Mon AlloCiné
Peggy Guggenheim, la collectionneuse
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Peggy Guggenheim, la collectionneuse" et de son tournage !

Qui est Peggy Guggenheim ?

Audacieuse et complexe, Peggy Guggenheim a traversé tous les grands bouleversements du vingtième siècle grâce à sa passion pour l’art... et pour les artistes eux-mêmes. Sa vie sexuelle était, et est toujours, plus débattue que sa collection d’oeuvres d’art, pourtant exceptionnelle, qu’elle a construite au fil des années non pas pour son usage privé mais pour la révéler aux yeux du monde. Elle a ainsi fréquenté, aussi bien professionnellement qu’intimement, Samuel Beckett, Max Ernst, Jackson Pollock, Alexander Calder, Marcel Duchamp. Peggy Guggenheim a d’ailleurs révélé le talent de de Jackson Pollock, Robert Motherwell, Mark Rothko et d’autres encore, désormais reconnus comme des figures de proue du modernisme.

Qui est Lisa Immordino Vreeland ?

Après avoir vécu en immersion dans le monde de la mode et de l’art pendant plus de 25 ans, Lisa Immordino Vreeland écrit la biographie Diana Vreeland: The Eye Has To Travel, et réalise le film documentaire du même nom, sorti en 2012. Le film a été présenté en avant-première internationale au festival du film de Venise, ainsi qu’aux festivals de Telluride et de Chigaco, où il a remporté le Hugo d’argent. Il a également été récompensé par le Musée du Design de Londres en 2013. Peggy Guggenheim est le second film de Lisa Immordino, acclamée pour son précédent documentaire, Diana Vreeland: The Eye Has to Travel. Elle travaille en ce moment sur son troisième film, dédié à Cecil Beaton.

Pourquoi Peggy Guggenheim ?

La réalisatrice Lisa Immordino Vreeland, en tant que diplômée d’histoire de l’art, a toujours été intéressée par Peggy Guggenheim :

"J’ai lu son autobiographie, Ma Vie et mes folies, alors que j’étais encore étudiante, et j’ai découvert que c’était une femme extrêmement courageuse, qui a décidé de reprendre sa vie en main à la quarantaine. Plus jeune, elle était malheureuse, oppressée par les exigences de sa famille, très traditionnelle, et elle désirait changer de vie : cette révolution intérieure était extrêmement intéressante à mes yeux. Elle a vécu des drames, mais elle a été capable de se réinventer au coeur de l’avant-garde de son époque et de trouver sa vocation, ce que je trouve d’autant plus remarquable", explique la cinéaste.

Interview cachée

Lisa Immordino Vreeland revient sur sa façon d'appréhender son documentaire, notamment à travers des interviews de Peggy Guggenheim :

"Nous avons acquis les droits de Peggy: The Wayward Guggenheim, la seule biographie officielle de Peggy Guggenheim, publiée quelques années après sa mort et écrite par Jacqueline Bogard. Jackie avait consacré deux étés à interviewer Peggy, mais avait fini par perdre les cassettes dans son appartement de Park Avenue. Jackie savait tout de Peggy, ce qui est déjà exceptionnel, mais elle avait aussi des relations privilégiées avec son entourage : elle a interviewé pas moins de 200 personnes pour cette biographie. Elle s’est montrée très généreuse, et m’a permis de consulter toutes ses recherches, à l’exception des cassettes manquantes.

Je me souviens que nous visitions son appartement et que, tout en ouvrant une porte de placard, je lui demandai : «Vous n’avez vraiment pas la moindre idée d’où se trouve ces cassettes ?» Elle m’a dit, plus tard, qu’elle avait une cave, alors j’y suis descendue et j’ai consulté tous les documents, en les rangeant au fur et à mesure. Et bingo ! J’ai trouvé les cassettes dans une boîte à chaussures. Il s’agit la plus longue interview jamais donnée par Peggy, et c’est devenu le squelette de notre film."

Peggy Guggenheim féministe ?

"Peggy ne se serait pas non plus qualifiée de féministe. Elle s’est fixée des objectifs et les a atteints, mais elle n’a jamais eu en tête un quelconque idéal féministe, ou en tout cas n’en a jamais fait une revendication politique : elle désirait profondément prendre part au monde de l’art et se trouver elle-même. Elle a toujours voulu créer une collection pour l’exposer, pour partager sa vision de l’art. Quand elle a finalement emménagé à Venise et qu’elle y a installé sa collection, je pense qu’elle a atteint son dernier objectif", analyse la réalisatrice Lisa Immordino Vreeland.

Une sexualité débridée

Le documentaire dépeint de façon très crue la sexualité de Peggy Guggenheim, qui était insatiable : certains disent que, pour elle, sexualité et art allaient de paire :

"Son autobiographie a fait scandale quand elle est sortie, et elle n’utilisait même pas les vrais noms de ses partenaires, seulement des pseudonymes. Ce n’est qu’après la publication qu’elle en a révélé les noms. Mais le plus scandaleux pour l’époque, c’était qu’elle ose parler de sa sexualité. Elle s’est exposée à de potentielles humiliations, mais elle s’en fichait. À cette période, elle était indépendante et en accord avec elle-même. Mais il était clairement inhabituel d’en parler si ouvertement.

Je pense qu’elle s’est trouvée au travers de ses conquêtes sexuelles, et que son besoin de séduction était lié à la perte de son père. Elle était aussi très aventureuse et audacieuse - il suffit de voir les hommes qu’elle choisissait. Ils étaient tous exceptionnels : Samuel Beckett, Yves Tanguy, Marcel Duchamp, et même son mari, Max Ernst. C’était aussi très courageux pour elle de vivre cette sexualité au grand jour. Beaucoup se conformaient aux règles, mais Peggy refusait"
, relate la cinéaste Lisa Immordino Vreeland.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Bienvenue à Marwen (2018)
  • Mortal Engines (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Le Retour de Mary Poppins (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Il était une fois en Amérique (1984)
  • Pupille (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bumblebee (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Edmond (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Hunter Killer (2018)
Back to Top