Mon AlloCiné
Mauvaises herbes
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Mauvaises herbes" et de son tournage !

Naissance du projet

Les Mauvaises herbes est le deuxième long métrage de Kheiron après Nous trois ou rien (2015). Pour ce nouveau film, le metteur en scène a voulu parler d'un thème qui le touche particulièrement : l’éducation. "Je souhaitais surtout aborder des thématiques qui me tiennent à coeur comme, par exemple, la rédemption, la communication ou la chance de pouvoir accueillir en France des gens qui viennent de loin et qui enrichissent notre culture", précise-t-il.

Histoire vraie ?

Dans son premier long métrage, tout ce qui était raconté était vrai. Dans Mauvaises herbesKheiron aurait pu indiquer « inspiré d'une histoire vraie », mais il a beaucoup laissé libre cours à son imagination, si bien qu'il s'est dit qu'il ne mérite pas ce tampon. Le cinéaste confie : "Je suis surtout parti d'une matière que je connais. Les six enfants du film sont des cas authentiques, soit que j'ai observé en tant qu'éducateur, soit que mes collègues m'ont raconté, soit qui sont arrivés à des gens que je connais lorsqu’ils étaient adolescents."

2 temporalités

Avec Mauvaises herbesKheiron voulait totalement perturber le spectateur. C'est pour cette raison qu'il n'y a aucun repère visuel ni sonore entre les deux temporalités du long métrage. Le réalisateur raconte : "Si on projetait séparément un extrait des scènes du passé et un autre des scènes du présent, on pourrait croire qu'on est face à deux films différents. Il ne s'agit pas du même pays, pas de la même époque, pas de la même langue, pas des mêmes acteurs et pas de la même lumière. Je tenais donc à désarçonner le spectateur en lui montrant deux histoires qui, au fur et à mesure, finissent par s'imbriquer en créant un système de ramifications qui donne plus de profondeur aux personnages. J'aime les fins joyeuses au cinéma mais j'aime la dureté pendant le déroulement de l'intrigue. Or, la France est – heureusement pour nous – un pays qui n’est pas en guerre : d'où l'idée d'y injecter une histoire qui se passerait ailleurs."

Elaboration des personnages

La scène d'arnaque au sac à main volé entre Monique et Waël est la scène que Kheiron a écrite en premier. Le metteur en scène voulait d'abord concevoir un dispositif qui tienne la route, avant d'imaginer les dialogues. Lorsqu'il a terminé cette séquence, la relation entre les deux personnages était claire pour lui : cette vieille dame enfreint la loi pour protéger ce jeune homme, tout en étant consciente qu'elle ne l'aide pas vraiment.

Il développe : "Puis, j'ai réfléchi à leurs parcours : D’où vient Monique ? Comment a-t-elle rencontré Waël ? Ensuite, je me suis intéressé à la relation Monique-Victor : comment se sont-ils connus ? À travers des actions de militantisme et de solidarité. Il suffit d'un simple échange entre eux pour comprendre qu'ils se sont côtoyés il y a longtemps dans un contexte humanitaire. S'agissant de Victor, je me suis inspiré de mon père."

Vers le conte

Les deux points communs entre les films préférés de Kheiron Forrest Gump, Intouchables, Love Actually, et Starbuck –, est qu'il s'agit d'abord de comédies dramatiques faisant penser à des fables. Le cinéaste confie : "J'adore cette manière de raconter simplement des choses complexes et d'inscrire une petite histoire dans la grande. En réalité, un conte permet de livrer un enseignement à un enfant et oblige donc à simplifier. Ce qui me plaît au fond, c'est qu'un maximum de gens se reconnaisse dans ce que je raconte : le conte donne une valeur universelle à mon récit."

Un rôle sur-mesure

Kheiron a toujours envisagé d'interpréter le rôle principal de Mauvaises herbesPendant deux ou trois mois après son premier long métrage, Nous trois ou rien, plusieurs rôles de migrants lui ont été proposés, puis des seconds rôles et puis plus rien du tout... Il se rappelle : "Avec Nous trois ou rien, j'avais tellement mis en avant le personnage de ma mère, qui est motrice, que j'avais envie de me faire plaisir et d'être plus proche de ce que je fais sur scène : je souhaitais incarner un personnage moteur à mon tour. J'ai donc écrit un rôle sur mesure que j'avais envie de jouer. Déjà qu’en France, quand un comédien est aussi réalisateur, on a tendance à oublier qu’il peut également jouer, alors si je ne joue pas dans mes propres films, vous n’allez pas me voir souvent à l’écran ! (rires)"

Trouver les 6 ados

Pour trouver les six adolescents, Kheiron a fait appel à Adelaïde Mauvernay, directrice de casting. Sa première consigne était qu'il ne voulait pas de comédiens, mais des ados issus de la "vraie vie". Du coup, ils ont d'abord envisagé un casting sauvage qui s'est avéré être un processus trop long, compliqué à mettre en place et inefficace car les rôles des petits sont très techniques pour des non-comédiens. Le réalisateur se souvient :

"On est donc passé par des agences de jeunes comédiens et des associations théâtrales et on a dû voir une centaine de gamins par rôle. Puis, on leur a donné la réplique pour les mettre en situation et on a réduit nos candidats potentiels à une dizaine. J'ai ensuite retenu deux enfants par rôle et on a fait des essais en groupes pour trouver la combinaison idéale et la bonne alchimie. Ça a été un bonheur sans nom de les choisir."

Cadre spatial gris et bétonné

Les scènes parisiennes ont été tournées dans un collège de Montreuil. Kheiron a choisi cet établissement car il était dominé par le gris du béton et le vert prononcé de la verdure. Il souhaitait que ce collège soit gris et fermé sur le monde, et que Waël et les enfants voyagent grâce aux vannes, aux activités, et à ce qu'ils vivent dans cet espace clos. Le réalisateur poursuit : "Et les touches de vert sont là pour rappeler cette évasion, la poussée des mauvaises herbes à travers la chape de béton. Toutes les scènes du passé ont été filmées au Maroc dans de vrais décors pour être les plus sincères possibles. Pour la séquence où les mecs coursent le petit Waël, la police locale avait effectué une rafle deux jours plus tôt et arrêté tous les délinquants tant le quartier est dangereux."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Pupille (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Leto (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • L'Exorcisme de Hannah Grace (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Mauvaises herbes (2017)
  • A Star Is Born (2018)
  • Lola et ses frères (2017)
  • Ma mère est folle (2018)
  • Under The Silver Lake (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
Back to Top