémères entre les individus.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Nouvel Observateur

par Xavier Leherpeur

L'intime et le social sont au cœur d'un scénario et d'une mise en scène qui, à l'image du héros, sont sans tabous. Ils captent, derrière l'ivresse fébrile de ce corps électrique et sexué, la tristesse d'amours déjà perdues et l'inquiétude d'un futur incertain.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

L'Humanité

par Vincent Ostria

Une (nouvelle) bonne surprise brésilienne, qui célèbre sur un mode bon enfant et entraînant les vertus de l’empathie.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Cahiers du Cinéma

par Ariel Schweitzer

L’aspect apaisé du film empêche le réalisateur d’approfondir le regard sur les contradictions et les tensions sociales que cette mixité sociale peut représenter. Comme si, en voulant à tout prix mettre l’accent sur la normalité, presque la banalité, de l’homosexualité dans le monde de l’usine, il neutralisait le potentiel dramatique, et politique, du film.

Les Inrockuptibles

par Vincent Ostria

L’essentiel reste la richesse humaine de ce film quasi musical aux multiples seconds rôles. Rien n’est laissé au hasard par le cinéaste, qui parvient à suggérer un sentiment pas si évident qu’il y paraît : l’impression de naturel.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Ouest France

par Pierre Lunn

La tonalité mélancolique et le naturel des acteurs sauvent l'ensemble de l'anecdote.

Télérama

par Pierre Murat

On se croirait, par moments, dans une version courte et humble de Mektoub my love, d’Abdellatif Kechiche, avec tous ces corps et ces cœurs qui s’embrasent avec un seul but : ne rien laisser échapper de la vie.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Transfuge

par Damien Aubel

"Corpo Eletrico", et c’est le grand paradoxe, et aussi la grande réussite du premier long de Marcelo Caetano, c’est la chronique d’une solitude sans tragédie. D’un détachement qui n’a rien de dramatique.

Le Journal du Dimanche

par Baptiste Thion

Du charme, des personnages attachants (et bien interprétés), quelques soirées pittoresques, mais aussi des redondances et peu d'enjeux dramatiques.

Première

par Michaël Patin

Ni fable politique queer, ni vraie coming-of-age story, c’est l’instantané d’une jeunesse dont la sexualité semble aussi libre que son rapport au monde est nonchalant. Reste la vigueur du naturel, entretenue par des acteurs impeccables, et cet arrière-goût mélancolique si particulier qu’on appellera saudade.

La critique complète est disponible sur le site Première
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top