Notez des films
Mon AlloCiné
    Underwater
    note moyenne
    2,8
    786 notes dont 150 critiques
    répartition des 150 critiques par note
    11 critiques
    19 critiques
    52 critiques
    31 critiques
    21 critiques
    16 critiques
    Votre avis sur Underwater ?

    150 critiques spectateurs

    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 947 abonnés Lire ses 3 659 critiques

    1,5
    Publiée le 15 janvier 2020
    J'en attendais rien, mais je suis quand même déçu. En fait en regardant ce film, on se dit que vraiment ça ne tient à rien du tout (une bonne idée, une idée de mise en scène) pour transformer une série B en film culte ou bien le transformer en navet destiné à l'oubli éternel. Et malheureusement on est ici dans le second cas. Ce n'est pas surprenant, mais disons que pendant quelques instants j'y ai cru, au début. On a une distribution sympathique, avec Vincent Cassel, Kristen Stewart en blonde aux cheveux courts (qui gère beaucoup moins bien sa carrière que son ex...) donc clairement il y avait moyen que ça soit pas trop mal. En plus ils ont trouvé une excuse scénaristique pour foutre les filles en petite tenue, même si on n'a pas assez de plans dessus... et moi tu me vends un film où Kristen Stewart à moitié nue se bat contre Cthulhu, je prends. Et donc parce que je suis un beauf appréciant Lovecraft, l'idée me plaît et j'avais envie que ça soit bien... Mais non... Le film n'a pas l'efficacité de Crawl par exemple, qui était sorti l'an passé. Déjà il y a plus de personnages, mais surtout l'ordre des morts et la façon sont assez prévisibles, c'est même carrément cliché, le noir, puis le rigolo, puis le chef... ce qui fait qu'on est jamais surpris. Pire encore on a des personnages avec très peu de personnalité. C'est triste. On s'en tape un jusqu'au bout et clairement on ne sait pas qui c'est... C'est un immense aveu d'échec d'être de la sorte incapable d'écrire un personnage. Sinon les situations proposées sont pas réellement angoissantes, ils ne font pas grand chose de leur concept, alors que clairement dans les fonds marins il y avait moyen d'être un peu plus audacieux que ça. Disons qu'on aurait pu faire ça dans l'espace, ça n'aurait strictement rien changé, mais rien du tout. Alors pourquoi pas ? Mais clairement il va falloir utiliser bien mieux la bestiole, l'environnement... Tout est beaucoup trop statique, on ne sait jamais ce que peut faire la bestiole ou non et j'ai l'impression qu'il y a beaucoup de cache misère, on ne la montre pas, non pas pour faire monter la tension, mais pour économiser du budget. Et finalement il n'y a paradoxalement aucune véritable impression de danger venant de la bête... éventuellement de la pression de l'eau, et encore... c'est juste sur le casque est endommagé... Alors que clairement il y avait moyen de faire une séquence ultra tendue avec le niveau d'oxygène qui descend où on te dit le pourcentage, le temps qu'il te reste et tu vois l'objectif au loin, les bestioles qui te courent après et là si on associe ça à une mise en scène correcte, ça aurait pu le faire. Là ils disent juste oxygène bas... mais on ne sait pas combien de temps ils vont tenir, 1 min ? 10 min ? ça ne fonctionne pas véritablement. En fait c'est vraiment un beau gâchis, car j'aurais aimé trouver ça sympathique. Mais il n'y a pas d'idée de cinéma... y'a pas d'idée de cinéma... que veux-tu y faire ?
    Guillaume C.
    Guillaume C.

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 138 critiques

    1,5
    Publiée le 14 janvier 2020
    « Underwater » se divise en 2 parties : Les deux premiers tiers sont assez solides. L’ambiance est particulièrement réussie, entre environnements intérieurs claustrophobiques, et des fonds marins sans visibilité aucune, l’environnement de « Underwater » est aussi hostile qu’anxiogène et visuellement c’est une réussite. D’autant plus que William Eubank n’abuse pas des monstres, ici le pire ennemi c’est le manque de visibilité et ça marche plutôt bien. « Underwater » ne s’encombrant pas d’un gros scénario (ce n’est pas ce qu’on lui demande) il nous plonge d’emblée dans l’action. La tension monte très vite, en particulier lors des sorties sous-marines. Dommage qu’Eubank n’arrive pas à susciter la surprise, les morts se voient des kilomètres à l’avance, si bien que si la tension est là elle n’atteint jamais son paroxysme. Pire « Underwater » essaie de dramatiser à grands renforts de musique, là où au contraire le silence des abysses aurait pu être très angoissant. Cet artifice inutile vient casser l’ambiance du film à de trop nombreuses reprises. De plus si Eubank utilise bien l’environnement en terme visuel (manque de visibilité), il ne l’utilise pas assez comme élément dangereux spoiler: (en enlevant les monstres ça ressemble quasiment à une balade de santé alors qu’on nous dit au début du film que la traversée à pied est pour ainsi dire impossible de par le simple environnement) . Mais bon dans les deux premiers tiers du film « Underwater », s’il n’a rien de fantastique, fait plutôt bien le taff, le manque de surprise étant notamment compensé par un rythme enlevé. En revanche le dernier tiers du film spoiler: (après la mort du capitaine Lucien) est tout simplement catastrophique. Précipité spoiler: (en gros les protagonistes mettent 1h à faire la moitié du chemin, qui est semé d’embûches et 20 minutes la seconde moitié et pénard) , sans imagination elle donne l’impression que les scénaristes sont arrivés au bout du concept et qu’ils ont voulu balancer la fin du film. Alors qu’ils avaient une superbe occasion de relancer les enjeux et refaire monter la pression spoiler: (quand Norah Price se retrouve seule) ils cèdent à la facilité spoiler: (Norah retrouve très facilement 2 camarades). Pire encore ils sombrent dans la série Z (bref le quasi nanar) sans raison aucune spoiler: (que vient faire le monstre géant ? il n’apporte rien et ne sert strictement à rien) . La débauche inutile de monstres semble masquer un manque affligeant de créativité, en plus d’être incohérente spoiler: (comment est-il possible qu’il y ait autant de monstres et que les protagonistes n’en croisent quasi aucun durant la traversé) et le scénario tourne au ridicule spoiler: (on rentre dans la base hyper facilement, on trouve les capsules de survies tout aussi facilement alors que le mélange de Godzilla-Kraken fout la merde à quelques mètres) avec une fin ultra prévisible spoiler: (l’héroïne si forte va devoir se sacrifier pour sauver les amoureux, dont la boulet qui ne fait que chouiner durant tout le film, comme c’est inattendu) , qui à l’instar d’un mauvais téléfilm essaie de nous faire passer un message, aussi inutile que ridicule et mal amené. Et alors qu’un film de ce genre doit monter en pression, pour devenir de plus en plus angoissant, à force de ratés c’est l’inverse qui se produit, la première moitié est bien plus stressante que la seconde, qui à même réussi à me faire décrocher totalement. Car oui « Underwtaer » a réussi le tour de force de me faire passer de spectateur attentif et stressé au début, à une sorte de bulot calé au fond de son siège attendant placidement et mollement que la marée vienne le tirer de la fin de ce film, mon intérêt n’allant plus dans le seul fait de savoir si la mignonne peluche lapin allait s’en sortir, c’est dire si la fin du film est plate et sans aucun intérêt. « Underwater » sonde les abysses de la nullité dans son dernier tiers et vient noyer un début de film plutôt prometteur, un beau gâchis au fond de l’océan.
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 650 abonnés Lire ses 1 079 critiques

    2,0
    Publiée le 9 janvier 2020
    Pas le temps de souffler une seconde dans les fonds maritimes de "Underwater" ! Juste un générique nous martelant un contexte tout plein de mystères bien louches suivi d'un rapide aller-retour dans la tête de l'héroïne (Kristen Stewart) afin de signifier de dures conditions de vie en vase-clos dans une plateforme sous-marine de forage, et, badaboum, le lieu en question est ravagé par une mystérieuse déflagration mettant en danger tous ses occupants ! Dès lors, le rythme du film se calque sur l'urgence de la situation et part à toute blinde avec ses survivants chercher un échappatoire au milieu d'un environnement hostile rempli de "choses" méchamment allergiques à toute présence humaine... En découvrant la bande-annonce de "Underwater", on pouvait tabler sur une sorte de "Life - Origine Inconnue" aquatique, c'est-à-dire une proposition pas forcément des plus originales mais qui utiliserait astucieusement des références bien plus grandes (et adorées) pour aboutir sur un bon vieux film de monstre des plus divertissants. C'est en partie le cas ici sauf que "Underwater" joue dans une cour hélas bien plus insignifiante que le film de SF de Daniel Espinosa. En effet, si William Eubank ("The Signal") régurgite bien tout un tas des titres incontournables du genre à l'écran, il choisit d'en accumuler tous les stéréotypes les plus attendus jusqu'à oublier de donner une véritable identité à son long-métrage. Du groupe de personnages luttant pour sa survie, empilement d'archétypes d'une autre époque auquel le casting (bien pensé) parvient à donner un peu d'âme, aux péripéties qui va les décimer à tour de rôle, "Underwater" tape dans les poncifs les plus basiques pour aller directement à l'essentiel sans jamais envisager une seconde d'en faire plus ! La formule fonctionne quelque part, il faut le reconnaître, la courte durée du long-métrage (1h35) conjuguée à cette ligne de conduite tout autant bourrine qu'un brin nostalgique de la pure série B aquatique lui permet de ne laisser la place à aucun temps mort et évite à notre esprit de divaguer autour de trop grandes réflexions qui mettraient à mal la crédibilité scientifique de l'ensemble (il y aurait pas mal de choses à dire de ce côté mais bon...). Hélas, hormis les spécificités forcément curieuses des "ennemis", le revers de cette approche se traduit par un cruel manque de développements sur à peu près tout le reste: seuls les personnages de Kristen Stewart et Vincent Cassel héritent d'un background un minimum étoffé, le petit discours écolo de l'ensemble se résume à un incroyable "forer c'est pas bien !" et le déroulement du récit à un terriblement complexe "aller d'un point A à un point B" sans que l'on comprenne grand chose au niveau des distances parcourues par tout ce petit monde. D'ailleurs, du côté des prédateurs, "Underwater" joue évidemment un moment avec la nature de ses étranges assaillants et, soyons honnêtes, il parvient à titiller un temps notre fascination de cryptozoologiste en herbe quant à leurs apparences, à leurs origines, etc. Toutefois, comme le reste, et à l'exception d'une révélation finale sur... disons... leur mode de fonctionnement spoiler: (et une ressemblance frappante avec un monstre "lovecraftien" très connu sans que l'on sache si celle-ci est volontaire ou non, il y a pourtant moyen de gagner terriblement en envergure avec ça !) , ces monstres en resteront à leurs plus simples contours de menaces et ne marqueront sans doute pas le bestiaire des séries B aquatiques spoiler: (si ce n'est cette morphologie finale impressionnante, on le répète) ... Rien de bien neuf dans les abysses donc si ce n'est une simple redite d'un cocktail d'action et de suspense qui se contente de singer de bien plus illustres modèles dans le domaine sans parvenir à y de plus. Dans le silence des profondeurs, "Underwater" équivaut tout au plus au murmure étouffé d'un bulot en voix d'extinction. Dommage...
    Marion Scalici
    Marion Scalici

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 3 critiques

    0,5
    Publiée le 15 janvier 2020
    La bande annonce donnait plutôt envie... la fin est prévisible dès le départ, c'est du vu et du revu... kristen Stewart est une bonne actrice mais elle nous a habitué à mieux. Vincent Cassel porte très bien son rôle mais n'empêche pas le naufrage du film. bref, encore un film qui ne sert à rien.
    Norbert F
    Norbert F

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    0,5
    Publiée le 14 janvier 2020
    Film raté, dès le début de l'action et aucune mise en place des personnages, de leur mission. Impossible de s'attacher aux personnages. Bref une espèce d'Alien sous les mers qui s'est noyé dans l'ennui. Le jeu des acteurs est mauvais. Aucune envie de revoir ce navet.
    ju63
    ju63

    Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 10 janvier 2020
    Un "ALIEN" dans les fonds marin très efficace ou l'on est directement plongé dans le feu de l'action ou le rythme ne ralenti pas. Certes on connait les ficelles, le déroulé, les personnages... Mais cela reste un bon divertissement bien exécuté.
    𝑴𝒂𝒕𝒉𝒊𝒔 :) 🎬
    𝑴𝒂𝒕𝒉𝒊𝒔 :) 🎬

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 456 critiques

    3,5
    Publiée le 12 janvier 2020
    -Underwater est un film réalisé par William Eubank sorti le 8 janvier 2020 au cinéma. Les acteurs principaux sont Kristen Stewart, Vincent Cassel, T.J Miller ainsi que Jessica Henwick. -Une équipe scientifique sous-marine fait fasse à un tremblement de terre. Sous l'eau, quelque chose s'est réveillé... -Un film très bien réalisé ou l'on plonge directement dans les profondeurs de l'océan... C'est dingue, les effets spéciaux sont incroyables, ils ont vraiment tout fait pour nous faire imaginer d'être à 11 000 mètres sous l'eau. Le casting est solide et attachant, que dire de Kristen, elle est juste magnifique dans son rôle, elle l'interprète si bien. L'angoisse et le stress sont bien évidement présents face à la situation qu'endure cette équipe. Une chose assez dommage, certaines scènes sont trop sombres donc c'est difficile d'apercevoir les créatures. Cela m'a rappelé le film "LIFE : origine inconnue" mais sous l'eau. Très satisfait du résultat, on commence vraiment bien l'année !
    Standingbull
    Standingbull

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 9 janvier 2020
    Vu au ciné en VOST. Un bon petit film de SF, à voir sur grand écran. Je fais la critique juste parce que j'ai vraiment eu une bonne surprise. On entre direct dans le vif du sujet, pas de trucs gnan gnan. Super bien rythmé, angoissant, action d'entrée quasi non-stop jusqu'à la fin, ce n'est pas un simple huis clos, il y a vraiment plusieurs endroits et scènes différentes. Efficace en mode Alien, auquel on pense tout au long du film sans que ça pose problème. Je m'attarde sur un petit hors sujet idéologique concernant un (bon) élément également un peu pompé sur alien et autre T2: Ça fait du bien de voir enfin une femme héroïne sans discours moralisateur féministe derrière; c'est juste un être humain qui essaie de s'en sortir, on ne nous bassine pas avec de la bien-pensance, et c'est faire honneur aux actrices, et plus largement aux femmes, de les représenter ainsi dans de nouveaux personnages crédibles, plutôt que ressortir des franchises en les repeignant en rose (genre le dernier Terminator ou ghostbuster). En tout cas si tous les films qui sortaient remplissaient le cahier des charges de Underwater, on ne ferait que des heureux!
    Lesfilmsdecrazyduck
    Lesfilmsdecrazyduck

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 11 janvier 2020
    Underwater ne révolutionne pas le genre, l'objectif n'est pas là, William Eubank n'a pas la prétention de faire le film du siècle, le réalisateur livre un divertissement efficace agrémenté de quelques touches d'angoisse au casting solide et attachant, un long métrage réalisé avec habileté et passion.
    Labouze76
    Labouze76

    Suivre son activité 1 abonné

    2,0
    Publiée le 13 janvier 2020
    Underwater n’est pas un simple film, c’est le prequel au film Pacific Rim. En effet, je me demandais quand j’ai vu ce dernier film d’où pouvait bien venir les « Kaiju ». On sait en voyant l’histoire qu’ils sortent de failles ouvertes dans les fonds marins, mais d’où proviennent ces failles. Et bien aujourd’hui, nous avons la réponse, c’est à cause de la société Tian Industries et de ces forages en mer. Merci donc à William EUBANK de nous permettre de dormir moins bête ce soir.
    Matthieu C.
    Matthieu C.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 21 critiques

    4,0
    Publiée le 12 janvier 2020
    Underwater est ce que Alien le 8 ème passager est à l'espace mais cette fois si nous sommes a 10 000 mètres de profondeurs... Je trouve le film plutôt oppressant (les personnages sont sous l'eau bloqués et traqués) La musique rappelle Alien... Malheureusement le film à la fin pars dans le too-much le monstre géants était de trop ! Enfin bref ont passe un bon moment !
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 1 195 critiques

    1,5
    Publiée le 12 janvier 2020
    Généralement, un délai de deux ans entre la finition un film et sa sortie n’est pas bon signe. Underwater en est l’exemple typique. Le film de William Eubanck est une espèce d’Alien sous l’eau et surtout raté. Dès les premières secondes, on est surpris que le film ne présente aucune exposition (alors que le film de Ridley Scott prenait tout son temps pour caractériser chaque personnage) et attaque directement avec la catastrophe. Le résultat est une absence totale d’attachement aux différents personnages qui apparaissent et disparaissent dans l’indifférence complète du spectateur. Le résultat est une impression d’œuvre charcutée au montage où de nombreuses scènes importantes permettant de s’attacher aux personnages et clarifiant le récit auraient été supprimées pour s’axer uniquement sur l’action (alors que le film ne fait que 1H35 !). Inintéressant du début à la fin, Underwater est un ratage total malgré la présence d’acteurs comme Kristen Stewart et Vincent Cassel.
    bladgik
    bladgik

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 365 critiques

    3,0
    Publiée le 14 janvier 2020
    Un film de science-fiction qui remplit son cahier des charges avec une pression pendant la durée du film. Film aquatique avec de l'action des sursauts. Une sorte d'hommage à Alien même si on en très loin on passe un bon moment . Il y a cependant des defaults comme le fait que parfois je ne distinguais pas trop ce qui ce passé c'était assez flou et la caméra bouge beaucoup . Après j'ai trouvé les personnages plus ou moins attachant . Ça reste un bon divertissement
    garnierix
    garnierix

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 168 critiques

    3,0
    Publiée le 13 janvier 2020
    "C'est terrible de se sentir incapable de changer les choses", dit l’héroïne (qui pourtant les changera). Surtout quand on se retrouve dans un milieu des plus inhospitaliers ––milieu qui pourtant ne se trouve qu’à dix kilomètres (mais à la verticale sous la surface de l’eau). Inhospitalier et inconnu (on connaît peut-être mieux Mars qui est à cinquante millions de kilomètres). Mais c’est ce qui permet à l’auteur du film de délirer et de s’en donner à cœur joie : cet inconnu et notre incapacité ––des ingrédients de film d’horreur. Un autre ingrédient, c’est la musique ––excellente dans ce film, au point qu’on pourrait mettre un masque et n’écouter que le son. Tel est ce film, qui est fait pour exciter les sens à fleur de peau, avec jump scares et créatures pleines de dents (donc il faut les images !). On a déjà vu des compagnies qui forent n’importe où, dans des films, dans la réalité : ça ne se passe jamais bien, ça réveille toujours la nature, qui n’a alors plus que l’envie de se venger ––mais c’est sans compter sur la Sigourney Weaver du moment (Kristen Stewart, qui à elle seule justifie d’aller voir le film). Donc petit film pop-corn (pas pour les enfants) qui ne dérange pas, qui distrait, qui maintient du suspense, et qui a dû coûter bien cher ––en conséquence, les effets spéciaux sont réussis et oppressants à souhait. A.G.
    tupper
    tupper

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 763 critiques

    3,0
    Publiée le 12 janvier 2020
    Il se dit que le résultat n’est pas à la hauteur du budget, mais je ne vais pas au cinéma avec une calculette et j’ai trouvé ce film plutôt efficace dans son genre. L’angoisse est communicative, les scènes d'action plutôt réussies même si elles cèdent à la mode des mouvements de caméra à tout va qui donnent du rythme mais nuisent à la lisibilité. Quelques incohérences ça et la mais rien qui nous sorte du film et pas de matraquage d’humour à 2 balles ce qui est louable.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top