Mon AlloCiné
Santa & Cie
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Santa & Cie" et de son tournage !

Un break

Alain Chabat avait décidé de faire une pause après Sur la piste du Marsupilami sorti en avril 2012 pour prendre du recul. Le réalisateur se rappelle ainsi avoir été assez "relax" quand, à Noël 2015, cette histoire de Père Noël est venue à lui. Il explique : "J'ai commencé à l’écrire pour m’amuser. Et je me suis pris au jeu. Le scénario a pris forme et, avec mon producteur Alain Goldman, on a décidé de très vite se lancer dans l’aventure de la fabrication de ce film. Finalement, du 25 décembre 2015 - date de la première ligne d’écriture - au 6 Décembre 2017 - la sortie en salles - il s’est passé moins de 2 ans. C’est la première fois que je vais aussi vite pour faire aboutir un projet de film."

Le retour

Si l'on excepte son caméo dans le récent Valérian et la Cité des mille planètes de Luc BessonAlain Chabat n'avait plus tourné dans un film depuis Réalité de Quentin Dupieux, sorti en 2014. Sa dernière réalisation remonte quant à elle à 2012 avec Sur la piste du Marsupilami, qui avait été un succès très mitigé compte tenu de son budget élevé (environ 40 millions d'euros).

Une idée

L'idée du film est venue à Alain Chabat à Noël alors qu'il se trouvait aux Etats-Unis. Il se souvient : "Une période que les gens fêtent à fond, chacun décorant sa maison, leurs rues, dans les magasins… Je me suis imaginé Santa Claus débarquant quelques jours avant Noël et découvrant cette ambiance folle, avec sa candeur et son innocence."

Et de 5 !

Santa & Cie est le cinquième long métrage d'Alain Chabat après Didier (1997), Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002), RRRrrrr!!! (2004) et Sur la piste du Marsupilami (2012).

Un Père Noël vert

Le Père Noël du film est vert alors que, pour les gens, le rouge est indissociable de ce personnage. Alain Chabat justifie ce choix : "On sait que dans les années 30, Coca Cola a mis son Père Noël en rouge pour être cohérent avec la couleur de la marque. Mais avant ça, il y a d’innombrables illustrations de St Nicolas représenté en brun-marron avec des broderies dorées, en vert… Je suis simplement revenu au personnage original. Obélix a des braies rayées bleues et blanches, le Marsupilami est jaune et noir, Santa est vert. Et c’était une question de plus pour lui quand il arrive chez nous : « Pourquoi ils me mettent en rouge tout le temps ?… »"

Effets spéciaux

Alain Chabat a travaillé avec le superviseur d’effets spéciaux numériques Bryan Jones qui, de la préparation à la fin de la post-production film, a suivi, coordonné et donné vie à 540 plans truqués, parfois très complexes. Il précise : "On devait par exemple voir 92 000 lutins dans la fabrique de jouets, toutes et tous avec le même visage. Techniquement, c’est de la multi-pass, du motioncontrol, beaucoup de fonds bleus (pas verts, c’est a couleur du costume de Santa)…"

Les rennes

C'est la dresseuse Muriel Bec qui a trouvé les rennes auprès d’éleveurs. Au total, Alain Chabat et son équipe ont travaillé avec douze rennes et il y en a huit à l’écran (qui tirent le traîneau). Le cinéaste/scénariste/acteur explique : "Le renne est un animal très doux, mignon, vraiment charmant et attachant. Bon, il arrive que parfois un mâle ait besoin de se faire respecter du reste du troupeau et il est alors un peu moins docile. Là, il vous regarde en poussant un grognement sourd et en penchant la tête avec ses bois dirigés vers vous. Dans ces moments-là, j’avoue que je ne faisais pas le malin."

Les enfants

Coralie Amadeo, la directrice de casting, et son assistante Lisa Lhoste, ont rencontré beaucoup d’enfants avant de trouver Tara Lugassy et Simon Aouizerate. "Nous avons travaillé avec eux à la fois de façon très ludique et professionnelle. Ils sont aussi concentrés que dissipés, aussi créatifs dans les impros que précis avec les textes, le meilleur des deux mondes. Ça a été une joie de vivre cette aventure avec eux. Ils ne savaient jamais quelle scène ils allaient jouer et découvraient l’histoire à mesure qu’on la tournait. Le résultat est un mélange de dialogues écrits pour eux et de propositions nées de leur imagination", se rappelle Alain Chabat.

Un personnage cinématographique

Le Père Noël est un personnage qui a fourni matière à plusieurs comédies au cinéma. Parmi elles, nous pouvons compter le récent Le Père Noël avec Tahar Rahim, Bad Santa avec Billy Bob Thortnton ou encore Elfe avec Edward Asner.

Les seconds rôles

Côté seconds rôles, Grégoire Ludig et David Marsais du Palmashow jouent les policiers et Bruno Sanches accompagné d'une certaine Louise Chabat campent les lutins et lutines. Alain Chabat a choisi de faire appel à une génération de nouveaux comiques qui font rire les "jeunes" comme lui le faisait autrefois avec Les Nuls. "Que ce soit Grégoire et David du Palmashow, Kyan Khojandi, Bruno Sanches ou les artistes qui viennent du sketch télé ou du Net, il y a un fonctionnement commun avec lequel je suis familier. Nos parcours sont différents mais le fait de pondre de la vanne au jour le jour donne une grande légèreté au travail. On cherche, on propose, c’est bien on garde, c’est pas bien c’est pas grave, on cherche autre chose…", précise-t-il.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Mortal Engines (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Pupille (2018)
  • Hunter Killer (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Pachamama (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Oscar et le monde des chats (2018)
  • Edmond (2018)
  • Leto (2018)
  • Galveston (2018)
Back to Top