Notez des films
Mon AlloCiné
    Radioactive
    note moyenne
    3,1
    615 notes dont 48 critiques
    répartition des 48 critiques par note
    3 critiques
    4 critiques
    15 critiques
    17 critiques
    7 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Radioactive ?

    48 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 3 182 critiques

    2,5
    Publiée le 13 mars 2020
    La vie de Marie Curie, cette génial cheffe de rayon, est un roman passionnant qui inspire les cinéastes depuis le très académique Madame Curie de Mervyn LeRoy (1943) dont l'actrice principale, Greer Garson, ressemblait beaucoup à la Marie Skłodowska nouvelle de Radioactive, également britannique, Rosamund Pike. Oui, tout le monde parle en anglais dans le biopic de Marjane Satrapi, production internationale oblige, et la pilule a tout de même du mal à passer. Pour le reste, le ton est à l'hagiographie un brin convenue, nonobstant des intrépides sauts dans le temps, après la mort de Marie Curie, pour montrer que les plus belles découvertes scientifiques peuvent aussi déboucher sur des utilisations dévoyées et tragiques pour l'humanité. Vu la quantité de choses à raconter sur la vie de cette femme illustre, le film ne peut que survoler les événements et si tout y est, ou presque, il peine finalement à montrer la véritable Marie Curie, hormis pour son statut d'icône féministe, qui est bien entendu davantage une lecture actuelle que de l'époque où elle vécut, bien que, à la décharge de Radioactive, l'inimitié qu'elle suscita en tant que "voleuse" d'hommes et étrangère est relativement bien illustrée. Depuis qu'elle a délaissé le cinéma d'animation, Marjane Satrapi a du mal à convaincre, notamment dans ce dernier film où le mélange de réalisme sage, de reconstitution figée d'époque, de fantaisie et de discours politique s'avère un peu difficile à digérer quoique le spectacle, dans son ensemble, ne soit pas désagréable. Pour autant, ceux qui connaissent mal cette héroïne apprendront davantage en consultant sa notice dans Wikipédia.
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 217 critiques

    1,0
    Publiée le 12 mars 2020
    « Radioactive » de Marjane Satrapi, retraçant la vie de Marie Curie est truffé d’erreurs scientifiques. Si Pierre et Marie Curie se sont acharnés à manipuler des tonnes de pechblende, c’est parce que cette roche relativement riche en uranium (élément connu depuis 1789) avait la curieuse propriété d’impressionner des plaques photographiques comme découvert en 1896 par le physicien français Henri Becquerel. Le premier prix Nobel attribué en 1903 l’a été conjointement à ces 3 physiciens pour la découverte d’un « nouveau type de rayonnement », une radio-activité dont la nature restait méconnue. Par contre c’est effectivement Pierre et Marie Curie qui ont montré que cet uranium était « phosphorescent » parce qu’il se transformait en des atomes encore inconnus : le radium et le polonium d’où un second prix Nobel attribué cette fois en chimie en 1911. De même contrairement à ce qui est dit dans le film, on ignorait totalement le potentiel oncogène et surtout leucémogène et Marie Curie est décédée en 1934 à l’âge de 66 ans d’une leucémie typique radio-induite puisque précédée (comme dit dans le film) par une anémie non expliquée. La seule exactitude est qu’effectivement le Pr Danlos, Dermatologue, avait pu faire régresser des cancers cutanés par application locale de radium … c’était le tout début de la radiothérapie. Ce radium encore vanté par des publicité entre les 2 guerres (cf. le dentifrice, les allumettes …) reste de nos jours utilisé sous forme de barrettes de radium implantées dans des organes cancéreux : c’est la curiethérapie. On nous présente une Marie Curie très pugnace et volontaire, têtue comme une polonaise (lol) … mais n’est ce pas normal pour une femme qui doit se battre dans un milieu scientifique trusté par les hommes ? Elle est décrite comme une féministe avant l’heure … certes c’est de nos jours à la mode mais là encore c’est lié à la force de son caractère et contrairement à ce qui est dit le premier prix Nobel n’a pas été « aidé » par les mouvements féministes de Suède mais avant tout par la volonté de son mari. Il est également curieux lors de la remise du second prix Nobel de voir les femmes se lever seulement alors que Marie Curie était alors admise par l’ensemble de la communauté scientifique. Enfin il est suggéré qu’elle délaissait ses 2 filles – Irène et Eve – ce qui là encore est faux puisque la carrière d’Eve (pianiste et femme de lettres) a été encouragée par sa mère même si ce versant « artistique » détonait avec la tradition scientifique des Curie. Sur le plan de la forme, le film est un immense flash-back avec de nombreuses scènes très lourdes : sa mère décédée en Pologne de tuberculose réapparaissant de nouveau avec Irène ; une petite mansarde éclairée par une lampe au pétrole avec dans l’encadrure de la fenêtre la tour Eiffel illuminée ; les séances de spiritisme avec l’apparition d’un « ectoplasme » ; cette danse du feu revenant en surimpression lors de la mort de Pierre Curie en 1906 … sans compter là encore de façon très lourde l’anticipation des bienfaits de la radioactivité (en 1957 le premier accélérateur linéaire traitant probablement à Stanford un petit garçon accompagné de son père …) et surtout de ses méfaits : développement de la bombe atomique avec une plongée dans le cockpit d’Enola Gay et au sol un enfant jouant avec un avion en papier et un brave japonais voyant arriver la bombe little boy suivi bien sûr d’un beau nuage atomique ; scène où Joliot – le futur mari d’Irène Curie – assiste à un des premiers essais atomiques aux USA alors qu’il était membre du PCF et également la « ville fantôme » dont les personnages en plastique fondent lors de l’explosion ; clou de mauvais goût Tchernobyl en 1986 où on voit un homme entrer dans le cœur du réacteur … mais curieusement ensuite à l’hôpital où il reçoit la visite de Marie Curie alors qu’il a dû être totalement brûlé instantanément. Le seul point positif de ce film est de montrer l’implication de Marie, un peu poussée par sa fille, à créer 18 petites voitures-ambulances – les « petites Curies » - pour permettre de faire près du front des radiographies permettant aux chirurgiens de repérer les projectiles. Marie Curie a également participé à l’installation de nombreux postes de radiographie fixes … Tout ce travail qui a bénéficié à des milliers de soldats pendant la Grande Guerre a été pendant longtemps occulté probablement en raison de sa liaison « scandaleuse » pour l’époque, avec Pierre Langevin, un des premiers collaborateurs de Pierre Curie. Enfin et bien que ce soit en dehors du film, je tiens à rappeler que Marie Curie a été la première femme à entrer au Panthéon (en compagnie de son mari) et ce en 1995 sur décision de François Mitterrand et en présence de Lech Wałęsa.
    garnierix
    garnierix

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 169 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mars 2020
    En 1893, être femme, polonaise, en France, féministe avant l’heure, qui plus est ultra brillante, complexée de supériorité, tête de cochon, moquée pour tout ça, et où l’on croit dur comme fer que la matière est stable par définition, c’est autre chose pour Marie Curie, 25 ans, que d’être femme en 2020, européenne, où la femme a pris sa revanche sur le traitement infligé par les hommes depuis des lustres, dans tous les domaines ––bien qu’on croie de nouveau tout savoir et tout supputer de la matière et de son origine ! C’est le contenu de ce film. Même si le spectateur scientifique aimerait découvrir davantage le détail des cahiers de brouillon de Marie Curie, pour voir (à l’instar de Einstein) le cheminement qui conduit contre les idées préconçues, ce n’est quand même pas le but de l’auteur. On entend juste des morceaux de pensées telles que "ça ne se comporte pas comme ça devrait". Le film est centré sur autre chose que la science, bien qu’il n’y ait que ça dedans. Il est centré sur une femme de ce temps, sur son extravagance (pas encore celle de Coco Chanel qui n’a que 10 ans en 1893), mais à qui son futur mari dit "j'aimerais partager ma vie avec vous", et non "je vous aime". Centré sur ses souffrances aussi, car c’est un être humain, qui peut aussi dérailler, comme lorsqu’elle demande à un médium "faites apparaître mon mari", désespérée par la mort de ce dernier. C’est aussi quelqu’un qui, bien que sifflée (injustement), organisera quand même des soins efficaces pour les blessés de la guerre de 14-18. Bref, un être exceptionnel. C’est pourquoi il faut voir ce film. Et celle qui l’interprète vaillamment (l’excellente artiste anglaise Rosamund Pike). L’auteur a pris le parti de la montrer, à la fin de sa vie, "revoyant" quantité de choses qu’elle n’a jamais pu "voir" (les conséquences du progrès scientifique). C’est une idée : celle de l’auteur (Marjane Satrapi). Mais il ne faut croire pour autant que tous ceux qui s’émerveillent de tout, ou qui en ont besoin, comme elle, ont toujours l’élévation permettant de prévoir le pire et le meilleur ––la photo finale du film sur le congrès de Solvay de 1927, où les plus grands scientifiques du moment sont autour d’elle et d’Einstein, ne montre pas que des génies capables de sagesse ou de prémonition. A.G.
    Firenze Anima
    Firenze Anima

    Suivre son activité 1 abonné

    1,0
    Publiée le 11 mars 2020
    Ce film est très convenu et sans intérêt. Marie Curie est présenté comme une femme masculine, égocentrique, rigide et monomaniaque alors qu'en réalité c'était une personne sensible, ouverte et feminine, comme l'a décrit par exemple Irène Frain dans son livre http://www.irenefrain.com/marie_curie_videos_liste.php Aucune émotion, morbidité permanente, la bande son lancinante. Pédagogie grossière sur les bienfaits et les méfaits de la recherche scientifique. L'ennui.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 2 750 critiques

    2,5
    Publiée le 3 mai 2020
    Un bilan mitigé pour ce film qui parait s'emmêler dans plusieurs genres. Le biopic en lui même est assez rasoir, pas assez approfondi,et plein de digressions qui n'ont pas grand chose à voir , comme ces parenthèses en avant , avec la bombe sur Hiroshima, Tchernobyl , ou le essais nucléaires au Nevada.On ne voit pas bien le rapport direct avec Marie Curie. Il y aurait alors beaucoup d'autres savants à citer. Et puis la mise en scène est parfois très lourde; la mort de Pierre Curie et la crise de Marie est excessive, trop de Pathos. Les rappels incessants à la maladie de sa mère. Le ton n'est pas juste , Safrtri a certainement été dépassée par son sujet, en recentrant beaucoup sur la cause féministe, pourquoi pas, mais cela parait être trop "interprété"; A l'époque Marie était "juste" une femme libre. On aurait aime plus d'infos sur la personnalité de Marie Curie, sur son cheminement de chercheuse. Les effets graphiques ne sont pas toujours réussis. par contre Rose Pikeamnond est vraiment impeccable , parfaite, elle aurai pu donner encore plus, avec une meilleure direction. .
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 903 critiques

    2,0
    Publiée le 12 mars 2020
    biopic pas très intéressant malgres la personnalité hors normes de marie curie. L'ennui arrive vite faute a une mise en scène plate et confuse, aux acteurs moyen , un rythme lent et en plus on n'apprend pas grand chose.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 706 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mars 2020
    Prix Nobel de physique en 1903 et Prix Nobel de chimie en 1911, Marie Curie était une sorte de génie scientifique de son époque. "Radioactive" nous raconte sa vie et son oeuvre à travers un récit sans concession, montrant les différentes facettes de cette femme totalement dévouée à la recherche durant toute son existence. Rosamund Pike "irradie" ce film de sa présence et incarne superbement cette pionnière des atomes ayant découvert notamment la radioactivité. Le déroulé de ce biopic est plutôt classique et très instructif, quelques longueurs inutiles auraient pu être néanmoins évitées même si, dans l'ensemble, j'ai passé un agréable et intéressant moment devant ce film. A découvrir pour l'esprit lumineux et investi de cette exploratrice des molécules ayant radicalement changé la face du monde ! Site cinemadourg.free.fr
    zorro50
    zorro50

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 217 critiques

    4,0
    Publiée le 12 mars 2020
    Ce film, à défaut d’être captivant, est des plus instructifs à tous points de vue, et donc, pour tous ceux qui ont l’envie d’en savoir plus ou de se remémorer qui a été Marie Curie, il est incontournable
    DaeHanMinGuk
    DaeHanMinGuk

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 320 critiques

    3,0
    Publiée le 7 mai 2020
    Ce film a vu sa carrière en salles tronquée car il a eu le malheur de sortir la semaine de mise en confinement de la population française suite à l’épidémie de Covid-19. C’est un comble qu’un virus prenne le dessus, par film interposé, sur cette grande chercheuse qu’est Marie Curie! « Radioactive » apporte une vision non hagiographique de cette double Prix Nobel : ce n’était vraiment pas un caractère facile et cette force de caractère d’une femme, parmi les hommes, est très bien retranscrite ! Le film permet, grâce à un montage original, de voir les conséquences au XXème siècle, même après son décès, des découvertes de Marie Curie. Il reconstitue bien le Paris de l’époque, même s’il est un peu compliqué de lire du français sur les décors et d’entendre des personnages français parler anglais entre eux car j’ai vu ce film en version originale et c’est ce choix de langue anglaise qui a été fait par la production britannique du film. Cette reconstitution montre bien, qu’il y a 100 ans, le peuple français était tout aussi incapable que maintenant de différentier vie privée et vie professionnelle d’une célébrité et avait un comportement aussi abject dans la rue que maintenant sur les réseaux sociaux : certaines choses n’évoluent pas vraiment ! « Radioactive » n’a malheureusement pas que des qualités : il souffre d’une réalisation trop classique et surtout d’un rythme très lent. Ce n’est certainement pas la meilleure biographie qu’il m’ait été donnée de voir. spoiler: Finissons sur une note positive avec une scène du film digne de « Mon Beau-Père et moi » (Meet the Parents) : quand Irène Curie présente son fiancé Frédéric Joliot, physicien et chimiste en devenir, à sa mère Marie, l’interrogatoire en règle, façon grand oral de médecine, par une prix Nobel de Physique et de Chimie, est très bien rendu !
    L'AlsacienParisien
    L'AlsacienParisien

    Suivre son activité 416 abonnés Lire ses 1 237 critiques

    2,5
    Publiée le 22 mars 2020
    Ne manquant pas de bonnes idées et d'investissement de la part de ses acteurs, "Radioactive" est tout de même un bon coup manqué. A la fois charmé et confus face à la réalisation de Marjane Satrapi, je suis sorti déçu et étonné de certains partis pris qui transforment ce biopic en oeuvre inégale et bâclée. Déjà, le fait que l'action se déroule à Paris sans aucune sonorité française déroute un peu. Ensuite, j'ai découvert qu'il s'agissait là d'une adaptation d'un roman graphique, mêlant science et poésie, ce qui a su donner sens à des éléments qui paraissaient maladroits à premier abord. En effet, en plus de raconter la vie privée de Marie Curie et sa découverte d'un nouvel élément, le montage fait de nombreux aller-retours temporels démontrant les dérives catastrophiques de ses découvertes scientifiques, à l'instar d'Hiroshima et de Tchernobyl. Ce qui parait instructif dans les pages d'un livre semble brouillon dans un biopic. Mais ce qui m'a le plus gêné, c'est cette sensation très étrange, et très rare que le film n'assure pas techniquement. Les images, parfois, perdent de leur éclat, avec une qualité "télé" très laide, et ça déséquilibre considérablement l'esthétique pourtant intéressante. Il y a eu aussi beaucoup de post-synchronisation, notamment à la fin, et ça se ressent beaucoup ! Et enfin, le fait que "Radioactive" empreinte un grand morceau que Philip Glass a composé pour un autre film ("The Hours") lors de sa scène finale m'a gâché tout le plaisir de l'émotion. C'est vraiment comme s'il avait été fini en troisième vitesse, manquant de temps et de moyens... Fort heureusement, ça n'enlève rien à la prestation plutôt convaincante de Rosamund Pike qui campe le rôle d'une femme forte, déterminée, admirable et brillante dans une société où l'homme tentait tant bien que mal de lui imposer ses lois... Rebelle cette grande dame !
    Raphaël T
    Raphaël T

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 28 critiques

    3,0
    Publiée le 13 mars 2020
    Un biopic féministe qui n'est pas à la hauteur de ses ambitions et de son personnage principal, femme de science et de convictions. Comme souvent dans le genre du biopic, le film est trop académique dans sa mise en scène et jamais réellement passionnant dans son récit, malgré quelques fulgurances visuelles et la justesse des interprétations de Rosamund Pike et Sam Riley.
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 423 critiques

    3,0
    Publiée le 20 mars 2020
    En début d’année 2018 était déjà sorti un biopic éponyme sur Marie Curie. L’avantage de celui-ci était que les acteurs s’exprimaient tout naturellement en français, l’interprète de la scientifique étant une polonaise francophone, comme la vrai Marie Curie. Dans le film de Marjane Satrapi, tout le monde s’exprime en anglais. Difficile à avaler au début donc, mais une fois accepté cet écueil, on rentre sans problème dans le film. Rosamund Pike est tout à fait convaincante en Marie Curie. Elle transmet avec grande justesse la personnalité complexe, tout à la fois dure et sensible de la célèbre physicienne. Sam Riley, dans le rôle de Pierre Curie, est plus effacé. C’est sans doute un choix voulu par la réalisatrice, pour mettre plus en avant la personnalité de sa femme. Le récit se laisse suivre sans déplaisir, le long métrage cochant toutes les cases traditionnelles du biopic. On en apprend donc plus sur la vie de Marie Curie à travers ses choix, ses récompenses et sa vie privée. Malheureusement deux points viennent nuire à la lisibilité du film. D’abord, les digressions sur les conséquences futures de la radioactivité (Hiroshima, Tchernobyl, …) ne sont pas forcément bienvenues et sont présentées avec bien peu de subtilité. Et ensuite, toutes les séquences ésotériques avec la danseuse Loïe Fuller, à la frontière du fantastique, sont assez confuses et viennent briser la continuité du récit. Reste un biopic pas désagréable donc, mais le personnage iconique de Marie Curie aurait mérité une œuvre plus profonde.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 451 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    1,5
    Publiée le 14 mars 2020
    Marie Curie compte parmi les scientifiques les plus renommés de son temps. Née Maria Skłodowska, elle perd sa mère à l’âge de dix ans et rejoint à Paris sa sœur pour y poursuivre ses études. Diplômé de la faculté des sciences, elle rencontre Pierre Curie, l’épouse et mène avec lui des travaux sur la radioactivité. En 1903, à trente-six ans à peine, le prix Nobel de physique lui est décerné conjointement avec son mari et avec Henri Becquerel. Huit ans plus tard, elle reçoit seule le prix Nobel de chimie pour sa découverte du polonium et du radium. Le paragraphe qui précède semble tout droit sorti de Wikipedia ? C’est – quasiment – le cas. Le problème est que "Radioactive" a les mêmes caractéristiques : vouloir nous raconter la vie de la grande femme. Il le fait avec une application qui frise l’académisme. Et quelques maladresses. La première est de faire parler tous les personnages uniformément en anglais. La deuxième : reconstituer les rues de Paris à la Belle Époque dans une anonyme ville d’Europe centrale (Budapest ?) en carton-pâte. La troisième : faire la part belle à la vie privée de Marie au détriment de la description, à peine esquissée de ses découvertes. La quatrième : avoir inséré quatre flashwordards, aussi coûteux qu’académiques, pour montrer les conséquences qu’ont eues au vingtième siècle les découvertes de Marie Curie (la bombe d’Hiroshima, la catastrophe de Chernobyl mais aussi la radiothérapie). Il n’y a pas grand chose à sauver dans ce gloubi-boulga anonyme que signe Marjane Satrapi. Où sont passés la verve, l’humour, la touche de l’auteur-réalisateur de "Persépolis" (2008) et de "Poulet aux prunes" (2011) ? La seule à tirer son épingle du jeu est Rosamund Pike dans le rôle de Marie Curie. Toujours impeccable, malgré les maquillages qui la défigurent, l’ancienne "James Bond Girl" évite l’écueil qui aurait consisté à faire de Marie Curie une sainte en insistant paradoxalement sur son principal défaut (ou, du moins, sur le défaut que le film lui prête) : un orgueil, un égoïsme, un féminisme avant l’heure qui la conduirent, malgré elle, à blesser ceux qui l’aimaient, à commencer par son mari, son amant, Paul Langevin, et sa fille aînée, Irène.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 965 critiques

    2,5
    Publiée le 18 mai 2020
    Un long-métrage qu'il me tardait de découvrir pour le portrait de cette illustre physicienne qu'était Marie Sklodowska-Curie et pour la plongée dans ce monde prétendument sclérosé par le paternalisme et l'embourgeoisement d'une élite scientifique exclusivement masculine mais aussi dans l'attente d'une nouvelle prestation puissante de Rosamund Pike, toujours à l'aise dans des rôles complexes, profonds et surtout pour cette plongée qui promettait d'être intéressante et riche en découvertes savantes dans le domaine de la radioactivité mais un ensemble qui, en contrepoint, me laissait très dubitatif quant au choix de la réalisatrice qui devait mener le projet à terme, n'ayant pas du tout apprécié le surfait "Persepolis". Ma seconde incursion dans la filmographie de Marjane Satrapi pour découvrir un film qui m'a à la fois passablement agacé avec ses énormes approximations scientifiques notamment sur la dangerosité du radium et du polonium qui furent découvertes bien après les Prix Nobel obtenus par le couple de chercheurs puis par ce tableau dépeignant dans une intention féministe mais de façon romanesque une Marie Curie arrogante, agressive, mégalomane bien loin de l'image de femme ouverte, sensible de ce qu'elle était réellement mais aussi particulièrement ennuyé à cause d'un rythme assez lent, d'un prisme narratif extrêmement académique basé sur un flash-back initial sans originalité, une mise en scène conventionnelle qui offrent tout de même une belle photographie et quelques séquences magnifiquement oniriques. A mon goût, une biographie amèrement décevante et ratée.
    Louise A.
    Louise A.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 11 mars 2020
    De belles intentions, de bons acteurs, quelques beaux moments, des acteurs émouvants, mais c'est long et ennuyeux, le propos n'est pas centré, c'est décousu. Dommage, il faut plutôt relire la biographie de Marie Curie par sa fille Eve Curie, autrement plus passionnante.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top