Mon AlloCiné
Rey, l'histoire du Français qui voulait devenir Roi de Patagonie
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Rey, l'histoire du Français qui voulait devenir Roi de Patagonie" et de son tournage !

Un personnage excentrique

C'est principalement l’excentricité du personnage d'Orllie-Antoine de Tounens qui a éveillé la curiosité de Niles Atallah lorsqu'il a découvert son histoire. Le metteur en scène précise : "C’était comme un conte de fée réel : un avocat provincial rêvait de devenir roi d’une contrée lointaine. Pour moi, cette aventure était tout à la fois absurde, excitante, héroïque et un peu pathétique. Ce qui a fini de me convaincre c’est son acharnement à aller aussi loin et à ne jamais renoncer. Son projet a pris des proportions gigantesques, et totalement consumé sa vie. Mais c’est justement au bord de la folie que sa quête transcende une soif de pouvoir et de domination ordinaire. Son dévouement, sa conviction inébranlable, sa persévérance contre tous les obstacles, contre toutes les opinions de son époque le révèlent, non pas comme un leader politique, mais bien comme une sorte de poète."

Au-delà de l'histoire officielle

Si le point de départ de Rey, l'histoire du Français qui voulait devenir Roi de Patagonie est l’histoire de Tounens et comment il s’est fait connaître comme Roi d’Araucanie et de Patagonie, la source principale d'inspiration du film a été les failles dans ce que l’histoire a retenu de lui. Niles Atallah a ainsi été fasciné par ce parcours qui lui a ouvert plusieurs pistes. Il explique :

"Plutôt que de simplement découvrir ce qui s’était passé, j’ai trouvé des suppositions et des contradictions, des théories qui étaient présentées comme des événements certains. Les événement historiques eux-mêmes sont volatiles et changeants. Ils sont constamment en mouvement et nos conclusions s’appuient sur cet amas de ruines qui s’effondre. Dès que j’ai commencé mes recherches, j’ai compris que j’étais poussé à générer une version « officielle » de son histoire. Raconter des événements réels du passé est une forme de narration."

Coproduction minoritaire

Rey, l'histoire du Français qui voulait devenir Roi de Patagonie est une coproduction chilienne minoritaire. Niles Atallah note : "Le projet était peut-être trop difficile esthétiquement ou peut-être que c’était une question de goût. Il est possible que le sujet soit encore sensible politiquement. Quelles ques soient les raisons, nous avons postulé au fond national six années consécutives et nous avons été refusés au premier tour les six fois."

Esthétique du film

D'un point de vue esthétique, la forme du film s'est dessinée lorsque Niles Atallah confrontait les zones d’ombre des archives. Le réalisateur avait décidé qu'il allait créer ses propres archives et remplir certains vides, en étant conscient qu’elles seraient fictionnelles et inexactes. "Ce seraient des manifestations imaginaires de la vie du roi sur de la pellicule. Je créais mes propres images d’archives du royaume, alors que bien sûr le cinéma n’existait pas à l’époque", développe-t-il. Atallah a donc filmé l’acteur sur les lieux en 16mm avant même de commencer à écrire le scénario et a enterré la pellicule puis l'a déterrée, pour la projeter et la scanner à différentes étapes de sa décomposition. 


"En imaginant et en regardant les images du roi se décomposer, l’idée du film et le scénario ont lentement pris forme. Dans ce film, on fait l’expérience de ces souvenirs du roi comme s’ils étaient les nôtres. Le spectateur est le témoin de la dégradation de ces souvenirs, physiquement dans la matière de la pellicule elle-même et narrativement dans la façon dont les souvenirs s’altèrent au cours du film. Esthétiquement, REY ne propose pas une réalité externe qui pourrait être reconstituée empiriquement. Le film offre un lieu où l’objectivité et la raison ne peuvent pas être séparées du reste. La raison cohabite avec la dérai - son, le fantastique et l’absurde"
, termine-t-il.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Alita : Battle Angel (2019)
  • Le Chant du loup (2018)
  • Grâce à Dieu (2019)
  • Ralph 2.0 (2018)
  • Destroyer (2018)
  • Black Snake, la légende du serpent noir (2017)
  • Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2018)
  • Nicky Larson et le parfum de Cupidon (2018)
  • Green Book : Sur les routes du sud (2018)
  • Dragons 3 : Le monde caché (2019)
  • All Inclusive (2018)
  • La Favorite (2018)
  • La Chute de l’Empire américain (2018)
  • La Grande Aventure Lego 2 (2018)
  • La Mule (2018)
  • Paradise Beach (2018)
  • Vice (2018)
  • Jusqu'ici tout va bien (2018)
  • Brice 3 (2015)
  • Escape Game (2019)
Back to Top