Mon AlloCiné
Dogman
note moyenne
3,8
359 notes dont 55 critiques
20% (11 critiques)
35% (19 critiques)
24% (13 critiques)
15% (8 critiques)
7% (4 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Dogman ?

55 critiques spectateurs

dominique P.

Suivre son activité 255 abonnés Lire ses 1 613 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/07/2018

Depuis que j'ai entendu parler de ce film, j'étais impatiente de le voir. L'interprète principal masculin a reçu la palme à Cannes pour son rôle et c'est entièrement mérité. Il joue un personnage très humain, très gentil et équilibré. Il tient une boutique, il fait du toilettage canin et du gardiennage canin. Cela marche bien, il est heureux. Il adore les chiens et aime son métier. Il a une ex-femme et une fille avec qui il s'entend bien. Malheureusement, il va être enquiquiné par un voyou complètement déséquilibré, qui d'ailleurs embête carrément tout le quartier. Notre pauvre monsieur va se retrouver dans des situations insensées et dangereuses qui vont le mettre vraiment en mauvaise posture. Je n'en dis pas plus, c'est vraiment un film remarquable. Cependant, j'ai trouvé que cette histoire est trop violente et triste.

titicaca120

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 951 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/07/2018

vu hier en V.O.S.T pour ce genre de film primé de plus à Cannes je préfère. l'histoire d'un pauvre gars "un peu faible" divorcé avec une fille qui toilette les chiens et qui se laisse embobiner par le caïd local. filmé dans cette Italie pauvre où les loisirs ne sont pas légion on assiste à la chute de ce malheureux et de sa vengeance. magnifiques interprétations des acteurs.

traversay1

Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 2 797 critiques

4,0Très bien
Publiée le 11/07/2018

Avec Dogman, Matteo Garrone signe son film le plus fort (au-dessus de Gomorra, même, avis tout personnel), d'une compacité et d'une cohérence impeccables. Dans cette station balnéaire en déshérence de Campanie, qui sert de cadre délabré, les chiens aboient et la caravane de la vie du pauvre Marcello passe en humiliations répétées. Il est un toiletteur pour chiens aussi frêle physiquement que relativement limité en neurones ce qui ne l'empêche pas de faire preuve d'une humanité heurtée par la méchanceté de son environnement immédiat et notamment d'un individu bas de plafond qui l'a choisi comme souffre-douleur. Le film est gorgé d'humour noir, surtout dû aux nombreux chiens qui sont spectateurs des vilenies humaines, mais aussi parfois insoutenable dans des scènes éruptives de violence. Garrone impose sa mise en scène dès le début de Dogman, aucunement voyante mais d'une précision jamais prise en défaut alternant plans serrés et larges (voir en particulier le dénouement). Héritier d'une certaine tradition italienne réaliste, il se nourrit aussi d'une ambiance proche de celle des grands films noirs américains, avec une dimension christique qui n'est pas sans rappeler certains premiers films de Scorsese. Il y a un vrai regard de cinéaste dans Dogman lequel, marié à l'interprétation hors normes de Marcello Fonte, donne au film un cachet spécifique et une force narrative d'une puissance remarquable.

Barnabé Jarrot

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 22 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/07/2018

Coup de cœur pour ce film magistral... L’acteur principal, qui a remporté le Prix d'interprétation à Cannes, est simplement incroyable. Ce film est un conte moderne subtil et puissant, un chef-d'oeuvre !

alice025

Suivre son activité 422 abonnés Lire ses 818 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/07/2018

Voila un film italien remarquable par ce sentiment d'injustice qui nous envahit tout le long. Marcello a une vie simple mais il est heureux comme cela. Simple, naïf et plein de bonté, il est également toiletteur pour chiens et s'occupe de sa fille. Mais il va filer un mauvais coton en compagnie forcé de Simoncino, « ami » limité intellectuellement, violent, accro à la cocaïne. Le prix d'interprétation masculine de Marcello est amplement mérité, il arrive à dégager une empathie énorme autour de son personnage. Le cadre « ville abandonnée » du film renforce ce sentiment où le personnage se sent peu à peu piégé par les magouilles et l'emprise de son ami. L'histoire va bien sûr tourner au drame, c'est violent, sombre et ce sont justement les chiens qui vont malgré eux assister à la bestialité humaine. Un grand film. cinephile-critique.over-blog.com

Yves G.

Suivre son activité 210 abonnés Lire ses 1 297 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/07/2018

Marcello est toiletteur pour chiens. Il s'occupe de ses bêtes avec tendresse. Il partage avec sa fille la passion de la plongée sous-marine. Il est apprécié de ses voisins avec lesquels il joue régulièrement au football. Tout irait pour le mieux pour Marcello s'il n'y avait Simoncino, une brute aussi violente qu'obtuse, qui terrorise le quartier. Mateo Garrone est de retour sept ans après "Gomorra" - on oubliera "Tale of Tales" et "Reality". Et pourtant "Dogman" et "Gomorra" n'ont quasiment rien à voir. Adapté du best-seller de Roberto Saviano, "Gomorra" était une plongée kaleidoscopique dans la Camorra napolitaine, un film choral entrelaçant les histoires, multipliant les points de vue - au point, à mon avis, d'en perdre en cohérence. "Dogman" relève plutôt du conte abstrait. Tout se passe autour du salon de Marcello, dans un quartier déshérité de Rome, au bord de la mer, là même où fut assassiné Pasolini, dans des décors si typés qu'on les croirait sortis d'un film de Fellini. Sans minorer l'extraordinaire prestation de Marcello Fonte, un ancien gardien de prison devenu par les hasards d'un casting sauvage le héros du film, le décor de Dogman est le principal personnage du film. Minéral, pluvieux, on est loin du soleil de carte postale du Latium. Dans ce décor misérable évoluent deux personnages archétypaux. D'un côté Marcello, des faux airs de Luis Rego, chétif, souffre-douleur, avec son seul sourire immense pour se défendre. De l'autre Simoncini, le visage couturé de cicatrices, le front bas, la diction pâteuse, les accès de colère aussi imprévisibles qu'incontrôlables. On pense un instant au duo formé par Georges et Lennie dans Des souris et des hommes ; mais il n'en a pas la fraternelle tendresse. Marcello rappelle plutôt les grandes figures du cinéma néo-réaliste italien, ces figures pleines de dignité filmées par De Sica : le Voleur de bicyclette, Umberto D. Pendant tout le film, Marcello encaisse les brimades, les coups, les trahisons de Simoncino. On pressent que la riposte viendra. On l'imagine d'autant plus meurtrière qu'elle se fait attendre. Et, si on connaît le fait divers sanglant dont "Dogman" est inspiré, on en devine la nature. Pour autant, le film ne nous prend pas en otage, pas plus qu'il nous conduit vers un dénouement sans surprise. Interrompu en son milieu par une ellipse d'une année, il nous fait suivre la vie dérisoire de Marcello, un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt.

axelle J.

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 274 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 12/07/2018

Voilà un film italien tout à fait remarquable. On est totalement en empathie pour Marcello, si gentil, si humain et qui adore les animaux. Il vit tranquillement entre son boulot, sa fille et ses voisins. Il va être totalement déboussolé par un ami sorti de prison qui est très violent et dangereux. Marcello va s'adapter à toutes les situations risquées et faire du mieux qu'il peut pour s'en sortir et maitriser son ancien ami mais ce sera très difficile. Moi je me suis bien mise à la place de ce Marcello et il n'est pas idiot comme peuvent le dire certains, il est tout à fait intelligent mais il est trop gentil c'est tout et d'ailleurs c'est tout à son honneur. Bref, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour ce Marcello qui réagit très bien à chaque fois, il réagit humainement, gentiment et il a bien raison. Malheureusement pour lui il a en face de lui un dingue très dangereuxSpoiler: qui subira une tentative d'assassinat carrément tellement il terrorise tout le quartier. C'est un film à ne surtout pas rater.

Olivier M.

Suivre son activité 11 abonnés Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/07/2018

Matteo Garrone signe un film noir exceptionnel. Dogman nous embarque loin de Dolce Vita Italienne dans cette banlieue sombre et suffaucante. Marcello Fonte livre une prestation remarquable. Assurément le polar de l'été.

Cinéphiles 44

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 2 076 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/05/2018

Prix d’interprétation pour Marcello Fonte au Festival de Cannes 2018 pour « Dogman », l’acteur campe le rôle d’un toiletteur pour chiens manipulé et brutalisé par celui qu’il prétend être son ami. Nous sommes quelque part dans une banlieue italienne et Marcello aime prendre soin de ses animaux et ne vit que pour sa fille avec qui il partage la passion des fonds marins. De retour de prison, Simoncino l’entraîne dans une affaire non sans conséquences pour Marcello, notamment celle d’être exclu par tout le quartier. A la fois brutal et émouvant, Dogman n’est pas un film de gangsters mais bien sur la cruauté humaine. Le réalisateur de « Gomorra » et « Tale of Tales » signe une œuvre poignante et convulsive qui pousse le spectateur à réfléchir au sens moral de ses décisions. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com

Bernard D.

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 138 critiques

3,5Bien
Publiée le 16/07/2018

Sans l’interprétation magistrale de Marcello Fonte qui a reçu le prix d’interprétation à Cannes, « Dogman » de Matteo Garrone serait un film d’une noirceur sordide et d’une violence gratuite. Avec son aspect frêle et son air de chien battu (c’est le cas de le dire), Marcello, toiletteur pour chien dans une petite station balnéaire italienne désaffectée et à l’occasion petit dealer, transperce l’écran avec une amitié pour ses voisins avec lesquels il joue au football, un amour profond pour sa petite fille qu’il initie à la plongée … mais hélas une relation très singulière avec Simoncino (Edoardo Pesce), un grand gaillard, tête brulée sous l’emprise de la cocaïne, haïe par tout le quartier. Mais l’emprise psychologique de Simoncino va amener Marcello à commettre avec lui des petits larcins, et après que Marcello ait purgé une année de prison pour ne pas dénoncer son « copain » (même si la police est au courant), à une réelle emprise physique et une spirale de violence qui va pousser Marcello à dépasser sa timidité et sa servilité … mais finalement il restera seul car les voisins de Marcello n’ont pas vu le fruit de son acte ! Les décors et la lumière ajoutent à ce film une atmosphère très singulière, glauque, à ce film qui mérite d’être vu … mais âmes sensibles s’abstenir !

Nyns

Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 736 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 15/07/2018

Prix d'interprétation masculine à Cannes cette année, Marcello Fonte est effectivement la bonne raison d'aller voir ce drame violent, filmé dans une Italie du Sud rebutante. Il interprète donc le parfait quidam, le brave du coin, le trop bon trop c.., le toiletteur pour chien de cette banlieue, talentueux dans son travail et dont la réputation n'est plus à faire. Celui dont le seul tord est d'être trop gentil . Tiré d'une histoire vraie, l'homme qui murmure à l'oreille de ses compagnons canins doit aussi faire face à la brute du coin, qui le harcèle et le manipule sans peine. Profitant de sa gentillesse et de son absence totale d'opposition face à ce comportement pourtant indéniablement intolérable pour n'importe quelle âme qui vive. Sans suit une longue spirale infernale dans laquelle la brute entraine le bon, qui donne le sentiment de vivre sans arrêt la même scène pathétique, comme si la situation était vouée à ne pas avancer. Ce qui est assez frustrant. Il arrive un moment où, en tant que spectateur, on arrive même plus à être dans l'empathie avec le personnage, qui témoigne si peu d'amour-propre. Pourtant les scènes de tendresse (toute la patiente avec ses hôtes à poil et son amour pour sa fille), permettent de respirer un peu. Car le réalisateur italien ne nous épargne pas vraiment pour le reste, et on est bien d'accord que c'était le but. A tel point que 20 minutes avant la fin du film je me suis dis, Spoiler: bon c'est allé trop loin, on sait désormais tous comment ça va terminer, reste plus qu'à savoir comment il va l'achever.. Puis on a cette scène finale qui fait écho à celle d'ouverture, ces plans longs qui permettent de partager avec ce bon vieux Marcé' toute la détresse de sa situation. Un film d'un sadisme difficilement digérable, mais aussi très fascinant dans sa cruauté. Comme si ce qu'il avait de moins beau à nous montrer était toujours bien présent dans la scène suivante, etc.

DAVS25

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 121 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/07/2018

Une peinture sombre de l'Italie d'aujourd'hui avec un acteur exceptionnel qui n'a pas volé son prix d'interprétation.

Stéphane C

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 293 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/07/2018

Un diamant noir, féroce, sans concession et superbement réalisé... On ne peut rester sans empathie quant au personnage principal qui incarne tant la faiblesse humaine... 🎬🎬🎬🎬

Yves 4.

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 124 critiques

4,5Excellent
Publiée le 14/07/2018

superbe , magnifique scénario. la décadence d'un type ordinaire , complètement dépassé par tout ce qui lui arrive. la déchéance d'un toiletteur pour chiens au départ banal , qui va dégringoler via la drogue ...

selenie

Suivre son activité 354 abonnés Lire ses 4 501 critiques

4,0Très bien
Publiée le 13/07/2018

Outre les acteurs on constate que le troisième rôle principal est bel et bien la ville où se déroule les faits. Délabrement et béton qui accentue la sensation de monde parallèle, une partie d'Italie délaissée à la loi du plus fort. C'est là que Simo devient un caïd incontournable à sa sortie de prison, se servant sans vergogne et notamment de son "ami" toiletteur Marcello partagé entre la peur et le "trop bon trop con". Ce dernier se doit donc de "grandir", de pleutre tranquille et fragile il va se vouloir fort et délivré. Matteo Garrone signe un thriller âpre et désenchanté ajouté à un conte moderne d'un pessimisme assez effrayant. Site : Selenie

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top