Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Juste route
Note moyenne
3,5
10 titres de presse
  • Transfuge
  • Le Dauphiné Libéré
  • Le Nouvel Observateur
  • Positif
  • Studio Ciné Live
  • Télérama
  • Cahiers du Cinéma
  • Les Fiches du Cinéma
  • Première
  • Le Monde

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

10 critiques presse

Transfuge

par Nathalie Dassa

La mise en scène, l’économie de dialogues, le travail virtuose sur la lumière et la musique installent une tension permanente crescendo. L’ensemble transforme le film de Török en un devoir de mémoire, dont l’urgence et la nécessité sont accentuées, et non esthétisées, par la perfection formelle, au même titre que "Le Fils de Saul" de son compatriote László Nemes.

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Dans un noir et blanc qui ajoute à la froideur de la situation, un regard pénétrant sur la mauvaise conscience d’un pays, confronté à ses plus noirs fantômes.

Le Nouvel Observateur

par François Forestier

Ferenc Török, magistralement, souligne la violence secrète, la culpabilité rampante d'un groupe social. Pour les juifs, éternels errants, il ne reste qu'une solution : la route. Fidèle à son titre, le film est d'une justesse à la fois émouvante et enthousiasmante.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Positif

par Bernard Génin

Un film salubre et efficace donc, apparemment simple tranche de vie ordinaire mais qui témoigne avec force, sans discours, avec des images fortes (...).

Studio Ciné Live

par Antoine Le Fur

On pourrait s'attendre à un film sinistre. Il n'en est rien. C'est avant tout un réjouissant jeu de massacre dans lequel chaque personnage semble avoir quelque chose à se reprocher.

Télérama

par Pierre-Julien Marest

La Juste Route est un film curieux. Une forme de western hongrois, d’austère facture, tourné en noir et blanc, respectueux de la règle des trois unités.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

par Ariel Schweitzer

Malgré la description convenue de certains personnages, qui frôle le cliché, et malgré une intrigue finalement assez prévisible, le film parvient à convaincre grâce à une mise en scène précise et à une esthétique jouant intelligemment sur les contrastes du noir et blanc.

Les Fiches du Cinéma

par Valentine Verhague

1945. Au lendemain de la guerre, l’arrivée de deux Juifs dans un village hongrois affole ses habitants qui, conformément à la législation nazie, ont réquisitionné leurs propriétés. Malgré sa forme lacunaire, le film traite justement un sujet trop rarement évoqué.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Première

par Thomas Baure

La caméra du hongrois Ferenc Török ausculte ces rapports de force à l’aide d’une mise en scène sobre mais efficace. Sa caméra sait garder ses distances avec ce qui se joue et ne cherche jamais à battre la mesure de ces protagonistes déboussolés.

La critique complète est disponible sur le site Première

Le Monde

par Isabelle Regnier

Pourquoi un tel récit aujourd’hui ? Pourquoi tant d’abjection, dépeinte avec un tel détachement ? Mystère.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top