Mon AlloCiné
Mes Provinciales
Note moyenne
3,8
19 titres de presse
  • Bande à part
  • Les Inrockuptibles
  • Libération
  • Positif
  • Télérama
  • Transfuge
  • Culturopoing.com
  • La Croix
  • La Septième Obsession
  • Le Figaro
  • L'Humanité
  • Sud Ouest
  • aVoir-aLire.com
  • Critikat.com
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Fiches du Cinéma
  • Première
  • Cahiers du Cinéma

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

19 critiques presse

Bande à part

par Benoît Basirico

Bouleversant marivaudage incandescent d’une jeunesse en quête d’amour et de repères.

La critique complète est disponible sur le site Bande à part

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

“Mes provinciales”, (..) est un film apparemment doux, et qui ne l’est pas du tout. Qui cache sa violence sous une élégance de forme. C’est surtout le film le plus beau de Civeyrac.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Libération

par Marcos Uzal

Civeyrac assume son anachronisme, comme le faisaient Bresson, Rohmer ou Eustache : en serrant le présent dans les mots, en le tordant par des pensées anciennes, en le sublimant dans des intrigues intemporelles. C’est un geste fort ambitieux mais exécuté avec une très délicate simplicité, une limpidité noire et blanche qui laisse s’épanouir la parole et les visages.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Positif

par Jean-Christophe Ferrari

Le résultat est saisissant : rarement la jeunesse fut, à l'écran, aussi belle, aussi vibrante, aussi attachante, aussi confiante et inquiète à la fois.

Télérama

par Louis Guichard

Finalement, un scénario original (alors que les producteurs poussent aujourd’hui à l’adaptation littéraire), quelques décors et des acteurs débutants ou peu expérimentés, regardés avec une attention magnifique, suffisent à donner un grand film.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Transfuge

par Yannick Haenel

C’est d’ores et déjà l’un des plus beaux films de l’année : "Mes Provinciales", de Jean Paul Civeyrac. Ou comment faire naître et vivre une jeunesse incandescente.

Culturopoing.com

par Maryline Alligier

Si Jean-Paul Civeyrac inscrit ses personnages dans une époque bien identifiée, un monde bien réel et des rapports familiers, il trouve toujours l'écho d'une sensibilité universelle, et le film toujours le moyen d'échapper à son temps.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

La Croix

par Céline Rouden

Avec ce film, Jean-Paul Civeyrac propose cependant un récit ample et de facture assez classique qui met à l’honneur une génération de comédiens tous très convaincants.

La critique complète est disponible sur le site La Croix

La Septième Obsession

par Jérôme d’Estais

Un cri ouaté mais puissant, celui d’un cinéaste (d’un enseignant aussi) qui définit l’art comme une quête existentielle, le fait de filmer comme une nécessité, et non comme un passe-temps perméable aux effets de mode.

Le Figaro

par Eric Neuhoff

Avec Mes provinciales, Jean-Paul Civeyrac filme la vie oisive et insouciante de jeunes apprentis cinéastes. Un film intense plein de références.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

L'Humanité

par Emile Breton

Et la mise en scène coule de source : brèves séquences montées sans souci de continuité narrative, mais données comme autant d’éléments décisifs pour la compréhension du personnage – et de son rapport aux autres. Parmi les beautés de cette succession de temps : Paris, ses immeubles à étages, ses rues, les quais de Seine (...).

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Sud Ouest

par Sophie Avon

Entre fêtes, travail et amis, Etienne forge le cinéaste qu’il sera, exigeant, sincère, pas loin sans doute de Jean-Paul Civeyrac qui avec ce neuvième long-métrage n’est pas un nouveau venu. Même si, de fait, son film ressemble à une œuvre inaugurale qui par-dessus les époques et à travers les âges, parle de la jeunesse éternelle, de sa fugacité, de ses fantômes.

La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

aVoir-aLire.com

par Gérard Crespo

Le meilleur film de Jean-Paul Civeyrac, portrait attachant de jeunes cinéphiles, et réflexion subtile sur la création.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Critikat.com

par Pierre Eugène

Le film de Civeyrac a le mérite, sans le revendiquer, de plonger son spectateur avec lui, horizontalement pourrait-on dire, devant ses sujets d’élection. Mais il ne lui offrira pas de porte de sortie, pas de dépassement.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Monde

par Mathieu Macheret

Ainsi le film se montre à la fois étonnamment attentif à la spécificité d’une certaine jeunesse (les évocations des Femen ou des ZAD) et rêvant à travers elle à autre chose : une pérennité, un voeu de beauté reconduit de génération en génération.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

Par chance, Civeyrac ne se contente pas de montrer ses personnages discourir sur l'art et le cinéma, il en fait aussi. Dès qu'il regarde ses comédiennes, dès qu'Etienne partage l'écran avec ses petites amoureuses, le film prend vie.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Fiches du Cinéma

par Nicolas Marcadé

Radicalement sombre et littéraire, le film manque sans doute de légèreté et de contrastes, mais pas de cohérence et d’intériorité.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Première

par Christophe Narbonne

Dans Mes provinciales, classique - et trop long - récit d’apprentissage sur un étudiant en cinéma monté à Paris, en plein doute (artistique et amoureux), Civeyrac oppose ainsi les valeureux soutiens de Godard à ceux de Verhoeven et Fincher qu’il brocarde sans nuances : le “méchant” fan de genre fera son long métrage, pas les autres. On a le droit de ne pas être d’accord avec cette vision binaire et un peu fausse.

La critique complète est disponible sur le site Première

Cahiers du Cinéma

par Stéphane Delorme

Ce qui rend la vision si embarrassante, c’est la prétention désarmante au « grand œuvre » et la naïveté de croire qu’il suffit pour cela d’aligner les références nobles.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top